Mon AlloCiné
Naissance des pieuvres
Bandes-annonces
Casting
Critiques spectateurs
Critiques presse
Photos
VOD
Blu-Ray, DVD
Musique
Secrets de tournage
Box Office
Récompenses
Films similaires
News
<strong>Naissance des pieuvres</strong> Bande-annonce VF
facebook Tweet G+Google
Naissance des pieuvres Bande-annonce VF
Film : Naissance des pieuvres
3,2
pour 1 639 utilisateur
Stars : Pauline Acquart, Adèle Haenel, Louise Blachère, Warren Jacquin, Serge Brincat
Mise en ligne : vendredi 22 juin 2007
1. Choisissez la taille de votre lecteur
2. Copiez ce code dans votre blog ou site perso Selectionner
1 Bande-annonce & Teasers
Naissance des pieuvres Bande-annonce VF 1:35
Vidéo en cours
Naissance des pieuvres Bande-annonce VF
312 834 vues
4 Extraits
Naissance des pieuvres Extrait vidéo VF 1:14
Naissance des pieuvres Extrait vidéo VF
69 234 vues
Naissance des pieuvres Extrait vidéo (2) VF 1:30
Naissance des pieuvres Extrait vidéo (2) VF
57 837 vues
Naissance des pieuvres Extrait vidéo (3) VF 0:33
Naissance des pieuvres Extrait vidéo (3) VF
50 262 vues
Naissance des pieuvres Extrait vidéo (4) VF 1:23
Naissance des pieuvres Extrait vidéo (4) VF
41 006 vues
1 Emission d'actu ou bonus
Portrait d'une jeune actrice : Adèle Haenel 8:39
Portrait d'une jeune actrice : Adèle Haenel
71 825 vues

Commentaires

  • gayou c

    CECI EST UN SPOIL !!! NE PAS LIRE SI VOUS N'AVEZ PAS VU LE FILM !

    Je peux paraître sinistre, mais suis-je seul à avoir remarqué que les deux filles regardaient le plafond à la dernière scène ????
    L'idée ne m'est restée et surtout m'as traversé l'esprit qu'une fraction de seconde, mais dans la foule des possibilités que nous offre la réalisatrice pour imaginer la fin, celle-ci m'as troublé. Après je le redis, cette idée peut paraître très bizarre, et je voulais savoir si je suis seul dans mon idée...

  • twinklette

    La 1e vision de ce film m'a beaucoup troublée, ai réalisé après que je me retrouvais dans le personnage de Marie, rare de s'identifier autant à un perso de fiction
    Merci Céline Sciamma pour ce film décisif, pour moi et pour d'autres je pense

  • platineangel

    Moment superbe : la plongée de la jeune fille sous l'eau...rares sont les premiers films de réalisateurs (et ici de réalisatrice) aussi beau et riches. Céine Sciama a vraimment des choses à montrer.

  • godfather65

    c'est vitalic

  • MarquiseX4

    On croirait du Laplantine la zik derrière.

  • moijaimelecinema

    Céline Sciamma sort un nouveau film la semaine prochaine: encore plus fort et meilleur que Naissance des pieuvres, qui était déjà grandiose:
    http://www.allocine.fr/video/p...
    vraiment TOMBOY est à voir!!!! et pour ceux qui se pose des questions sur la musique, c'est toujours Para One dans les films de Sciamma!

  • magnoliasF0R3V3R

    le son cest vitalic - trahison ;) classique.

  • dinution

    Quelqu'un connait la musique de la B-A?

  • Tybalt

    Cette bande-annonce est déjà un court-métrage à elle toute seule ! très belle façon de filmer la naissance du désir... donne très envie de voir le film.

  • edith_42

    [i] :) J'ai bien le gout de le voir ce film !! en plus ya louise blachère dedans je la connait pas personnelement mais je l'ai vu plusieurs fois et elle est super marrante !!!En tout cas je lui souhaite de faire plein, d'autre bon film !!

  • ruiz95100

    c'est quand meme marrant de lire les critiques negatives de ceux qui on vu naissance des pieuvres dire exactement la meme chose que moi depuis les premiers posts! ce qui prouve bien que l'on peut supposer le pire et voir juste seulement avec une bande annonce! :gun: javascript:emoticon(':gun:')
    :gun:

  • ruiz95100

    Mais moi aussi je suis là pour parler cinoche!
    Mais comme les films ne se font pas tout seul,il faut bien que l'on parle de leurs auteurs aussi non?
    Apres que tu sois un vrai internaute neutre et pas un espion de la prod,ça te regardes mec!En ce qui me concerne ça ne changera pas le cour de mon existence si tu vois ce que je veux dire!

  • Hop Blog.fr

    fil très réussi. Et la musique de PARA ONE... magnifique !

  • kijachintok

    non non je ne suis qu'un banal amateur de cinéma, et non psy huhu....on est ici pour parler films c'est tout. Je le dis et redis, très bon film à voir.

  • mllesoleil

    Hier j'ai croisée une des actruices dans la rue (à st etienne) je flipé telement que j'ai pas pu aligné deux mots mdr :roll:
    J'aimerais la revoir je me sens préte à l'afronter :D

    bisouxx a toussss

    merci a se beau film

  • ruiz95100

    Dis moi qui tu frequentes,je te dirais qui tu es...

  • ruiz95100

    laisse moi deviner,tu serais pas le chef op d'audrey estrougo?

  • kijachintok

    Tres bon film, à voir.

    Pour ruiz:

    Au lieu de te rendre intéressant en analysant tout le monde va donc voir le film rigolo.
    ( allez vas y analyse moi hoho )

  • AkaTheBride_59

    Cette nuance permet effectivement d'ouvrir de nouvelles perspectives.

  • ruiz95100

    Tout à fait d'accord avec toi mais il y a quand meme une difference entre en etre le complice tacite et le bourreau refoulé!C'est là qu'intervient la difference de pretention!

  • AkaTheBride_59

    D'accord avec toi, malheureusement le monde dont tu rêves est peut etre utopique. Actuellement se regarder dans un mirroir et ne voir que du bon est impossible. Que ce soit tes fameuses Nike, ton jean ou le repas que t'as avalé a midi, tout est le fruit d'une exploitation plus ou moins deguisée. Alors, c'est bien de savoir se regarder en face, mais c'est impossible de le faire sans se voiler la face.

  • ruiz95100

    Ce que je voulais dire par là c'est que bon nombre de personne se conforte dans une vision du monde aseptisé ou regne le "flou artistique" pour ne pas avoir à se confronter à leur propre mensonge,celui qui leur permet de faire abstraction de certaines realités derangeantes (genre le mec qui s'achete une paire de nike 180 euros alors qu'il sait quelque part qu'elle est fabriqué dans une usine chinoise par des ouvrieres opprimées)et ce afin de pouvoir se regarder dans la glace tous les jours sans se deconsiderer totalement.Bon je sais c'est un peu dur comme discours et pas forcement en rapport avec la bande annonce d'un pauvre film comme la naissance des pieuvres (on va penser que c'est de l'acharnement à force)c'est juste que parfois il est plus facile de se faire mousser sur un truc que de s'avouer à soi meme que c'est bidon!(ça sert à ça aussi le cinoche,à ameliorer un peu son ordinaire)Personnellement je n'ai rien contre les reveurs tant que ces derniers ne veulent pas me faire admettre leur chimeres pour la realité (d'ou l'utilisation de mots à notion abstraite pour rendre le discours plus insaisissable à defaut d'etre argumenté)Mea culpa,c'etait mal dit et peut etre suffisant de ma part,mais bon chacun voit le monde à la hauteur de sa pretention et la mienne est definitivement au delà de la naissance des pieuvres (c'est peut etre l'age qui veut ça aussi)Sans rancune papa schtutz!

