Notez des films
Mon AlloCiné
    Breaking Bad
    Critiques spectateurs
    Critiques presse
    note moyenne
    4,6
    44891 notes dont 2373 critiques
    répartition des 2373 critiques par note
    1718 critiques
    488 critiques
    70 critiques
    49 critiques
    22 critiques
    26 critiques
    Votre avis sur Breaking Bad ?
    Mirsa045
    Mirsa045

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 41 critiques

    5,0
    Publiée le 11 avril 2013
    Cette série finalement méconnue du grand public n'a pas le succès qu'elle mérite. Breaking Bad s'impose certainement comme l'un des meilleurs show de ces dernières années, alors que nous sommes constamment envahis par des séries bas de gamme, redondantes et donc sans intérêt. Cette série est un véritable chef d'oeuvre portée par une interprétation excellente de ses comédiens, Bryan Cranston en tête. L'évolution du personnage de Walter White est bluffante mais ne serait rien sans son interprétation. Un scénario exemplaire, une réalisation bien au dessus de la moyenne (des plans magnifiques intérieurs et extérieurs), et un point qui a selon moi toute son importance c'est la précision quasi parfaite apportée à ce show, pas un détail n'est laissé au hasard, l'ensemble est crédible et cohérent (toute proportion gardée bien entendue, ça reste du cinéma...). On jubile au simple fait de voir une situation "inexpliquée" dans la saison 1, s’éclaircir et prendre toute son importance 2 saisons plus tard. On en redemande, Bravo!
    Dex et le cinéma
    Dex et le cinéma

    Suivre son activité 565 abonnés Lire ses 184 critiques

    5,0
    Publiée le 5 avril 2014
    Sombre, violente, passionnante, GRANDIOSE !!! Breaking Bad est tout simplement LE chef d'œuvre, tant au niveau de sa mise en scène que de son scénario. Les personnages sont passionnants, d'une très grande profondeur ,et interprétés par des acteurs fantastiques, qui livrent un travail époustouflant. La construction scénaristique est tout bonnement HALLUCINANTE. Chaque saison propose ses propres enjeux, tout en étant en parfaite continuité avec l'intrigue, et tout cela est tellement bien pensé, qu'on ne pourrait que remettre en cause ce génie, si on ne l'avait pas vu se dérouler sous nos propres yeux ébahies, et admiratifs. La tension et le suspens sont si intenses, si grandioses, que les cliffhangers, d'une intensité jamais égalée, sont vécues comme un soupir de soulagement, pour se préparer a affronter la suite. La série propose également une critique très profonde de la violence naturelle de l'homme, et a quel point on en devient dépendant, lorsque nous prenons conscience de toute les possibilités qu'elle offre. Une très bonne musique, un scénario INCROYABLE, des personnages passionnants, une réalisation excellente, bref... Breaking Bad est l'œuvre de fiction la plus grandiose qu'il m'est été donné de visionner, la plus prenante, la mieux interprétée, et proposant une conclusion si extraordinaire, qu'elle est devenue ma définition du mot "perfection". Breaking Bad a changé la télévision. Breaking Bad marquera toute une génération de spectateurs. Walter White est le meilleur personnage de toute l'histoire de la fiction. Merci Vince Gilligan, le génie de ton œuvre restera gravé dans le cœur de ses fans, qui ont su lui donner le succès qu'elle mérite. RIEN n'est 100% parfait, mais Breaking Bad est pure, a 99,98% !
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 1142 abonnés Lire ses 4 339 critiques

    5,0
    Publiée le 3 février 2012
    Que dire sur une série si parfaite,si aboutie,si renversante,si spirituelle."Breaking Bad" est tout simplement la série la plus démente qu'il m'ait jamais été donné de voir.Les raisons sont innombrables.A la réalisation très cinématographique,s'ajoute des trouvailles de mise en scène,un humour noir très corrosif,des scènes d'actions très sanglantes et d'autres jouant sur une intensité étouffante.Vince Gilligan,le showrunner a poli sa création jusqu'à l'extrême.D'un postulat de départ assez simple(un professeur de chimie et un petit dealer fabriquent de la métamphétamine),l'intrigue prend une ampleur incroyable,à mesure que le commerce devient florissant,que les mensonges deviennent énormes,et que les cartels locaux s'intéressent à eux.Bryan Cranston,acteur de génie,incarne un personnage à la dimension shakespearienne.Walter White veut sauver sa famille du besoin(il est menacé par un cancer),mais il s'enfonce de plus en plus dans son nouveau rôle.Un sort tragique semble inévitable...Tous les autres personnages sont ultra-charismatiques,du chef de gang méticuleux,en passant par l'équipier incontrôlable,un tueur à gages taiseux,un avocat hâbleur,ou un beau-frère agent des stups collant.On atteint des sommets dans les saisons 3 et 4,scotchantes,et adeptes du contre-pied.Sans oublier des pré-génériques toujours très inventifs,et une photographie très western mettant en valeur les paysages du Nouveau-Mexique.Il n' y a plus qu'une chose à faire:la savourer sans modération!
    LeddyZ
    LeddyZ

