Mon Allociné
Adieu au Langage
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
<strong>Adieu au Langage</strong> Bande-annonce (2) VF
facebook Tweet G+Google
Adieu au Langage Bande-annonce (2) VF
Film : Adieu au Langage
2,3 pour 355 utilisateurs
Stars : Héloïse Godet, Kamel Abdelli, Richard Chevallier, Zoé Bruneau, Jessica Erickson
Mise en ligne : dimanche 11 mai 2014
1. Choisissez la taille de votre lecteur
2. Copiez ce code dans votre blog ou site perso Selectionner
1 Bande-annonce & Teasers
<strong>Adieu au Langage</strong> Bande-annonce (2) VF 1:33
Adieu au Langage Bande-annonce (2) VF
117 445 vues
2 Emissions d'actu ou bonus
Cannes 2014 - Adieu au langage de Godard, un "film punk impressionniste". 4:08
Cannes 2014 - Adieu au langage de Godard, un "film punk impressionniste".
5 387 vues
<strong>Plein 2 Ciné</strong> N°217 - Les films du 21 mai 2014 0:04
Plein 2 Ciné N°217 - Les films du 21 mai 2014
1 591 vues

Commentaires

  • mac-de

    J-L Godard, c'est un peu comme Picasso...

    On en tomberait dans les pommes tellement c'est beau !
    ou
    On appelle "ça" de l'art dégénéré !
    Il n'y a pas d'entre-deux.

  • Antoine B.

    sérieux arrête

  • WalterX

    EXCLU : Godard a ce matin annoncé au micro d'Europe 1 qu'il envisageait de faire un spin off du chien d'Adieu au langage. "J'ai ce profond sentiment de n'avoir pas encore tout exploité sur ce personnage énigmatique", a-t-il dit à l'antenne.

  • WalterX

    Adieu au langage est un blockbuster classique mais efficace.

  • LBDC

    (...) Dans ADIEU AU LANGAGE, Godard critique notre société comme artificielle, incohérente, vide et pour cela il déconstruit l’outil cinématographique en lui même. De la caméra stylo il est passé à la caméra bulldozer. Le montage désordonné, le son agressif, les couleurs saturées, tout tend à détruire l’idée du réalisateur, auteur, avec un langage subtil, libre et éloquent que divulguait la nouvelle vague avec l’idée de « caméra stylo » (cf Alexandre Astruc, Naissance d’une nouvelle avant garde: la caméra stylo 1948). Le titre du film peut alors prendre plusieurs sens, l’adieu au langage est celui du langage cinématographique, littéraire (avec l’omniprésence des livres opposé aux téléphones portables), et oral (avec le montage sonore qui coupe les phrases ou les rend presque inaudibles).

    Le résultat est un film qu’on pourrait qualifier d’expérimental. Dans le sens où plus qu’un film avec une réelle narration c’est un film réflexif sur le langage. Il y a bien sûr l’histoire latente du couple et du chien mais le tout est si incompréhensible, qu’il est préférable de le prendre avec distance et humour pour ne pas s’arracher les cheveux. C’est une sorte d’essai qui tend à critiquer notre société. Voilà une critique de l’homme qui ne voit plus la réalité, la nature aveuglé par les écrans. C’est aussi la répression, avec les deux agents secrets Allemands tout droit sortis de James Bond ou Matrix, qui apparaissent sitôt que quelque chose d’important va être dit dans une discussion. C’est la censure. Le choix de l’Allemand n’est pas anodin, il fut un langage d’oppression avec un lourd passé historique. L’abolition du langage arrive paradoxalement dans un film très bavard. Mais les paroles sont incohérentes, coupées, répétées, le volume varie sans cesse de l’inaudible à l’assourdissant, si bien que plus que des dialogues c’est un opéra sans harmonie (...)

    L'intégralité de notre avis à propos d' ADIEU AU LANGAGE, sur Le blog du Cinéma

  • ???????

