Quand la SF fait du jamais vu

Puisque la science-fiction nous parle d’avenir, elle se doit de pousser le cinéma toujours plus loin. Par nature, le genre innove. Alors que Gravity s’illustre comme une nouvelle prouesse technique, revenons sur les grands films de SF qui ont repoussé les limites de la cinématographie.

1902 - A l’origine du cinéma, il n’y avait rien, ou presque. La voie était libre pour expérimenter. Méliès débarque avec ses effets spéciaux d’époque, ses prouesses pyrotechniques, ses astuces de montage et ses illustres décors de théâtre. En prime, grâce à ses ouvrières infatigables, il offre au spectacle cinématographique la couleur. Avant tout le monde.

1927 - Le septième art découvre le gigantisme des décors, les robots à visages humains, les tours géantes de cette fameuse métropole… En découpant sa ville en deux parties - les gratte-ciels pour la haute société, les bas-fonds pour les travailleurs qui font tourner la machine - Fritz Lang dote la SF d’une dimension sociale. Au vu du nombre de figurants et de la dimension des décors, force est de constater que les blockbusters existaient déjà dans les années 1920.

1956 - Avec les années 1950, aux Etats-Unis, la science-fiction connaît son âge d’or. Planète Interdite, un des joyaux de cette époque, nous emmène sur d’autres planètes où les monstres naissent du fruit de nos craintes. Si cette trouvaille évoquera pour certains Solaris de Tarkovski, d’autres s’attarderont plutôt sur la collaboration des dessinateurs des studios Disney, créateurs du lion électrique qui attaque le vaisseau du héros.

1968 - Clé de voûte de la SF au cinéma, ce film signé Kubrick aborde dans un premier temps la conquête de l’espace avec réalisme. Sur l’écran apparaissent pour la première fois des vaisseaux géants. Les combinaisons spatiales, les capsules d’évacuations, l’ordinateur de bord… Tout semble avoir été fourni par la Nasa ! Mais le film s’affranchit du réalisme comme le vaisseau de la pesanteur, et emporte son héros dans un voyage métaphysique. Une première, là aussi.

1976 - Si un film a changé son temps, c’est bien La Guerre des étoiles. En fondant ILM (Industrial Light & Magic), George Lucas a révolutionné le look des effets spéciaux pour nous offrir le cinéma de divertissement tel que nous le connaissons aujourd’hui. Un tour de force qui fit de Lucasfilm Ltd. une société pionnière dans l’art de l’effet numérique.

1982 - De Werner Rainer Fassbinder à Alejandro Amenabar, ils sont nombreux à s’être attaqués à la notion de virtuel. Dans Tron, pour mettre en images l’intérieur d’une machine, l’équipe du film a eu recours à de la pellicule 70mm noir & blanc, partiellement colorisée ensuite. Résultat : un look qui ne s’oublie pas et des courses en moto archi technos !

1993 - Le film qui a démocratisé l’usage des images de synthèse pour concevoir des créatures folles, c’est Jurassic Park. Steven Spielberg ressuscite enfin les dinosaures grâce à une technologie numérique de pointe. Les acteurs doivent accomplir la prouesse de fuir des mastodontes invisibles et le public n’en croit pas ses yeux : les ordinateurs de pointe sont capables d’un réalisme saisissant !

1999 - Quand tout est permis, comment repousser encore les limites du cinéma grâce aux effets numériques ? Les frères Wachowski inventent une nouvelle forme filmique : le « Bullet Time », un ralenti si fin qu’il permet d’observer la trajectoire des balles pendant une fusillade. Avec des systèmes de prise de vues par appareil photo, on peut aussi, désormais, observer une image fixe à 360°.

2009 - Le spectacle cinématographique souffre toujours d’une lacune : il n’est pas en relief. Les nombreuses tentatives d’installation de la 3D jusqu’ici ont échoué. James Cameron se remet au travail et nous livre, douze ans après son précédent film, un nouveau degré d’immersion dans un monde imaginaire. Et c’est parti pour une nouvelle ère en trois dimensions !