    Suivre son activité 88 abonnés Lire ses 67 critiques

    5,0
    Publiée le 31 août 2013
    J'irai droit au but: Breaking Bad est sans le moindre doute la meilleure série jamais créée. Elle ne cesse d'ailleurs de remporter des tas de prix dans chaque Festival, et l'on comprend vraiment pourquoi. Je ne trouve même pas de mots assez forts pour la décrire: à tout point de vue, elle est absolument parfaite, j'ai beau chercher la petite bête, je ne la trouve nulle part. La dernière saison (la deuxième partie de la 5ème, qui a donc été divisée en deux) mettra un terme à un inqualifiable chef d'oeuvre. Aucune autre série ne l'égale: que ce soit Dexter, Game Of Thrones, ou encore The Walking Dead, aucune d'entre elles (qui sont pourtant exceptionnelles) ne décèle autant de génie que Breaking Bad. En effet, cette dernière est parvenue à me faire rire aux larmes par son humour noir distillé à la perfection, et a même également réussi à faire surgir en moi de la profonde tristesse: la série réserve quelques moments extrêmement émouvants et dramatiques, qui frapperont à coup sûr le spectateur de plein fouet. En toute sincérité, il est impossible d'en ressortir indemne: le scénario est l'oeuvre de véritables génies de l'écriture, proposant toujours des rebondissements nous faisant bondir de notre siège, et chaque saison est une perle rare. Jamais la série ne s'essouffle, jamais il n'y a de longueurs, tout est brillant. Mais je n'ai pas évoqué les acteurs: Bryan Cranston (détenteur de 3 Emmy Awards) et Aaron Paul (détenteur de 2 Emmy Awards) sont deux acteurs dont le talent atteint un niveau tellement élevé qu'il semble impossible de le dépasser. Tous deux disposent d'un charisme phénoménal, et laissent transparaître de manière hallucinante leurs émotions. Je n'hésiterais pas une seconde à affirmer que ce sont tout simplement deux des meilleurs acteurs de notre époque. Breaking Bad relève du génie, et passer à côté serait donc une véritable erreur.
    François G.
    François G.

