Notez des films
Mon AlloCiné
    Helix
    Critiques spectateurs
    Critiques presse
    note moyenne
    3,4
    146 notes dont 42 critiques
    répartition des 42 critiques par note
    3 critiques
    7 critiques
    10 critiques
    12 critiques
    10 critiques
    0 critique
    Votre avis sur Helix ?
    Tendercrisp
    Tendercrisp

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 85 critiques

    3,0
    Publiée le 7 mai 2014
    Une série originale mais peut être pas très bien maîtrisée. La trame de fond spoiler: de l'expérimentation de l'ADN humain est certes captivante mais se fait très vite oublier au profit de l'objectif de survie des protagoniste. Les scènes "d'horreur" en décalé avec une musique lounge sont tout de même intéressantes et leur effet est réussi. Mais le plus grand défaut de cette série est que l'histoire subit tellement de rebondissement, part tellement dans tout les sens, que réussir à terminer en beauté est une mission difficile spoiler: qui n'a pas vraiment été maîtrisée ici .
    utoi
    utoi

    Suivre son activité 12 abonnés Lire sa critique

    3,5
    Publiée le 9 juin 2014
    Plutôt bonne série, certes on sent qu'il y a d'autres séries qui ont servi d'inspirations. Mais au moins on retrouve de bonnes bases. Pour ma part j'aime ce semblant d'huis-clos mélangé à un suspens. On sent tout de même vers la fin un peu de fatigue et certains stéréotypes arrivent…quand ce n'est pas une intrigue téléphonée, dommage ça partait vraiment pas mal. Les acteurs sont pas trop mauvais et les costumes collent pas mal. A voir dans la saison 2 si tout se confirme.
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 1862 abonnés Lire ses 3 124 critiques

    1,0
    Publiée le 10 janvier 2015
    J’ai vu au générique de cet « Helix » le nom de Ronald D. Moore – M. « Battlestar Galactica » ! – ce qui fait que je ne me suis pas posé de question : j’ai foncé. Bon bah en fait j’aurais bien fait de lire un peu mieux. Il n’est que producteur exécutif sur le projet, et ça se sent. En gros « Helix », c’est quoi ? C’est « The Thing », mais en série, et sans second degré. On est en Antarctique. On a découvert sous la glace des virus anciens super-cools. Mais la chose dérape, si bien qu’ils sont tous coincés dans cette base pendant que le virus commence à se reprendre et à prendre le contrôle des gens. Qu’est-ce que c’est basique ! Alors certes, j’aime bien les huis-clos, j’aime bien « The Thing », et de temps en temps la série essaye de s’imprégner d’atmosphères qui me parlent… Mais bon. L’histoire est au fond incroyablement basique, les personnages sont terriblement creux et caricaturaux mais surtout, ils sont interprétés par le casting le plus « série B » du monde. A part Hiroyuki Sanada (mais qu’est-il allé faire dans cette galère), tous les acteurs et actrices ont des tronches de films de seconde zone ! J’ai l’impression qu’on a essayé de prendre des caricatures de beaux gosses « bad ass » et de filles bimbos, mais qu’on a pris la fin du catalogue parce que les meilleures étaient déjà pris. Ainsi on se retrouve avec des acteurs sans charisme aucun qui adoptent des postures caricaturales auxquels ils ne correspondent finalement même pas. Le pire, c’est que je me suis longtemps demandé si c’était fait exprès. Le casting est tellement fade ; le scénario tellement tissé de grosses ficelles, et la réalisation tellement cheap, que je me suis dit que, peut-être, « Helix » allait basculer dans un second degré à la John Carpenter. Après tout, le générique à lui seul, avec sa musique et son esthétique à la sauce « Portal » pouvait laisser suggérer ça. Mais bon, en fait, il n’y a que le générique… La série fait illusion un épisode ; au deuxième on comprend que le truc est à prendre au premier degré. Et là, c’est un peu le drame, parce que la série n’a rien à raconter. Imaginer qu’on puisse faire une douzaine d’épisodes de trois quarts d’heures avec pour seul postulat celui du virus qui se répand dans une base isolée du monde ??? Pff… Franchement, c’est un peu se foutre du monde.
    orlandolove
    orlandolove