  • AkaTheBride_59

    C'est quoi le manque de determination et la lacheté emotionnelle promus dans le film d'aprés toi Ruiz ? On a du mal a te suivre, tu parles toujours en terme de concepts et on arrive pas (ou du moins moi) à cerner comment tout cela s'illustre concrétement ... OK nous sommes libres de choisir ce que nous feront de nos vie, OK, la crise d'ado et tout le baratin c'est une grosse invention des pedopsychiatres avec sont lots de conneries sur la rebellion contre les parents etc... Mais la présence du doute est toujours là elle. Personne n'a de certitude, et même si il n'y a pas de destin, il y a du doute. Sinon tout le monde reussirait sa vie. J'ai du mal avec ton discour.

  • ruiz95100

    Cher papa schtutz

    J'aime bien l'utilisation de mots abstraits comme "etrange" ou "irrationnalité" dans une argumentation destinée à faire la promotion du manque de determination et de la lacheté intellectuelle des gens qui se cachent derriere l'alibi emotionnel pour justifier leurs bassesses morales.
    Et ouais mon pote,desolé de te contredire mais chacun est maitre de son destin et responsable des choix qu'il fait (ou ne fait pas),alors si je faillis à mon devoir d'integrité envers mes convictions ou mes sentiments,je ne me cacherais certainement pas comme tu le fais derriere une excuse "abstraite" pour justifier ma faiblesse.Tu conviendras peut etre qu'il est plus facile de se dedouaner de ses responsabilités quand on est un ado immature et naif que lorsqu'on a passé le cap de ses premieres experiences comme moi.Sans rancune (dans le genre on a aussi les merdes qui font la part belle à l'adultère sur fond de "passion amoureuse")

  • mllesoleil

    Tu as raison ce film ne parle pas de l'homùosexualitée mais des changements dans l'adolescence..
    Je suis en plein dedant mais je sais que j'ai déja fait mon choix...
    Essayer de voir se film avant de le critiquer c'est surment un des plus beau film FRANCAIS parlant sur l'adolescence :)

    malheureusement il existe que 54 bandes qui circuiles dans toute la France donc bone chance

  • schtutz

    Pour Ruiz

    Parlons de naissance des pieuvres, que tu n'as toujours pas vu, ce qui m' épate d'ailleurs, tu en parles tellement il serait peut etre temps pour donner un peu de crédibilité a tes propos.

    Ce film n'a pas pour but de parler de l'homosexulaité,ou de l'adolescence, mais baucoup plus loin de la naissance du desir en general,de l'amour...quel que soit l'age auquel il peut nous prendre...Le but est donc de toucher tout le monde, adulte comme ado, puisque tout le monde a connu ce sentiment étrange du desir qui apparait en nous ( comme une pieuvre qui se crée dans notre estomac dixit la realisatrice).
    L'adolescence et la natation synchronisé ne sont qu' un prisme, au travers duquel un discours plus large est proposé au spectateur, avec un travail formel subtil qui tend a jouer sur les sensations plus que sur l'esprit ou l'intellect.
    Du coup, tes critiques d'intelligencia n'ont pas leur place, ni tes critiques de demagogie sociale sur les ados, les homos, tout ca...

    Si tu avais vu ce film, tu comprendrais peut etre ce que j'essaye de te dire. Un discours subtil, juste, pertinent sur l'irationnalité du sentiment amoureux, ca pourrait peute etre te parler quand meme non?

  • ange-aille

    Je veux voir ce film !!
    Il a l'air trop bien !
    Puis je suis en pleins dans la période ado donc je pense qu'il devrait me plaire..
    Je pense me retrouver dans ce film alors j'espere le voir!

  • AkaTheBride_59

    Je partage ta passion pour Tatie Danielle, les deux Hot shot et j'ai apprécié Scout, les autres, je n'ai pas eu la chance de les voir.

  • ruiz95100

    Tiens pendant que j'y pense 3 autres bijoux que je kiffe à bloque : Tatie Daniel, Les Démons de Jésus et Scout toujours (le seul Jugnot que j'aime bien).
    Dans le genre "films débils" que j'aime bien : Wayne's world, Dumb & dumber, Hot shot et Top secret (film avec Val Kilmer de 1984).
    Et dans un uatre registre : The true man show.

  • AkaTheBride_59

    Pour Ruiz
    Te dire que je te trouve plus sympathique parceque tu aimes Tarantino et Coppola serait infantile ... mais bon, content de voir que nous ne partageons pas que nos differences !
    Pour les films de Coppola, je te suis complétement, Marie Antoinette est son long le plus audacieux mais c'etait aussi le plus risqué et, comme elle le dit elle même, elle a été forcé de ceder aux scénes "politiques a la star wars" inhérentes au sujet, ce qui ôte parfois au film sont charme intimiste. Pour Le silence des Agneaux, là encore tu as raison. Il a engendré beaucoup de copies qui n'on jamais reussies à l'egaler (tout comme les suites à mon gout) et reste une reference majeure du thriller psychologique. Je dirais même qu'il est le plus complexe et abouti du genre, et au niveau interprétation, reste d'une qualité exceptionnelle. Pour Big Fish je suis plus d'accord avec Crystal, je n'ai pas accroché, j'ai trouvé qu'a vouloir trop en faire, Burton que j'adore, s'est quelque peu perdu dans son "cirque des horreurs" trop tarabiscoté. Enfin, pour Elephant, je ne l'ai pas vu donc, RAS.

  • ruiz95100

    Pour repondre à ta question aka the bride j'aime bien le cinema pas forcement utile (dans le sens denonciation quelquonque)et tu seras peut etre surpris de savoir que j'apprecies sofia coppolla (je l'ai omis dans ma liste)j'aime aussi tarantino of course,alex proyas aussi.Pour revenir à sofia,de ses tois films je prefere le premier:virgin suicide qui est à mon sens assez proche du "peril jeune" de klapich (autre film et realisateur que je kiffe pas mal).Sans vouloir jouer les "vieux" je dirais simplement que le sujet de ces films peut echapper à un publique jeune faute d'une experience suffisante pour pouvoir comprendre tous les tenants et aboutissants de leur discours.J'aime aussi lost in..par rapport au sujet sur le depaysement (pour avoir ete dans des pays atypique)mais là encore,c'est strictement subjectif.Pour marie antoinette,je suis mi figue mi raisin,car autant le traitement jet set de la monarchie est un point de vue interessant et inedis (genre paris hilton)dans la mesure ou toutes les sensibilités sont à prendre en consideration (celle d'une pauvre meuf perdue dans les protocoles,seul univers qu'elle connait et son adaptation difficile à ce nouvel environement)autant je meprise les gens satisfait de leur conditions de produits humain qui ne cherchent pas à evoluer ni à se remettrent en question au delà de leur univers propre.En cela je trouve sofia coppolla interessente car elle vient avec cette fausse candeur apporter un point de vue sur un monde pas forcement accessible à tous.

