La Guerre de 14-18 au cinéma

Il y a 99 ans démarrait le premier grand conflit mondial. Quatre années durant, l'Europe s'est battue avant de signer la paix le 11 novembre 1918. Les films qui se sont intéressés à l'horreur de cette Grande Guerre sont plus rares qu'on ne le pense. Voici quelques-uns des principaux longs métrages qui nous emmènent dans les tranchées.

Les Ailes – 1927 : Premier Oscar du meilleur film de l’histoire du cinéma, Les Ailes raconte la rivalité entre deux hommes du même village des Etats-Unis, tous deux amoureux d’une jeune femme, qui se retrouveront en Europe à combattre dans l’armée de l’air. Un drame va se produire, qui rappellera sans doute à certains l’histoire de « Né un 4 juillet » d’Oliver Stone.

La Grande Illusion – 1937 : Ce chef d’œuvre de l’histoire du cinéma français signé Jean Renoir se focalise plus particulièrement sur quelques prisonniers français qui vont tenter de s'évader d’une forteresse allemande. Celui qui les retient en captivité n’est autre que l’illustre cinéaste Eric Von Stroheim !

Les Sentiers de la gloire – 1957 : Impossible de parler de Première Guerre mondiale au cinéma sans mentionner le film de Stanley Kubrick avec Kirk Douglas dans le premier rôle. Ils se retrouveront quelques années après pour tourner Spartacus. Cette fois, le héros prend la défense de ses soldats, jugés en cour martiale pour avoir refusé de partir au combat.

Pour l’exemple – 1964 : Un an après son chef d’œuvre The Servant, Joseph Losey retrouve le comédien Dirk Bogarde pour un film ambitieux sur un soldat britannique soupçonné d’avoir déserté sur le front belge. Mais c’est l’acteur Tom Courtenay qui sera félicité à la Mostra de Venise par un prix d’interprétation !

Johnny s’en va-t-en guerre – 1971 : Unique film de l’écrivain Dalton Trumbo qui adapte ici un de ses romans, « Johnny s’en va-t-en guerre »  raconte le retour en Amérique d’un vétéran de la Première Guerre mondiale qui a perdu au combat ses jambes, ses bras et son visage. Incapable de communiquer avec le monde extérieur, il va s'efforcer de retrouver sa dignité.

Légendes d’Automne – 1993 : Plus qu’un acteur, Brad Pitt était une véritable icône au début des années 1990. Le voilà qui part au front accompagné de ses frères en 1917. L’Américain va y découvrir la boucherie que fut la Première Guerre mondiale, ainsi que les nombreux traumas ramenés au pays par les anciens combattants.

Capitaine Conan – 1996 : Bertrand Tavernier met en scène Philippe Torreton au cœur des tranchées et y reconstitue l’environnement des poilus qui ont mené pendant quatre ans une guerre presque immobile. Cette adaptation du roman de Roger Vercel retrace le combat du féroce Capitaine Conan pour défendre ses hommes, coupables de pillages.

La Chambre des officiers – 2000 : S'attachant à un autre aspect de la Première Guerre mondiale peu traité au cinéma, la caméra de François Dupeyron se braque sur les « gueules cassées », ces soldats revenus du front défigurés, et sur les débuts de la médecine réparatrice et de la chirurgie esthétique. Au casting : Eric Caravaca, Denis Podalydès, Sabine Azéma et André Dussollier.

Un long dimanche de fiançailles – 2003 : Chez Jean-Pierre Jeunet, la Première Guerre mondiale peut paraître un peu plus « romantique ». Deux ans après le succès du Fabuleux Destin d’Amélie Poulain, le réalisateur français remet en scène Audrey Tatou prête à tout pour retrouver son fiancé, parti au combat, à l’image de Roxanne dans Cyrano de Bergerac.

Joyeux Noël - 2005 Christian Carrion s’intéresse aux différents destins de ceux qui, pratiquant pourtant des métiers loin des questions militaires, ont été happés par la Guerre Totale. Contraints de se retrouver au fond des tranchés, ces soldats en herbe vont profiter des fêtes de fin d’année pour penser à leurs familles, restées à l'arrière.

Le Cheval de Guerre – 2011 : On connait la virtuosité de Steven Spielberg quand il s’agit de filmer la guerre : il l’a démontrée avec Il faut sauver le soldat Ryan. Cette fois, l'intrigue s'attache au destin d’un cheval qui va traverser le conflit européen en semant l’espoir et la grandeur d’âme sur son passage. Le cinéaste ne se refait pas : il croit en la bonté de l’être humain !

Commentaires

  • Florian B.

    J'aurais ajouté La Bataille de Passchendaele (http://www.allocine.fr/film/fi..., un film canadien qui plonge aussi dans l'enfer de cette guerre.

  • jeffasdante

    à l'ouest rien de nouveau
    une grosse claque...

  • Pierrick C.

    et "les croix de bois"

  • Olivier N.

    Sans oublier le pantalon blanc et les fragments d'Antonin

  • Bub.... Allo, tante Alice ...

    Tout le monde aurait oublié "J'accuse" d'Abel Gance dont s'est joyeusement inspiré "les Ailes", "Les croix de bois" avec Pierre Blanchard et "Les cavaliers de l'orage" ?!!! Beau loupé hein

  • Bub.... Allo, tante Alice ...