    Suivre son activité 89 abonnés Lire ses 388 critiques

    5,0
    Publiée le 10 décembre 2015
    C'est le 21 Août 2015, je m'en souviens parfaitement, que je me suis assis dans mon canapé. Le 21 Août, que j'ai commencé l'aventure "Breaking Bad". Un long périple s'est créer jusqu'à hier soir, Mercredi 9 Décembre, à 22 heures. Que puis-je dire après tout ce qui a déjà été dit ? Car oui, je considère moi aussi cette série en tant que chef d'œuvre. Vince Gilligan nous offre une fresque d'un dramatisme intense et terriblement poignant ; durant lequel l'on suit des protagonistes fascinants et brillants. Bryan Cranston ("Godzilla", "Argo") incarne Walter White, un homme cancéreux dont la descente aux enfers dans le monde de la drogue pour subvenir aux besoins de sa famille ne se fera non sans douleurs. Impeccable et charismatique, imposant et sympathique au départ, Bryan Cranston nous livre une prestation hors-normes et monstrueuse. Que cela soit au niveau de sa grande présence à l'écran ou à la qualité d'écriture exceptionnelle du personnage avec des répliques majestueuses ("Say my name", "I am the danger" et bien d'autres marquant les mémoires des téléspectateurs), Walter "Heisenberg" White est une prouesse de la télévision. Il en est de même pour Jesse Pinkman, très attachant collaborateur du chimiste. Aaron Paul ("Triple 9", "Need for Speed") est bluffant de sincérité. Excellemment performant dans un rôle sublimement écrit et complexe, le comédien rafle d'ailleurs diverses récompenses pour son interprétation, tout comme Bryan Cranston. Ce duo que nous suivons durant 5 magnifiques saisons est tout bonnement parfait et très attachant. Le reste du casting nous présente différents personnages tantôt sympathiques que détestables. Anna Gunn, Dean Norris, Betsy Brandt, RJ Mitte, Bob Odenkirk, Jonathan Banks, Jesse Plemons, Giancarlo Esposito, Rymond Cruz, etc... Chaque homme, chaque femme de ce récit parfaitement maitrisé trouve sa place et lui apporte une profondeur prenante. J'ai encore du mal à réaliser d'avoir fini de suivre ces personnages si intéressants, d'avoir vécu toute une aventure avec eux jusqu'au final à l'ampleur cohérente et en adaptation avec le reste de la série. Les enjeux sont très bien traités, la dramaturgie de certaines scènes est intensément forte et se révèle être un choc pour le reste du récit. Série sur la violence et l'ambition d'un homme mégalomane, "Breaking Bad" nous entraîne de villes en déserts avec des péripéties pathétiques et foudroyantes. Un scénario abouti et parfaitement maitrisé, une histoire passionnante et puissante grâce à son personnage principal, "Breaking Bad" est une série parfaite. La tension est omniprésente, l'humour noir est très efficace et le bonheur que nous procure certaines séquences euphorique. Vince Gilligan offre une Odyssée sombre et frissonnante sur la déchéance de l'Homme, de son retour à son instinct animal et de sa propre perception du monde qui l'entoure. Walter White, mon Dieu ce personnage ! Brutal et attendrissant, ce monstre qui accepte son état nous coupe littéralement le souffle ! La mise en scène de chaque épisode est excellente dans ce qu'elle propose. L'esthétique est sublime, les couleurs sont très elles variant les couleurs sèches (rouge, orange, jaune) aux couleurs plus rafraichissantes (bleu et vert) ; et les décors très convaincants. L'ambiance dans les déserts est très bien retranscrite, les entrepôts de méthanphétamines sont grands et bien pensés, et les villas et autres bâtiments parfaitement construits. Chaque plan d'un épisode met en valeur ces éléments visuels durant 50 minutes, avec des mouvements de caméra très bien organisés et des effets spectaculaires. Certaines séquences resteront gravées dans nos esprits, comme l'explosion d'un bâtiment pendant la fin de la première saison, ou bien des scènes attristantes et tires-larmes. Je me souviens des soirs où je regardais cette fresque grande et magistrale ; ces journées devant ma télé ou mon ordinateur admirant la beauté de la série. Malgré tout ses mensonges et tromperies, Walter me manque déjà, de même pour Jesse et Saul Goodman. "Better Call Saul" me transportera peut-être à nouveau. La BO est énorme et en adéquation avec l'ambiance délicieusement déjanté et violente à la sauce mafia-westernienne au Nouveau-Mexique. Chaque fin d'épisode durant les premières saisons nous fait écouter des morceaux de musiques magnifiques, et annonçant grâce aux paroles le déroulement de certains évènements. De même pour de très nombreuses symboliques dans les plans symétriques avec des personnages ou des incrustations dans les décors comme le logo physique de la série. "Breaking Bad" a gagné, c'est la meilleure série de tous les temps. Je ne peux qu'acclamer toutes les prouesses techniques et organiques de cette incroyable série à la conclusion en apothéose, et la conseiller à mon entourage, pour que le nom de Heisenberg rentre dans de nouveaux esprits. Malheureusement, "Breaking Bad" va me manquer ; après "Sons of Anarchy", j'ai un autre vide à combler.
    Zoumir
    Zoumir