    C'est ridicule.
    Un film distribué sur un très faible nombre de copies attire évidemment plus de monde par salle qu'il ne le ferait s'il était distribué sur plus de copies. Ceux qui ont envie de le voir et que cela n'oblige pas à faire un trajet excessif iront jusqu'à la salle où il est diffusé pour le voir, point. Ça ne met rien du tout en perspective, c'est juste une galipette pour essayer de gonfler le succès du film - ce qui est sans importance, d'ailleurs.

  • Fabior

    Pour une fois, me voilà face à une petite critique très constructive, simple et efficace que tous devraient lire. Merci

  • spider1990

    1/5 pauvre Godard épuisé qui m'a ennuyé à mort. J'ai faillit clamser avec cet enchaînement de scènes insoutenables

  • patounetlevrai

    Je trouve pas les mots... Nul ! De qui se moque t'on ?

  • penelhop

    faut pas chercher à comprendre, c'est comme avec l'art abstrait, certains (comme moi) ne peuvent s'extasier que sur le beau de l'art ancien par ex, et se fiche du conceptuel, d'autres adorent le concept et se fichent du beau, c'est comme ça..
    je pense que ce film, je ne vais même pas essayer..je sens qu'il me mettra de mauvais poil

  • zvock083

    Un véritable OFNI, je ne sais pas si c'est original ou si c'est du foutage de gueule, mais bon, je n'ai pas du tout aimé pourtant, je ne suis pas fermé à ce genre de film "expérimental ", car dans le genre film bizarre qui revient souvent cette année, j'ai bien aimé "Under The Skin" (je ne compare pas les deux) donc bon, mais là, je dois avouer que c'est un film totalement dénoué d'intérêt à mon sens et à vrai dire, j'aimerais me mettre à la place des gens qui aiment ça pour voir ce que ça fait, car je ne comprends pas, mais je respecte, c'est peut-être tout simplement pas fait pour moi en tout cas, j'ai lutté pour voir ça jusqu'au bout. 0,5/5

  • Maxence d.

    Oui mais aujourd'hui il est l'un des rares représentants de la "nouvelle vague" et du coup, on le catalogue comme "monstre du cinéma" alors que d'autres se seraient essayer à faire le même film, on leurs auraient juste cracher au visage et pas décerner un prix du jury...

  • De smet M.

    Amis cinéphile, voici donc notre critique du dernier JLG en date : http://pours-culture.blogspot....
    Une œuvre déroutante qui mérite bien un petit éclaircissement.
    A 83 ans, Godard en a encore sous le pied et n'a pas finit de nous surprendre.

    Cinéphilement vôtre.

    Pours Cinéphilie.

  • Olivier D.

    J'aime le cinéma d'auteur, j'aime la nouvelle vague, mais à mes yeux ce film est une parodie, c'est pitoyable. Si godard semble déjà ridicule dans la vraie vie (il s'amuse à insulter Quentin Tarantino, certainement par jalousie qu'il ait eu une palme d'or et pas lui, ce qui pourtant me semble normal car Tarantino est un maître), il l'est aussi dans ses films. Contrer la mode, Hollywood et les formes modernes de mise en scène ne suffise pas à faire un film intéressant, encore faut-il avoir du talent.
    Je trouve ça drôle aussi que Le Cahier du Cinéma lèche les pompes de ce cinéaste à chaque fois, quand on connaît les notes trop faibles qu'il donne aux vrais chef d'oeuvres.
    Si vous voulez voir un bon film de lui, regardez Pierrot Le Fou.
    Bref je crache dessus. 0,5/5

  • LordGalean

    Si tu veux en rire. Régale toi :http://louvreuse.net/instant-c...

  • Autaar

    Adieu au langage a fait le meilleur démarrage juste après X-men en France, proportionnellement au nombre de copies distribuées (c'est-à-dire 2). Soit plus que Deux jours, une nuit (310 copies).
    Prendre en compte de nombre de copies permet de mettre en perspective pas mal de données.

  • Badaask

    D'après Studio Ciné Live il n'a fait que 20 000 entrées.

  • Un homme, un vrai

    Pourquoi "du dimanche" ?

  • alexandra P.

    J'ai trouvé ce film magnifique, poétique et engagé. Très contemporain et jeune pour une personne de son age. Je l'admire encore plus qu'avant. Chacun ses goûts !!

