Notez des films
Mon AlloCiné
    House of Cards (1990)
    Critiques spectateurs
    Critiques presse
    note moyenne
    3,4
    26 notes dont 6 critiques
    répartition des 6 critiques par note
    1 critique
    4 critiques
    0 critique
    0 critique
    0 critique
    1 critique
    Votre avis sur House of Cards (1990) ?
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 1356 abonnés Lire ses 4 640 critiques

    4,0
    Publiée le 15 février 2014
    Ce que je regrette c'est d'avoir vu le remake américain avant l'original anglais d'autant plus que j'ai vraiment pris mon pied devant ce dernier. Vous avez vu "House of Cards" version US et vous croyez qu'on ne peut pas faire une série politique plus noire et plus cynique, si c'est le cas c'est que vous n'avez pas vu "House of Cards" version UK... La création de David Fincher affiche un ton très sombre, très thriller ; la série originale en excellente série anglaise qu'elle est préfère elle un ton beaucoup plus redoutable c'est-à-dire celui d'une satire très féroce (le générique avec musique pompeuse est éloquent dans ce sens !!!) où le cynisme des situations et des coups bas et des répliques aussi tranchantes que la lame d'un coupe-choux aiguisée à l'extrême règnent. Autre gros point fort, notre cher protagoniste... Le Frank Underwood de Kevin Spacey est un être froid et distant même quand il s'adresse au spectateur face caméra, le Francis Urquhart d'Ian Richardson est au contraire un être affable en apparence et très élégant ne manquant pas de faire un sourire de jubilation contagieux à la caméra qui brise toute distance entre lui et nous, et fait qu'on l'adopte et le soutient totalement malgré le fait que ce soit une crapule entièrement dénuée de scrupules, surprenant le sadique qui est en nous en souhaitant avec ardeur que notre Macbeth contemporain (référence à Shakespeare oblige !!!) parvienne au 10 Downing Street. Quand à Ian Richardson dans le rôle, il est ROYAL, on ne peut que l'adorer, il est franchement génial. Autrement la "Lady Macbeth" de notre "héros" est clairement plus en retrait par rapport à la "Lady Macbeth" d'Underwood, mais le constat est ici beaucoup plus inquiétant car elle est la complice directe du deuxième acte le plus horrible du protagoniste, et aussi parce qu'elle est loin d'être la seule "Lady Macbeth" du lot tout homme politique ayant les dents très longues se devant d'en avoir une sous la main... On notera aussi la fascination de certaines femmes pour le pouvoir avec la jeune journaliste et sa relation, non dénuée de perversité, avec Urquhart, qui ne s'apercevant pas qu'elle est une petite souris dans une cour de félins très carnassiers ne trouve pas mieux que de faire entièrement confiance au dernier type auquel elle devrait justement faire confiance... Il y a pas à dire quand il s'agit de montrer l'aspect le plus noire et le plus cynique de l'homme, il n'y a pas de meilleure méthode que celle de la "Perfide Albion"...
    Broyax
    Broyax

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 608 critiques

    0,5
    Publiée le 10 janvier 2017
    J'ai commencé par la série "remake" avec Kevin Spacey qui m'a fortement déplu malgré le grand Kévin, aussi ai-je jeté un oeil par curiosité à la série anglaise originelle. Force est de constater une étonnante fidélité de la cadette envers l'aînée, ce qui bien sûr ne constitue en rien une qualité puisqu'on y retrouve les mêmes défauts mais sans le charisme de Kévin pour compenser ce qui peut l'être ou ce qu'il en reste. Toujours cette manie de parler à la caméra comme un concierge de bas étage, toujours les magouilles de politicards bavards et cet ennui profond qui s'en dégage, cette lenteur et cette confusion d'une intrigue déjà essoufflée avant même de commencer. La série échoue totalement à tenter de nous intéresser aux combines de ces tristes sires : à cet égard, n'importe quel journal télévisé, n'importe quel journal papier (s'il en existe encore) est 100 fois plus passionnant que cette série misérable.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 2341 abonnés Lire ses 6 878 critiques