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 959 critiques

    5,0
    Publiée le 2 octobre 2013
    Il y a 5 ans, je découvrais sans grande conviction la petite ville d'Albuquerque sans me douter une seule seconde qu'année après année, après des vacances bien méritées, je trépignerais d'impatience d'y remettre les pieds. Rien n'était gagné pourtant en découvrant ce père de famille, professeur de chimie d'une cinquantaine d'année, enfermé dans une vie bien rangée et pas forcément folichonne entre son travail et son fils handicapé. Un homme gentil et visiblement aussi agité qu'une mer d'huile, un bon gars quoi! Un bon gars sans histoire dans la routine d'une petite ville du Nouveau-Mexique. Un bon gars qui du jour au lendemain voit sa vie basculer à l'annonce d'un cancer du poumon. Et, comble de l'ironie, un non-fumeur! Non franchement, la vie de Walter White ne présageait vraiment plus rien d'excitant. A moins qu'il ne se décide à mettre sa famille à l'abri en utilisant le temps qu'il lui reste à vivre pour mettre ses compétences en chimie à la disposition d'une cause qui n'a rien de noble : la préparation de méthamphétamine. Immédiatement apparentée à Weeds qui oeuvrait déjà depuis 3 ans sur une chaîne concurrente, Breaking Bad s'en démarque pourtant rapidement par son côté bien plus sombre et violent. Le monde qui s'ouvre devant notre prof de chimie et son acolyte Jesse (un ancien élève devenu petit dealer) va très vite les dépasser et les entraîner dans une spirale de machinations, de trahisons et de meurtres dans un univers où contrairement à l'adage, seuls les plus intelligents survivent. Alors je ne ferais que confirmer ce que beaucoup disent déjà. Oui, la série est impeccablement écrite et filmée. Oui, les acteurs sont hypnotiques dans des personnages puissants et complexes, qu'ils soient récurrents (Bryan Cranston en Walter White, Aaron Paul en Jesse Pinkman) ou temporaires (Jonathan Banks dans le rôle de Mike et Giancarlo Esposito en Gus Frings). Oui la musique y est rare mais pourtant toujours si justement associée aux images. Oui, parfois la série parait lente mais elle n'en reste pas moins hypnotique et imprégnée de tension, l'exemple le plus parlant restant à mes yeux le premier épisode de la saison 4 en huit-clos. Oui, jusqu'à la fin, Vince Gilligan arrive à nous surprendre tout en nous délivrant une conclusion à ces 5 années en forme d'hommage à sa propre série et à ses personnages. Mais, ce qui rend Breaking Bad vraiment unique, c'est avant tout son évolution. Son évolution à travers celle de son personnage principal qui n'a plus rien à voir avec l'homme qu'il était. Une originalité qui, si elle a non seulement bousculé le spectateur dans sa routine télévisuelle confortable faite de retrouvailles hebdomadaires avec des héros attachants mais sans surprises, donne envie de reprendre tout depuis le début lorsque l'ultime générique de fin commence. Un générique de fin durant lequel on a envie de dire merci à toute l'équipe de cette série qui ne nous aura jamais déçu et qui regroupe dans son dernier épisode tout ce qui a fait la force de la série. Jusqu'à maintenant, The Wire trônait fièrement en tête de mon classement de série mais je pense qu'à partir d'aujourd'hui, la série de David Simons vient de trouver un redoutable concurrent.
    Kevin Malot
    Kevin Malot

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 36 critiques

    5,0
    Publiée le 14 avril 2013
    J'ai découvert breaking bad en juillet 2012 je me suis dit que sa pourrait être bien surtout avec bryan cranston un acteur qui m'avait marquer dans malcolm alors je décide de regarder et bien quel surprise cette série est tout simplement GÉNIALE !!!! c'est surement ma série préférer, un très bon jeu d'acteur (Big up a Aaron paul que j'ai connue dans cette série et qui ma laisser bouche bée sur son jeu d’acteur) des scène de folie spoiler: je pense a la scène ou walt a un fou rire en dessous de sa cave ,un scénario bien rythmée avec plusieurs péripétie quel soit parfois amusante ou parfois juste prenante tellement l'intrigue est bonne. C'est pourquoi je vous dis foncez sur cette série et si vous aimez bien mettais une croix sur votre calendrier pour le 14 juillet 2013 car les 8 derniers épisode de la série débuteront a partir de la au états unis. Bon visionnage a tous !
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 568 abonnés Lire ses 3 461 critiques