  • alexandra P.

    Il n'a pas été sélectionné à Cannes juste pour son nom. Regardez le nombre de films qu'il a fait ces dernières années et Cannes ne l'avait pas sélectionné alors qu'il s'appelait toujours Godard..

  • alexandra P.

    Il n'a pas gagné de Prix juste parce qu'il s'appelle Godard, regardez le nombre de films qu'il a fait, il a eu très peu de prix justement..

  • alexandra P.

    Film magnifique, poétique et engagé. Merci Jean Luc Godard

  • Keira2014

    Ah, papy Godard....De la belle branlette pour intellos du Dimanche.

  • saskatchewan

    Ne mélangeons pas torchons et serviettes.

  • saskatchewan

    Sache ... impératif ..; Ne prend pas de "S" ...

  • saskatchewan

    Ha ha !! Rigolons ensemble ...

  • saskatchewan

    La 3D provoque chez moi la migraine.

  • Pierre P.

    On s'en fout en fait. L'intérêt dans ces séquences n'est plus de voir l'image en relief mais de créer une nouvelle forme de montage (fondamentalement et exclusivement due à la 3D) ou deux possibles du film cohabitent. Aucune contradiction donc en disant qu'il s'agit d'une invention esthétique par utilisation de la 3D.

  • LordGalean

    @allocine-fr-6f1d1c62f5681d3843b0d59830d86179 quand on regarde une image 3D en clignant des yeux, ce n'est plus une image 3D, donc c'est surement magnifique, mais ce n'est plus du tout de la 3D :) lol

  • Pierre P.

    C'est aussi la tienne quand tu affirmes que les films de Godard ne sont pas bons car ils t'ennuient.

    Quoiqu'il en soit cela t'est-t-il traversé l'esprit que les gens qui disent aimer Godard pouvaient l'aimer et s'intéresser sincèrement à son travail ou te sens-tu obligé de l'expliquer par un quelconque snobisme de notre part (même si bien sûr, ça doit exister) sous prétexte que tu ne le comprends pas (c'est une chose, je ne comprends pas toujours ses films, comme je ne comprends pas toujours Mallarmé, par exemple) et que tu ne l'aimes pas ? Qui manque d'ouverture d'esprit ici ?

    En attendant ni Truffaut, ni Chabrol, ni Tarantino n'a fait ce qu'a fait Godard. Pour citer Nicole Brenez et Michael Witt :

    "Appeler au sabotage des conférences de presse du général de Gaulle par les cameramen de la CGT. Former, aux côtés de Chris Marker, Bruno Muel ou René Vautier, les ouvriers de la Rhodiacéta à l'utilisation de la caméra. Faire avouer à un journaliste de la télévision publique qu'au fond il ne sait rien des informations qu'il diffuse. Être censuré par Le Pen, être interdit de diffusion par l'entreprise Darty. Inculper le parlement européen pour inaction face au génocide (Je vous salue Sarajevo, 1993). Saluer les jeunes israéliens qui refusent de servir dans les territoires palestiniens occupés (Prières pour refuzniks, 2004). Faire dire dans un film par Juliet Berto la phrase "Comment j'ai déshabillé les dirigeants du Journal Télévisé Mondial sur l’ordre du fantôme d’Antonin Artaud et je les ai fait enculer par les ministres de la déformation puisqu’ils aiment ça », se faire couper par la censure, publier le texte dans un livre (Le Gai Savoir, 1968). Avec quelques amis, arrêter le Festival de Cannes. Après Tchernychevski et Lénine, rédiger un texte intitulé « Que faire ? », répondre trente-neuf fois à la question. Emprunter son nom à Michel Servet. Immortaliser Anna Karina, Anne Wiazmsky, Jean-Pierre Léaud ou Laszlo Szabo, filmer pour Omar Diop, Thomas Wainggai ou Biljana Vrhovac. Penser avec Anne-Marie Miéville, soft talks about hard subjects. Comprendre pourquoi un plan commence et pourquoi il finit, ce qui se passe entre deux images, deux sons, pourquoi il faut ou non faire un plan, à quoi sert une image dans le monde. Comprendre que si un film peut être produit c’est qu’il est déjà admis par la société, transformer la production en transfert de fonds du capital vers le travail et non pas l’inverse. Métamorphoser les oripeaux visuels du commerce (bande-annonces, clips, publicités, films d’entreprises) en manifestes pour la poésie. Faire du cinéma un art, et ne pas rabattre ce terme sur la désolante entreprise d’engrangement tranquille de la plus-value avec laquelle on le confond sous le nom de « marché de l’art ». Être toujours à l’avant-garde non seulement du cinéma mais de l’art en général. Être à la fois le Rembrandt, le Cézanne et le Hans Haacke de sa propre discipline. Amener le cinéma à ce qu’il pourrait être. Oser affirmer toute sa vie ce qu’il devrait être."

