Mon Allociné
The Smell of Us
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
<strong>The Smell of Us</strong> Bande-annonce VF
facebook Tweet G+Google
The Smell of Us Bande-annonce VF
Film : The Smell of Us
2,3 pour 501 utilisateurs
Stars : Lukas Ionesco, Diane Rouxel, Théo Cholbi, Hugo Behar-Thinières, Ben Yaiche Ryan
Mise en ligne : mercredi 3 décembre 2014
1. Choisissez la taille de votre lecteur
2. Copiez ce code dans votre blog ou site perso Selectionner
1 Bande-annonce & Teasers
<strong>The Smell of Us</strong> Bande-annonce VF 1:32
The Smell of Us Bande-annonce VF
367 087 vues

Commentaires

  • guillaume75

    Le dernier Larry Clark est une sorte de poème. Rien que le titre, superbe, "The Smell of Us", est poétique et envoûte. Le cinéaste prend de très grandes distances avec l'écriture (scénario quasiment absent) et revient à un cinéma libéré des contraintes de son pays d'origine, Amérique qui ne fait irruption qu'au détour de quelques scènes et plans. l'Amérique: deux personnages, un chanteur à la rue, Michael Pitt, et un clodo, signes d'une mort à venir du cinéma libre dont Larry Clark était l'une des vedettes dans les années 90. Le reste n'est qu'un faux nouveau territoire.

    The Smell of Us donc, où les corps jeunes et lisses sont en collision avec la chair cramée des vieux. Pas de cohabitation possible. L'un l'emporte mais lequel ? C'est une guerre intérieure qui a lieu à l'écran à travers les multiples personnages. Larry Clark nous parle de lui et de tout son cinéma, comme s'il voulait absorber cette jeunesse qui déborde et suinte de partout, mais n'y arrive pas. C'est un mur sur lequel il s'écrase, celui du désir qui brûle et consume tout, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien (une mort, une voiture qui brûle, un hors-champ et un générique de fin), ne survivront que les empreintes, les images.
    Derrière la multiplicité des points de vue (une caméra, un smartphone, un écran d'ordinateur, un lieu, un personnage, puis un autre), il y a cette désillusion, cette absence. La vieillesse rampante peut-être, qui prend tout, qui avale tout, à commencer par le corps, pour n'en faire surgir rien de moins que la sublime et vibrante jeunesse. Bravo à ce film !

  • Boulbyboux

    Fan des œuvres de Larry Clark, mais tellement déçue par ce film dans lequel je n'ai pas trouvée grand intérêt, pourquoi ce scenario ? pourquoi cette fin ? Pourquoi ce tel manque de poésie ?

    Effectivement il y a eu quelques soucis au moment du tournage avec les acteurs principaux certes, mais ça n'excuse pas tout, il y a eu beaucoup de polémiques autour de ce film et je comprends mieux pourquoi..

  • Nicolas V.

    Un des rares films que j'ai eu envie d'arrêter avant la fin, ce qui veut tout dire je pense!
    totalement inintéressant. si vous ne l'avez pas encore regardé... croyez moi économisez 1h30 de votre vie et passez à un autre ou faite autre chose ;)

  • Top of the World

    Un commentaire d'une pertinence remarquable.

  • gentilbordelais

    tout le long du film on se demande l'intérêt de ce scénario, jusqu'au final en queue de poisson, au goût très inachevé! cette dérive adolescente (pas forcément issue de la couche sociale la plus basse!) est prétexte à exhibitionnisme et voyeurisme ; montrer pour montrer de façon crue, assumée et réaliste. reste quelques plans caméra et une bande son intéressants qui accompagnent un propos... inexistant.

  • Yann Y.