2013 - Alfonso Cuaron garde la 3D mais y ajoute un défi supplémentaire. On l’avait applaudi pour ses plans séquences virtuoses dans son précédent film, « Les fils de l’homme » ? Pari tenu : il va reconstruire l’espace et imaginer l’épopée de cosmonautes à la dérive, tentant de regagner la terre, en découpant le moins possible son film. La caméra, en apesanteur, dispose d’une liberté de mouvement totale. Une expérience vertigineuse !

Commentaires

  • Florian Malnoe

    Encore pas mal de lacunes dans mon genre préféré à ce que je vois. Les plus grosses sont "Metropolis" et " Le voyage dans la Lune" et "Rencontre du troisième type" qui n'est pas dans le top, après j'aurais vu le principal.

  • Toto662

    Le scénario étant secondaire dans Avatar, ce manichéisme ne m'a pas gêné. Au contraire, il m'a semblé cohérent, dans la mesure ou la trame est simplifiée, conformisée afin qu'elle n'empiète pas sur l'enjeu principal du film, un peu à la manière d'un Speed Racer (en moins extrême que celui-ci, toutefois). En revanche, ce qui m'a gêné dans Avatar, c'est la candeur de Cameron vis à vis de la virtualité. Il l'idéalise (à juste titre), mais n'en explore pas du tout les aspects problématiques, alors qu'il s'en donne l'occasion, avec notamment cette scène érotique, parfaitement bâclée et pudibonde, alors que sa présence même posait des questions passionnantes. Malgré ça, je trouve que le geste de Cameron a suffisamment d'ampleur et de panache pour être apprécié.

  • nolan-finch-wook

    C'est... pas faux... !!

  • Sektor S.

    Oui, c'est clair que ça reste un classement de 10 films, ils pouvaient pas tout mettre... je hurle pas au scandale non plus, je dis que je suis bof en accords avec le classement ^^

    Bon alors OK pour Gravity, on pourrait en discuter des heures mais tes arguments m'ont convaincus ;-)

    Par contre, j'ai eu beau relire 3 fois ton paragraphe sur Terminator 2, j'ai rien compris ^^ Tu dis qu'il est pas dans le classement parce que c'est une suite ? Je suis pas sûr de te comprendre... peut importe les effets spéciaux utilisés à l'époque pour le 1er, quand le 2 est sorti au cinéma, on avait jamais vu des images de synthèses aussi bien intégrés dans un film... et c'était 2 ans avant Jurassic Park... j'ai plus l'impression qu'ils ne voulaient pas mettre 2 films de James Cameron dans le même classement :-)

  • helay M.

    je suis allé voir gravity il y a de cela quelques jour j'ai trouvé l'histoire un peu maigre mais de super effet spéciaux (un film avoir en 3D absolument)

  • yo n.

    Sherlock Holmes 2 ne possède aucun scénario, le 1 est bien supérieur !

  • Antoine R.

    Faire des catégories, cela permet de mieux communiquer, de classifier nos centre d'intérêt, nos idées, nos intentions, etc..Et pour les amateur de SF, je conseille le trop méconnu"The Man From Earth", le seul film de SF ( à ma connaissance) sans le moindre effet spécial, un bijoux tout de même. !

  • MisterBoub

    Technique ne veut pas dire effets spéciaux, petit malin. Quant y Sherlock Holmes 2, libre à toi de ne pas l'avoir aimé. Pour moi, il est grandement supérieur au premier qui m'avait pourtant bien plu.

  • MisterBoub

    Bravo pour cette analyse.
    Pour répondre à vos doutes sur la bande son du Melies, il s'agit de la toute dernière restauration signée Serge Bromberg et accompagnée d'une musique du groupe d'electro "Air"

  • Elisabeth V.

    Je suis impressionnée par le voyage sur la lune, qui date de 1902 !
    Par contre, j'ai un gros doute sur l'authenticité de la bande son...

    Pour ceux qui critiquent Avatar, petite anecdote concernant Metropolis. Si techniquement, le film est une réussite, scénaristiquement, l'histoire reste à désirer. Fritz Lang reconnu que son film était naïf, le postulat reposant sur l'idée que seule la médiation permettait de résoudre les conflits de classe. Mais il reste malgré tout un chef d’œuvre pour ses apports au cinémas.
    Scénaristiquement, Avater est très mauvais. Mais techniquement, c'est une belle prouesse.

  • yo n.

