Mon Allociné
Un week-end à Paris
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
<strong>Un week-end à Paris</strong> Bande-annonce VO
facebook Tweet G+Google
Un week-end à Paris

Bande-annonce VO

Film : Un week-end à Paris
2,9 pour 245 utilisateurs
Stars : Jim Broadbent, Lindsay Duncan, Jeff Goldblum, Olly Alexander, Sophie-Charlotte Husson
Mise en ligne : mercredi 2 octobre 2013
1. Choisissez la taille de votre lecteur
2. Copiez ce code dans votre blog ou site perso Selectionner
1 Bande-annonce & Teasers
<strong>Un week-end à Paris</strong> Bande-annonce VO 0:00
Un week-end à Paris

Bande-annonce VO

91 453 vues

Commentaires

  • bYb

    Une légère incohérence dans le scénario à la fin(je peux me tromper) mais qui ne m'a pas gâché l'ensemble de cette romance parfois froide comme du marbre et parfois à l'eau de rose. J'ai beaucoup aimé le rôle que joue Jim Broadbent, ce prof de philo un peu perdu face aux attentes de sa femme, mais qui ne l'est pas? Bonne séance si vous allez le voir 3.5/5

  • @l@in

    Ma femme et moi donnons **** 4 étoiles à ce petit bijou de film .
    Emouvant , sarcastique à souhait ,et très cérébral , du style de film de Woody Allen.
    J'étais trop content aussi de revoir Jeff Goldblum .

  • jouety

    Un week-end à Paris de Roger Michell avec Jim Broadbent

    Voici un film qui est passée inaperçue en salle et qui a été très peu
    exploité. Comment retrouver la flamme du début en s'offrant un petit
    week-end de charme entre sexagénaires. C'est le point de départ de cette
    petite escapade mais qui s’essouffle rapidement. On aurait aimé plus
    d'aventure et peut-être d'humour pour ce film qui manque de saveur et en
    devient classique.
    Résultat = 5,5/10

  • zvock083

    Ça commence bien avec l'histoire de ce couple qui part en week-end à Paris, on sent que c'est peut être le voyage de la dernière chance avec un amour qui semble parfois à sens unique avec les doutes de la femme. Le couple est incarné par deux bons acteurs en particulier Jim Broadbent qui dégage beaucoup de sympathie il y a une bonne base pour avoir quelque chose de joyeux et plein d'humour comme ce qui est indiqué dans le synopsis mais malheureusement ce n'est pas le cas, Roger Michell le réalisateur n'arrive pas à faire durer le plaisir au contraire avec l'arrivée de Jeff Goldblum le film sombre peu à peu et tourne en rond pour être au final malheureusement assez ennuyeux. 2/5

  • elriad

    un scénario qui aurait pu faire mouche, si la situation avait fait preuve d'un peu plus de subtilité, car les acteurs sont impeccables. Mais certaines scènes sont d'une longueur agaçante, les situations sont par trop absurdes et rendent le film peu intéressant. On sent la volonté de tendre vers Woody Allen, oui mais voila, n'est pas le grand réalisateur qui veut. Un naufrage regrettable.

  • Jean-philippe N.

    Les penchants gérontophiles (refoulés?) de Roger Michell se confirment une fois de plus avec son dernier long métrage. Certes, malgré un nombre statistique de plus en plus important dans les sociétés occidentales modernes qui légitime la quantité croissante de films autour du troisième âge, il est bon de rappeler que l'existence des personnes âgées n'est pas forcément rose entre la mise au rencart forcée, l'absence d'enfants pour lesquels ils ont consacrés une bonne partie de leur énergie pendant de nombreuses années mettant leurs propres vies entre parenthèses, le poids des habitudes n'arrivant plus à gommer celui du sentiment de solitude, les vieux sont une fois encore à l'honneur dans "The week-end" qui - force est de le constater - sent un peu le moisi. Sur fond de publicité touristique visant une clientèle anglaise retraitée, les pérégrinations de Jim Broadbent et Lindsay Duncan ressemblent fort à un chant du cygne à la limite du pathétique. On aimerait y croire au mythe de la petite flamme qu'il faut raviver mais franchement: à part dans le cinéma hollywoodien grand spécialiste de la propagande du genre, qui espère encore à celui de "l'amour pour l'éternité" avec un(e) seul(e) et unique partenaire? Des recherches scientifiques récentes et très sérieuses le démontrent sans ambiguïté: l'animal humain n'est pas monogame. En clair, quand c'est mort, c'est mort. Les meilleures intentions du monde n'y changeront rien, mieux vaut passer à autre chose. Et puis la solitude, autant s'y préparer à l'avance: on est seul(e) quand on nous met entre quatre planches. tant qu'à rêver à des fadaises d'un autre temps et à se raccrocher aux branches d'une irréalité tenace, il me semble préférable de fantasmer sur des actrices et acteurs encore jeunes, y compris dans des films aussi peu dignes d'intérêt. C'est moins glauque...
    2/5

  • defleppard

    Un couple d'Anglais, fait le point sur leur vie, lors d'un week-end à Paris. Passé le 1er tiers de ce film, l'ennui vous gagne. 1 étoile et demie.

Voir les commentaires