    L'ouverture d'esprit n'implique pas qu'on cautionne tout et n'importe quoi...Peut être que certains critiques voient tellement de films qu'il leur faut ce genre de trucs pour les sortir de leur coma...J'ai toujours cru qu'un critique était là pour donner un sens à un film, porter caution ou rejeter un film pour donner une direction aux spectateurs...Le sentiment de fans de couscous ou Chili concarne qui seraient blasés par l'harissa ou le piment et qui demanderaient une épice encore plus forte pour relever leur plat...Peut être faut il se réveiller. 'Thirteen' était bien dans le style, si c'est bien de ça dont on parle. Obscène, sale et trash...J'espère que le message n'est pas un portrait de l'adolescence en manque de repères, parce que si c'est cette direction, y a des moyens plus forts et puissants que ce truc là...Je me suis encore farci un film qui est suffisamment hard pour choquer, mais à force, on ne comprend plus où on essaie de nous amener. Pas nul parce que les acteurs étaient conséquents (mais est ce eux ou le rôle qui les a servi?) Ils ont un truc c'est sûr, et DIANE ROUXEL a une aura qui pourrait l'emmener loin, mais franchement, ce genre de films me saoule grave...Y a rien d'intéressant pour un spectateur lambda...Du porno obscène sous couvert de conflit intérieur...Ou pas...

  • Papagubida

    C'est dommage, la raison pour laquelle le scénario est peu profond et presque "bâclé" est surement la même raison qui fait que Lukas Ionesco arrête sa carrière prometteuse à seulement 20 ans, à cause de ce fou à lier de Larry Clarke.. En effet, l'acteur a déclaré (j'explique pour ceux qui ne le savent pas) que lui et d'autres acteurs ont abandonné le tournage à cause de ce fou.. Notamment pour la fameuse scène de fétichisme. Clark a remplacé Gaspar Noé au dernier moment et a léché les pieds de Ionesco pendant 2 heures et murmurant "mon petit garçon".. Et en plus, il en demandait énormément aux ados pour les scènes de sexe, comme si c'étaient des personnages et non pas des acteurs.. Dé là sont venus des débordements et des acteurs ont abandonné (et ça se comprend)..

    Ce qui me tue le plus, c'est qu'en resombrant dans l'alcool et le fumette, ce fou de Larry Clarke flingue la carrière du jeune Lukas Ionesco, qui a pourtant été excellent dans ce film.. Il a décidé de se consacrer à sa musique et quitter le monde du cinéma après avoir été trahi et "maltraité" par l'une de ses idoles..

  • DjXavAvax ..

    Brillante déduction Sherlock ! Un vrai cinéphile en herbe

  • eldarkstone

    Larry Clark se met à l'heure Française, ce qui ne l'empêche pas d'être toujours aussi cru, voir malsain, pour ce film post documentaire sur son sujet de prédilection, la jeunesse rebelle et perdue. Très spécial, à ne pas mettre devant tous les yeux.

  • jereffuse

    D'la Merde !!!!!

  • zvock083

    Voir des jeunes se soûler, se droguer, s'envoyer en l'air tout ça sous prétexte de montrer une jeunesse qui souffre, je ne vois absolument pas l’intérêt surtout quand ce soit disant fond n'est pas montré ni expliqué... Le réalisateur enchaîne entre des scènes crades du genre un vieux lèche les pieds d'un garçon et des scènes limites pornographiques tout ça sans qu'il n'y ait vraiment une histoire ou alors j'étais trop occupé à regarder le temps passer pour m'en apercevoir. J'ai trouvé ce film totalement sans intérêt, ennuyeux et pénible à regarder. 1/5

  • thobias

    "Oui, un acteur jouant dans une seule scène t'a semblé avoir le potentiel pour endosser le premier rôle." plutôt l'inverse : que cette scène n'aurait pas dû être joué par un acteur secondaire mais par un premier rôle". Autrement dit dans les scènes avec les clientes on aurait dû avoir Math ou JP pas le jeune asiat et son pote.

    Pour JP je pense que Larry Clark aviré l'acteur parce quil pensait avoir faitle tour du personnage. Si on suit le parcour de JP c'est cohérent avec un débutun milieu une fin. Il manque pas de scène. Par contre Pour Math et pour Pacman ça saute aux yeux qu'il manque des scènes. Ils disparaissent complètement du film sans conclusion puis on suit Marie et les autres persos secondaires.