    Blade Runner est un chef d'oeuvre c'est tout ! :p

  • yo n.

    Encore une fois, c'est pas les effets spéciaux qui font que le film est bien. Regarde "Sherlock Holmes jeu d'ombre", il est bourré d'effets spécieux mais c'est une merde !

  • yo n.

    C'est pas pour ça que c'est un bon film.
    2001 n'a pas autant de temps de rendu mais c'est un bien meilleur film de SF :p

  • yo n.

    Dans Alien 2, Ripley utilise un robot (comme dans Avatar que Cameron à aussi réalisé). Je dois avouer que j'ai mis Star Wars par hasard. Mais Avatar pioche un peu dans plein de films de SF.
    Le scénario est super simplet : Le gentil est dans le camp des méchant mais le méchant est très méchant et donc il veut tuer tous les gentils pour l'argent. Mais le gentil aime une gentille donc il va s'opposer aux méchants ! Voilà, j'ai résumé Avatar pour les enfants de 5 ans ! ;)
    Quand tu dis que pour une fois l'être humain est un envahisseur, je suis pas d'accord. Quasiment tous les films de SF montrent l'être humain comme bête et égoïste. Mais c'est vrais que dans Avatar c'est nous qui allons sur une autre planète, j'ai préféré "Planète 51" dans le même genre :D

  • yo n.

    OK, mais c'est quand même bourré de stéréotypes débiles et idéalistes. Même si les images de synthèse sont bien, la planète est rose, verte, jaune, bleu, il y a des méduses qui volent, des papillons, des arbres... C'est les bisounours dans l'espace. Ce que je reproche au film c'est qu'il est super niais : le gentils est très gentil ! Sigorney Weaver travaille pour les méchants mais elle est très gentille ! et le méchant est très très méchant !

  • james_bond007

    on a trouvé un réalisateur pour le prochain alien!

  • lord-luke

    étant fan d'Alien Star Wars et avatar, je vois pas bien le rapport entre les 3... j'vois pas la plagia, Alien c'est un film "d'horreur'' avec des monstres qui bouffent des gens dans un vaisseau, star wars c'est un problème de guerre et de politique à l'échelle galactique et avatar est un film qui place ( pour une fois) l'être humain en tant qu'envahisseur. alors éclaires quand tu parle de plagia pleas.

    ps: tu notera que je ne te faits pas l’affront de te demander pourquoi c'est un plagia des schtroumpfs ;) :D

  • Toto662

    Honnêtement, je crois qu'aucun cinéaste avant Cameron n'avait envisagé le virtuel (le factice, l'inexistant donc) comme la condition même du vivant. Au delà de la prouesse technique, Avatar est aussi un pari esthétique complètement fou, qui ouvre des ouvertures cinématographiques monumentales.

  • MisterBoub

    C'est vrai ! Mais ce n'est pas de la SF, du coup, difficile à faire entrer dans cette sélection...

  • nolan-finch-wook

    Enter The Void est aussi une prouesse technique puisqu'il est conçu pour être un plan séquence en vue subjective, l'esprit traversant la matière et l'electricité pour se déplacer (même si ça coupe bien entendu, c'est le principe) et les flashs backs ne sont que ce qu'il voit défiler "devant ses yeux" avant de mourir. (non je ne spoile pas si vous avez lu le synopsis) certains moments sont à couper le souffle en terme de déplacements de caméras.

  • MisterBoub

    J'ai bien une idée, mais ça risque de ne pas te faire plaisir...

  • Star W.

    Et Alien ? Terminator ? Ils sont ou ???

  • Jipegos

    Je me rappelle d'une prof de français dans mes années collèges (a long time ago in a galaxy far, far away...) qui nous avait dit que Le seigneur des anneaux pouvait s'apparenter à de la SF dystopique, car on a aucune information sur l'époque par rapport à la notre, ainsi que l'endroit. ça pourrait très bien se passer dans plusieurs millions d'années, avec une espèce humaine revenu dans un mode de vie médiévale et les continents qui auraient changés...

  • MisterBoub

    Je suis d'accord avec ce que tu dis, et j'ajoute aussi que c'est une sélection de dix films ! Il y a plein d'autres révolutions technologiques dont ils ne parlent pas. On ne peut pas tout dire !

