Techniques d'animation, nouveaux personnages, conception des décors... Tout sur Snoopy et les Peanuts - Le Film !
Découvrez trois extraits, une interview et huit vidéos making-of de Snoopy et les Peanuts - Le Film, dessin animé en images de synthèses centré sur le célèbre petit chien noir et blanc né sous la plume de Charles M. Schulz. Conçu par les studios Blue Sky (à qui l'on doit L'Âge de glace), Snoopy et les Peanuts suit le personnage de Charlie Brown, le loser le plus adorable qui soit, qui se lance dans une aventure héroïque, tandis que son plus fidèle compagnon, Snoopy, s’élance dans les airs à la poursuite de son ennemi juré le Baron Rouge.

Snoopy et les Peanuts - Le Film Bande-annonce (2) VF

Film Snoopy et les Peanuts - Le Film

Le saviez-vous ? L’univers de Charlie Brown a connu sa première publication dans sept quotidiens américains le 02 Octobre 1950 sous la plume de Charles M. Schulz. Apparus initialement sous la forme d’un format court de quatre cases, Snoopy et son fidèle compagnon continuèrent d’être dessinés jusqu’à la mort de l'auteur en l’an 2000. Durant cette longue période, Peanuts (nom original du comics) a été adapté en de nombreux dessins animés destinés à la télévision, dont les célèbres TV special diffusés sur la chaîne ABC. Mais il y eut aussi dans l’histoire de Charlie Brown quatre films d’animation : Un petit garçon appelé Charlie Brown (1969), Snoopy Come Home (1972), Race For Your Life, Charlie Brown (1977) et Bon Voyage, Charlie Brown (1980). Des précédents qui font de cette nouvelle adaptation le premier film sur Charlie Brown depuis 35 ans, célébrant au total 65 ans d’existence.

Le saviez-vous ? Originellement, l’idée d’un nouveau film sur l’univers de Charlie Brown est née du fils de Charles M. SchulzCraig Schulz. Désireux de perpétuer l’héritage transmis par son père, celui-ci travailla un scénario accompagné de son propre fils, Bryan Schulz. Très vigilant quant au respect de l’œuvre originale, Craig Schulz choisit finalement Steve Martino comme réalisateur et le studio Blue Sky comme maison d’animation suite à leur travail sur l’adaptation d’Horton, œuvre littéraire du Dr. Seuss, contemporain du dessinateur des Peanuts.

Le saviez-vous ? Steve Martino, réalisateur du film, connait la bande dessinée de Charles M. Schulz depuis fort longtemps. Ce fut les premiers dessins qu’il lut avec son père et Snoopy devint le premier personnage qu’il dessina, lui qui travaille dans l’animation depuis plus de 25 ans.

Le saviez-vous ? Dans un souci de retrouver le trait de crayon caractéristique des comics d’origine, l’équipe a eu accès à l’entièreté des planches dessinées par Charles M. Schulz et a observé attentivement la manière avec laquelle l’auteur dessinait les émotions de ses personnages. A partir de ce matériel, les animateurs ont cherché à donner davantage de "réalisme"aux dessins, les ancrant par la lumière et les textures dans un décor qui paraitrait vrai.

Le saviez-vous ? Afin de reproduire au plus près le trait du dessin original, l’équipe a effectué de méticuleuses recherches au musée deCharles M. Schulz, localisé en Californie. Ensuite, chaque animateur a dessiné durant trois semaines intensives les personnages de la version originale de Charlie Brown et a visionné de nombreuses fois les TV special originaux. Un guide a même été constitué, contenant tous les détails graphiques, de la forme du nez au dessin de l’œil.

Le saviez-vous ? Une des difficultés rencontrées par l’équipe fut de respecter les proportions singulières des personnages (comme l’image d’une tête grossie pour un corps longiligne) au sein d’une animation mouvante. Pour exemple, sur le seul personnage de Charlie Brown, deux ans de développement ont été nécessaires.

Le saviez-vous ? Les dessins de Charles M. Schulz présentent des lignes de crayon légèrement ondulées et imparfaites. Au lieu de nettoyer ces hésitations, l’équipe de Snoopy et les Peanuts s'est efforcée d’en reproduire l’impression de trouble à l’aide d’outils infographiques conçus originellement pour faciliter une impression de lissage. On peut notamment observer sur les contours de la niche de Snoopy des imperfections identiques à celles de la bande dessinée d’origine. Autre détail, les arbres et les feuillages ne bougent pas sous l’effet du vent.

Le saviez-vous ? En observant les évolutions de Charlie Brown au fil des décennies, l’équipe a noté de subtiles variations de compositions faciales entre le personnage de profil et en frontal. Pour exemple, les oreilles de Charlie Brown sont à des endroits différents suivant la façon dont le regard est tourné. Cela provient du fait qu'initialement, Charles M. Schulz n’avait dessiné que peu de modèles de têtes différentes pour chaque personnage, comme six Snoopy par exemple. Afin de donner une impression de mouvement tout en conservant les traits caractéristiques du dessin original, chaque image contient plusieurs morceaux du corps du personnage. Une fois reliées entre elles par la technique du flou cinétique, les images deviennent un mouvement qui apparait comme naturel tout en conservant le trait de l'auteur.

Le saviez-vous ? Afin de clarifier le langage référentiel à Charles M. Schulz utilisé par l’équipe, les dessins furent souvent comparés à de la nourriture. Ainsi, la vue de profil du pied d’un personnage prit la forme d’une baguette lorsque son dessous ressembla plus à un œuf. Les nombreux nuages, eux, furent envisagés comme des popcorns.

Le saviez-vous ? Nouvelle addition à l’univers de Snoopy, Fifi, objet des convoitises du meilleur ami de Charlie Brown, fut inspirée du travail de Bill Melendez, premier animateur à avoir donné vie aux personnages de Peanuts dès 1961. Fifi est un des deux personnages, avec la jeune fille rousse, entièrement fabriqués pour les besoins du film. On pourra aussi noter que c’est dans la base de données d’enregistrement de l’animateur qu’ont été puisés les bruits émis par Snoopy et Woodstock.

Le saviez-vous ? Soucieux de respecter l’héritage de Charles M. Schulz, l’équipe a tenu à retrouver des timbres de voix d’enfants proches de celles des TV special de la fin des années 60 (qui ont fait la gloire du personnage au fil de leurs multiples rediffusions télévisées). Pour cela, le directeur de casting a écouté des milliers d’enregistrements venus des Etats-Unis. Une fois sélectionnées, les voix ont été enregistrées sur de vieux microphones à ruban (développés dans le courant des années 30) afin de renforcer la fidélité aux cartoons d’origine.

Le saviez-vous ? Selon Steve Martino, un tiers du film illustre les rêveries de Snoopy, répétées cinq fois. Ces séquences furent le lieu idéal pour une autre conception de l'animation, éloignée de l'étroitesse volontaire et de la profondeur réduite de l'univers de Charlie Brown. Une dichomotie esthétique que l'utilisation de la 3D tend à renforcer.

Le saviez-vous ? Les locaux du studio Blue Sky (en charge de l’animation) ont été entièrement décorés à l’image de l’univers de Charlie Brown et de ses amis. Une niche de Snoopy à taille humaine a ainsi été construite tout autour du bureau d’un animateur avec une reproduction du chien allongé posée sur le dessus. La cabine d’accueil de la psy improvisée qu’est Lucy a été installée à côté d’un autre animateur, fan du personnage. On ne sait si elle a toutefois donné lieu à des consultations !

Commentaires