    4,0
    Publiée le 28 février 2015
    Allez, après hésitation j'accorde une étoile supplémentaire à ce modèle de cynisme qui a bien évidemment inspiré la version américaine avec Kevin Spacey. Alors certaines scènes fonctionnent mieux que d'autres, on n'adhère parfois qu'à moitié et la série a peut-être tendance à en faire légèrement trop... Reste que ce mélange d'élégance inouï pour présenter le plus abject des personnages a quelque chose de particulièrement savoureux, surtout que, sans nous le rendre sympathique, sont point de vue est tellement bien exposé, son intelligence tellement grande et son raisonnement tellement implacable que, même si l'on a un peu honte, on ne peut s'empêcher d'adhérer à son discours pleins de sarcasmes et de méchancetés envers tout ce qui bouge, d'autant que Ian Richardson apparaît rapidement comme l'interprète idéal pour camper un tel individu, y ajoutant au passage beaucoup de classe. Et si la peinture peut donc paraître un peu excessive, la mécanique est tellement bien huilée et l'ensemble suffisamment instructif et corrosif pour que cela passe sans grand problème. Bref, une bonne entrée en matière avant de découvrir le remake, forcément beaucoup plus développé au vu du nombre d'épisodes : ça promet...
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 1006 abonnés Lire ses 4 430 critiques

    5,0
    Publiée le 30 mars 2014
    Bien avant la version américaine désormais connue avec Kevin Spacey, "House of Cards" était déjà une mini-série anglaise de qualité à la mécanique impeccablement huilée. Frustré et déçu de ne pas avoir de poste important dans le nouveau gouvernement, Francis Urquhart échafaude un plan diabolique pour éliminer ses adversaires et accéder au poste tant convoité de premier ministre. La série est brillamment écrite par Andrew Davies, nous plongeant non sans un certain cynisme dans les coulisses du pouvoir anglais. Urquhart, magistralement interprété par Ian Richardson, a même l'audace de s'adresser directement à la caméra avec une certaine malice pour présenter ses plans et ses méfaits, nous condamnant à être son complice même quand il va jusqu'au meurtre. Machiavélique et même perverse (la relation d'Urquhart avec une jeune journaliste qui aime à l'appeler papa), "House of Cards" est un pur régal qui ne ménage pas son public et qui s'avère aussi intelligente que passionnante.
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    Suivre son activité 338 abonnés Lire ses 2 878 critiques

    4,0
    Publiée le 21 mai 2016
    Précurseur de la série éponyme avec Kevin Spacey, ce House of Cards britannique raconte les frustrations du chef de fil de partie. Ce Francis Urquhart est prêt à tout pour devenir Premier Ministre. S’adressant régulièrement directement au spectateur le personnage vit avec cynisme les corruptions et manipulations de chacun. Andrew Davies signe donc une série jubilatoire. On regrette que ses deux suites, To Play the King et The Final Cut ne soit jamais arrivées en France. D'autres critiques sur ma page Facebook : Cinéphiles 44
    Charlotte28
    Charlotte28

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 492 critiques

    4,0
    Publiée le 30 septembre 2016
    Où l'on comprend que la version américaine n'a (quasiment) rien inventé. Même s'il est un peu âgé pour le rôle, Ian Richardson propose une interprétation subtile et perverse d'un renard politique dont l'amoralité ne cesse de grandir pour nourrir son ambition exponentielle. Le casting est pertinent au long des trois saisons, présentant plusieurs profils d'hommes d'Etat et de femmes de l'ombre dont les principes se perdent plus ou moins dans les coulisses du pouvoir. Le twist final était en réalité inévitable et termine intelligemment une intrigue dont certaines péripéties peuvent sembler quelque peu invraisemblables - à moins d'adhérer à un cynisme total! Et puis le wit britannique est délectable!
    Back to Top