Mon Allociné
L'Homme du peuple
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
<strong>L'Homme du peuple</strong> Bande-annonce VO
facebook Tweet G+Google
L'Homme du peuple Bande-annonce VO
Film : L'Homme du peuple
3,7 pour 86 utilisateurs
Stars : Robert Wieckiewicz, Agnieszka Grochowska, Iwona Bielska, Zbigniew Zamachowski, Maria Rosaria Omaggio
Mise en ligne : mercredi 15 octobre 2014
1. Choisissez la taille de votre lecteur
2. Copiez ce code dans votre blog ou site perso Selectionner
1 Bande-annonce & Teasers
<strong>L'Homme du peuple</strong> Bande-annonce VO 1:45
L'Homme du peuple Bande-annonce VO
201 543 vues
1 Extrait
L'Homme du peuple - EXTRAIT VOST "Maternité" 1:28
L'Homme du peuple - EXTRAIT VOST "Maternité"
916 vues

Commentaires

  • nataliaugustowska@o2.pl N.

    Je vous veux recommander le film polonais, qui montre la vie de président Lech Walesa. C^est l^histoire magnifique et véritable; Dans le moments difficiles l* homme; père de 6 enfants; électricien combats pour la liberté et pour la fin du communisme en Pologne: En même temps il doit être un père et un mari responsable; il prendre soin de sa femme qui est enceinte; L* homme s* impose comme un grand film polonais: Je ne s*ennuie pas seul instant; Les acteurs ont beaucoup de talent: Robert Wieckiewicz qui jeu le rôle de président; il est très véritable: J *ai trouve l* histoire émouvant: Le réalisateur Andrzej Wajda a fait bonne travail comme d *habitude: Un succès mérité:

  • rachel690

    Lech Walesa était un grand homme, mais je trouve tout ça très passéiste, j'aurai aimé un film sur la Pologne d'aujourd'hui !

  • Kaleath

    Marre des biopics ! Les scénaristes n'ont-ils donc plus aucune idée originale ?

  • angelabassompierre

    biopic!!! De quoi réviser son histoire, en Pologne déjà en étant sobre et solide, ils vivent longuement.
    Nous sommes plongés dans ces temps du siècle dernier. Je l'ai trouvé un peu long et il embellit la situation. Au total, ils ont eu 8 enfants, et de cette époque, le contrôle des naissances et la contraception dans ce pays très catholique et homophobe etc c'est encore un autre univers, c'est autorisé si ce sont des viols, incestes, crimes et pas dans d'autres cas et c'est difficile pour eux de se reconstruire, ils sont fatalistes, dans l'acceptation de ce qui vient ou ne vient pas. Communiste rien que le passage du feuilleton télé et tout le palier en train d'accourir dans la pièce petite où sont de nombreux enfants et la famille et ils s'ajoutent tous pour regarder ce qui est américain
    et par ironie "le riche et le pauvre", pathétique!!! ce devait être très dur de ce temps là et le film rappelle "de l'autre côté du mur", "le complot' parlant de popielusko ce prêtre polonais.... C'est un biopic drame et pourtant des choses font rire en le regardant ou rire jaune. c'est loin et 4 spectateurs en salles...... à peine un peu plus la séance suivante, c'est le ciné sinistré.

  • angelabassompierre

    elle se reconstruit peu à peu et très peu.
    Parle à ceux qui y vont, j'ai fait deux séjours au siècle dernier, c'est trop, des équipements avec des variateurs électriques dans les appartements mais pas d'eau chaude ou de douche ni de lave linge privatif, que des choses assez ahurissantes, ils faisaient la queue pour une glace ou pour acheter le pain et à 13h tout fini tout vendu, ça ferme.
    aucun supermarché, du sarrasin dans les cafets etc. Je me demande aussi si c'est encore aujourd'hui sur ce mode, j'aimerai voir cracovie, pour d'autres endroits, c'est assez d'une autre époque et pour moi, ça me fait mal au cœur qu'ils aient de si petits moyens pour vivre et avancer. Tu peux voir "ligne d'eau" seulement ça parle d'homosexualité masculine, moins raté que "l'inconnu du lac" qu'honnêtement j'ai détesté, vu en dvd mais je crois j'aurai quitté la salle et voir ça, ça me fait honte et je n'aurai pas voulu accepter de jouer. C'est dans le contexte de Pologne d'aujourd'hui et tu as des éléments de leur quotidien, des problèmes et conditions de vie, mode de vie etc.