  • Arno dgris

    Oui, un acteur jouant dans une seule scène t'a semblé avoir le potentiel pour endosser le premier rôle.
    Sinon c'est vrai qu'on sent que Pacman est un vrai acteur dans la scène où il s'engueule avec Math, d’ailleurs je l'ai aperçu dans un téléfilm(que je n'ai pas regardé) récemment.
    Donc en relisant(et comprenant mieux du coup), je suis stupéfait qu'il ait viré JP, Hugo Behar-Thinière donc, l'acteur que j'ai le plus apprécier, mais je n'ai rien remarqué puisque les scènes finales avaient déjà été joué.Pareil pour Math, je n'ai pas remarqué son absence.
    J'me rappelle cette scène, quand deux mecs qu'on l'air un peu puceau cherchent un surnom pour le site d'escorting, c'est pas la meilleure en effet, mais j'ai quand même trouvé ça un peu marrant.

  • thobias

    Sur le plan moral je n'ai rien à lui reprocher par contre le scénario a de gros défauts mais qui s'expliquent par les conditions de tournage (voir mon commentaire plus bas), et on peut pas en tenir rigueur à Larry Clark. Je suis convaincu que le script de départ frisait l'excellence mais ce n'est pas celui que l'on voit transposé à l'écran. Là on a un beau scénario mais clairement bancal.

  • thobias

    Je voulais dire "si la personne se prostituant dans cette scène avait été l'acteur principal" et je faisais référence au personnage de Math mais ça aurait été aussi valable avec JP. Mais là ces scènes, bien écrites d'ailleurs, ont un impact bien moindre parce qu'elles concernent des personnages secondaires, contrairement à ce qui avait été prévu initialement. Je sais pas trop si tu as compris ce que je voulais dire.

  • Arno dgris

    Joseph Losey a quitté l'Amérique à cause de la chasse aux sorcières, je ne vois pas ce que cela a à voir avec Larry Clark.

  • Arno dgris

    Justement si vous préférez détester ce film c'est parce que vous craignez qu'on dise de vous que vous êtes malsain.

  • Arno dgris

    "les problèmes de la jeunesse occidentale,
    aux États-Unis comme en Europe, ont muté et/ou se sont déplacés. Les
    drogues sont autres, se consomment différemment. La sexualité aussi, a
    beaucoup changé."

    Vos propos manquent de précisions et ne sont peut-être pas si pertinent puisque le scénario a été écrit par un jeune de 22 ans.

  • Arno dgris

    Je ne comprends décidément pas ce que tout le monde reproche au
    scénario, je ne vois que de la jalousie derrière toutes les critiques
    de ce film, toutes calquées les unes sur les autres.
    Tout le monde joue
    les vierges effarouchés, on dirait des membres de jeunesse UMP décidés à
    "redresser le pays", déterminés à sanctionner "l'incitations à la
    débauche", alors qu'on est très loin d'une apologie de la prostitution,
    justement ce film est glauque parce que la prostitution c'est glauque.

  • Arno dgris

    "si le prostitué avait été l'acteur principal..."
    Je vois 2 acteurs principaux dans ce film et ils se prostituent tout les deux.

  • Arno dgris

    Vous n'avez rien compris.Le scénario est écrit par un jeune de 22 ans et les acteurs ne sont plus des enfants.C'est un petit groupe de jeunes un peu perdus, certains ne s'en sortiront pas, mais ça représente une infime minorité de la jeunesse actuelle.Si ce film comportait quoi que se soit de pédophile, il aurait été interdit.

  • suk b.

    Larry Clark s'est transformé en véritable prédateurs pédophile pour cette oeuvre ...

    j'ai toujours adoré ce mec ... Ken Park je l'ai vu quand j'étais ado ... et bon sang ... c'était l'une des oeuvres les plus mémorable et fascinante que j'ai jamais vu !

    maintenant il me répugne ...

    les pédophiles ont du prendre LEUR PIED comme jamais devant cette oeuvre ...

    quelle honneur... un véritable trophée visuel pour ces monstres ...

    et maintenant que j'y pense ... heureusement qu'il a l'"art" (oui j'ai lu ton interview) pour satisfaire ses besoins ... ô combien refoulé ..

  • suk b.

