Les Anarchistes, Ange et Gabrielle, Une Histoire de Fou... Découvrez les sorties de la semaine !
Anecdotes de tournage, notes d'intention, informations cinéphiles : chaque semaine, découvrez les coulisses des sorties cinéma.

Le saviez-vous ? Ange et Gabrielle est l'adaptation cinématographique de la pièce de théâtre L'éveil du chameau de Murielle Magellan (amie avec la cinéaste Anne Giafferi) qui est notamment la scénariste de Une famille à louer et Sous les jupes des filles"Lorsqu’elle me l’a donnée à lire, les deux premières pages ont suffi à me convaincre qu’il y avait aussi l’idée d’un film", confie Giafferi.

Le saviez-vous ? Les Anarchistes permet à Elie Wajeman de retrouver plusieurs comédiens qu'il avait dirigés dans son premier film,Alyah, tels que Sarah Le PicardGuillaume Gouix ou encore Cédric Kahn.

Le saviez-vous ? C'est par le biais de la fiction que Robert Guédiguian a choisi de traiter ce sujet et non par le documentaire. Le réalisateur a opté pour la fiction parce qu'il dit ne pas maîtriser le genre documentaire même s'il en a produit plusieurs. De plus, la fiction permet d’universaliser le propos auprès des gens. Elle possède ainsi un pouvoir d'impact plus fort (si elle est réussie bien sûr).

Le saviez-vous ? Léa Seydoux est la septième actrice française à intégrer la célèbre saga d'espionnage après Bérénice Marlohe (Skyfall), Eva Green (Casino Royale), Sophie Marceau (Le Monde ne suffit pas), Carole Bouquet (Rien que pour vos yeux), Corinne Cléry (Moonraker) et Claudine Auger (Opération Tonnerre).

Le saviez-vous ? Au royaume des singes est le 10ème film portant le label Disneynature et le troisième à raconter la vie des singes. En 2010, nous avons pu découvrir Orangs-outangs : minuit moins une et en 2012, Chimpanzés. Au moins un long-métrage sort chaque année avec le label Disneynature.

Francofonia, le Louvre sous l’Occupation de Alexandr Sokurov

Film Francofonia, le Louvre sous l’Occupation

Le saviez-vous ? Le sous-titre donné à Francofonia, le Louvre sous l'Occupation, fut le titre de travail choisi durant la production. Ce titre provisoire rappelle la volonté du metteur en scène de ne pas uniquement centrer son propos sur cette période noire de l'Histoire. En effet, le film traite aussi de l'importance de l'Art en général, de Marianne ou de Napoléon Bonaparte, entre autres.

Le saviez-vous ? Pour son film, le scénariste et metteur en scène Radu Muntean s'est inspiré d'un fait divers remontant à une quinzaine d'années et qu'il avait lu dans le journal : "L’histoire d’un homme, témoin auditif d’une querelle domestique. Depuis le hall de son immeuble il avait entendu des cris derrière une porte close. Et pourtant il n’avait rien fait pour prévenir le drame et s’était contenté de témoigner lorsque les policiers étaient venus enquêter sur le meurtre. En lisant l’article, je me demandais comment cet homme avait pu au moment du drame ne rien faire pour l’éviter. Il me semblait qu’il aurait simplement pu signaler sa présence en faisant du bruit ou quelque chose comme cela et empêcher peut-être le pire d’arriver."

Le saviez-vous ? La Fille et le fleuve est le second long-métrage d'Aurélia Georges, plus de huit ans après son premier intituléL'Homme qui marche. Entre temps, la cinéaste s'est attelée à un court-métrage de quinze minutes, Le Fleuve Seine, avec la même équipe (acteurs comme technique) que son nouveau long. Et pour cause puisque ce court racontait une histoire similaire de perte et de recherche paranormale. Co-écrit avec l'écrivaine Sarah Jacquet, l'histoire fut même transposée à la radio pour France Culture, sous le nom de Reviens-moi de la rive.

Le saviez-vous ? Pour son film, Gabriel Velazquez s'est inspiré de la culture espagnole et a voulu la partager avec les spectateurs. Le réalisateur explique : "Je ne veux pas que la mémoire soit perdue, mais au contraire, la transmettre aux jeunes et leur montrer que nos traditions peuvent être aussi modernes que nous le désirons. Là, est né Arctique. J’ai fait le film avec mon cœur et mes tripes."

Le saviez-vous ? Si Le Feu Sacré se présente sous une forme documentaire, il comporte malgré tout son lot de fiction. En racontant les dix ans passées à concevoir des histoires sans pouvoir entrainer de production, Arthur Joffé aborde cette période à la première personne, en tournant et montant lui-même.

Commentaires