    Pour crystal

    Je peux comprendre que tu devalues le silence des agneaux pour son intrigue ce dernier ayant engendré une floppé d'avatars plus ou moins reussi.Cependant,il faut remettre le film dans le contexte de son epoque,epoque bien differente de celle à laquelle nous vivons (il n'y avait pas internet,la violence n'etait pas autant galvaudé et les serials killers n'etaient pas encore à la mode)toutefois le film comporte une vrai profondeur emotionelle,notament avec la superposition des differentes manipulations exercées par les protagonistes (qui de crawford,starling,lecter ou du directeur de l'hopital psychiatrique saura tirer le mieux son epingle du jeu)le tout a grand renfort de contemplation interieur sur le fondement de nos motivations à tous!
    Pour big fish,là encore je pense que tu ai passé à coté du sens profond de ce film qui pour moi est tout simplement un chef d'oeuvre.Big fish parle tout simplement du douloureux passage dans l'age adulte et de la desillusion inherente qui arrive avec.le propos n'est pas sans rappeller celui de la vie est belle de benigni dans la volonté du pere d'embellir les choses pour proteger et prolonger cette periode magnifique et naive qu'est l'enfance.le conflit qui oppose le pere et le fils parait legitime pour le fils à premiere vu (comme un enfant qui decouvrirait le mensonge du pere noel avec amertume)jusqu'à la mort de son pere et la realisation de cette verité par la naissance de son fils (tel le passage d'un flambeau,il n'y a qu'en devenant pere qu'on peut ressentir une telle sensation,ce qui etait le cas de tim burton au moment du tournage).
    Pour elephant de gus van sant,laisse moi te donner mon point de vue.Lorsqu'un drame comme celui de colombine arrive,s'ensuit systematiquement les memes interrogations:comment,pourquoi?Le tout sur fond de flash special et de debat televisé faisant intervenir pleiade d'experts pour disserter sur la question.Quelle est donc l'inovation d'elephant par rapport au sujet traité?Le non manicheisme!Que peuvent bien signifier ces longs plans sequences suivant plusieurs personnages et leur interactions progressive?Tous simplement que face à la mort nous sommes tous egaux et qu'il n'y a pas de reponse au pourquoi et au comment,que l'insondable horreur d'une telle atrocité et que l'on aura beau revenir sur l'ensemble des evenements et les dissequer au microscope,le resultat sera le meme.Evitant ingenieusement les clichés rethoriques pour ce genre de sujet (ex la meuf au physique ingrat qui meurt la premiere quand il aurait pu en faire une heroine comme un pied de nez aux stereotypes)la mise en scene coherente de tous les facteurs censés etre la "cause" moralement objective du carnage (le nazisme,l'homosexualité,l'echec scolaire,les jeux video...)autant de pistes evoqués par les experts (qui ne mettent jamais la responsabilité de l'etat en cause au passage) mais jamais incriminés par van sant,laissant au spectateur la liberté intellectuelle de se faire son opinion.Comme quoi,malgré leur savoir,et au vu de l'actualité recente,les fameux experts non pas ete capable de prevenir d'autre phenomene de ce genre (Il y a par ailleurs,d'excellent montage video sur youtube realisé par des proches des victimes)

  • AkaTheBride_59

    Ne m'en veut pas, mais je me vois mal discuter des qualités d'un film en lui même avec quelqu'un qui n'en a vu que 20 petites minutes ... Soit l'amorce qui comme beaucoup d'amorce est la pour poser le decor et les personnages et se révèle donc par definition assez convenue. (Même si d'autres amorcent plus brutalment)

  • AkaTheBride_59

    Mais chacun ressent une experience de manière differente. Qui te dit que Sofia Coppola (qui a aussi beaucoup voyagé au Japon) l'a ressentie comme toi ? Je suis deja allé a New York et la façon dont Coppola filme Tokyo me parait bien differente de la mégapole americaine ! Elle n'a rien a dire mais il ne faut pas essentiellement avoir quelque chose a dire pour tourner un film. Elle filme un amour platonique entre deux personne perdues dans une ville fourmiliére. Il s'agit d'une comédie dramatique assez spontanée et fraiche, desenchantée mais touchante. Tu peux ne pas aimer, mais ne dit pas que Coppola ne sait pas filmer le Japon. Elle le filme de manière intime c'est tout. Tu as le droit de ne pas aimer mais ne dis pas que c'est insipide. C'est la vision du Japon qu'on les protagonistes qui ne voudraient pas etre là dans le fond, leurs vies sont ailleurs, ils sont victimes de leurs conjoints. Par conséquent le Japon ne revêt pas les même caractéristiques que lors d'un tour touristiques. Et puis même, le filme delivre un mesage, sur le choc des cultures et la capacité des gens a se faire comprendre malgré tout, notamment lors d'une scéne tordante dans un hopital.

  • cristal

    Le problème des films traitant de l'errance,de la déroute,est qu'ils sont trop facilement intellectualisable.On peut y voir tout et n'importe quoi (et pas forcément à tort),mais il y a une exaltation à montrer lors de la perte de soi dans un décor inconnu,face un peuple,un pays qui est fondé sur des traditions totalement opposées aux notres.En cela,"Gerry" évite déjà le piège puisqu'il n'y a pas de population,et que le décor n'est qu'un désert.Je pense toutefois que le film de Van Sant ne bascule pas dans la facilité pour autant : tout tient dans les personnages,finement écrits.Dans "Lost in translation",il n'y a aucune subtilité d'écriture dans ces personnages;ils se cherchent eux-mêmes,entre eux,puis s'aiment (? -grande question,puisque j'ai arrêté le film au bout de 20 minutes,les deux fois que j'ai essayé),la mise en scène enjolive leur relation.Je n'ai rien ressenti face à leur rapprochement construit à partir d'étapes convenues et déjà vues.Il n'y a rien d'audacieux,juste du réchauffé.Un film sommaire donc,et extrêmement long en plus de ça. Petite parenthèse : "Lost in translation" m'a fait penser à "2046",de Wong Kar-Waï (tout aussi chiant et vide).Le visuel (fouilli et new age) y est pire chez Wong Kar-Waï,qui signe avec "2046" une suite pas du tout au niveau de son prédeceseur l'immortel "In the mood for love" (qui lui,à cette magie du cinéma,cette beauté glaçante,cette poésie rare dans la relation,ce velouté intime et électrisant que l'on ressent lors d'une rencontre).Intemporel et dévastateur,"In the mood for love",pour aussi le comparer à "Lost in translation",fait perdre pied au spectateur et l'embarque en le berçant dans les méandres profondes de l'amour 'vrai',et surtout du cinéma.