    Larry Clark s'est transformé en véritable prédateurs pédophile pour cette oeuvre ...

    j'ai toujours adoré ce mec ... Ken Park je l'ai vu quand j'étais ado ... et bon sang ... c'était l'une des oeuvres les plus mémorable et fascinante que j'ai jamais vu !

    maintenant il me répugne ...

    les pédophiles ont du prendre LEUR PIED comme jamais devant cette oeuvre ...

    quelle honneur... un véritable trophée visuel pour ces monstres ...

    et maintenant que j'y pense ... heureusement qu'il a l'"art" (oui j'ai lu ton interview) pour satisfaire ses besoins ... ô combien refoulé ..

  • cad2507

    Je suis fan de tous les films de Larry Clark. Malheureusement, je n'ai pas pu voir the smell of us qui n'est resté que deux semaines à l'affiche chez moi, et avec des séances à des horaires tout à fait improbables. J'attends le DVD...

  • Christoblog

    Une exemple d'onanisme cinématographique, sans queue ni tête. Enfin, surtout sans tête. http://www.christoblog.net/201...

  • LBDC

    (...) À l’instar de n’importe quel found-footage à la mode, un personnage suit et filme en permanence. Mais loin d’être un procédé purement scénaristique et inexplicable, il s’agit plutôt d’un moyen d’aborder la vision métaphysique qu’a l’auteur de lui-même.

    Ce garçon – en apparence le plus jeune – qui filme tous ces ébats, ces prises de drogues, ces moments vides, ces humiliations… C’est Larry Clark. Un Larry Clark de 14 ans omniprésent qui renseigne sur le rapport de l’auteur à la jeunesse, et nous renvoie plusieurs facette de lui-même, dans les personnages adultes. C’est ce qu’est pour moi, THE SMELL OF US :

    Un autoportrait d’un vampire dont l’immortalité résiderait dans ce besoin de capter, d’absorber l’énergie et l’essence juvénile.

    Larry Clark ce vampire, absorbe plusieurs énergies différentes, et est montré sous plusieurs formes.
    – ce vieux gay solitaire qui doit sucer cette énergie physique, quitte à se retrouvé dépouillé, blessé, humilié
    – ce prédateur qui assume son attirance immorale, et ainsi vole l’estime de soi de ces jeunes faibles
    – celui qui, repéré, fuit, voleur d’innocence qui ne s’assume pas. (le conducteur)
    – cette vieille dame, ces parents, qui tout en cherchant à transmettre un héritage culturel et construire ainsi, indirectement la jeunesse, aspirent toute envie de se construire par soi même.
    – La mère de Mat Folle, obsédée et compulsive, droguée (à l’affection, aux substances, eu sexe)… Irrémédiablement attirée par sa progéniture, son engeance (ironiquement, la mère de Mat) Elle consume l’espoir d’une identification en une présence parentale.
    – ce jeune ado asexué et passif, qui tente de capter l’essence juvénile. Pour en faire quoi lui demandent ses amis… Un film comme THE SMELL OF US, Bully, Kids, Another day In Paradise ou Ken Park, me dis-je.

    Larry Clark se montre également sous deux autres formes fusionnées, moins nocives, plus passives
    – Rockstar. Le vrai Larry Clark, celui qui vit ouvertement au milieu de cette jeunesse, et est accepté en tant que tel. Un personnage somme de ceux-précédemment citées, épuisé et conscient de son impact, vivant une forme de purgatoire au milieu de ses victimes.
    – Michael Pitt (un des jeunes de Bully) enfin, qui incarne le devenir d’une « victime » de Larry Clark. Une fusion abstraite du metteur-en-scène et de ceux qu’il filme. Un terrifiant reflet de ce jeune montré dans THE SMELL OF US, lui – ayant existé par le passé, l’espace d’un instant, avant de ne devenir qu’une ombre de lui-même (...)