  • Jipegos

    Avatar, c'est des rendus en images de synthèse tellement poussés et aboutis qu'il fallait en moyenne 1 jour pour un seul des puissants PC des render farm ILM ou WETA DIGITAL pour la calculer. Avatar c'est 2h42 min environ (générique compris), donc ça fait en format américain (29,97fps qu'on arrondira à 30) pas moins de 291600 frame, que l'on multiplie par 2 car la 3D c'est 2 yeux donc 2 fois plus d'images soit 583200... Ce qui correspond à presque 1600 années de calcul... (pour les tatillons 1597,808219178082)

    mention spéciale à la blague des schtroumpfs XD

  • Jipegos

    seulement 156 plans pour le film ^^ 1 an et demi de post prod, et les plan en apesanteur, c'est de la 3D qui a été faite en prévisualisation avant le tournage. Il a fallu caler les mouvements de la camera réelle sur celle créée en 3D, afin de pouvoir intégrer les têtes de George et Sandra. alors forcément sur les plans séquences bien longs, c'est une prouesse. les acteurs étaient placés dans des grosses "boite à LED" afin de simuler les éclairage successifs de la Terre ou du Soleil en direct au lieu de les recréer en post-prod. Ces boites étaient d'ailleurs tellement gourmandes en électricité que le moindre contacte procurait des décharges.

    Enfin Terminator n'a pas été cité car le 2ème, c'est le 2ème donc même si les morph c'était une révolution pour l'époque, et que le film est un vrai bijou, on ne peut pas vraiment parler de "jamais vu". le premier film lui utilisait de la stop-motion ce qui n'était pas du tout révolutionnaire. voilà PROBABLEMENT pourquoi il n'a pas été cité.

  • Zipane

    Oui, c'est du jamais vu. Le scénario est basique mais technologiquement parlant ( même sans parler du relief ), c'est du jamais vu.

  • MisterBoub

    Y a pas du tout des plans séquences qui durent 25 minutes avec une caméra en apesanteur, par exemple ?

  • dupont l.

    la science fiction c'est vaste, il y a la hard science, le space opéra, la dystopie, l'uchronie et j'en passe, pas besoin d'insulter tout le monde.

  • dupont l.

    Sauf que thor vit à la base dans le même monde que spiderman, hulk etc, et qu'une araignée radioactive ne transformera jamais quelqu'un en homme araignée, donc ça n'est pas possible grace à la science, j'avoue que je le mettrai aussi plus dans la SF. En SF il y a un genre qui regroupe ce qu'il y a de plus merveilleux, c'est le space opera, mais comme on n'a pas de reine de rois et de chevaliers dans les films de super héros, et qu'on a l'intrusion d'éléments actuels, ça ne rentre pas vraiment dans la case. C'est un mélange de plein de choses, tout catégoriser ça n'a pas vraiment de sens, créons donc une catégorie pour chaque film/ bd/livre et comme ça on s'en sortira.

  • dupont l.

    On peut classer ça dans la science fiction "hard science", d'ailleurs il y a quelques problèmes scientifiques (bien sûr), mais je te rejoins sur le fait qu'il n'y a ni anticipation, ni machine nouvelle, ni extraterrestre etc...

  • dupont l.

    n'importe quoi.

  • dupont l.

    Ben c'est très réaliste, je sais pas si vous imaginez ce qu'il faut comme calculs pour faire exploser l'ISS en petits morceaux.

  • Sektor S.

    Mouais... franchement bof le classement.

    - Pas un mot sur Terminator 2 (!!!)

    - C'est pas du tout les frères Wachowsky qui ont inventé le bullet time (!!!) Ça a déjà été vu dans plusieurs films avant... ils ont rendu populaire le principe, c'est tout.

    - le coup de lechouille d'arrière train de Gravity à peine déguisé (!!!). Ça fait des semaines que vous nous rabâchez la tronche avec ce film, on a compris, on ira le voir... quand à la prouesse technique, à part des plans de vues très originaux, je vois pas... faudra que je le remate en DVD...