    Je crois que c'est "le pantalon rouge"

  • Johnsilvergun93sisilemac

    Pitié pas Passchendaele! Il est presque aussi mauvais que Saints and soldiers pour la WWII, on sait pas quoi choisir entre l'interprétation douteuse des acteurs et un scénario d'une banalité sans nom arrosé de guimauve! Effectivement à l'ouest rien de nouveau et la liste ci dessus est bien plus adapté à un conflit dont on ne parle que trop peu.

  • Johnsilvergun93sisilemac

    Sinon il y a La tranchée, bien que loin d'être parfait, il a le mérite de montrer sans concession (c'est le moins que l'on puisse dire) l'horreur totale des conditions de vie pour les soldats britanniques lors de la bataille de la Somme, chose finalement assez rare dans les films proposés. Les acteurs sont crédibles et l'aspect fantastique le rend sympathique, à regarder les soirs de fatigue.

  • Sym'

    Comment oublier "A l'ouest rien de nouveau" ?? Choisir Un long dimanche de fiançailles et ne pas mettre ce chef d'oeuvre des années 30 est grave ^^

  • Jacques G.

    Cette tisane d'un long dimanche de fiancailles figure en bonne place mais aucune trace d' "A l'ouest rien de nouveau" , ni du "tigre du ciel" (1976, avec Malcom Mcdowell) qui est un pur bijou, on se fiche de qui là franchement ?

  • hades3448

    Comment ne pas mettre à l'ouest rien de nouveau, l'un des plus grands films de guerre de l'histoire du cinéma ? Le pire est peut-être la présence de cheval de guerre...

  • Schoko B.

    Tout à fait !

  • Ronan C.

    Et à l'Ouest rien de nouveaux?

  • MisterBoub

    C'est pas grave.

  • kalua

    johnny s'en va en guerre est sans aucun doute le meilleur. A voir au moins une fois pour s'en souvenir a jamais...choquant.

  • Crazyvolcan

    Il y a aussi le pantalon rouge qui est très touchant !

  • Hunnam29

    Le pire c'est Cheval de Guerre.
    C'est peut être sur la guerre 14-18 mais c'est bourré de bons sentiments... Pas terrible par rapport à tous les autres cités.

  • Chunk84

    un long dimanche de fiancaille est quand meme magnifique,n'exagère pas

  • Pat G.

    Exact.

  • Pat G.

    un long dimanche de fiançailles n'est qu'un film sentimental pendant la grande guerre c'est tout. Il n'a rien a faire ici.

  • Blazphem

    "Les sentiers de la Gloire", "Johnny s'en va-t-en guerre" et "Légendes d'Automne".. des pures chef d'oeuvres ses films. J'suis pas trop fan du reste....

  • Pat G.

    Pourquoi ils ont mis "Un long dimanche de fiançailles" ici ?
    Ce film je me suis ennuyé à mourir.
    Ce n'est qu'un film sentimental pendant la grande guerre c'est tout. Il n'a rien a faire ici. Ha si! il y a quelques scènes de guerre... mais pas trop longtemps car ça coûte cher à la production; c'est mieux les scènes d'amours.

    C'est quand même regrettable de constater que les américains et britanniques sont les seuls à nous avoir offert des vrais films sur la guerre 14-18 c'est à dire des combattants dans l'enfer des tranchées.

    Le meilleur pour moi " A l'ouest rien de nouveau" 1930 et 1979 avec Ernest Borgnine. Et il y en a d'autres...

    Le seul film français qui peut mériter sa place est "le pantalon" en hommage aux fusillés.

    Les autres films français (ils ont essayé mais ils ont eu des problèmes...)
    -"La Tranchée des espoirs". C'est à croire que la guerre 14-18 se limite à une dizaine de combattants (pas plus) avec une forêt en parfaite état et une belle femme qui habite une ferme à 3 km du front (ben voyons).

    Les soldats fraternisent. (ben oui, pour la production c'est mieux que de faire la guerre)

    -"Joyeux noël" Beau film, mais ça bouge pas beaucoup car les soldats fraternisent (décidément...)

    Aucune production française ne souhaite nous faire revivre se que nos arrières grand-parents ont subi réellement dans les tranchées.
    Il ne me reste plus qu'à lire les lettres de mon arrière grand-père ou regarder les films américains.

  • P-D

    Ahahaha, un classement qui fête les 99ans de début de guerre ... original (on fête pas plutôt la fin d'habitude ?) ... mais ne pas mettre "A l'Ouest rien de nouveau" que ce soit l'ancien ou le "récent" on va pas chipoter, c'est une belle connerie, c'est quand même le premier bouquin sur la guerre, puis il a inspiré Cimino (qui s'est inspiré en général des œuvres de Remarque) pour faire le brillantissime "The Deer Hunter". J'ai hâte de voir les 60ans de la guerre du Vietnam pour une playlist sans "Voyage au bout de l'enfer" ou "Apocalypse now"

  • selenie

    Heu... Et on oublie "A l'Ouest rien de nouveau" ?!?!

  • Anatole R.

    Tout le monde a cité à l'ouest rien de nouveau. Mais parmi les manquants on pourra regretter aussi les films traitant de la guerre aérienne : le baron rouge (tant qu'à mettre des succès commerciaux!) ou Le Crépuscule des aigles.

    Et puis pourquoi rester en Europe ? l'immense film Lawrence d'Arabie avec Peter O'toole ne se passe-t-il pas dans le contexte de la première guerre mondiale ?