    Retrouvez l'intégralité de cet avis sur THE SMELL OF US, sur Le Blog du Cinéma

  • thobias

    Je ne sais pas pour vous mais moi il y a quand même pas mal de personnes qui ont quitté la salle pendant la séance (Mk2 Beaubourg à Paris). En même temps c'est vrai que je ne m'attendais pas à ce qu'il soit aussi hard. C'est encore plus trash que Bully ou Ken Park. Ou alors ça m'a fait cet effet parce que c'est le premier Larry Clark que je vois au ciné. Je me suis pris une claque du même niveau que Mysterious skin (mais pour ce dernier là j'avais que 17 ans). J'aime beaucoup ce film malgré son problème de scénario au niveau du développement du personnage (ce qui s'explique par le fait que deux acteurs (Math et Pacman )ont fait grève après qu'un autre ait été viré (JP) par Larry Clark : résultat il a continué son film sans les trois garçons principaux et a remanié le script et attribué à des persos secondaires des scènes prévues initialement pour les persos principaux) (je n'ai eu le fin mot de l'histoire qu'après mais on sent en voyant le film qu'il y a un truc qui cloche au niveau du scénario et des personnages: Pacman est trop peu développé et Math disparait avant la fin). On sent d'ailleurs que le scénario a été réécrit à la hâte avec 2 ou 3 scènes complètement ratées : notamment celle où justement ces deux personnages secondaires créés pour remplacer l'absence des acteurs principaux tombent "par hasard" sur un site d'escorting et décide de s'y mettre comme ça ni une ni deux. Ce qui est aussi dommage avec The smell of us c'est qu'il est, au delà des 20 premières minutes d'introduction, très étouffant et malsain et l'absence d'humour (comme dans Mysterious skin avec le personnage de Preston) ou d'évasion (fin de Ken park par exemple avec la très belle scène de triolisme) le rend extrêmement pesant et nous met véritablement mal à l'aise et ceci d'autant plus qu'il va crescendo dans le glauque (d'habitude je me moque des spectateurs qui quittent la salle mais là je les ai compris, moi même me sentant mal à l'aise). Certaines scènes avec des clientes âgées sont plus douces, elles auraient été plus fortes et améliorées le film si le prostitué avait été l'acteur principal comme prévu initialement et non l'acteur secondaire. Je pense que sans ce problème de modification du scénario et du départ des trois acteurs masculins principaux et en rajoutant de l'humour, de la légèreté, de l'absurde ou des pauses contemplatives/lyriques/poétiques enfin bref n'importe quel moyen de permettre au spectateur de respirer on aurait eu un chef d'oeuvre et cela aurait évité cette impression de surenchère glauque et d'accumulation de scènes de plus en plus sordides.

  • Zac Beaulieu

    Dans ce que tu dis je crois surtout reconnaitre Bully mais en aucun cas The Smell of Us malheureusement...
    Vu que tu trouves ce film plutôt sain ("ça n'a rien de malsain" je cite), esthétisé, sans voyeurisme... je n'aimerai vraiment pas voir ce que tu trouves malsain et moche...

  • Go with The Blog

    Le gros souci de THE SMELL OF US, outre le fait qu’il n’apporte strictement rien de neuf dans le discours et le cinéma de Larry Clark
    qui a déjà filmé des dizaines de fois des scènes de sexe glauques, des
    visages juvéniles, des jeunes désabusés, consommant sans limites drogues
    et sexe, c’est aussi qu’il est clairement à côté de la plaque. Larry Clark
    donne l’impression d’avoir raté une décennie ou même plus, persuadé ..... http://gowith-theblog.com/crit...

  • jamesbond10

    Pas du tout d'accord!!! Ca n'a rien de malsain, tout est esthétisé, bien vu, bien tourné, jamais un réalisateur n'a su aussi bien filmer les corps justement sans voyeurisme malsain.... une oeuvre magnifique et bouleversante

  • Fan-De-Minions!!

    Ah oui... À ce point-là...

  • Zac Beaulieu

    quand on voit le film je me demande si il faut "vraiment arrêter avec ce truc pédophile". Concrètement, The Smell of Us est un scandale! (et c'est un ancien fan de Clark qui parle!)