    5,0
    Publiée le 29 juillet 2013
    Le parcours de ce professeur de chimie entrainé dans un engrenage criminel est une pure délectation scénaristique. Dès ses premiers épisodes, la descente aux enfers de ce Walter White est brillamment décrite tandis que son évolution psychologique est parfaitement par ce Bryan Cranston qui, jusque-là inconnu, se révèle être un acteur absolument épatant. Mais au-delà de lui, chaque personnage est tout aussi bien traité et brillamment interprété, chacun trouvant, et c’est là la preuve d’une écriture d’une rare qualité, une place importance dans la cohérence narrative de la trame qui, épisodes après épisodes, parvient constamment à nous surprendre. Formellement également, Breaking Bad est captivant, avec ses musiques, ses prégénériques astucieux toujours annonciateurs de rebondissements badasses et sa photographie assimilable à celle d’un western moderne. Jamais le trafic de drogue n’a été mis à l’image de manière aussi efficace que dans cette série qui, malgré ses nombreuses récompenses, ne connait pas la notoriété qu’elle mérite.
    Alex*56*
    Alex*56*

    Suivre son activité 223 abonnés Lire ses 314 critiques

    5,0
    Publiée le 3 septembre 2013
    Hum... C'est vraiment dur de faire une critique sur une série si abouti , si parfaite . Tellement parfaite que sans le moindre défaut j'ai du mal à expliquer ce qui est bon ! On pourrait commencer par la façon dont c'est filmé , les plans de Vince Gilligan sont cadrés comme des chefs-d’œuvre du 7ème art . La série commence par une histoire simple et puis c'est la course effréné de nos deux personnages qui vivent dans le mensonge et la menace , ce qui impliquera des rebondissement excellents qui nous tiendrons en haleine sur toute les saisons de la série ( au passage, chapeau pour le travail des scénaristes de Breaking Bad et à son créateur , Vince Gilligan ) , tout ça dans les somptueux paysages désertiques du Nouveau-Mexique et d'albuquerque .La série ayant un gros budget par épisode ( environ 3,2 millions par épisode ) tient toute c'est promesse . Et enfin je vais terminé par LE point fort de la série , ses acteurs de génie ! Bryan Cranston et Aaron Paul sont tout simplement fabuleux , un petit plus personnel pour Aaron. Et tout les acteurs secondaires le sont également ! Ce qui augmente la qualité de cette série ! A voir ABSOLUMENT donc . Une des meilleurs série jamais crée .
    STEPH24.
    STEPH24.

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 15 critiques

    5,0
    Publiée le 31 décembre 2016
    Avant de commencer à exprimé mon analyse sur cette série, je tiens à honorer Vince Gilligan qui est à mes yeux un génie, ce Grand monsieur maitrise son sujet avec une telle intelligence que le spectateur est frappé par des cliffhangers déconcertants de saison en saison. La série en elle même est un "Crystal" dont la pureté s'enrichie grâce aux talents des acteurs principaux (Bryan Cranston, Aaron Paul mais aussi la famille Schrader ) mention spéciale à Giancarlo Esposito qui est incroyable dans son rôle ! On suit donc les péripéties du duo White, Pinkman mais au fil du temps ces dernières deviennent des épreuves de plus en plus risqué.Mais Walter White ( personnage principal ) devient un antagoniste et change la donne. Ces changements d'enjeux font la richesse de cette oeuvre, chaque saison marque un peu plus les personnages physiquement mais surtout mentalement, leurs transformations sont violentes et font froid dans le dos. Les personnages font preuves de finesses mais aussi de violences cet oxymore est omniprésent dans cette oeuvre car le crime se banalise avec le temps. Bref, Breaking Bad est une série si intense qu'une fois finie le vide est abyssal. Je songe d'ailleurs à m'acheter un Neuralizer ( appareil effaçant la mémoire dans Men in Black ) pour redécouvrir ce bijoux télévisuel.
    Puce6386
    Puce6386

    Suivre son activité 443 abonnés Lire ses 1 069 critiques

    5,0
    Publiée le 10 septembre 2013
    Une série dramatique qui nous embarque dans un univers totalement immersif et addictif. Une oeuvre qui bénéficie d'une très belle qualité graphique ainsi que d'un magnifique travail d'écriture. La narration y est fine, astucieuse, et manie l'humour noir à la perfection ; chaque épisode est un bijou de richesse et d'intelligence. Le duo de personnages principaux est aussi improbable qu'attachant, et l'ensemble du casting livre des interprétations exceptionnelles, avec une mention spéciale pour les talentueux Bryan Cranston et Aaron Paul. Une série "destroy" et déjantée, à la saveur tex-mex !
    7eme critique
    7eme critique