    Je dédie cette liste à ceux qui osent encore dire aujourd'hui que Godard "filme son nombril".
    Et j'y ajouterais, depuis deux films, Affirmer que les images et par extension toute forme de création sont des biens publiques (Film Socialisme, 2010) et Inventer une toute nouvelle figure esthétique en utilisant la 3D - qu'il juge pourtant inutile (Adieu au langage, 2014).

    Évidemment, la liste est loin d'être exhaustive. Si l'attitude Godardienne implique tout ce que j'ai cité, je suis "client", comme on dit.

    Alors FireWalkWithMe (au fait, toi qui es sûrement fan de David Lynch, sache que lui aussi à sa dette - au moins esthétiquement- envers Godard, au passage) si tu n'as pas d'autres arguments à avancer que l'ennui, je te ferai remarquer que c'est ton droit mais c'est aussi ton problème (rhétorique).

    Et contrairement au cliché complaisant et malheureusement largement répandu, non, je ne trouve pas que Godard c'était mieux avant.

    Sinon, ton petit discours sur la presse, tu t'es trompé. Regarde juste en haut. Que vas-tu trouver à dire maintenant ? Que la presse a ouvert les yeux ?

    Par ailleurs, je trouve que pour un cinéphile tu parles très peu de cinéma. Comme le dit justement Godard, "avant les gens se disputaient mais il y avait un film entre eux". Maintenant les gens comme toi se contentent d'attaque personnelle. Si tu n'aimes pas son cinéma, personne ne t'oblige à le voir. Mais déclarer qu'il ne devrait pas être sélectionné à Cannes sous prétexte que tu ne l'aimes pas...je trouve que c'est anti-démocratique. Voire pire.

  • Blaste

    Pour ma part, un des trois meilleurs films de l'année, ne serait-ce que pour la magnifique trouvaille du "une image par œil", élémentaire mais diablement ingénieuse. Le discours, autiste et misanthrope, est juste et argumenté (le parallèle entre la guerre et le langage est assez bien vu, d'autant plus qu'il est servi à merveille par le montage et le mixage son mordants, voire agressifs), et c'est bien la 1e fois que je trouve un intérêt à filmer un personnage en train de déféquer (par opposition à des films potaches comme Bullhead ou Maps to the Stars).

  • Christoblog

    Je préfère en rire : http://www.christoblog.net/201...

  • FireWalkWithMe

    Le film politique il est dans la tête aussi. C'est tellement facile ce genre de rhétorique hautaine. Cela démontre juste un manque d'ouverture d'esprit. C'est vrai, ça fait bien de dire j'aime les films de Godard (quels qu'ils soient), on peut se croire supérieur, se sentir des poussée de critique "exégète" pour vous paraphraser. Une attitude un peu Godardienne d'ailleurs qui trouve que Truffaut c'est nul, Chabrol aussi et que Tarantino soit un faquin.

  • Spielbie

    grosse (mauvaise ) blague, on pourrait croire à une parodie du cinéma d'essai mais non c'est un vrai flm et qui est même allé à cannes là je ne comprends pas. quelqu'un peut me donner le nom de ceux qui financent et encouragent ce genre de choses ?

  • Maxence d.