  • Zac Beaulieu

    Le suicide d'un réalisateur qui fut parfois très talentueux (je pense aux excellents Kids, Bully et Wassup rockers notamment). The Smell of Us est une succession médiocre de scènes poisseuses filmées avec une complaisance sans bornes pour les jeunes corps qu'il (le réalisateur) semble désirer. Malaise... ou comment être spectateurs des fantasmes pédophiles de Larry Clark. Artistiquement rien ne sauve "ce film" du naufrage puisque l'ensemble est extrêmement mal joué (a-t-il dirigé ses acteurs??? Il est probable que jouer dans certaines scènes sexuellement nauséabondes lui suffisait finalement...), les acteurs paraissant ne pas comprendre (à raison) ce qu'ils font dans ce fiasco. Du point de vue de l'image: ça semble filmé avec les pieds. Une seule sensation perdure après l'apparition (tant attendue!) du générique de fin: la nausée!!!

  • Kiwi98

    N'allez pas voir "The Smell of Us", le navet de l'année, un peu tôt pour se prononcer mais difficile de faire pire… Pauvre Larry Clarke.
    http://lesfilmsabobo.blogspot....

  • Butch06

    Habitué et adepte du cinéma de Larry Clark, c'est avec impatience que j'attendais son dernier film. Les attentes étaient nombreuses et elles sont totalement comblées. Plus
    qu'un film qui prend aux tripes, il s'agit également d'une expérience de cinéma: des plans d'une grande maîtrise, une bande originale comme toujours qui donne envie de l'écouter en boucle et des performances d'acteurs qui restent bien après la séance (mention spéciale à la mère du héros). Alors oui c'est sombre, les scènes fortes s'enchaînent mais on reste fasciné par ces personnages qui se cherchent et se perdent.
    Totalement dans la lignée de "Ken Park", "Bully" ou "Kids", Larry Clark prouve une
    nouvelle fois qu'il est bien le maître pour brosser un portrait de la
    jeunesse, sans concession, toujours avec son esprit punk bien intact.
    Voir un film avec autant de liberté et d'audace à l'écran, ça fait un
    bien fou en ce début d'année!

  • NUIT!

    Ô JEUNESSE!
    Un film qui te prend au tripes!
    A voir d'urgence!

  • Fan-De-Minions!!

    Ah ah joli jeu de mots! ^^

    Enfin il lui faudrait un peu de viagra maintenant à ce bon vieux Batman... Juste pour se rafraîchir son plaisir purement masculin...! :p

  • Hareng rouge

    sous la cape :-D

  • Fan-De-Minions!!

    Et avec deux adolescents sous la couette...

  • C-17

    Le dernier film connu de Larry Clark remonte à 2005 avec Wassup Rockers (si on oublie le "passé inaperçu" Marfa Girl de 2012). Cela faisait donc 10 ans que nous n'avions pas eu la joie de voir un Clark movie en salles obscures. Réalisateur et artiste culte pour ma part (Kids, Bully, Ken Park, Tennage Caveman, Another Day in Paradise...), j'ai toujours été envoûté par les sujets traités par Clark et sa façon de les filmer (sexualité d'ados, mal être social, drogue, prostitution, violence, descentes aux enfers, marginalité le tout filmé avec une esthétique bien à lui) et, contrairement à la majorité des gens anti-Clark, je n'ai jamais trouvé de perversion dans sa façon de filmer les jeunes, leur corps et leur sexualité.
    Avec The Smell of Us.... quelle déception ! A m'en faire tomber de mon siège. Quel dommage d'avoir attendu 10 ans (en oubliant à nouveau Marfa Girl et Destricted) pour nous pondre quelque chose d'aussi mauvais. Mal filmé, à limité de l'amateurisme, mal écrit, très mal interprété (acteurs amateurs ok mais il y a des limites), trop souvent inintéressant, et enchaînant les plans fétiches de très jeunes ados... Le film en devient donc cette fois particulièrement dérangeant... J'en suis donc venu à ressentir ce sentiment que beaucoup ont toujours ressenti par le passé (à tord pour ma part à l'époque) : un malaise. On assiste clairement aux fantasmes sexuels et fétichistes de Clark envers de très jeunes ados, filmés de manière bien plus crue qu'artistique.
    Bref, papy Clark vieillit plutôt mal et ne se bonifie visiblement pas avec le temps.
    Allez je vais me remater Ken Park pour sécher mes larmes.

  • gimliamideselfes

    Non... ce qui est embêtant pour ce genre de films.

