Mon Allociné
Summer
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
Summer Bande-annonce VO
facebook Tweet G+Google
Summer Bande-annonce VO
Film : Summer
3,4
pour 169 utilisateurs
Stars : Julija Steponaityte, Aistė Diržiūtė, Jūratė Sodytė, Martynas Budraitis
Mise en ligne : vendredi 19 juin 2015
1. Choisissez la taille de votre lecteur
2. Copiez ce code dans votre blog ou site perso Selectionner
1 Bande-annonce & Teasers
Summer Bande-annonce VO 1:33
Summer Bande-annonce VO
140 889 vues
4 Extraits
Summer - EXTRAIT VOST "Tu habites loin ?" 2:03
Summer - EXTRAIT VOST "Tu habites loin ?"
5 419 vues
Summer - EXTRAIT VOST "Dans la chambre" 1:59
Summer - EXTRAIT VOST "Dans la chambre"
5 859 vues
Summer - EXTRAIT VOST "La baignade" 0:57
Summer - EXTRAIT VOST "La baignade"
4 425 vues
Summer - EXTRAIT VOST "Déshabille-toi" 1:15
Summer - EXTRAIT VOST "Déshabille-toi"
6 504 vues

Commentaires

  • Amergame

    Et sinon, ya moyen de taper dans l'originalité ?

  • ouadou

    après les super héros, les histoires d'amour homo c'est devenu le nouveau truc... Carol à Cannes, le prochain Corsini , celui ci labellisé Sundance...

  • cinemania

    tu veux dire un film Bi ? (qui restent rares) .... ou un film romantique avec un robot ou un Alien ?

  • trineor

    C'est pas "devenu le nouveau truc" ; y en a toujours eu, c'est juste que c'est plus populaire aujourd'hui que ça ne l'était il y a dix ans.

    Mais bon, c'est vrai que là, du titre à l'histoire et jusqu'à l'aspect visuel de la bande-annonce, ça ressemble quand même comme deux gouttes d'eau à My Summer of Love (d'il y a dix ans, justement). Comme dit Amergame ci-dessous, un peu d'originalité ne ferait pas de mal.

  • trineor

    J'ai pas dit qu'il y en avait toujours eu de bons, j'ai dit qu'il y en avait toujours eu. Par "toujours", j'entends pas à l'époque où l'homosexualité était encore pénalisée en Occident, non plus. Mais clairement, depuis une quinzaine d'années, les petites productions sur des amours le plus souvent mélancoliques et sans grande originalité de jeunes gays / lesbiennes, si, je t'assure, y en a absolument tout le temps.

    Les Britanniques, les Canadiens et les Américains doivent en sortir vingt par an. La plupart n'ont pas de sortie sur les écrans ni d'exploitation en France (des Araki ou des Dolan y ont droit, le reste du temps c'est plus confidentiel), mais ça ne veut pas dire qu'ils n'existent pas.

    Quant à l'homosexualité féminine, il y a pas eu besoin d'attendre La Vie d'Adèle. Je te citais My Summer of Love, qui était un très joli film que j'avais vu en 2004 et qui avait tout émoustillé le gamin que j'étais - et même pas dans un Utopia, dans un Gaumont : c'est dire s'il avait eu droit à une bonne exploitation.

  • darkrems r.

    un truc alien robot sa serai tjr plus original que ce genre de film qu'on a déja vu 50 fois

  • Zagarah

    Si tu veux du robot regarde ex_machina ;)

  • cinemania

    +1... :)

  • cinemania

    Ben oui mais tout de même beaucoup moins souvent que les histoires d'amour hétéro qui occupent 99% des écrans depuis les débuts du Cinéma... alla va il faut de tout pour faire un monde :)

  • DLcestmal

    sais pas vous mais en ce moment je trouve qu on en bouffe pas mal des films sur des tondeuses de gazons au ciné^^

  • darkrems r.

    oui mais bon ce genre de film on en a vu assez on a compris c'est bon

  • darkrems r.

    c'est fait ^^

  • THE-CHECKER

    Le genre de pitch éculé à mort: Une jeune fille timide se lie d'amitié une autre mystérieuse qui va l'initier à la tondeuse à gazon!

