Docteur Frankenstein, Krampus, Chair de poule... Le plein de fantastique et d'horreur en 10 bandes-annonces !
Pour fêter Halloween, rien de tel qu'une petite sélection de bandes-annonces de films actuellement en salles ou à venir faisant la part belle au fantastique et à l'horreur. Des cannibales, des zombies, des esprits maléfiques, des maisons hantées... Il y en aura pour tous les goûts !

Pourquoi on l'attend ?

- Parce que la créature de Frankenstein, imaginée par Mary Shelley en 1818, reste une des figures les plus fascinantes du cinéma fantastique. Un vrai "monstre star".

- Pour son duo d'acteurs, à savoir James McAvoy et Daniel Radcliffe. Les deux comédiens, incarnant respectivement le Docteur Frankenstein et son assistant Igor, sont ici réunis pour la première fois à l'écran.

- Pour l'ambiance proposée par Paul McGuigan (Sherlock), respectueuse de l'esthétique et de l'esprit gothique du roman original, et pour les ajouts scénaristiques qui confèrent à cette adaptation cinématographique un aspect résolument moderne. On notera notamment que le personnage campé par Daniel Radcliffe est absent de l'oeuvre de Shelley et a été spécialement créé pour le film.

Pourquoi on l'attend ?

- Pour son ambiance, à mi-chemin entre Bienvenue à Zombieland, Supergrave et Shaun of the dead. A travers cette histoire d'ados scouts lubriques et maladroits confrontés à une invasion de zombies, la bande-annonce laisse augurer d'une comédie horrifique à l'humour potache assumé.

- Parce que le film promet de nous en mettre plein la vue en matière de dézinguage gore de zombies... et de chats zombies !

- Pour son casting de jeunes acteurs prometteurs, Tye Sheridan en tête, révélé par Mud et prochain Cyclope dans X-Men Apocalypse.

Pourquoi on l'attend ?

- Parce qu'après nous avoir fait trembler pour Halloween avec son Trick 'R Treat, le réalisateur Michael Dougherty revient nous effrayer avec Krampus dont la première bande-annonce n’est pas sans rappeler Les Gremlins. Ça promet !

- Parce que si vous en avez assez des films de Noël plein de bons sentiments, cette comédie d’épouvante est faite pour vous ! De la neige, des décorations, des dîners en famille mais surtout des frissons, des cris et une créature démoniaque chargée de punir les mauvais enfants. Bref tous les éléments pour passer un Noël hors du commun.

- Parce que les effets visuels sont le résultat des efforts conjugués des sociétés Weta Workshop et Weta Digital, connues pour leur travail sur les trilogies Le Seigneur des anneaux et Le Hobbit. Et puis pour Toni Colette, un peu trop rare au cinéma et encore plus dans ce genre de film.

Pourquoi on l'attend ?

- Parce qu’il s’agit d’une adaptation des célèbres romans d’épouvante signés R.L. Stine, publiés au cours des années 1990 et transposés en 1995 en une série télévisée devenue culte.

- Parce que ce film d’épouvante est avant tout un divertissement familial qui devrait ravir aussi bien les petits que les grands.

- Parce que le cinéaste Rob Letterman a réalisé par le passé deux succès d'animation Dreamworks alliant humour et grosses bébêtes : Gang de requins et Monstres contre aliens. Son premier film live, Les Voyages de Gulliver, mettait quant à lui déjà en scène Jack Black.

Orgueil et préjugés et zombies - sortie prochainement

Film Orgueil et Préjugés et Zombies

Pourquoi on l'attend ?

- Après Abraham Lincoln : chasseur de vampires, voici Orgueil et Préjugés et Zombies. Le point commun, entre les deux, c’est l’auteur et scénariste Seth Grahame Smith. Son credo ? Dépoussiérer des vieux classiques - en l’occurrence un Président et Jane Austen - pour en faire des pastiches horrifiques. Le résultat est évidemment à prendre au 20ème degré…

- Une fois n’est pas coutume, ce sont les femmes, et plus précisément Lily James et Bella Heathcote, qui mènent ici la danse, comme en témoigne l’une des répliques de la bande-annonce : "Mes filles sont entraînées pour le combat, monsieur. Pas pour la cuisine".

- Et cette bande-annonce justement, parlons-en. Outre l’aspect sanglant, la reprise de "Born to Be Wild" par J2 et Blu Holliday donne clairement le ton. Le film de Burr Steers (17 ans encore) promet d'être épique et violent. Le tout produit par une certaine Natalie Portman et emmené par un casting dantesque : Lily James et Bella Heathcote donc, mais aussi la Cersei de Game of Thrones Lena Headey, le Doctor Who Matt Smith ou encore Sam Riley.