  • Twiss-ty

    On pourrait dire ce qu'on veut : Du vu, du plagiat, des références. Mais je rejoins l'avis général, Avatar à donné une nouvelle dimension au cinéma, en terme de technique de réalisation (trois quart du film tourné sans décors réels et en motion-capture), ainsi que les effets numériques. Par contre je désapprouve le fait que Cameron ait renouvelé le genre de la 3D, depuis elle est presque omniprésente.

  • MisterBoub

    On parle de technique, l'ami. Du jamais vu technique. Eh oui, faut lire les textes qui vont avec...

  • yo n.

    Avatar ? Du jamais vu ?!
    Avata c'est un plagia de plein de films ! (Alien, Star Wars, les Schtroumphs...)

  • gnagnace

    Alala, quel débat ! Mais je suis entièrement d'accord avec toi pour ta définition de la SF.
    Au départ je n'étais pas d'accord pour placer Gravity dans la SF. En effet, la SF pour moi c'était avant tout de mettre en avant de nouvelles prouesses scientifiques pouvant d'exister dans le futur mais encore impossible à notre époque (ex : Minority Report où Spielberg a consulté des scientifiques pour élaborer une possible vision du futur).
    Mais je viens de relire quelques définitions de la SF : sans rentrer dans les détails, c'est un genre qui émet des hypothèses sur le futur, présent et le passé, en se basant sur les connaissances actuelles.
    Et Gravity rentre complètement dans définition de la SF, le problème avec la plupart des internautes, c'est que Gravity est un des rares films où la sciences est, comment dire, ... à jour. Tout y est réaliste, contrairement à Minority Report qui ne repose que sur des hypothèses. Le cinéma se permet beaucoup de folies, donc on aun peu perdu la signification premières de la SF, qui est désormais trop associé à des rpouesses scientifiques n'existant pas encore.

    J'espère que c'était clair :-S , mais c'était pour au moins être 2 à penser que Batman est de la SF :-D

  • Vivien Marmelat

    Je suis d'accord avec la définition primordiale, science-fiction=quelque chose qui pourrait se dérouler dans notre monde en se basant sur des explications "rationnelles" (pas de magies, surnaturel etc...).
    Donc Batman, Superman, Flash Gordon... peuvent être d'un certain point de vue considérés comme appartenant à la science-fiction. Mon opinion est qu'aujourd'hui il existe une catégorie "super-héros" à part entière, avec différents sous-genres: fantastique, policier, science-fiction... Le dénominateur commun étant: un personnage ou un groupe possédant des facultés hors du commun. D'où la distinction avec le genre science-fiction de manière générale, où le "héros" peut très bien être une personne lambda, ou même une entité non vivante (robot, planète, vaisseau...).
    Evidemment ces deux genres se croisent, se mélangent, et je pense que c'est ce qui fait toute la richesse de ces arts: le cloisonnement en "genres" n'est qu'une construction humaine. Si je peux me permettre une métaphore je dirais que de la même façon, un physicien, un botaniste et un artiste ne classeront pas un arbre dans la même catégorie :) pourtant l'arbre répond à toutes les définitions qu'on lui donne

  • Vivien Marmelat

    Je pense que TontoKemoSabe met l'accent sur le fait que Gravity ne fait pas intervenir d'éléments laissant penser que les événements ne pourraient pas se dérouler à notre époque (bien que je n'ai pas encore vu le film... please no spoiler! :)
    En gros, ce n'est pas par ce qu'un film se déroule dans l'espace qu'il s'agit de science-fiction.

  • BobbyJohnny

    "La prouesse technique jamais vue" au cinéma peut être. Pour le reste j'ai vu des trailers de jeux bien mieux réussis et bien avant la sortie d'avatar.

  • kassoumay1

    haaa je viens de revoir 2001.. dire que c'est sortie en 1968... comment ils ont fait? , j' imagines la claque à l' époque!

  • MisterPinkfloyd

    tu as raison, c'est le meme scenario que danse avec les loups

  • nicovideo

    Même si c'est une explication farfelue, il y a toujours une explication rationnelle, c'est la définition de la SF.
    Après, je ne vois pas l'intérêt de comparer des auteurs de romans reconnus avec des dessinateurs de BD pour un public assez jeune... Ils font tous les deux de la science-fiction, mais avec des points de vue et des enjeux différents.
    Et sur un ton à peine moins belliqueux que toi, je t'invite non pas à lire des classiques, mais une encyclopédie objective, ou simplement un dictionnaire. Tu y découvriras la définition de science-fiction, et tu constateras que pas mal d'histoires de super-héros en réunissent les critères.
    Batman, ce n'est pas du fantastique, parce que tous les trucs surnaturels sont expliqués scientifiquement, et ce n'est pas du merveilleux, pour les raisons énoncées aimablement par MisterBoub ci-dessus. C'est de la SF, je ne vois pas comment on peut débattre de ça...