    Vu à Cannes…et à failli me faire détester le cinéma. Film expérimental, je veux bien. Filmer un homme (ou un chien) en train de chier ou encore mettre des sons de 3 secondes beaucoup trop fort au point de te défoncer les oreilles au ciné. Il n'y a de mon point de vu, pas ou peu de choses à sauver dans ce film. Il dure 1h10, c'est 1h10 de trop. Cela m'énerve d'autant plus qu'il ait gagné un prix juste parce qu'il s'appelle Godard, j'ai rarement autant détesté un film. Bref, si certain arrive à y adhérer (je ne vois pas trop comment) moi pas du tout: - 5 / 20 (première fois que je met une note négative)

  • saskatchewan

    Casse-toi vieux KON !

  • saskatchewan

    Délires débiles des médias ... Complètement abscons ... de plus, la 3D me donne la migraine...

  • Cinematraque

    " Le film fait preuve d’un humour malicieux, cynique, jouant avec les mots et les étymologies, l’image et le son. Le réalisateur suisse exprime explicitement, non sans un certain plaisir, son dégoût pour la jeune génération de prétendus intellectuels, dont les paroles ne sont rien de plus que du « caca » (je cite), lâché bruyamment dans la cuvette des wc. Le personnage qui apparaît le plus souvent à l’écran est un chien, parce que « les chiens sont les seuls animaux qui vous aiment plus qu’ils ne s’aiment eux-mêmes », dixit Darwin. Cet animal, ici doué de raison, magnifié par la caméra, témoigne du regard pessimiste de Godard sur l’âme humaine, incapable de s’apercevoir qu’elle se perd, fonce dans le mur, la barbarie."

    http://www.cinematraque.com/20...

  • Robert P.

    Godard ou pas la bande annonce est vraiment magnifique! Mais pourquoi y a t'il si peu de séances alors qu'on a le droit à des flims de propagande américano-cubain dans pratiquement tous les miniplexes?

  • tanguythev

    "L'ennui est dans la tête".
    Je te reconnais bien là, mon ami exégète. Heureusement que Allociné compte des artistes de ton rang pour nous régaler de ce que les autres ne peuvent nous faire goûter : un point de vue exigeant mais magnanime envers celui qui ne veut pas comprendre.
    Un film politique oui, sur l'europe mais aussi sur le monde; celui du cinéma comme outil d'apprentissage des masses; masses parfois récalcitrantes mais qui ne demande qu'une douce caresse. Celle de l'artiste qui se doit d'être son guide contre le formatage; L'appel à la résistance comme tu le conclus si bien.

  • FireWalkWithMe

    Je suis d'accord avec votre avis. Je réagis en passionné et mon avis est très subjectif. Et je ne critique pas ce film (je l'ai dit plus tôt "pourquoi pas une bonne surprise ?") mais ses précédents ainsi que la bande annonce de celui-ci qui me fait, en effet, craindre le pire. Mais je jugerais sur pièce.

  • FanAvatar09

    Je ne critiquerai pas Godard car je n'ai pas encore vu de films de lui à ce jour mais qu'on soit artiste ou non, faut quand même pas pousser pour avoir une qualité d'image aussi dégueulasse.

  • Maxime D.

    Bonjour, je lis toutes vos interventions. Je trouve qu'il y a beaucoup d'effets de manche de votre part. De l'intelligence, certes, mais pas de maturité derrière vos propos. Vos réactions semblent être une défense de votre point de vue, mais vos réactions convergent vers un point de vue de plus en plus radical et de moins en moins réfléchi. Je vois votre commentaire, celui-ci s'entend, et je n'y vois qu'une chose, réaction juvénile... Une façon pour vous de tuer le père.

    A vrai dire je suis d'accord avec vous, la plupart du temps Godard peut me saouler, m'énerver, ces interventions télévisuels m'ont toujours irriter par le côté masturbatoire qu'il peut avoir. A vrai, je dirais que comme vous dans vos réactions, il n'a jamais su être réellement mature. Il a une forme très juvénile de concevoir le cinéma, et c'est peut être en ça qu'il reste malgré tout un bon copain du 7ième art, car la personne qui ne grandi pas est toujours celui qui rassure, qui étonne.

