Notez des films
Mon AlloCiné
    Claws
    Anecdotes, potins, actus et secrets inavouables autour de la série "Claws" et de son tournage !

    D’une chaîne à l’autre...

    En 2013, Claws est d’abord développée comme une comédie de 30 minutes, pour le compte de HBO. Trois ans plus tard, c’est finalement TNT qui s’empare du concept pour en faire une dramédie, sous un format de 50 à 60 minutes. Le projet succède notamment à Animal Kingdom et Good Behavior, deux autres séries de la TNT, qui adoptent un angle atypique pour traiter de la sphère de la criminalité.

    Genèse du projet

    Pour ses inspirations, Eliot Laurence cite notamment la ville de Sarasota, qu’il "a visité un nombre incalculable de fois avec sa mère", endroit dont "il est tombé amoureux"», ainsi qu’une tradition très floridienne du roman noir, où l’humour est prépondérant, avec des auteurs comme Carl Hiaasen et Dave Barry : "J’adore les histoires où les femmes sont fortes et indépendantes. J’adore les histoires où les femmes s’entraident et se battent. Et je suis devenu un grand fan du ‘Florida noir’. C’est un genre unique, parce que l’intrigue policière et l’humour s’entremêlent et je voulais vraiment en faire l’esprit de la série. Vous ne savez jamais si vous devez rire ou pleurer et je pense que c’est ce qui nous différencie des autres comédies."

    Girl Power

    Niecy Nash salue l’initiative de représenter un groupe de femmes qui s’entraident les unes les autres : "Je pense que c’est très important. Les idées politiques ou les croyances religieuses n’ont pas d’importance. Ce qui compte avant tout, c’est la solidarité féminine. (…) La spécificité de Claws c’est que cette fois, ce sont les femmes qui mènent la danse. Elles sont indépendantes. Elles maîtrisent leur vie. La plupart sont d’âge mûr et pourtant ça ne les empêche pas d’avoir des chances de réussir, d’être drôles et sexy, d’être pleines de contradictions. J’adore le fait que ces femmes soient imparfaites mais qu’elles se défendent quand même les unes les autres." Un avis partagé par sa partenaire de jeu, Carrie Preston : "C’est amusant car le titre peut laisser penser que ça parle de crêpage de chignon, et il y a un peu de ça, mais ce qui compte avant tout c’est de s’entraider plutôt que de se rabaisser."

    Coup de foudre pour Niecy Nash

    Selon Janine Sherman Barrois, l’actrice Niecy Nash a fait sensation auprès de l’équipe, lors du casting : "J’étais là, avec Eliot [Laurence] et Will McCormack. Et elle nous a séduit. Je veux dire, elle nous a littéralement fait rire et pleurer. En 45 minutes, c’était évident pour tout le monde : elle était faite pour Desna. C’était indéniable. Niecy Nash vit et respire son personnage 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Elle est capable de vous appeler à 2h30 du matin avec de nouvelles idées. Elle se réveille en pensant à ce que son personnage pourrait faire, ou dire… à quoi ressembleraient ses ongles, comment elle tiendrait un flingue…"

    Une esthétique flamboyante

    Claws impose une esthétique très flashy, obtenue par la concordance de plusieurs membres de l’équipe, comme le raconte Janine Sherman Barrois : "Jennifer Eaves était la costumière sur le pilote. Elle a ressorti ce look un peu hip-hop des années 90 : les jeans déchirés, les vêtements moulants, les couleurs vives. En Floride, les gens portent beaucoup de couleurs. Par ailleurs, on est tellement habitué à voir des mannequins squelettiques… Là, on a ces femmes en bodies, qui exposent leurs formes. Elles s’assument. Tout ça donne un ton un peu à la Tarantino. Parce que c’est audacieux et vraiment authentique (…)  Stephen Carter, notre chef décorateur, a travaillé avec la réalisatrice Nicole Kassell, afin de s’assurer de la cohérence. Car il y a des tons roses, turquoises, verts, jaunes… Et ensuite, notre chef opérateur David Hennings a fait en sorte qu’on obtienne une image très lumineuse..

    Jusqu’au bout des ongles

    Dans Claws, les ongles sont évidemment au premier plan. Pour s’approprier l’art de la manucure, les actrices ont notamment été aidées par des professionnels. "Les producteurs nous ont emmené dans trois salons différents, où nous passions une journée entière à apprendre l’art de la manucure, les instruments et les produits à utiliser." raconte Carrie Preston. Ne pouvant pas se faire les ongles plusieurs fois par jour, les comédiennes portent cependant des faux-ongles conçus et préparés spécifiquement par l’artiste Gracie Joseph. S’ils rendent le jeu d’acteur plus complexe, ils reflètent néanmoins les émotions des personnages et leur style est un spectacle à part entière, comme l’explique Niecy Nash : "C’est super compliqué de s’en accommoder. Il faut réapprendre à se servir de son téléphone, sans parler de la difficulté de se déshabiller quand on veut aller aux toilettes. Mais c’est tellement important, parce que les ongles racontent aussi une histoire. Ce sont presque des personnages à part."

