Le Chasseur et la reine des glaces, Robinson Crusoe, Les Malheurs de Sophie... Découvrez les sorties de la semaine !
Anecdotes de tournage, notes d'intention, informations cinéphiles : chaque semaine, découvrez les coulisses des sorties cinéma.

Le saviez-vous ? Dans un premier temps, Kristen Stewart devait reprendre son rôle dans une suite de Blanche-Neige et le chasseur, "Blanche-Neige et le chasseur 2". A ce stade, Frank DarabontGavin O'Connor et Andrès Muschietti (Mama) étaient en lice pour mettre en scène le film. C’est le premier qui fut choisi mais il quitta le navire pour cause de divergences artistiques avec Universal. Pendant ce temps, le projet a évolué en un prequel centré sur le personnage du charismatique guerrier aguerri le chasseur et ne comprenant pas Blanche Neige/Stewart dans sa distribution.

Le saviez-vous ? Ce qui a séduit Vincent Kesteloot et Ben Stassen dans le scénario de Chris Hubbell provenait du fait que cette célèbre histoire n’était pas racontée du point de vue de Robinson, mais de celui des animaux de l’île. "Le personnage principal, Mardi, est un jeune perroquet persuadé que des contrées restent à découvrir au-delà de l’océan. L’arrivée de Robinson le conforte dans son idée. Dès lors, il fera tout pour se lier d’amitié avec cet humain dans l’espoir de quitter, un jour, l’île en sa compagnie", explique le second.

Le saviez-vous ? Pour trouver sa Sophie, Christophe Honoré a auditionné plus de 800 fillettes. Il tenait à ce qu'elle dégage la spontanéité et l'énergie de la Sophie du livre, c'est pour cela que le metteur en scène souhaitait une actrice qui n'ait pas "l'intelligence de la caméra" et qui jouerait pour la première fois à l'écran. L'artiste a finalement jeté son dévolu sur Caroline Grant : "J’ai remarqué très vite, qu’elle avait un goût pour le jeu très fort. Physiquement, en plus, elle correspondait à la petite fille de château que j’imaginais : ses grands yeux, ses boucles noires, sa vivacité, son énergie, et même le timbre de sa voix", relate le réalisateur.

Le saviez-vous ? François Desagnat a tourné avec un système Stab One, un dispositif mêlant la caméra à l'épaule et le Steadicam et qui permet d'avoir en permanence la caméra à la main, sans le côté heurté de ce type de filmage. Il précise : "Au départ, c’est un choix économique mais comme toujours on essaie de faire d’une contrainte une force. Ainsi, nous avons souvent tourné de longs plans qui nous permettaient de suivre les personnages et d'être avec eux au plus près, tout en utilisant tous les recoins de l'appartement."

Le saviez-vous ? Le titre provisoire de Everybody Wants Some était That's What I'm Talking About (C'est de ça que je parle), une réplique tirée d'une scène culte de Dazed And Confused et prononcée par Matthew McConaughey. Le titre définitif est également celui d'une chanson du groupe de hard rock Van Halen, qui pour Richard Linklater résume à merveille l'esprit du film : "La chanson exprime parfaitement le sens de l'humour et l'obsession pour le sexe des garçons de 18 ans", raconte le cinéaste. "Quand on est jeune et fougueux, on veut tout, tout de suite. On considère qu'on y a droit parce que, quand on est jeune, on ne se pose pas de question".

Le Potager de mon grand-père de Martin Esposito

Film Le Potager de mon grand-père

Le saviez-vous ? Martin Esposito a envisagé Le Potager de mon grand-père comme un retour aux sources, nécessaire après la disparition de sa grand-mère. En suivant la vie de son grand-père et de son potager pendant une année entière, il a appris les bienfaits du contact avec la nature sur son propre moral et l'apprentissage d'une meilleure qualité de vie.

Le saviez-vous ? La musique du film a été composée par l'Orchestre National de Barbès mené par Luis Saldanha et Youssef Boukella, amis de la cinéaste Fejria Deliba : "Ils ont lu le scénario et ont commencé à composer avant même le début du tournage, à partir du texte et ce qu’il leur inspirait. Nous avons beaucoup échangé avec Luis sur l’esprit, la ligne que je souhaitais donner à la musique. J’écoutais les maquettes et, très vite, alors que le film n’existait pas encore, une composition a émergé. Quand le film a été tourné ils sont venus au montage et ils ont composé en studio, directement sur les images. (...) Pour nous trois, D’une pierre deux coups est un premier film : eux comme compositeurs de bande originale, et moi en tant que réalisatrice", déclare la réalisatrice.

Le saviez-vous ? Le film a été tourné en Grèce, où Joyce A. Nashawati a vécu. Le pays est une inspiration esthétique pour la cinéaste car le temps y est très sec et les forêts brûlent fréquemment. Sa première impulsion pour Blind Sun vient d'ailleurs de quelque chose qu'elle a vécu alors qu'elle était en vacances dans ce pays : un incendie de forêt qui était si proche d'elle que des cendres se posaient sur la plage où elle se trouvait. Le ciel était rouge et il y avait un contraste saisissant entre ce décor de vacances et un sentiment de fin du monde.

Le saviez-vous ? Hai Yen Do Thi est une actrice très connue au Vietnam tandis que Le Cong Hoang est un acteur débutant. Le second a commencé à répéter avec la première deux ans avant le début du tournage. Il a pu la voir reprendre la danse (Hai Yen est diplômée de l’école du ballet au Vietnam) et se soumettre à un régime très strict afin de perdre 7 kilos pour son rôle.

Le saviez-vous ? Le Fils de Joseph est divisé en cinq parties qui ont toutes trait à des passages de la Bible (une constante dans la filmographie de Eugène Green) : « Le sacrifice d’Abraham » où l’on voit le personnage de Vincent en but face à sa mère et à l’incompréhension de cette absence paternelle ; « Le Veau d’Or », sur le milieu de l’édition, avec ses jeux de pouvoir et sa tendance l’idolâtrie ; « Le Sacrifice d’Isaac », où l’on voit Vincent tenter de sacrifier son père, dans un renversement du mythe ; puis « Le Charpentier », où s’établit, comme entre Jésus et Joseph, une relation filiale qui n’est pas fondée sur le sang ; enfin « La Fuite en Egypte », lorsque Joseph, Marie et Vincent partent de Paris pour rejoindre la Normandie. 

Commentaires