  • c14390

    un trés bon film à voir et à conseiller pour info Lech Walesa y fait une apparition figurant dans le rôle d'un ouvrier

  • c14390

    les biopics au ciné reviennent et c 'est très bien ça nous changes des marvel mal adaptés des blocbusters américains sans intérets

  • Sam y.

    Madame,
    Votre vision de la Pologne n'est pas bonne, et correspond certainement à une période plus proche de la domination soviétique que de la nôtre aujourd'hui. Dans notre siècle la croissance de la Pologne n'a fait que croître (même après la crise de 2009) et les investissements étrangers sont importants. Les Polonais voyagent de plus en plus. Regardez les langues disponibles dans les grands monuments de France (Versailles, Châteaux de la Loire etc.), vous y trouverez de la documentation en polonais, signe de leur part croissante dans le tourisme.
    Retournez à Cracovie sans crainte, c'est une ville magnifique et vous y trouverez des glaces à n'importe quelle heure en été (en hiver ce n'est pas nécessaire... vraiment), de l'eau chaude, des supermarchés pleins, et bien plus encore...

  • angelabassompierre

    sûrement, seulement il n'en reste pas moins que beaucoup ont très peu pour vivre.... je suis encore imprégnée de ce que j'avais vu, ça date... mais au point de ne pas trop oser parler à des polonais qui y retournent sûrement plein de fois par an. Mon grand'pa était polonais et j'ai peu souvenirs qu'il ait regagné sa patrie et ses racines comme si des aventuriers vivent sans le mal du pays et s'acclimatent. je vais voir si ça me prend de le dire un jour, je ne suis pas fermée ou rigide. Ce film montre quand même une époque passée et de la dureté, un papa de 8 enfants et sa femme devait faire beaucoup sans lui, sans sa présence, ça doit être dure et terrifiant. je n'ai pas eu l'impression que les femmes commanderaient plus qu'ailleurs en Pologne.... ce que ne cesse de dire ma mère, malgré tous les contre arguments, comme si elle veut voir ça à la place de la réalité car sa mère portait la culotte, extasiait de tout, voulait briller en parlant, idolâtrait son fils et tous les autres étaient du petit bois.
    ils faisaient déjà des efforts pour les touristes en parlant un peu différentes langues et aussi en français en allant sur Gdansk
    et ont maintenant plus de mac'do plus d'autres choses, peuvent penser...j'ai quand même choisi de le regarder comme celui des nageurs. Après sait on jamais en université, des polonaises étudiaient en venant ici. Bel effort et chance
    et ensuite, la nature slave peut être zen par moments...

  • angelabassompierre

    tu peux voir le sel de la terre, ça suit un passionné de photos et beau doc
    un peu biopic de Sebastiano Salgado qui a 70 ans, bien conservé, c'est une autre façon de nous montrer les choses que "sugar man" ou d'autres et tout aussi captivant.

  • LBDC

    Le cinéma polonais est bien vivant. Après un Ida sorti en 2013 et au succès mondial fulgurant, le Grand Est nous offre une hagiographie de Lech Walesa, héraut de la révolution polonaise pacifique, prix nobel de la paix, symbole mondial de la contestation non violente et victorieuse. Andrzej Wajda en livre un récit intimiste, privilégiant le récit familial et intime à la grande histoire publique. Une femme admirable, presque plus héroïne que son mari, un électricien bourru et au caractère de cochon. Mais il faut bien ça pour faire plier un régime communiste retors.

    Lech Walesa passa une grande partie des années 70 en prison pour ses positions contestataires. Après la répression sanglante d’une manifestation pacifique en 1970, il n’eut de cesse de réclamer la création d’un syndicat libre. Une décennie de combat aboutira à l’état de guerre de 1981, à de multiples passages en détention mais finalement à la consécration.

    Ouvrier de basse extraction, électricien sur les chantiers navals de Gdansk, père de 6 enfants en bas âge, rien ne prédestinait Lech Walesa à la reconnaissance mondiale. Prototype même de la bonne personne au bon moment, Lech Walesa devint la figure de proue de la contestation dans une Pologne exsangue. Le film souligne son bon sens irrépressible et son jusque boutisme proverbial. Une radicalité d’esprit qui fut reconnue et vantée. Wajdaen fait un portrait qui frise parfois la caricature et qui ne se départit jamais d’une révérence compréhensible. On ne dirait pas du mal du Dalaï Lama ou de Gandhi. Bon, on refera l’histoire plus tard concernant Lech Walesa (...)

    L'intégralité de notre critique de L'HOMME DU PEUPLE, sur Le Blog du Cinéma

Voir les commentaires