    Une équipe majoritairement féminine

    Si Claws se revendique comme une série féministe, notamment par son casting principal, parmi lesquelles on retrouve Niecy Nash, Carrie Preston, Judy ReyesKarrueche Tran et Jenn Lyon, il en est de même derrière la caméra. En effet, parmi les sept réalisateurs, on compte cinq femmes, dont Nicole Kassell (The Americans, The Leftovers…) qui réalise le pilote, ainsi que Tricia Brock (Younger, Mozart in the Jungle…), Marta Cunningham (Insecure), Victoria Mahoney et Shira Piven. L’équipe scénaristique respecte la parité avec trois femmes sur six, dont Janine Sherman Barrois, Maisha Closson et Leila Gerstein.

    Niecy Nash, marraine de Karrueche Tran

    Face à la difficulté rencontrée par les directeurs de casting pour le rôle de Virginia, c’est Niecy Nash qui leur a finalement suggéré de rencontrer la jeune mannequin Karrueche Tran : "J’ai demandé : ‘Vous connaissez Karrechue Tran ? Je pense qu’elle serait un choix intéressant.’ J’avais le sentiment qu’elle serait parfaite pour le rôle. Elle partage un trait commun avec le personnage : c’est une personnalité publique et pourtant elle est très timide." Après quelques auditions, la jeune femme a effectivement été prise pour le rôle.

    Un projet singulier

    Ambitieuse dans le fond comme dans la forme, Claws n’a pas tout de suite suscité les mêmes réactions chez les acteurs. "Ce n’est pas souvent qu’on a entre les mains, un scénario aussi délicieux que celui-ci. Et la protagoniste était noire, donc c’était encore mieux.", s’est enthousiasmée Niecy Nash, contrairement à Harold Perrineau, qui a d’abord éprouvé quelques réticences : "Quand j’ai lu le scénario pour la première fois, j’ai tout de suite pensé que la série n’allait jamais réussir à convaincre une chaîne comme TNT. Ça a été mon premier réflexe. Parce que c’était tellement cru et drôle à la fois. On n'a encore rien vu de semblable et pourtant TNT a accepté."

    Recherches sur l’autisme

    Interprétant le jeune frère autiste de Niecy NashHarold Perrineau a souhaité faire des recherches sur ce sujet, particulièrement délicat, afin d’être au plus proche de son personnage : "Je me suis dit que c’était important de comprendre ce que signifie l’autisme. L’une des choses que j’ai découvert, c’est que ce n’est pas une maladie. Tout comme certaines personnes éprouvent des facilités à apprendre, d’autres sont plus lents à assimiler des informations. (…) J’ai parlé à un médecin, j’ai aussi beaucoup discuté avec des amis dont l’enfant en souffre. J’ai lu des livres et fait des recherches sur internet. J’avais toutes ces sources différentes, et j’ai mis au moins un mois avant de comprendre où mon personnage se situait exactement dans le large spectre de l’autisme."

    La signification du titre

    Claws ("Griffes" en français) peut avoir plusieurs significations. On pense d’abord évidemment aux ongles longs et vernis des personnages, qui s’apparentent presque à des griffes. Pour l’actrice Carrie Preston, "la série parle de cinq femmes unies comme les cinq doigts de la main". Enfin, Claws peut aussi évoquer "une sorte de défense contre des forces extérieures", par rapport au monde criminel que côtoient Desna et ses amies.

    "Uncle Daddy"

    Le personnage interprété par Dean Norris possède un surnom pour le moins original et connoté : Uncle Daddy, ou "Oncle Papa" en français. Une caractéristique qui plaît particulièrement au comédien : "Clay Husser est son vrai nom. Son surnom vient du fait qu’il a élevé ses neveux comme ses propres fils, après la mort de son frère. Evidemment, il y a aussi des connotations plus salaces… En tout cas, c’est l’une des choses que je préfère à propos de mon personnage."

    Les secrets de tournage des series les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • Why Women Kill (2019)
    • The Last Kingdom (2015)
    • La Casa de Papel (2017)
    • Le Bureau des Légendes (2015)
    • The Resident (2018)
    • Validé (2020)
    • This Is Us (2016)
    • Vikings (2013)
    • White Lines (2020)
    • The Eddy (2020)
    • Outlander (2014)
    • Outer Banks (2020)
    • The Walking Dead (2010)
    • Sex Education (2019)
    • Prison Break (2005)
    • The Mandalorian (2019)
    • Peaky Blinders (2013)
    • Élite (2018)
    • Upload (2020)
    • Space Force (2020)
    Back to Top