  • cristal

    Ce n'est pas une question de style!Je sais apprécier tous les styles,mais pas tous les films,en particulier ceux qui n'ont rien à dire ou à montrer.Que le film soit mélancolique et lent,certes,"Gerry" est aussi un film lent et ça ne m'a pas empêché de l'adorer,par exemple.Mais la lenteur de "Lost in translation" me semble bien différente.Cette histoire d'amour est insipide et amputée de toutes émotions à cause d'une vision du Japon qui est filmé comme les Etats-Unis.Je suis déjà allé au Japon,et je peux dire que ce capharnüm de lumières contemporaines,ces buildings imposants et ces temples mystiques sont bien autre chose que ceux filmés dans "Lost in translation".Et ne pas savoir filmer un pays comme il est enlève de l'interêt à un film qui semble s econcentrer essentiellement sur ça,la relation se tissant entre les deux personnages ayant un aspect de déjà-vu,de banalité.

  • AkaTheBride_59

    Je n'ai pu que voir Marie Antoinette et Lost in Translation, dont j'ai fait les critiques. Pour MA, je suis d'accord avec toi. Pour LiT, pas du tout. Pour moi, ce dernier pose les jalons du cinéma de la fille Coppola, à savoir, une musique envoutante, une caméra lente mais trés proche de l'intimité des personnage, et enfin, les personnages en question, troublé et en proie au doute. LiT n'est pas chiant à mon humle avis, il est melancolique, il prend son temps, bref, il est tout simplement beau. Je ne sais pas comment decrire ce que j'ai ressenti en le voyant, j'ai été happé dans une spirale pop/spleen qui m'a profondèment plu. Aprés, chacun son style !

  • cristal

    Tiens d'ailleurs,tu mentionnes Sofia Coppola...à part "Marie-Anoinette" que j'ai toruvé aussi audacieux que bouleversé,et qui n'est pas,à mon avis,un film dénué de message important ni de pure intelligence,je voudrais juste signaler que je ne comprends pas l'engouement pour "Virgin Suicides" et "Lost in translation"...car vraiment,ce dernier est l'exemple typique du : 'comment faire du vide à partir de rien'.Mais qu'est-ce que c'est chiant!!!A part les acteurs et la b-o,franchement,mais comment vous avez pu tenir!!!!j'ai essayé deux fois de le regarder en entier,mais je n'ai jamais pu tant ce film a provoqué en moi du sommeil.Sinon,"Virgin suicides" est bien moins chiant,mais franchement franchement très sage...on dirait un film de teens avec un sujet toutefois un peu plus grave.Même esthétiquement,on ne reconnaît pas la réussite de "Marie-Antoinette",ni celle de "Lost in translation" (qui est plutôt bien filmé en soi).

    Qu'en pensez vous?

  • cristal

    Alice :

    Je sais,on s'en fout,c'était juste question de dire quelquechose.J'espère ne pas t'avoir vexé en te rappelant que tu avais 15 ans (même si je n'en étais pas sûr),au cas où tu complexerais sur ton âge.

    Ruiz :

    Ecoute,à propos d"Hostel",je te crois,les bandes-annonces ne montrent pas le meilleur parfois,ni le message forcément.Et sinon,je trouve que "Big fish" est le seul mauvais Burton (avec "La planète des singes") : une sorte d'aquarium imaginaire bourré de clichés romantiques et baveux,porté par une éclairage franchement laid et des péripéties,si elles ont le mérite de ne pas être convenues,qui ne se rejoignent jamais entre elles.On dirait un musée de freaks,amusant parfois,mais longuet et bourré de pathos.Ewan McGregor m'a enervé avec son air toujours aussi fade et pâteux,et le symbolisme de Burton semble ici bien douteux,comparé à ses précédents films.Ceci dit,de bonnes idées émergent,mais vraiment sans plus.Plus ennuyeux qu'exaltant en fait.

    Pour "Le silence des agneaux",on est à mille lieux de la version Ridley Scott d'Hannibal,emporté et barbare,mais en meme temps d'une étonnante poésie visuelle.Je n'ai pas tout aimé dedans,mais je toruve aucune comparaison avec "Le silence des agneaux" (que j'ai vu après,dommage),que je toruve d'une banalité effrayante : un vieux thriller sans tension,porté certes par un Anthony Hopkins toujours au top,mais dont le personnage à bien eu du mal à m'impressionner.Ne supportant pas la froideur si connue de Jodie Foster,cela ne s'est pas arrangé.Le film frôle le ridicule quand on y voit le tueur tanssexuel,dansant face caméra (si mon souvenir est bon).Bref,thriller banal,et dont l'essence et la profondeur du personnage (Hannibal Lecter) n'est jamais retransmise sur l'écran.Dans la série,il y a aussi "Dragon rouge",qui dépasse touts les daubes Lecteriennes,et la nouvelle version avec Ulliel (assez surprenant dans le rôle,et finalement plutôt charismatique),qui,faute de scénario,s'amuse à montrer des meurtres d'une violence aussi graphique que rigolote.Visuellement,ok,scénaristiquement,non.

    Et Elephant,je n'ai pas detesté du tout.Je toruve que la mise en scène est splendide de bout en bout,vraiment irréprochable,la musique aussi,les acteurs sont géniaux,mais ce qui m'a rebuté,c'est l'approche du drame : cette tension que l'on attend mais qui est pourtant si malsaine,parce qu'on en connaît parfaitement la fin,cette violence visuelle exacerbée lors de la scène de fusillade...je ne sais pas trop trop quoi en penser.C'est techniquement d'une grande virtuosité,c'est sûr,mais quelquechose me rebute...

  • AkaTheBride_59

    Ruiz, sans aggressivité aucune, j'aimerai te demander une chose. Je suis d'accord avec les realisateurs que tu mentionnes mais au delà de tout les messages politiques qu'on peut trouver dans tes films favoris, est ce qu'il t'arrives de te rendre au cinéma simplement par plaisir ? Je sais pas moi, voir du Sofia Coppola ou du Tarantino, juste de quoi admirer un objet d'art inutile mais intense et bourré d'émotion ? Juste pour se detendre quoi. Parceque faire de l'art intelligemment c'est evidemment un plus indeniable voir une necessité mais le cinéma sert aussi de divertissement. Et bon nombre de tes realisateurs sont relativement engagés. Sans rancune.

  • alice29200

    (Cristal! : j'ai 16 ans le 13 septembre, et puis quelle importance?)

  • ruiz95100

    dis moi crystal,j'ai jeté un coup d'oeil à tes critiques de films et je me disais qu'il faudra que tu m'expliques quelle est ton approche pour ce faire car tu me laisses perplexe quand je vois que tu cartonnes des films comme big fish,elephant et le silence des agneaux!