    Suivre son activité 57 abonnés Lire ses 1 650 critiques

    1,0
    Publiée le 27 avril 2015
    Le concept est alléchant mais les bonnes intentions ne tiennent que le temps d'un épisode ou deux. Ensuite, les scénaristes naviguent à vue, multipliant les pistes, accumulant les incohérences et les séquences absurdes. Le casting est inégal mais a au moins le mérite d'y croire...
    Pascal I
    Pascal I

    Suivre son activité 244 abonnés Lire ses 3 339 critiques

    2,5
    Publiée le 5 juillet 2014
    Très partagé sur cette série au regard de cette 1ère saison. Le synopsis, très conventionnel pour un post apocalyptique en huis clos, se devait d'être succinct pour donner envie. Chose faite mais la mise en place et surtout le rendu n'est pas au rendez-vous. Des retournements permanents (trop ?) qui ne structurent pas l'ensemble, rendant chaque situations superficielles voir anecdotiques, suralimentés par des surprises tirées dont je ne sais où et truffés de secrets improbables. En plus, comme en permanence en huis clos, cela nécessite des interprétations tirées au cordeau, précises ... ce qui est loin d'être le cas. Quelques bonnes idées tout de même dans quelques épisodes de cette saison mais trop brouillon ! En attente de voir si ces faiblesses sont corrigées par la suite. 2.5/5 !!!
    Alexis Seny
    Alexis Seny

    Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 32 critiques

    3,5
    Publiée le 4 août 2015
    Décidément, en cet été résolument chaleureux et généreux, on ne trouve à vous parler que de froid, de blizzard et autres paysages désertiques et glacés. Ce n’est pas avec la série Hélix qu’on va s’arrêter, préparez les glaçons, ça va saigner. Car oui, on a adoré! Rien ne prédestinait le brillant Docteur Alan Faragut (du Centre de contrôle et de prévention des maladies, campé par Billy Campbell) à se retrouver perdu au milieu de nulle part sur une base arctique. Et pourtant, c’était sans compter son frère, scientifique chevronné en mal de reconnaissance, qui s’est exilé dans ce centre de recherche, Arctic Biosystem, éloigné de tout. Peter Faragut (Neil Napier) est en effet l’une des premières victimes d’une épidémie qui frappe soudainement et inexplicablement la base avec de mortelles conséquences. Appelé à la rescousse par son ex-femme virologue (Kyra Zagorsky), Alan ne peut que se précipiter et constituer une équipe pour rallier ce territoire hostile et glacé. Mais rien ne peut le laisser présager de ce qu’il va y trouver, dépassant tous les possibles et imaginables, entre des malades assoiffés de sang, de rage et de violence et une menace anonyme et extérieure, peut-être encore plus latente et dangereuse. Comment les « bons » arriveront-ils à garder leur calme pris en tenaille entre dissensions internes et externes, entre secrets de famille, doubles-jeux et troubles-jeux et autre triangle amoureux. Une vraie lutte s’engage mais les forces s’équilibreront-elles? Treize épisodes qui s’avalent à vitesse vévéprime, un créateur novice associé à un grand héros de la SF et un sérieux travail sur l’univers développé. Rien à dire, sur papier, la première saison de la série Helix - Syfy - Sony Pictures Home Entertainment - Saison 1 (5)développée par la chaîne américaine Syfy avait de quoi convaincre et porter de belles et grandes promesses. Dès les premiers épisodes, elle a fait plus que ça, parvenant à nous glacer d’effroi et à nous emporter dans ce périple scientifique et implacable. Et même si, au bout de deux saisons, la chaîne a décidé d’annuler la série, inutile de bouder votre plaisir, voilà un plaisir coupable et absolument