    Du reste, je vous conseille tout de même de regarder le film avant toute chose et de non pas cracher sur le film rien que sur une bande d'annonce : Rien que cette façon de fonctionner et de réagir démontre de votre part un manquement intellectuel :) Le cinéma n'est pas objectif, le cinéma ne doit pas forcément répondre à un répertoire de codes formatés ; même dans les jeunes réalisateurs ou autres que vous adorez, leur configuration reste formatée j'en suis persuadé. Ce que j'apprécie chez Godard au final, c'est qu'il sait rester expérimental tout en gardant tout de même la grammaire cinématographique, et ça reste intéressant de voir comment évolue le cinéma d'une pilier de la nouvelle vague, ne crachons pas sur les sages non plus, aussi fous et rasoirs soient-ils, n'êtes vous pas d'accord ? :) Le festival de Cannes reste le festival de Cannes. Les autres films ont Sundance et d'autres festivals plus indies pour les accueillir et récompenser.

  • PsychoExtatica

    Ha d'accord, sortie nationale... à Paris.

  • Vincent B.

    Encore une fois, dommage que le film ne soit pas mieux distribué.

  • gimliamideselfes

    Ben c'est un film politique, sur l'Europe, le socialisme… un appel à la résistance.

  • FireWalkWithMe

    Ouais c'est surement dans ma tête. Il faut que je me fasse diagnostiquer tu penses ? Et si non quel message ?

  • gimliamideselfes

    Nan mais je t'arrête, l'ennui il est dans ta tête.
    Les dialogues, la façon de les mettre en scène, le message...

  • FireWalkWithMe

    Le fait que le film soit ennuyeux à mourrir. Il y a des tas de films barrés, expérimentaux, hors formats qui sont beaucoup plus captivants, ça aide clairement à porter le propos du film. Apres j'admets aussi qu'il y a la dedans une part de subjectivité. Qu'as tu retenu de Film socialisme ?

  • gimliamideselfes

    Qu'est ce qui ne serait pas bien ?

  • FireWalkWithMe

    Je n'essaie pas de prouver quoi que ce soit. Ce que je dis est simple : Godard fait des films expérimentaux et explore le cinéma de manière très isolée dans le cinéma contemporain. Mais cela ne donne pas lieu pour autant à de bons films.

  • gimliamideselfes

    Je ne vois pas ce que tu tentes de prouver, c'est bien film socialisme.

  • FireWalkWithMe

    Oui, il y a plusieurs façon de faire et celle de Godard est ennuyeuse. Attention je parle du Godard récent. Loin de moi l'idée de critiquer les films de ses débuts (même si des films ennuyeux et ennuyants il en a toujours fait). J'avais lu à l'époque de la sortie de Film socialisme une interview de lui dans les Inrockuptibles et j'étais ébahi par l'écart entre son regard sur l'actualité et la culture et ce que donnait à voir Film socialisme. Les interviews qu'il donne sont beaucoup plus passionnantes que ses derniers films. Ce qui, pour un réalisateur, est pour le moins gênant.

  • FireWalkWithMe

    Saches que si ce que j'apprécie dans le 7ème art s'apparente à des ordures soigneusement choisies il va sans dire que la cinéphilie tout entière et quelques grands cinéastes se retourneraient dans leur tombe. Quand on invoque un poète français ce qui est bien c'est de le citer.

  • FireWalkWithMe

    Ça le place surtout à l'avant-garde d'un cinéma "inintéressant et infiniment ennuyant" pour paraphraser M. Ingmar Bergman.

  • FireWalkWithMe

    Je suis d'accord, Twixt notamment, est un chef d'oeuvre avec un travail très intéressant sur l'image et la métaphore que fait le film sur la propre vie du réal est très touchante. Pour Godard c'est un peu différent, je crois qu'il s'est perdu.