Pourquoi le voir ?

- Parce que ce chasseur de sorcières immortel adepte des techniques de combats incarné par Vin Diesel nous rappelle quelque peu l'exterminateur de vampires joué par Wesley Snipes dans la trilogie Blade.

- Pour la présence de Rose Leslie au casting, qui a interprété un rôle marquant dans la série culte Game of Thrones, celui d’Ygritte la sauvageonne ayant une relation amoureuse avec Jon Snow.

- Parce que ce long métrage fantastique a été réalisé par un certain Breck Eisner, à qui l'on doit le terrifiant The Crazies (2010), remake de La Nuit des fous vivants de George Romero.

Pourquoi le voir ?

- Parce que Paranormal Activity 5 The Ghost Dimension est l’ultime volet de la saga et lève le voile sur les questions laissées en suspens dans les précédents opus. La présence, dans le film, d’une caméra capable de voir l’invisible va également permettre aux spectateurs de découvrir les esprits et les mondes parallèles.

- Parce que Gregory Plotkin, bien que réalisant ici son premier long métrage, est un fin connaisseur de la franchise. Il a en effet coproduit et monté Paranormal Activity 2, 3, 4 ainsi que le spin-off The Marked Ones.

- Parce qu’on retrouve les héroïnes du premier film : Katie et Kristi. Celles-ci apparaissent enfants dans des vidéos retrouvées par les nouveaux propriétaires de la maison. Ce 5ème opus est aussi le premier de la saga à être projeté en 3D.

Pourquoi le voir ?

- Parce que The Green Inferno s'inscrit dans la grande tradition des films italiens de cannibales qui étaient légion au tout début des années 1980. Les particulièrement gores et dérangeants Cannibal Holocaust (1980) de Ruggero Deodato et Cannibal Ferox (1981) de Umberto Lenzi pour ne citer que les plus célèbres.

- Pour le savoir-faire de son réalisateur Eli Roth, un jusqu'au-boutiste de l'horreur qui - on l'a vu par le passé avec Cabin Fever et la saga Hostel - ne nous épargne rien dès qu'il s'agit de mettre en scène le sadisme à l'écran. Charcutage, démembrement, torture aux fourmis... Des séquences à réserver ici à un public au coeur bien accroché !

- Pour le ton décalé du film (cf le contraste entre la terreur qui se lie sur les visages des prisonniers occidentaux et les scènes de liesse de la tribu cannibale) et le style visuel assez soigné pour ce type de production. Eli Roth s'est en effet bien gardé de ne pas céder à la mode du found footage pour nous livrer un film où le vert de la végétation se marie de manière harmonieuse avec les peintures aux couleurs chaudes des autochtones.

Pourquoi le voir ?

- Parce qu'après une incursion dans la SF avec Pacific Rim (2013), Guillermo del Toro effectue ici un retour au fantastique, genre qui l'a fait connaître et dans lequel il excelle (Cronos, Mimic, L'Echine du diable, Le Labyrinthe de Pan...). On peut compter sur son style onirique pour revisiter à sa façon le canevas éculé de la maison hantée.

- Parce qu’on retrouve une ambiance semblable à celle des films d'horreur britanniques des années 1950 et 1960. L'époque victorienne, un manoir, un orgue... Autant d'éléments clés d'un imaginaire collectif lié à l'épouvante cinématographique de la Hammer.

- Pour son casting quatre étoiles. Jessica Chastain, Charlie Hunnam - tous deux adeptes de l'univers Del Toro - Tom Hiddleston, le Loki de Thor, et Mia Wasikowska, la Alice au Pays des Merveilles de Tim Burton, se partagent l’affiche de cette romance gothico-fantastique.

Pourquoi le voir ?

- Parce que The Visit fonctionne à la fois comme une comédie et comme un film d'horreur, ce qui permet de rire en tremblant de peur. Exemple avec l'une des scènes les plus cruelles de l'année à base de torture à la... couche sale !


- Parce qu’il s’agit du premier film en found footage de M. Night Shyamalan (Sixième sens, Incassable...), une technique popularisée en 1999 par Le Projet Blair Witch et qui vise à utiliser le procédé de caméra subjective.

- Parce que, désireux d'être le seul décisionnaire sur The Visit, M. Night Shyamalan a utilisé le salaire perçu grâce à After Earth pour produire en partie ce film. Une manière pour le cinéaste qui a vu ces précédents longs remontés à la demande des studios de récupérer le contrôle artistique sur son œuvre.

Commentaires