incontournable. Pas besoin de long discours, dès les premières minutes et le prégénérique, nous voilà happés sans nulle retenue au cœur de la torpeur et de l’horreur âpre de ces labos enneigés. Les bribes scientifiques bien intégrées à l’intrigue ne freinent pas l’avancée dans ce huis-clos claustrophobique et grandeur nature hérité un peu du The Thing de Carpenter. Sans en faire trop, les créateurs Cameron Porsandeh (ne cherchez pas son nom sur une quelconque filmographie, avant Helix, il « n’était » qu’un économiste à.. Harvard) et le prolifique Ronald D. Moore (un baron de la SF, derrière les Star Trek des années 90 et, surtout, le mythique Battlestar Galactica) parviennent de manière fascinante à mettre en place une histoire complexe aux personnages travaillés (et, apprend-on dans les bonus, réécrit en fonction des acteurs castés) et aux rebondissements nombreux et toujours fignolés de mains de maître sans jamais tomber dans le grotesque. Du côté des acteurs, que du bon mais pas que du connu! Si l’on ne présente plus celui qui est un peu le Pierce Brosnan de la SF, le gigantesque Billy Campbell, et qu’on retrouve avec joie Hiroyuki Sanada (acteur de The Ring mais aussi d’une autre série de survie, Lost); les autres acteurs sont quasiment tous des inconnus qui assurent. À tel point que le scénario a été réécrit pour coller à leurs capacités de performance. Ainsi Neil Napier (qui incarne le frère maudit et contaminé, Peter Faragut) devait disparaître à la fin du pilote avant de devenir une des pierres d’achoppement de la série, avec un charisme phénoménale et un talent à couper le souffle, c’est la révélation d’Helix. Aucune faute de goût au casting donc, et un plaisir d’autant plus grand de faire la connaissance des novices Kyra Zagorsky, Meegwun Fairbrother, Mark Ghanamé ou Jordan Hayes. « Ce n’est pas du virtuel mais des enjeux réels« , et c’est là aussi la grande force de la série: arriver à monter une série de (science-)fiction qui ne soit pas abracadabrantes et avec des éléments tout à fait plausibles (la reformatation du cerveau qui transforme le malade en véritable machine à contaminer son prochain, l’utilisation mortelle de nombreux singes comme éprouvettes scientifiques et cette quête irrémédiable du pouvoir et de la vie éternelle). Entre science salvatrice et (incon)science dévastatrice. Dans les bonus, le créateur Cameron Porsandeh explique même s’être servi de sa propre expérience d’une maladie en Asie et des comportements réels de certains chercheurs qui l’entouraient en situation de crise. Et c’est sans doute cet ancrage réel qui nous a permis, dès les premières minutes de la série, d’avoir les palpitations qui augurent les meilleures séries, riches en frayeurs et en rebondissements. Avec en prime, une formidable force de conviction et de mise en scène et un crescendo bluffant d’épisodes en épisodes ponctué de musiques WTF, détendues et joyeuses complètement barrées (du Fever de Peggy Lee au Temps de l’amour de… Françoise Hardy!). Seul petit bémol, trop souvent dans cette première saison, on a l’impression que les personnages vivant dans cette base scientifique ne sont qu’une petite vingtaine alors qu’ils sont beaucoup plus que ça. Pour le reste, c’est parfait. Bref, Helix, c’est du lourd, inventive et entièrement acquise à sa cause, conçue par des maîtres du genre et absolument prenante. Une série à recommander de toute urgence parce que c’est bien, c’est très convaincant, mais aussi parce que le coffret de la saison 2 (qui s’échappera de l’Arctique) arrive d’ici quelques jours chez Sony Pictures Home Entertainment.
    finsh
    finsh