  • Toto662

    C'est marrant que tu cites Coppola pour dire ça... Lui, dont le cinéma ne s'est jamais mieux porté qu'aujourd'hui. C'est un réalisateur qui a décidé de commencer très vite à faire ce qu'il appelle des "grands films", et qui semble terminer sa carrière par des entreprises plus modestes (même s'il a exprimé le désir de se tourner vers un projet d'envergure prochainement), mais aussi infiniment plus bouleversantes qu'Apocalypse Now ou autre Parrain (excellents au demeurant).
    Godard a évolué de manière complètement différente... Puisqu'il ne cesse d'explorer. Ses films ne se contentent pas d'utiliser un langage, ils en dynamisent continuellement le renouvellement.

  • Pierre P.

    Godard se regarder le nombril en filmant. Rares sont les cinéastes qui méritent le moins cette expression. Il n'y a qu'à voir les sublimes Dans le noir du temps, Allemagne neuf zéro et évidemment, les Histoire(s) du cinéma pour s'en rendre compte.
    Et sa pratique du collage est ce qui le place à l'avant-garde du cinéma encore aujourd'hui. Aujourd'hui plus que jamais.

  • Pierre P.

    "- Ah! misérable chien, si je vous avais offert un paquet d'excréments, vous l'auriez flairé avec délices et peut-être dévoré. Ainsi, vous-même, indigne compagnon de ma triste vie, vous ressemblez au public, à qui il ne faut jamais présenter des parfums délicats qui l'exaspèrent, mais des ordures soigneusement choisies."

  • gimliamideselfes

    Ce n'est ni mélioratif ni péjoratif, c'est un fait.

    Godard fait du collage, du montage. Et ça donne de la poésie, différente de celle de Marker ou de Charles Laughton. Il n'y a pas qu'une façon de faire.

    Et même ses films les plus engagés sont poétiques que ça soit vent d'est ou la chinoise.

  • FireWalkWithMe

    Fut un temps oui, plus maintenant. La poésie s'est évaporée... Enfin bon ça me fait rire "de la poésie" parce qu'il a eu une période où il a fait des films très politique qui n'étaient en rien poétique.

    Du collage je trouve ce qualificatif très intéressant, je sais pas si c'était un compliment de ta part mais ce n'est à prori pas très flatteur. Si je veux voir de la poésie je regarde du Chris Marker, La nuit du chasseur ou du Malick à la rigueur mais certainement pas le Godard d'aujourd'hui.

  • gimliamideselfes

    Le cinéma de Godard n'est ni philosophie ni copie de philosophie. C'est avant tout de la poésie, du collage.

  • FireWalkWithMe

    Oui il évolue avec l'age du réalisateur. Et ai-je le droit de dire que son cinéma est sur la pente descendante ?
    Je vais citer Francis Ford Coppola dans l'un de mes nombreux Cahiers du Cinéma (n°677) "Vous savez chaque artiste rencontre ce problème : si vous vivez suffisamment longtemps, comment est-ce que vous pourrez rivaliser avec les oeuvres de votre jeunesse, les oeuvres de l'époque où vous aviez tellement d'énergie et tout ce que vous aviez à dire était nouveau ? [...]"
    Je trouvais intéressant d'extrapoler cette citation au cas de JLG qui fut un jeune réalisateur fougueux amenant du sang frais, proposant une nouvelle vision du cinéma et qui aujourd'hui bat des pieds et des mains pour montrer qu'il est encore là. Encore là certes, mais pourquoi ? Pour s'enfermer dans un cinéma pseudo intellectuel totalement hermétique. Ses films ont perdu la valeur universelle, celle qui réunit les plus grands cinéastes de Kubrick à Hitchcock en passant par Bresson et Bergman. Le cinéma n'a pour but de se cantonner à une vulgaire copie de philosophie, ce que semble produire Godard dans ses derniers "accouchements". Cette opinion n'engage que moi mais je pense que d'autres la partage.

  • letelephage

    c'est mieux quand c'est Anna qui parle.

  • gimliamideselfes

    Toujours ce sophisme. En quoi il se regarde le nombril ?
    Et pour ta gouverne le cinéma de Godard évolue avec le temps, celui des années 60, n'est pas celui des années 70, qui n'est pas celui des années 80 ou 90 et encore moins 2000.