    A croire qu'aujourd'hui pour faire du cinéma il faille soit faire un film sur les lesbiennes, soit un film sur les pauvres Musulmanes oppressées sous leurs voiles, soit les deux!

  • cinemania

    99% contre 1%.... suis pas sure que cela soit abuser hein :)

  • Aurore R.

    Premièrement, je trouve l'utilisation des termes " tondeuses à gazon"
    particulièrement dégradante. D'une manière générale, je trouve
    qu'associer une pratique sexuelle à une orientation sexuelle ( de même
    que la pénétration pour les hétérosexuels ou la sodomie pour les
    homosexuels ) est assez réducteur et stigmatisant. Deuxièmement,
    pour ceux qui, comme Christine Boutin, craignent une invasion de la LGBT sur vos écrans, rassurez-vous, la majorité des histoires d'amour réalisées restent des
    histoires hétéros. Pourtant j'entends moins reprocher le manque
    d'originalité affligeant de la plupart d'entre elle. Celles qui se
    distinguent ( je pense par exemple à Only lovers left alive ou encore
    The deep blue sea) sont celles qui arrivent à conjuguer un jeu d'acteur impeccable avec une mise en scène brillante. Ce qui me fait dire qu'au
    delà de l'orientation sexuelle des protagonistes d'une histoire d'amour,
    l'important est l'originalité de la mise en scène et de la réalisation.
    Étant donné le fait que le film n'est pas encore sorti, je ne peux pas
    affirmer qu'il sera bon, ni qu'il me plaira, mais le juger uniquement sur
    le fait qu'il s'agit d'une histoire d'amour entre deux filles en oubliant qu'il a déjà obtenu plusieurs prix me paraît
    être un peu rapide, non ?

  • THE-CHECKER

    Sans vouloir te vexer ma grande, la norme naturelle biologique est l'hétérosexualité qui demeure encore à ce jour le meilleur moyen de perpétuer l'espèce, d'où la pertinence d'avoir des histoires d'amour majoritairement hétéros ne t'en déplaise.

    Par ailleurs, ta volonté de reléguer les deux catégories à des pratiques équivalentes (quand l'une est objectivement marginale bien que socialement promue) et de pinailler sur les termes "pratique" et "orientation" (subtilité qui bizarrement n'a plus cours dès lors qu'il s'agit d'un individu sexuellement actif avec des animaux qu'on nommera sans ambiguïté Zoophile!) traduit plus une idéologie issue de ce militantisme LGBT dont tu reprends la rhétorique que d'une réelle autonomie intellectuelle que tu prétends avoir.

    Le forcing en la matière est réel (il n'y a qu'à voir le nombre de films traitant du sujet, sans parler des quotas désormais incontournables dans moult séries) et le nier n'est pas très honnête à mon sens.

    On pourrait cautionner à la rigueur ton raisonnement consistant à mettre tout le monde dos à dos sous couvert que seule la profondeur de l'histoire traitée compte en dépit de l'orientation sexuelle des protagonistes, mais ce serait bien facilement faire fi de l'argument commercial généralement accolé à ce genre de film dont les bandes annonces vendent largement les deux trois scènes d'ébats lesbiens que le spectateur émoustillé venu se rincer l'oeil la conscience intello tranquille pourra à loisir minimiser tout en vantant la profondeur de l'oeuvre (autrement, qui serait allé voir la vie d'Abdel ou même le dernier Noé si l'on ne s'attendait pas à y trouver son compte de scènes de culs parfaitement dispensables?)

  • THE-CHECKER

    La preuve que ce film est tout sauf original, rien que le titre renvoie à un autre film du même genre: "My summer of love"!!

Voir les commentaires