    Suivre son activité Lire ses 4 critiques

    1,0
    Publiée le 22 avril 2014
    Elles sont rares les séries ou je ne regarde pas la saison 1 en entière. En général j'essaye de me forcer même si c'est moyen pour avoir un avis global mais la j'ai pas pu aller au delà de la moitié de la saison. Chiant, lent, scénario absent, acteurs mauvais, mais mauvais ! Série pour ados pas très regardant sur la qualité.
    Marvelll
    Marvelll

    Suivre son activité 78 abonnés Lire ses 295 critiques

    2,0
    Publiée le 11 juillet 2014
    Une série très décevante quand on voit le buzz autour. Évidemment, à citer Battlestar Galactica, le retour de bâton fait mal. J’ai voulu abandonner la série, mais je me suis accroché et je me suis bien amusé sur les derniers épisodes au point que je ne sais plus si je vais continuer ou pas. De toute façon, la saison 2 sera diffusée début 2015, donc j’ai le temps de voir venir. Lisez la critique complète sur le blog de Marvelll.
    LeMagduCiné
    LeMagduCiné

    Suivre son activité 50 abonnés Lire ses 626 critiques

    2,5
    Publiée le 8 avril 2016
    Dans cette mystérieuse base en plein Arctique, le frère d’Alan, Neil Napier (Dr. Peter Farragut), est l’une des victimes du virus dévastateur… A la tête de cette base, on retrouve l’énigmatique scientifique, Hiroshi Hatake incarné par Hiroyuki Sanada (Revenge, Lost, Le Dernier samouraï, Sunshine, Lost, Wolverine : le combat de l’immortel…), un homme aux multiples secrets, très intéressé par Julia, l’une des scientifiques… Cette série apporte une certaine diversité dans le paysage télévisuel, en abordant le thème des zombies et autres vampires sous l’angle d’un virus nommé Narvik, un agent mutagène d’une agressivité incroyable. La première saison laisse une impression mitigée, bien que le mélange thriller et science-fiction fonctionne plutôt assez bien. Les intrigues mettent du temps à se développer, une lenteur dommageable pour une série comprenant quelques bonnes idées, comme ce cimetière de singes aux visages déformés par la peur, pétrifiés dans la glace…
    Marjolaine A.
    Marjolaine A.

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 258 critiques

    3,0
    Publiée le 4 février 2018
    Le début de la première saison est très bien fichu, très bien pensé. Les décors sont superbes, les acteurs remarquables, la réalisation plus que correcte et l'ambiance est particulièrement réussie. C'est une série à la croisée des chemins entre le thriller, l'horreur et le fantastique. Le problème c'est que l'on bascule dans le fantastique très lentement, et que plus on avance dans la saison, plus l'histoire est tirée par les cheveux, avec en particulier un final à la limite du grotesque.
    Bulles de Culture
    Bulles de Culture

    Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 634 critiques

    3,5
    Publiée le 9 mai 2014
    Avec un slogan "Play God, pay the price" ("Jouez à Dieu, payez-en le prix"), la série Helix nous promet un huis-clos haletant. La scène finale sous la douche de l'épisode 2 (référence explicite à Pulsions de Brian de Palma) annonce une suite et un thriller plein de promesses. Pourvu que ça dure...
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Publiée le 12 mai 2014
    Il y a du potentiel largement sous-exploité. Mais la série est restée au stade du concept. On se dit "ah oui, il y a de l'idée" mais jamais les choses deviennent plus profondes. Il arrive que les auteurs prennent leur temps avec des péripéties qu'on voit venir très longtemps à l'avance, alors que d'autres sont lâchées n'importe comment. Dans l'ensemble, la structure est ratée.
    kycy
    kycy

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 10 critiques

    1,5
    Publiée le 5 mai 2014
    Comment dire sans etre méchant avec ce réalisateur que j'ai aimé lors B G mais la c'est horrible petit jeux de mot lol. Il faut revoir la copie je pense
    Damien Fleur
    Damien Fleur

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 5 critiques

    4,0
    Publiée le 14 mai 2014
    Avec pas mal de curiosité je me suis lancé dans ce "Dark thriller" tel que le défini Wikipedia. Et ce fut vraiment une belle surprise. Imaginez un suspense à la "Lost" (intrigue à tiroirs) mélangé à l’atmosphère étouffante de "The Thing" (Immense centre de recherche ultra secret dans l'arctique), une petite touche de "Walking Dead" et vous aurez grosso modo l'ambiance de ces 13 premiers épisodes de Helix. C'est anxiogène voire carrément flippant, sadique parfois et c'est clairement affiché comme tel. Chaque épisode apporte son lot de rebondissement permettant à la fois de complexifier et de dénouer petit à petit l'intrigue. Quelques reproches cependant : le scénario perd en crédibilité sur la fin de la saison ( spoiler: Julia qui guérit miraculeusement, pourquoi la faucheuse apporte la mère de Julia dans la base ? Sarah souffre de sa grossesse en quelques jours ? ), le traitement du côté "sentimental" est franchement gnangnan et détonne avec le ton global, et la fin de la saison 1 ressemble à une pirouette, affichant clairement qu'une 2° saison n'était pas vraiment anticipée initialement. Bref ça aurait très bien pu se boucler en une saison, mais je ne vais pas bouder mon plaisir de retrouver les héros début 2015, avec une curiosité renouvelée.
    Sebastien s
    Sebastien s

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 345 critiques

    4,0
    Publiée le 15 février 2015
    Beaucoup d'espoir dans cette série, la saison 1 met l'ambiance, bon jeux de la part des acteurs. Retour vers une contagion en espérant éviter la vague de zombie actuel.
    Back to Top