  • ruiz95100

    Comme beaucoup de film graphiquement hard (notamment massacre à la tronçonneuse de tobe hooper ou les films de romero...)hostel au delà des images est une critique assez impitoyable du capitalisme sauvage.En effet,par son intrigue assez simple (un groupe d'americains debarqués dans la vieille europe en quete de sexe et de drogue,jusqu'à leur arrivé dans une auberge de jeunesse censé assouvir leur fantasmes grassement payé à coup de dollars,se retrouvent etre les victimes d'une firme dont les clients paient pour pouvoir trucider des gens...)denonce ouvertement un capitalisme sauvage dont la vocation est de se repandre dans les ex regimes communistes (et maintenant islamique)afin d'ouvrir de nouvelles perspectives de marchés pour les patron du cac 40 et autres investisseurs boursiers.Le parti pris du realisateur ayant ete de retourner le phenomene contre ses instigateurs symbolique en faisant des victimes americains,un produit d'exception,le tout sans moralisme,l'identification aux personnages etant largement suffisante pour mettre le spectateur mal à l'aise face à ses responsabilités de consommateurs ( de films x et de prostitués des pays de l'est et de nike air à 180 euros fabriquées en chine par des gamins de l'age de leurs peits freres payés 3 euros la semaine!).
    Quand on y reflechis bien,on est pas si loin de la realité comme sur ces photos ou l'on voit des touristes ventripotent,biere à la main,sur une plage de malaisie jonchée de cadavre fraichement rejeté par la mer apres le tsunami ou encore ces touristes sexuels de thailande qui se tapent des petites gamines pas encore puberes juste par ce que leur porte monnaie le leur permet,avec la complicité tacite des tours operateurs...

  • cristal

    Pour Alice :

    Attention,grand mensonge ! Il ets mentionné sur ton profil que tu n'as QUE 15 ans,et non pas 16 :) à moins que tu en es eu 16 il y a deux jours,où tu as créé ton profil.Bref,quelle importance!!

  • cristal

    Pour Ruiz :

    Plagiat?Je ne sais pas,je n'ai pas vu "My summer of love",mais ceux que je connais et qui ont vus les deux ne l'ont pas mentionnés,même ceux qui n'ont pas aimés "Naissance des pieuvres".Je trouve juste particulier que tu aimes "Hostel",toi.J ne l'ai pas vu,mais je m'en suis fait une idée grâce à la bande-annonce ^^ des gens torturés,à moins le plaisir du sang qui gicle,c'est humain d'en jouir,on a beau triturer des corps et y voir un message quelconque,eh bien...c'est pas de la manipulation ça,en rapport avec les évènements tragiques dont les médias nous poussent à voir les atrocités?Mais je pense que c'ets un film qui s'y compare,sans jamais comparer POUR dénoncer ce problème justement.C'est juste que l'on aime la souffrance au cinéma.Je me taierai sur ce point dans la mesure ou je prends aussi mon plaisir dans ce genre de film,même s'ils ne valent pas grand-chose psycyhologiquement et qu'ils ne me semblent pas d'un grand interêt,si ce n'est celui de faire plaisir,qui en est déjà un beau.

    Pour alice :

    dans la salle de Naissance,il y avait environ 10 personnes pas plus,en plein après-midi au MK2 hautefeuille (peu fréquenté,sauf par des vieux).La moyenne d'âge était donc assez élevée.

  • ruiz95100

    d'apres ce que j'ai compris en lisant les posts,il semblerait qu'il y ai un twist final en rapport avec la manipulation de la blonde sur l'autre.De ma fenetre ce que j'en dis,c'est que ça ressemble drolement au film my summer of love (que j'ai dejà mentionné) dont l'histoire tourne autour de la relation homo de 2 jeunes filles pendant les vacances d'été dans la campagne anglaise (ou l'on s'ennui à mourir).Un des personnages seduit l'autre et lui fait vivre ce que la seconde pensera etre une histoire d'amour.Il s'averera que tout cela n'est qu'un amusement pour la premiere au dtriment des sentiments de l'autre (tres bon film au passage sur la fausseté des apparences et du desoeuvrement social).Bref pour emettre une opinion:et s'il s'agissait d'un plagiat,tout simplement?

  • ruiz95100

    Pour crystal

    En fait je n'ai pas reellement de realisateur preferé,la sinistre realité de l'industrie du cinema contraignant parfois les plus grands à realiser des merdes sans noms pour pouvoir bouffer.Disons que j'apprecie enormement certains realisateur au vu de leur carriere et de leur integrité artistique,mais sachant que dans la vie il n'y a rien de definitif c'est toujours jusqu'à preuve du contraire.Pour te donner un aperçu de la palette non exhaustive d'auteur que j'apprecie,j'y attacherait systematiquement le titre du film concerné pour etre plus explicite: romero(creepshow,la trilogie des morts vivants),de palma (carrie,phantom of the paradise)ridley scott(blade runner,gladiator avec des reserves) nolan(memento,batman begins) les freres coen (fargo,the big lebowski) fincher(seven,the game,fight club)park chan wook(old boy) tom dicillo(living in oblivion)kevin smith(clerks) jean de florette et manon des sources de berri,bernie de dupontel,coppola(les parains,dracula)tous les films de pixar,peter jackson,angel heart,terence malick,patrick braoudé(geniel mes parents divorcent,richard donner(le premier superman,les goonies),joe dante(hurlements,gremlinset plus recement l'episode de masters of horror),e.t.,la trilogie matrix,le seigneur des anneaux,conan le barbare,braveheart,le diner de con,37.2 le matin...bref j'en oublis plein,grosso modo ce sont tous les films que je kiffe pas mal dont certains sont vraiment des pures bijoux!recement j'ai bien aimé hostel(plus le premier que le deuxieme,aussi et the constant gardener (realisé par le type de la cité de dieu,autre film genial! carpenter
    ,cronenberg...pfff y en a trop!!

  • alice29200

    Va pour une 2eme fois!

    Dans la salle dans laquelle j'étais, il y avait:
    un couple de 60 ans
    une dame de 40 ans
    et moi (16ans)
    Etrange, malgré une séance de l'après-midi.

  • Wigan


    Alice, je comprends bien ton désir d'"éclaircir certains points comme les regards entre les deux filles", parce qu'en revoyant le film j'ai découvert des choses dans le jeu des actrices, dans les regards et les gestes, que je n'avais pas vues à la première vision. Le film est très fin, très subtil, je trouve.
    (Dans l'extrait 2, par exemple, il y a une connivence entre les deux filles qui passe presque inaperçu, au moment où Floriane dit "les filles elles m'aiment pas".)
    Je te conseille d'aller le revoir, tu ne seras pas déçue et tu seras encore plus fascinée... moi j'y vais de ce pas (c'est la 5eme fois !).

    Quant à la moyenne d'âge, dans les salles où je l'ai vu ça allait de 15ans à 50ans...

  • cristal

    Ah,je n'avais pas vu le commentaire de Wigan

  • alice29200

    Merci à tous deux pour vos réponses, ma foi complètes à mon gout.

    Wigan: Je sais bien que ces deux personnages jouent des roles bien précis et que la réalisatrice veux faire en sorte qu'il y ai une sorte de fossé entre ces 2 personnages(visible dans l'extrait 2), mais il y a en moi quelque chose qui cherche a éclaircir certains points comme les regards entre les deux filles, et leurs sentiments.

    Cristal!: Il m'a semblé aussi que Florianne cachait ses sentiments, mais beaucoup mieux que Marie. Certes comme l'a dit précédement Wigan, nous voyons le film selon Marie, et cette obsession qui la fascine est donc plus visible, que celle de Florianne pour Marie.