  • MisterBoub

    Un peu soupe au lait, le monsieur, quand-même... Faut pas être agressif comme ça, hein ! On peut discuter avant de s'insulter !

  • MisterBoub

    Y a tout de même une grosse distinction à faire entre le merveilleux et le fantastique qui sont deux genres bien distincts.

    En gros, le merveilleux se passe dans un monde enchanté où on ne s'étonne de rien. Genre "tiens ! un nain ! bonjour !" (ça marche aussi avec une licorne). Donc on y range Blanche Neige ou Le Seigneur des Anneaux.

    Le fantastique, ça nous fait suivre un héros dans un monde désenchanté qui assiste à une apparition. "J'ai cru voir que...". Ensuite, il passe le récit à se demander si c'était bien vrai ou si on lui joue un tour.

    Enfin... C'est Tzvetan Todorov qui a bossé là-dessus. Je vous recommande ses écrits.

  • kub2010

    Ah oui tu as raison je n'avais pas capté le côté technique de ce "dossier", j'admet mon erreur.

  • kub2010

    Batman de la SF.... Bouahahahahaha, n'importe quoi. Et Fondation c'est quoi? Un récit mythologique? Va lire de la vraie SF de Vance, Asimov, Simack, Brunner, Farmer et arretes ton délire avec Batgirl en collant et son boomerang, tu dis franchement que des c.....ries. De la BD en SF je vois Shirow par exemple. Aucun rapport avec des comics américains d'où le genre "super-héros". Et en disant "les trucs surnaturels sont expliqués par la science, comme Spider-Man, Iron-m" mais sérieusement, vous êtes combien dans ta tête?

  • MisterBoub

    Quelle révolution technique a été apportée par "Blade Runner" (en terme de formes filmiques) ?

  • nicovideo

    Non, le principe de la science-fiction, c'est que ça décrit un futur possible. Le Seigneur des Anneaux ou Thor se passent dans des univers bien distincts, littérairement, c'est du merveilleux, au cinéma, on parle plus généralement de fantastique.
    Batman est de la SF parce qu'il n'y a pas de super-pouvoirs, et tous les trucs surnaturels sont expliqués par la science, comme Spider-Man, Iron Man, etc...
    Par contre, Thor, ou Le Seigneur des Anneaux, ou Harry Potter, etc... c'est du fantastique, parce que c'est pas rationnel, ça ne peut pas exister, même dans le futur, c'est dans un univers parallèle, en quelque sorte ;)

  • nicovideo

    Iron Man également (encore plus parlant que Batman).

  • MisterBoub

    Tu crois que je ne t'ai pas reconnu ?

  • Cornetot

    Oublier Terminator 2 qui a revolutioner le cinema... c'est limite quand meme! James Cameron a tout inventé en matieres d'effets speciaux depuis ces 20 dernieres annees d'Abyss à Avatar.

  • Chris46

    Et terminator ( dont matrix c'est bien inspirer ) et retour vers le futur et alien .ils sont ou ? Ils ont quand même plus marquer la science fiction que avatar . Ses films c'était du jamais vu aussi a leur sortie

  • nicovideo

    La science-fiction n'est pas forcément irréaliste. Batman, par exemple, c'est de la science-fiction.
    La SF, c'est quelque chose "qui pourrait se passer dans l'avenir". Ce n'est pas forcément extravagant, avec des extra-terrestres, des super-pouvoirs, etc... ça peut être ce qui pourrait arriver dans 5 ou 10 ans (et qui donc est très proche de nous).

  • skypi738

    oui la prouesse technique c'est du jamais vu !!! la pour le coup c toi le comique

  • 400coups

    Super mise en perspective.

  • timmyyyyy

    avatar du jamais vu, trop drôle les gars