    Suivre son activité 198 abonnés Lire ses 2 778 critiques

    4,5
    Publiée le 3 avril 2015
    "Breaking bad" a été ma drogue pendant 2 semaines ! Effectivement, je me suis retrouvé au 7ème ciel en torchant l'intégrale sur moins de 14 jours. Cette série est si pure, qu'elle a troqué son overdose, pour un kif monumental. A force que l'on me répète "cette série c'est de la bombe atomique", "t'es obligé de la voir" etc...j'ai forcément dû m'y plonger, et Dieu sait que je ne le regrette pas. Quelle formidable idée de la part du scénariste, enfin un sujet original plein de profondeur qui nous fait redécouvrir l'intérêt d'une série, fini les histoires de cul dans les hôpitaux, les histoires de cœur dans les universités, les experts de chaque ville et j'en passe... "Breaking bad" est une série si prenante, pleine de rebondissements et autres suspens à couper le souffle que l'intérêt restera intact du 1er au dernier épisode. Les comportements des personnages sont finement étudiés, les dialogues parfaitement rédigés, et je dois dire que niveau casting c'est réellement jouissif. Que ce soit les rôles principaux (même si la stupidité de Pinkman et celle de ses acolytes m'ont écœuré sur certains passages, les choses s'arrangeront d'elles-mêmes au fil des saisons) ou secondaires, j'ai été complétement bluffé par leur prestation ; mention spéciale à Kevin Costner et papy Stallone (oups, je veux dire Saul et Mike). Vince Gilligan est le Heisenberg de la série, la qualité de son travail est unique, de la scénarisation à la réalisation, en passant par le casting et la composition musicale, il a fait de "Breaking bad" un condensé de sentiments et de philosophies dans un univers particulier. Bienvenue dans le trafic illégal de la méthamphétamine, celui qui côtoie assassinats, manipulations et incompréhensions en tout genre. Je resterai malheureusement déçu de l'ultime règlement de comptes (too much et pas vraiment crédible pour ma part) mais garderai un excellent souvenir de cette série qui ne manquera pas de nous rendre orphelin quand il n'y aura plus d'épisode à se mettre sous la dent. Le fait de s’arrêter au bon moment est un charme de plus qui se fait rare de nos jours, "Breaking bad" n'a pas suivi nombreux de ses confrères en exploitant son sujet (qui se termine souvent en hors-sujet) jusqu'au dernier grain de sable pour proposer 10 saisons ou plus et nuire à l'intérêt du projet. LA série qui fait du bien !!! Pour toute autre question, Appelez donc Saul ;-)
    Loskof
    Loskof

    Suivre son activité 269 abonnés Lire ses 688 critiques

    5,0
    Publiée le 15 décembre 2013
    La meilleure série que j'ai pu voir et de loin... Que dire si ce n'est que c'est un bijou, un modèle trop rarement suivi. La série aurait pu s'étirer vu son succès grandissant, mais les producteurs ont décidé de l'arrêter au bon moment, conformément à leurs plans de départ, ça mérite le plus grand respect. C'est bien simple, pour comprendre l'engouement autour de Breaking Bad, il suffit de réaliser que presque tout a été prévu dès le départ, les 5 saisons n'en forment en réalité qu'une seule, tout est pensé, ficelé, il n'y a pas de vide scénaristique. Là où Lost ou Walking Dead empile les idées, les intrigues, Breaking Bad s'en tient à son idée de départ. Cela donne une cohérence énorme, une évolution des personnages jamais vue. Il fallait oser le personnage de Walter White, anti-héros au possible, qui devient sympathique dans la saison 2 en devenant quelqu'un (même mauvais), puis sa transformation en Heisenberg le rendant complètement taré et difficilement défendable. Le mieux c'est même que la série fait très peu de teasing, il se passe toujours des choses dans les épisodes, pas besoin d'attendre les 2 dernières minutes. Aucune série ne peut se targuer d'avoir des secondes rôles aussi délicieux: Gus, Hank, les potes de Jessie etc, tous brillamment interprétés. Bryan Cranston est énorme, tant il s'adapte à l'évolution de son personnage, et Aaron Paul, petite frappe sans envergure au départ, arrive au fil des saisons a créer de plus en plus d'empathie envers son personnage. Et j'en vois au dernier point, qui en fait une œuvre hors-norme: sa réalisation. Breaking Bad fourmille d'idées, de plans mémorables (plan-séquence, mouvement de caméra). On ne regarde pas une série télé mais bien un film. La série nous offre de grands plans larges, la musique est très peu présente pour laisser place aux sons ambiants. Gilligan a dit dans une interview que BB s'inspire très fortement des Westerns et c'est bel et bien le cas, pour un rendu somptueux. Pour tout ce que cette série représente, son aspect cinématographique, sa cohérence, son schéma narratif, elle mérite bien le titre de chef d’œuvre.
    Franky.Four.Fingers
    Franky.Four.Fingers

