Notez des films
Mon AlloCiné
    The Rain
    Anecdotes, potins, actus et secrets inavouables autour de la série "The Rain" et de son tournage !

    Première série danoise sur Netflix

    The Rain est la première série danoise de Netflix. Selon les créateurs, jamais la série n’aurait pu voir le jour sans cette plateforme. "Quand nous avons développé l’idée de la série il y a quelques années, nous ne pensions pas pouvoir la faire car au Danemark seuls deux types de séries voient le jour : les feuilletons policiers et les comédies dramatiques. Ce n’est qu’après avoir appris que Netflix cherchait à lancer sa première production originale scandinave que nous avons réalisé que c’était là notre unique chance de pouvoir concrétiser notre projet. Nous sommes donc allés à leur rencontre et, par chance, ils ont été emballés par notre histoire", raconte notamment Jannik Tai Mosholt.

    Conditions de tournage

    La pluie tient évidemment une place prépondérante dans l’histoire… comme sur le plateau lui-même : "Il a plu pendant tout le tournage… C’était l’été le plus pluvieux au Danemark depuis 32 ans !", se souvient le créateur Christian Potalivo.

    Une réflexion écologique

    Dans The Rain, l’eau, généralement source de vie, devient source de mort. Un choix scénaristique qui fait écho à la situation écologique contemporaine, comme le souligne le créateur Jannik Tai Mosholt : "Le Danemark est un pays où la nature à l’état sauvage n’existe plus. Tout est contrôlé par l’homme. Les parcs, les champs et les forêts sont structurés en fonction de nos désirs. La série montre comment la nature peut prendre sa revanche et profiter de la catastrophe pour créer un monde qui lui sied, dans lequel l’homme est en voie de disparition."

    Influences

    The Rain évoque de nombreuses références, en raison de son genre spécifique. "L’environnement post-apocalyptique est un terrain de jeu où il est difficile de ne pas répéter certaines scènes déjà vues dans des séries ou des films", admet en ce sens Jannik Tai Mosholt. Le showrunner a largement puisé son inspiration dans le roman "Sa Majesté des mouches", les films La Route et Hunger Games. La série emprunte également l’idée de 28 semaines plus tard, où un personnage est susceptible d’être l’antidote à l’apocalypse. Enfin, The Rain s’apparente aussi aux shows The Walking Dead et The Leftovers, à travers les thématiques de la survie et des rapports humains.

    Fiction Vs réalité

    La pluie peut-elle être réellement source de contamination comme le montre la série ? Dans une interview accordée au Huffington Post, le médecin virologue Henri Agut rassure : c’est quasi impossible, sachant que "l’eau qui se condense dans l’atmosphère est a priori stérile". "Pour qu’une personne soit contaminée, il faudrait des quantités de virus phénoménales", renchérit le docteur Christophe Batejat, responsable adjoint de la cellule d’intervention biologique d’urgence à l’Institut Pasteur.

    Récit d’apprentissage

    Outre l’aspect survival, The Rain est également un récit d’apprentissage. Simone et son frère Rasmus se joignent à un groupe de jeunes survivants et se retrouvent livrés à eux-mêmes, sans figure parentale pour les guider. "Dans beaucoup de séries sur le passage à l’âge adulte, le parent représente ce miroir dans lequel l’ado peut se projeter pour grandir. Il était important que nos personnages ne bénéficient d’aucune aide et se débrouillent seuls.", explique Jannik Tai Mosholt. Son collègue Christian Potalivo, de confirmer : "L’un des thèmes de la série est la responsabilité des adultes dans l’état déplorable du monde qu’ils laissent à leurs enfants. Nos personnages subissent, dans un premier temps, l’héritage néfaste des adultes et s’en émancipent par la force des choses, pour devenir de vrais héros."

    Symboles architecturaux

    Le créateur Esben Toft Jacobsen, également réalisateur de films d’animation très connus au Danemark, a fait de nombreuses recherches topographiques sur internet, afin de créer des lieux visuellement forts. L’univers de The Rain contient ainsi plusieurs symboles architecturaux, comme l’explique Jannik Tai Mosholt : "Souvent la figure du mur représente une protection envers le monde extérieur. Mais qu’arrive-t-il quand ce mur vous enferme à l’intérieur ? Les circonstances qui vous placent de tel ou tel côté du mur sont précaires et peuvent changer en un clin d’oeil. L’idée des ponts brisés est aussi une métaphore de l’aide refusée aux réfugiés."

    Un trio de créateurs

    Les trois créateurs de The Rain se connaissent depuis plus de 15 ans et ont notamment fréquenté la même école de cinéma. Chacun d’entre eux possède néanmoins un profil différent qui a permis une répartition des tâches évidentes : Jannik Tai Mosholt a été désigné comme showrunnerEsben Toft Jacobsen comme directeur artistique et Christian Potalivo comme producteur. "Je pense que la clé de notre collaboration est que nous nous apprécions énormément, et que nous aimons travailler ensemble, tout simplement", déclare ce dernier.

    Entraînement physique

    Pour se glisser dans la peau de son personnage de militaire, l’acteur Mikkel Boe Følsgaard a fait un stage de survie de 24 heures en forêt, afin d’apprendre à faire du feu et se repérer sans boussole. "On n’avait rien à manger ni à boire. J’ai eu faim au bout de 40 minutes. Je ne pense pas que je survivrais longtemps dans un monde post-apocalyptique !", raconte-t-il avec humour.

    La révélation Alba August

    Alba August, interprète de Simone, l’héroïne de The Rain, n’est autre que la fille du réalisateur et scénariste danois Bille August (La Maison aux esprits) et de l’actrice Pernilla August (Shmi Skywalker dans Star Wars : la menace fantôme). Alba August avait notamment déjà tourné dans plusieurs séries, dont Meurtres à SandhammLes Héritiers et Jordskott.

    Spécificités danoises

    Bien qu’ils atteignent une audience internationale grâce à Netflix, les créateurs de The Rain ont tenu à garder leur identité danoise, notamment à travers les conditions météorologiques, ou encore en allant à l’encontre du fantasme de la nation la plus heureuse du monde. "Nous venons d’un pays très humide et nous avons la chance de vivre dans une société très bien structurée. C’était intéressant d’imaginer un monde où ce sentiment de sécurité était mis à mal", raconte Christian Potalivo.

    Les secrets de tournage des series les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • Why Women Kill (2019)
    • The Last Kingdom (2015)
    • La Casa de Papel (2017)
    • Le Bureau des Légendes (2015)
    • The Resident (2018)
    • This Is Us (2016)
    • Validé (2020)
    • Vikings (2013)
    • White Lines (2020)
    • The Eddy (2020)
    • Outlander (2014)
    • Outer Banks (2020)
    • The Walking Dead (2010)
    • Sex Education (2019)
    • Prison Break (2005)
    • The Mandalorian (2019)
    • Peaky Blinders (2013)
    • Élite (2018)
    • Mes Premières Fois (2020)
    • Upload (2020)
    Back to Top