Les Profs 2, Tale of Tales... Découvrez les sorties de la semaine !
Anecdotes de tournage, notes d'intention, informations cinéphiles : chaque semaine, découvrez les coulisses des sorties cinéma.

Le saviez-vous ? L'histoire se déroulant en Angleterre, la production y a effectué plusieurs repérages dans l'espoir d'y poser ses caméras. Mais elle s'est vite aperçue que le système anglais était très couteux. Du coup, le tournage s'est déroulé en Belgique où le réalisateur a trouvé son lycée anglais idéal : "A Grand Bigard et Gaasbeek et aussi dans l’Abbaye de Maredsous. Un magnifique bâtiment du XIIIe siècle, en briques rouges, qui évoque parfaitement l’environnement d’un lycée anglais, jusque dans la cantine, laquelle nous a servi à faire un clin d’oeil à l’univers d’Harry Potter."

Le saviez-vous ? The Tales of Tales est inspiré du livre "Le Conte des Contes" de Giambattista Basile, qui regroupe pas moins d'une cinquantaine de contes différents, 49 d'entre eux étant introduits dans un premier qui sert de cadre pour tous les autres. Dans un style érotique et violent, on y retrouve plusieurs éléments qui font tout le sel du récit fantastique avec des sorcières, des ogres et des dragons.

Le saviez-vous ? Pour recréer l’imposant Terminator du premier film, la tête d’Arnold Schwarzenegger a été incrustée en post-production sur le corps de Brett Azar, un jeune acteur et bodybuilder. Schwarzy a toujours été un grand fan du jeune sportif et pour le remercier, il lui a même offert des cigares et plusieurs magazines après son premier jour de tournage.

Le saviez-vous ? Le tournage de Victoria a ceci de particulier qu'il n'a duré en tout et pour tout que... 2h14 ! Le réalisateur Sebastian Schipper a en effet tourné l'ensemble du film en un seul plan séquence, en temps réel, un matin à l'aube. Afin que les lieux de tournage soient proches les uns des autres, le décor de la boîte de nuit fut spécialement construit pour les besoins du film. Une grande part des dialogues furent également le résultat de l'improvisation des comédiens. Au final, Victoria se voit comme un objet cinématographique singulier qui a fait dire au réalisateur américain Darren Aronofsky, président du jury de la Berlinale où le film fut présenté, qu'il avait "bouleversé son monde".

Le saviez-vous ? Le film se concentre sur deux périodes charnières de la vie du chanteur Brian Wilson : la première se situe dans les années 1960 et plus précisément lors de la sortie du onzième album du groupe "Pet Sounds", en 1966. Le chanteur souhaitait alors rompre avec la surf music à laquelle on le cantonnait. La seconde partie parle de son histoire avec Melinda Ledbetter, sa seconde femme, qu'il épousa en 1995.

Le saviez-vous ? C'est en 2003 que Wang Chao a écrit le scénario de Fantasia, mais c'est dix ans plus tard qu'il a pris la décision de le mettre en scène en constatant la situation précaire dans laquelle vivent encore aujourd'hui les ouvriers de Chine.

Le saviez-vous ? Au départ, Lost for Words est un projet datant de 2009 qui devait raconter la passion entre un ex-soldat américain et une danseuse étoile se rencontrant à Hong Kong. Le film devait être réalisé par la cinéaste danoise Susanne Bier avec Tom Cruise et l'actrice chinoise Zhang Ziyi. Un film aux influences cosmopolites donc mais qui n'a pas vu le jour. Le film de Stanley J. Orzel reprend cette idée d'une histoire d'amour entre un Américain et une Chinoise à Hong Kong mais en y apportant quelques modifications par rapport à l'idée de départ.

Le saviez-vous ? Haramiste a vu le jour suite à la commande d'un producteur recherchant à faire une série de courts métrages sur l'amour moderne. Ici, le film dénonce principalement le manque de liberté des femmes, débat bien présent dans la société contemporaine.

Commentaires

  • Elisariel

    "Le complexe de la salamandre". Je ne connaissais pas cet artiste : Tout simplement bluffant de complexité, de virtuosité, de simplicité ! Ce documentaire doit être à voir !