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 5 critiques

    5,0
    Publiée le 19 novembre 2013
    Breaking Bad est une drogue dure qui rend dépendant assez vite.
    Guillaume G.
    Guillaume G.

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 17 critiques

    5,0
    Publiée le 18 septembre 2013
    Il y a de ces évènements télévisuels qui paraissent prometteurs et qui finalement s'effondrent pour plusieurs raisons : étirement ad nauseam des intrigues, arcs narratifs confus, le tout devenant de plus en plus improbable voire indigeste, et on finit la série avec un sale goût amer, si tant est qu'on prenne la peine de voir la fin (on se souvient des débacles Nip/Tuck, Heroes, Desperate Housewives, et aujourd'hui Dexter). Vince Gilligan a retenu les leçons de X-Files (mise en scène raffinée, scénarios originaux, personnages mémorables) tout autant que ses défauts (étirement, incohérences, longévité) et de toutes ces séries nous ayant excité au début, négligé à la fin. Il nous livre du coup Breaking Bad, qui commence doucement, monte crescendo, et s'en va vers des sommets stratosphériques lors d'une saison cinq exceptionelle. Metteurs en scène créatifs, scénaristes dévoués, comédiens impliqués, Gilligan nous offre tout bonnement un must, non pas de la télévision, mais de la culture populaire dans sa globalité. Il y a donc de ces évènements télévisuels qui se produisent tous les cinq ou dix ans. Nous avons eu The Sopranos, The Wire, Six Feet Under, et aujourd'hui nous avons Breaking Bad. D'une puissance narrative sans faille, un crescendo dont les moments les plus tendus nous parviennent ces semaines-ci avec des épisodes impériaux, d'un jeu de comédien si puissant qu'on n'en finirait à ne plus dormir la nuit, le destin de Walter White nous renvoie aux grandes œuvres de la littérature, du théâtre et du cinéma. Un mélange ahurissant d'audace et de références en tous genres qui nous laisse bouche bées, presque groggy, depuis maintenant cinq saisons. Et c'est là où Gilligan et sa clique frappent le plus fort : ils commettent ce que presque aucune série n'a pu ne serait-ce espérer achever, à savoir non pas maintenir son niveau de qualité, mais le surpasser à chaque fois, à chaque saison. Qui aurait pu deviner qu'un seul plan, celui d'un pantalon retombant au sol pouvait introduire une série noire aussi impressionnante que celle-ci, qu'on s'impliquerait autant dans cette histoire aux accents tragiques, Leoniens, ou Palmiens ? Personne, et pourtant tout était là depuis le début. Walter White, sa vie de famille et son ascension, de simple "cook" surdoué au baron de la drogue, héros devenant par la force de choix iconoclastes un antihéros, il nous aura mis KO en fin de parcours. Mais le mérite ne revient pas uniquement à Bryan Cranston, comédien aujourd'hui légendaire, mais aussi Aaron Paul en Jesse Pinkman subtil et touchant, Anna Gunn en femme aimante, puis méprisée, et bien d'autres. Une distribution formidable au service d'une équipe de techniciens, scénaristes et réalisateurs qui méritent tous les prix et awards du monde. Bref, il est temps de se souvenir de Breaking Bad comme non pas une bonne série, voire excellente, mais comme un chef-d'oeuvre à placer aux côté des grands noms de la télévision et du cinéma. J'ai en tête The Sopranos et Six Feet Under donc, mais aussi Scarface, The Godfather, Once Upon a Time in the West, Hamlet, et bien d'autres. Rien qu'ça, ça s'fête !
    Back to Top