    Quelque chose d'autre m'intrigue (décidément)
    Quelle était la moyenne d'age des gens dans la salle dans laquelle le film était projeté ?

  • This_is_the_girl

    Salut tous le monde!
    Je suis allé voir la projection du film hier soir à pontoise en présence de la réalisatrice. Concernant la fin, elle a dit ne pas avoir voulu réaliser un dénouement fermé, chacun est libre de voir la suite de l'histoire comme il l'entend. C'était aussi pour elle un moyen de montrer que ce n'était que le début et que tout restait à venir, chaque personnage pouvant évoluer dans plusieurs directions.
    Pour ma part, je trouve que la fin est plutôt bien adaptée, chacun est libre de conprendre la psychologie des personages à sa manière et de s'imaginer la suite des événements.
    Très bon film en tout cas et particulièrement bien joué.

  • cristal

    Je pense que justement,elle le cache.Elle ressent quelquechose qu'elle pense ne pas pouvoir accepter en elle-même.D'ailleurs,j'ai trouvé en fait la fin presque happy-end : Floriane semble juste après vouloir s'afficher comme un objet en dansant seule,au milieu de tous qui,pour la première fois,ne la regarde plus (si mon souvenir est bon).Il y a comme un message,une signification,un symbole dans la façon de transmettre la solitude de Floriane au milieu de tous lors de cette scène finale,l'air de dire "Viens,je t'appartiens,contemple-moi".Leur petit jeu n'a pas de fin.On ne peut bien sûr pas être certain de ce que pense Floriane après cela,mais il semblerait que le petit jeu du désir entre elle et Marie soit sans fin.Elles s'appartiennent l'une dans l'autre je pense,elles se complètent et s'entraident : Floriane lui apprend le désir,et Marie,involontairement,la pureté de l'amour.C'ets un film qui,d'une certaine manière,m'a fait penser à "Thirteen" dans la façon dont l'une aduque l'autre à la vie adolescente,sexuelle etc."Thirteen" est bien plus lourdaud que "Naissance des pieuvres",et il est incomparable d'un point de vue technique dans l'atmosphère ou même dans la relation non-sexuelle qu'entretiennent les deux filles,mais il y a tout de même ce rapport de domination inconnu.Bref,que penser de cette fin aussi amère que confortable???

  • Wigan

    Pour Alice :
    Floriane et Marie sont des personnages de fiction, et donc ce qu’on sait d’elles est ce que veut en montrer la cinéaste. Or on voit le film à travers les yeux de Marie : il n’y a pas de scènes avec Floriane sans Marie, pas de scène où elle s’expliquerait sur ses sentiments (ou absence de sentiment) pour Marie. C’est une des forces de ce film : on est à la place de Marie et on n’arrive pas à lire dans le jeu de Floriane. On ne sait pas définir ce que représente pour elle cette relation. Et aucune solution n’est donnée par le film. Quant à la fin : eh bien ce que montre la cinéaste c’est… une fin ouverte aux interprétations : « L’idée c’était de laisser les trajectoires ouvertes. Et dans mes rencontres avec le public, je remarque que chacun se raconte la suite. Y’en a qui disent “Pour moi c’est plié, l’héroïne va aimer les filles”, d’autres qui disent “non, c’est très ouvert, peut-être oui, peut-être non” et d’autres encore qui sont persuadés qu’elle va embrasser la carrière d’hétérosexuelle… » « Pour moi, à la fin du film, la vie commence, donc c’est la suite, hors cadre, qui déterminera leurs destinées » (interview de Celine Sciamma et des actrices : http://www.lalucarne.org/spip....

  • alice29200

    Mais quand même! La scene du baiser dans une sorte de vestiaire me perturbe!
    Le plan suivant ce baiser, Florianne apparait, devant la glace, face à elle meme, elle rectifie ses lèvres, et dit: "bon moi j'y retourne" (sous entendu danser)
    Comment embrasser de cette façon et ne rien ressentir ? (Ou alors en le cachant)
    Et d'ailleurs à la toute fin du film, Florianne retourne effectivement danser, laissant Marie dans le grand bain.

    Ce film m'a troublé et même géné, c'est pour cela que je m'obstine à comprendre certaines choses sans doutes inexplicables, ou à garder sous silence... S'il le faut j'irais le revoir une deuxième fois, bref gros coup de coeur pour ce film.

  • cristal

    Pour Ruiz :

    Par simple curiosité,j'aimerais savoir quels sont tes exemples cinématographiques,et tes réalisateurs préférés.

    Merci

  • cristal

    A vot' service! :jap:

  • alice29200

    Merci Cristal! Voilà tout ce que j'attendais, sous un point de vue différent du mien.

  • cristal

    Pour Alice :

    Je pense que Floriane manipule Marie,mais qu'au fond,elle n'y reste pas insensible comme toute personne qui manipule les sentiments d'une autre.L'attachement survient,comme une surprise.C'est assez délicat d'y répondre je crois...

    Le parallèle se fait d'ailleurs dans la relation de Anne et du jeune homme : elle s'en approche,le drague,et cela se concretise,pour mieux lui cracher dans la gueule (littéralement d'ailleurs).

    On ne peut pas saisir exactement la pensée de la réalisatrice lors de ce final quant à la relation de Marie et Floriane,mais justement,c'est aussi ce qui fait sa force ; toute relation est absurde,n'a aucun sens,est inexplicable.

  • alice29200

    J'ai lu tout les commentaires ou presques, et aucun ne semble aborder le sujet suivant:
    (pour ceux qui ont vu le film)
    Pensez vous que Florianne(la blonde) a (ou a pu) ressentir quelque chose pour Marie ?
    Je ne peux me resoudre à l'idée que c'était purement et simplement de la manipulation, mais sait-on jamais...
    Merci.

  • ruiz95100

    petite analyse rethorique de la bande annonce

    Les images nous presentent l'emerveillement d'une ado pour une discipline ainsi que sa fascination pour une des sportives dont l'apparent epanouissement la renvoie à sa miserable condition de fille à priori laide et insignifiante.Il semble evident au travers des images rethoriquement tres sexualisées (voir les plans sur les jambes nues entrer et sortir de l'eau rapidement) de meme que le montage successif des plans "sportifs" avec ceux des "fleurts" nous indiquent clairement le paralelle rethorique etablie entre l'univers aquatique et celui de la sexualité,univers dans lesquels,la fille "laide"(je sais pas comment elle s'appelle) aimerais bien pouvoir entrer (voir le plan de la repetition du mouvement avec la jambe dans la baignoire,jusqu'à la symbolique de l'immersion totale dans la piscine)...