  • FireWalkWithMe

    Etre un monument du cinéma n'assure en rien la qualité d'un film. Surtout que j'ai vraiment l'impression qu'il se regarde le nombril en filmant. Il y a eu Pierrot le fou, A bout de souffle, Le mépris... Mais ça c'était avant. La vague n'est plus vraiment nouvelle, il faut bien l'avouer, et il n'en reste que de l'écume.

  • gimliamideselfes

    Et il y a ce vieux papy qui reste toujours l'incarnation vivante du cinéma.

  • froclibre

    Les images du nouveau Godard sont loin d'être magnifique. Un 5d mark ii très bien utilisé peu faire de très belle image oui.

  • Thejoker2

    Je viens de regarder la BA et je trouve ça juste affreux. Où comment être sélectionné à Cannes grâce à un nom. Sérieusement, il y a tellement de jeunes cinéastes talentueux et méconnus. Affligeant.

  • Thejoker2

    Le synopsis est rebutant surtout avec la grosse faute d'orthographe en première ligne. Je m'attends déjà à ce que la presse s'extasie sur ce nouveau chef d'oeuvre de JLG. D'ailleurs sans l'avoir vu ils savent que c'est un chef d'oeuvre. Serieusement Godard est un monument du 7ème art qui a beaucoup apporté, mais à un moment faut savoir dire stop.

    Après pourquoi pas une bonne surprise ? Mais si c'est dans la lignée de Film Socialisme, truc pseudo experimental qui n'a pas grand chose à dire et bien non merci.

  • carol M.

    Un synopsis annonciateur d'ennui, voire de migraine . Mais cette opinion n'engage que moi : je présume qu'au contraire il réjouira et flattera les goûts du jury.

  • An Highschool Lover

    Cette phrase est d'une très grande finesse !

  • Lucas R.

    ça sent la grosse branlette intellectuelle d'un "artiste" qui veut péter plus haut que son cul

  • Guillaume182

    Oui, je dirai que le 600d suffit déjà à faire quelque chose d'acceptable. Le 5d est génial, mais chère.

  • Mathieu d.

    Curieux, à première vue sur la photo; les 2 Reflex sont fixé sur la tête 3D... Ne faudrait il pas que les appareils puissent changer de convergence pour filmer des sujets en mouvement?

    Opération marketing? ils ne feront que des plans fixes avec des acteurs fixes? Ou mélangeront ils la 2D et la 3D ?

    C'est étrange, et je trouve ça très intéressant à voir le résultat avec impatience.

    Pour les reflex un canon 5d mkII suffit à faire des films magnifique

  • Ned Rifle

    Bonne chance pour le voir en 3D hors Paris...

  • Jean-Luc Debord

    "Il n'est pas obligé de faire un film en 3D pour parler de la 3D" c'est quand même plus intéressant, au niveau formel de parler de la 3D en 3D, tout comme c'est plus intéressant de parler du cinéma en cinéma.

  • Guillaume182

    Il film avec des reflex!

  • Blaste

    j'avais cru avoir entendu dire Godard, à la sortie de 'Film Socialisme', que ce serait son dernier film. preuve du contraire, il en fait un nouveau, ce qui semble confirmer, contrairement aux "argumentaires" (qui n'en sont pas) qu'on peut lire par-ci par-là sur ce "site" (qui n'en est pas un), qu'il a encore des choses à dire, et effectivement le point de vue de JLG sur la 3D et les nouvelles technologies ne peut être que bon à prendre. néanmoins, il n'est pas obligé de faire un film en 3D pour parler de la 3D, ce serait même assez débilitant, en fait, j'espère que le relief (puisque parler de 3D pour désigner le relief est en fait un abus de langage assez vulgaire... et comme tout ce qui est vulgaire, c'est accepté goulument !) ne sera qu'un outil, pas une fin en soi. un premier extrait du film a été mis en ligne, j'ai ouvert le forum du film histoire de faire vivre un minimum ce "site".

  • Guillaume182

    Vivement!

  • FDC33

    Je n'en peux plus d'attendre .

Voir les commentaires