  • Le Barberousse

    Vous n'habitez pas sur Paris ? Les cinémas MK2 le distribuent plutôt correctement sur la capitale.

  • tomdd

    De quoi parlez-vous ? Quel est votre problème avec ce film ?

  • Hareng rouge

    c'est sur il finirait surement à poil

  • Fan-De-Minions!!

    Ah ah ça nous changerait de Nolan! :D

  • Hareng rouge

    et c'est quand qu'il realise un Batman

  • Hareng rouge

    the smell of shit

  • C-17

    Le sexe a toujours fait parti du Cinéma depuis la nuit des temps...

  • gimliamideselfes

    J'aimerai tellement voir ça... si seulement la distribution était meilleure !

  • Fan-De-Minions!!

    En effet je me suis trompé en beauté je corrige ça tout de suite merci! :p

  • Le Barberousse

    C'est à voir en tout cas. Probablement pas son meilleur film, mais c'est celui qui fait la synthèse parfaite de son oeuvre.

  • Le Barberousse

    Pas du tout. Il y a bien "pire" que Clark. Il a toujours garder ses "kids" comme objet de ses films. Faut arrêter avec ce truc de pédophile.

  • CineSFX9

    Voilà ce qu'il faut pour attirer le public aujourd'hui.... l'état du cinéma est misérable.

  • andiran23

    Tu veux dire "The smell of us", "The last of us" c'est très différent ^^

  • gimliamideselfes

    ça a l'air vraiment bien !

  • Papagubida

    J'ai pas vu Enter the void pour l'instant.. Mais Seul contre tous oui, et même si il est bien violent (et vraiment très réussi selon moi, j'en profite pour faire ma pub : cf ma critique mdr) je trouve que ce n'est pas le même type de violence qu'il a l'air d'y avoir dans The Smell of us.. Là c'est limite de la pédophilie quoi x)

  • Cheeki Breeki

    SI, Noé en est capable (voir Enter the Void et Seul contre tous). Son prochain devrait être un porno en plus, bonjour l'ambiance !

  • BoyAndMoon

    La bande annonce est bien meilleure que le film.

  • Fan-De-Minions!!

    "Faut que ça s'arrête là..."

    J'ai peur de me dire la même chose lorsque je verrais ce film.

  • Fan-De-Minions!!

    C'est sûr que les sujets qu'il choisi sont assez... ressemblants? Enfin il garde tout de même une dose de passion dans sa réalisation... Ce que je veux dire c'est qu'il ose, certes, mais derrière ça il dépeint des sociétés humaines, adolescentes ET sexuelles, et il accompagne ça de différents thèmes... "The Last Of Us" est censé être accompagné du thème de la déstabilisation de l'adolescent des quartiers "riches" en question par la sur-information.

    Mais je suis d'accord les tons de ses longs ne sont pas admirés par tout le monde.

  • Papagubida

    Ah ça c'est sûr, de toute façon y'a que lui qui peut faire ça.. Même Gaspard Noé qui est pas mal dans le genre violent/choquant ne ferait pas ça ^^ J'ai regardé la bande-annonce, je me suis demandé "mais qui reéalise ça ?!".. J'ai regardé, j'ai fait "ah ouais d'accord je comprends mieux" ^^

  • myriamtesseron

    Il ne s'appellerait pas Larry Clark et ne serait pas un des potes de Scorsese, il serait catalogué d'auteur de film à tendance pédophile et n'apparaîtrait pas dans Allo Ciné. je trouve le thème de ses film tend à l'obsession.

  • Cheeki Breeki

    C'est un Larry Clark quoi :D

  • Papagubida

    Wow.. La bande-annonce est.. Spéciale ! D'un côté on dirait du gros n'importe quoi qui nous repousse, mais d'un autre côté ce côté très bizarre nous donne presque envie de le regarder.. C'est.. Chelou comme sensation

  • Fan-De-Minions!!

    Le nouveau "KenPark"?!

  • MickDenfer

    trop dur pour moi.

  • Staiff94

    apparemment la sortie pour le 2 juillet n'est plus d'actualité ...

  • schreiman

    Le film sort le 2 juillet 2014 sur nos écrans !

Voir les commentaires