  • cristal

    Je trouve tout de même que tu te trompes vis à vis de "Naissance des pieuvres"...et si je dis ça,c'est peut-être tout simplement parce que ce film m'a touché et que,à partir du moment où un film à la force de nous secouer (dans le bon sens du terme),de nous faire ressentir avec justesse des sentiments,on ne se rend pas forcément compte de ce qu'y s'y cache.J'essaye de comprendre ce que tu veux dire,du moins ce que tu veux défendre,sans pour autant compatir avec (je pense que tu l'as bien compris!).Je pense sincèrement que "Naissance..." n'est vraiment pas un film moralo-demago-gogo et pleins de choses négatives du genre.L'honnêteté d'y filmer une histoire simple,qui forcément fera débattre des gens puisque l'homosexualité n'est pas un point blanc pour tout le monde,s'y ressent,plus qu'autre chose.C'est d'abord le désir de filmer avant le désir des personnages entre eux,et c'est cette sincérité touchante qui rend le film 'sympathique' (pour trouver le terme le plus positivement neutre possible).Il ne faut pas aller trop loin non plus et se forcer à voir le mal dans le bien;à ce jeu-là,tout film est moralement discutable,tout peut être remis en cause et donc,pour exagérer un chouïa,tout est impossible à juger.Mais c'est aussi le propre de l'art : les débats auquels il invite lors d'une oeuvre,au-delà de la magie qui peut nous éblouir.Il faut juste,je pense,prendre en compte lors d'une oeuvre,sa réelle sincérité (s'il en est).C'est ce qui rééquilibre ses défauts,et un tel désir se sent totalement dans "Naissance des pieuvres".Mais attention,Mungiu se sert de la même chose pour son film palmé,mais c'est de la fausse sincérité.Chose dont on se rend rapidement compte (suffit de voir son film,ceux qui font preuve d'un minimum de reflexion,ou plutôt d'analyse,comprendront).Je ne veux pas dire non plus que la sincérité fait tout un film,mais du moins une bonne partie.Et si,au-delà de cet élément,la technique est incomparable,les acteurs aussi,etc,alors l'oeuvre est une vraie réussite.Justement le cas de "Naissance des pieuvres".Sincérité mais manque de talent valent mieux que talent et manque de sincérité.

  • ruiz95100

    cristal tu m'en bouche un coin!
    Ton raisonnement sur le film du dernier festivale de cannes est carremment super bien vue!Et oui,toi aussi tu commences à voir l'arnaque et je ne peux etre que d'accord avec toi quand tu parles des films moins innocents qu'ils n'en ont l'air!
    Comme je disais,la difference entre un film d'auteur et un blockbuster,c'est la pretention avoué du realisateur.
    Ce que tu dis pour cannes et son jury c'est exactement la meme chose que moi sur naissance des pieuvres à savoir la denonciation d'une propagande sournoise qu'on voudrait nous faire passer pour de l'ouverture d'esprit (ouverture de marché tu veux dire!)Ton interrogation sur le bien fondé des motivations de frears est tout à fait legitime,c'est vrai quoi,si tu vois des traces de pas sur du sable,tu peux en deduire logiquement que quelqu'un a marché par là,et bien dans ce cas c'est pareil quand on considere les repercutions economico politiques que ce film là peut avoir en roumanie,on peut speculer sur la spontaneité du jugement!Et si tu veux tout savoir,ça fais 10 piges que j'avance sur ce chemin de la desillusion et ça va pas en s'ameliorant!Accroche toi bien sa va secouer!!

  • ruiz95100

    je rejoins tout à fait l'analyse d'alice 29200 qui s'interroge à juste titre sur l'absence des parents.Cela me fait penser à un autre film sur le meme sujet,my summer of love.
    Etonnant regard donc,que celui de celine sciamma qui occulte tout simplement la responsabilité parentale (à croire que les enfants naissent dans les choux et déjà fini!)dans le devellopement psychologico-affectif de leurs progenitures.Ca ne peut que me conforter dans mon opinion que le sujet a ete baclé deliberement pour ne pas avoir à remettre en cause le discours ambiant...

  • cristal

    Ah merde c'est vrai que c'est "Naissance des pieuvres" ici ^^ :d

  • cristal

    pour akathebride :

    Tu disais : "je trouve exagéré de condamner une telle oeuvre (Naissance des pieuvres) et de laisser passer le reste. (pirates et autres blockbusters débilisants comme tu dis) "

    Pirates des Caraïbes 3 est bien meilleur que "4 mois,3 semaines,2 jours",si tu veux mon avis (qui n'est que celui d'un misérable internaute).Evidemment,je ne dirais pas la même chose face à Pirates et "Naissance des pieuvres" (que j'ai adoré comme tu constates).En fait,je prends juste comme comparaison un blockbuster que j'ai aimé,et un film d'auteur que je n'ai pas aimé,pour des raisons qui me paraîssent indiscutables (mais bon,qu'est-ce qui me permet de dire ça?).Il est clair que j'ai plus un penchant pour un film d'auteur que pour un blockbuster,c'est sûr,n'empèche que le dernier volet de Pirates ne prétend absolument rien.Rien du tout.Juste divertir une bande d'américains shootés au pop-corn et au beurre de cacahuète.A partir de ce moment-là,force est de constater que c'est réussi,on en a pour nôtre argent,et même si y'a pas réellement d'audace,qu'on peut trouver ça long,y'a des effets spéciaux,des décors,des costumes dont on peut comprendre (à moins d'être vraiment bloqué d'esprit) que certaines personnes aiment.Pour ma part,j'ai été séduit,et comme c'est un film que je considère 'modeste' parce qu'il ne prétend pas rehausser le niveau intellctuel du cinéma,par exemple,c'est une réussite.Avec du recul,je ne crierai pas non plus au grand film parce que c'est la réelle profondeur,l'émotion brute que je recherche,entres autres choses bien sûr,au cinéma.Ce qu'il n'y a pas dans Pirates.

    Ayant suivi le festival de Cannes 2007 comme les précédents,et vu de mes yeux Frears remettre la palme vocalement à Cristian Mungiu (qui lui,veut transmettre autre chose que Pirates,ou du moins en apparence),je m'attendais au meilleur (quoique Wong-Kar Wai qui donne la palme à Loach,on voit qu'au final c'était pas glorieux).Etant donné la critique presse quasi-unanime,et les spectateurs aussi,et de plus appréciant hautement le cinéma roumain de nos jours (voir,par exemple,"12h08 à l'est de Bucarest",petit conseil),je me suis sincèrement dit que ce film me plaîrait.Evidemment,toutes les chances étaient du bon côté,même si,toutefois,le sujet m'a rebuté quelque peu,et l'attribution de la palme aussi : aussi bien filmé puisse être le film,la banalité du sujet (excusez-moi si je choque certaines personnes,je ne dis pas que le sujet n'est pas affreux,juste banal et très,comment dire...'préconstruit' vis à vis d'un film,peut-être) casse déjà toute audace psychologique quant on sait que le film est en plus ancré dans une partie historique.J'ai aussi l'impression que le cinéma Roumain est en vogue depuis que le pays est rentré dans l'Europe.Depuis,les films y sortent de plus en plus (je ne vais pas m'en plaindre puisque j'aime ce cinéma).Récemment,"Love Sick","12h08..." (caméra d'or 2006),"La mort de Dante Lazarescu","Comment j'ai fêté la fin du monde" (prix d'interprétation féminine à un certain regard 2006),prochainement "Califorinia Dreamin'" (prix de je sais plus quoi cette année à cannes) et en ce moment "4 mois..." (palme d'or).Bref,bizarrement,ça sort par paquets de vingt,tous traînant un prix important dans un beau festival renommé.Et je sens plutôt une magouille qu'autre chose quant à favoriser ce cinéma-là.Ce qui me fait dire ça,c'est justement le film "4 mois,3 semaines,2 jours" (que la presse a suivi puisqu'il a reçu une palme d'or,forcément).Je ne vois pas comment attribuer une Palme pour ce film.Aussi forte soit la mise en scène (il faut le dire,les plans-séquences sont tous magnifiques et il y a parfois beaucoup de tension),aussi incroyables soient les actrices,"4 mois..." est de la pure manipulation.Comment Mungiu peut-il qualifier d'"honnête" le plan sur le foetus (rien qu'en un plan,Mungiu passe du mauvais côté)?C'est pourtant totalement inutile.Complètement.Et tout le film flotte dans cet esprit malsain,plaintif presque,misérabiliste,l'air de dire "ouai on les a pas aidées ces pauvres femmes",toujours a montrer ce qu'il ne faut pas,à faire corps avec le mal-être de ces femmes,à tel point que l'effet final n'est pas celui attendu.C'est faire corps avec elles qui aurait été judicieux.Pas avec leur mal-être.Nous ne sommes finalement que les témoins d'un drame,et le film tombe dans le voyeurisme le plus glauquissime.Ajouté aux visages mornes et aux décors grisâtres de la Roumanie,le film devient vite insupportable et dangeureux.Mungiu a utiliser un thème fort qui touche encore de nombreuses personnes,prétextant un devoir de mémoire envers ces femmes-courages.Que dalle.Voyeurisme,misérabilisme,pessimisme,manipulation.C'est tout.Et dire que ce film immonde et vomitif de sécheresse morale et humaine a reçu le prix de l'éducation nationale et devrait être projeté dans des lycées...que comptent-ils monter?Des femmes qui se font avorter,oui et alors?En France,l'avortement ne se fait plus clandestinement,et au cas où une lycéenne tomberait enceinte et déciderait d'avorter,la vision de ce film ne lui apportera rien.Peut-être du dégout.Mais quoi d'autre?Que montre-t'on alors via ce film à des lycéens??Le courage?La combativité?La mémoire?Dans ce cas là,il faudrait projectionner tous les films réalisés sur le massacre des Juifs pour se souvenir de cette période innommable.Celle du massacre des Tutsis aussi.Celle des victimes du 11 Septembre.Celle de la guerre en Irak.Toutes les victimes.Cela n'a pas de sens.Surtout quand on voit comment le résultat est malsain et repoussant,dénué de toute dignité.

    Bref,tout cela pour dire que pirates des caraïbes compte faire du fric,et "4 mois..." aussi,à sa manière.Et que finalement,c'est celui qu'on croit le plus innocent et le plus vital qui est le pire des deux,moralement,cinématographiquement,et humainement.Et que donc,par extension,blockbuster peut surpasser film d'auteur.Parfois.Parce que,même si je comprends que l'on puisse détester pirates des caraïbes,qui,si l'on aime pas,laissera un arrière-goût d'escroquerie,je ne comprends pas comment aimer "4 mois..." (et je n'essaye pas de faire mon interessant pour aller à contre-sens de la palme par principe),ou du moins comment ne pas le trouver ignoblement manipulateur (on peut aimer et trouver ça manipulateur,certaines personnes n'en feront pas le principal incovénient,qui sait?!) ?Parce que "4 mois..." est autant une escroquerie que Pirates(qui n'en est pas une à mes yeux),mais une escroquerie qui vient d'un fond aussi indéfendable que 10 fois plus effrayant que celle de Pirates.

  • cristal

    Ruiz : par rapport au message de akathebride qui dit que tu n'as pas encore vu le film :

    Je ne savais pas que tu ne l'avais pas vu depuis!!Ceci dit on peut tout à fait débattre sur une bande-annonce,qui,parfois,avec un peu de chance,représente assez bien le film (pas comme "4 mois,3 semaines,2 jours",soi disant filmé comme un thriller aux dires des critiques et dont l'esprit est renforcé dans la bande-annonce,qui est un concentré d'images 'secouées',alors que le film est d'une lenteur incroyable,et surtout,je ne m'y attendais pas,d'une épouvantable indécence -mais bref,revenons à nos pieuvres ^^).Je ne vais pas te mentir : dans l'esprit,la bande-annonce colle au film,c'est vraiment un mix de l'atmosphère générale du film,de ce qu'on y voit ou ressent,même si une bande-annonce est bien trop courte pour que l'on puisse vraiment être ému.Il est clair que mieux vaut voir le film,tu m'auras compris et j'imagine que tu t'en doutes!

  • alice29200

    Troublant, émouvant, génant premier film de Céline Sciamma.
    Quelques détails m'ont cependant intrigués:
    Absence de parents/adultes
    Dialogues un peu creux

    La B-O est géniale, la musique correspond avec les mouvements des actrices, leurs sentiments.

    Triste fin pour une adolescente manipulée.
    :sweat:

  • AkaTheBride_59

    J'admets que de ce point de vue la realisatrice ne fait pas montre d'une originalité folle. C'est sur que dans un paysage cinématographique surpeuplé, une oeuvre de plus qui ne se demarque pas mais beneficie de bonnes critiques cependant représente une forme d'abus, d'autant plus que beaucoup de realisateurs ont du mal a se subventionner notamment dans le cas d'une seconde oeuvre beaucoup plus difficile a monter qu'une premiere qui beneficie d'aides. Il est clair qu'un cinéphile à de quoi etre revolté sachant que des oeuvres "secondaires" recoltent les lauriers et les benefices (voir tout simplement les subventions) quand d'autres qui se veulent plus engagées et même promptes à denoncer un systéme se font releguer au second plan ou doivent etre abandonnées par soucis de moyens financier. Le cinéma actuel se base comme tu le demontres sur des sujets qui ne fachent personne (même si au final, on le voit, certains se rebellent) pour engranger un maximum de recettes et les producteurs sont trop frileux pour s'engager dans des voies accidentées. A présent, je conçois ton point de vue et ne peut que le rejoindre, même si evidemment ici c'est plus le système qui est a dénoncer et pas forcèment une realisatrice qui à peut etre eu la chance de concevoir certains problème comme une grande majorité de personnes, ce qui lui a ouvert les portes des producteurs.

  • ruiz95100

    Si je pense qu'elle veut nous imposer son opinion,c'est parce son discours a l'air d'etre tres conventionel sur un sujet qui meriterait peut etre un traitement moins sentier battus et plus polemique (une vrai etude sociologique quoi!)

  • ruiz95100

    La bande annonce me parait suffisement eloquante pour pouvoir digresser sur le film sans l'avoir vu (ce qui ne veut pas dire que je ne le regarderais pas si l'occasion se presente),de plus les quelques extraits disponibles m'ont conforté dans mon opinion premiere.Apres,je n'ai pas l'habitude de parler sur des films que je n'ai pas vu mais comme je l'ai dit celui là a l'air d'etre tres similaire à fucking amal (que je n'ai pas aimé pour les memes raisons)

Voir les commentaires
Back to Top