Mon AlloCiné
    Les Grands Esprits
    Les Grands Esprits Bande-annonce VF
    396 570 vues
    14 août 2017
    323
    Partager
    Partager cette vidéo sur
    facebook Tweet
    Les Grands Esprits
    Les Grands Esprits
    De Olivier Ayache-Vidal
    Avec Denis Podalydès, Léa Drucker, Zineb Triki, Abdoulaye Diallo, Tabono Tandia
    3,9
    pour 1 503 utilisateur
    5 Bandes-annonces & Teasers
    Les Grands Esprits Bande-annonce VF 1:33
    Vidéo en cours
    Les Grands Esprits Bande-annonce VF
    396 570 vues
    Les Grands Esprits Teaser VF 0:32
    Les Grands Esprits Teaser VF
    36 177 vues
    Les Grands esprits TEASER "Prénoms" 0:36
    Les Grands esprits TEASER "Prénoms"
    8 279 vues
    Les Grands esprits TEASER "Tchip" 0:28
    Les Grands esprits TEASER "Tchip"
    5 676 vues
    Les Grands esprits TEASER "Versailles" 0:27
    Les Grands esprits TEASER "Versailles"
    5 520 vues
    1 Emission d'actu ou bonus
    Les Grands Esprits : "Le film reflète la réalité sur notre classe" 3:25
    Les Grands Esprits : "Le film reflète la réalité sur notre classe"
    4 602 vues

    Commentaires

    • guardo
      Tous les 6 mois environs (une fois par an minimum), le cinéma français nous pond son film pro-immigration.C'est donc l'heure du pensum de l'année (il faut bien effacer le scandaleux à bras ouverts de Chauveron qui avait osé montrer le vrai visage de la bobocratie pro-immigration...).Le professeur de lettres d'Henri IV arrive bien évidemment à s'adapter après des débuts difficiles, l'autorité est bien évidemment à bannir et vive le pédagogisme (cf la scène des heures de colle, à mettre en rapport avec la scène du film Dans la maison d'Ozon, où Luchini s'insurge contre les consignes imposant de corriger les copies en vert, et non en rouge, pour ne pas traumatiser les élèves..).Et nul doute que tout se terminera bien avec un Podalydès ne demandant pas de mutation dans le sens inverse (ou revenant au contraire à Henri IV transformé par son expérience et révolté contre les stéréotypes de ses collègues du centre de Paris).Alors, à chaque fois que ce genre de film de propagande sort, un petit rappel s'impose:- Le quotidien des profs dans les quartiers populaires (prière de ne pas rire) est un enfer et ne mettre la focale que sur quelques uns qui s'en sortent pour faire oublier tout le reste au nom de l'antiracisme, c'est faire de la propagande.- Le roulement des profs dans ce genre de zone va de 30 à 40% chaque année (!).- Nos librairies sont pleines de bouquins de profs racontant leur calvaire quotidien dans ces zones mais ils n'ont visiblement pas servi d'inspiration au réalisateur de ce film (le dernier en date pour ceux que ça intéresse: Proviseur de collège ou imam de la République ? B.Ravet).- Podalydès est né à Versailles (banlieue très mixée et défavorisée comme chacun le sait) et le réalisateur n'est évidemment pas non plus originaire d'une banlieue à population immigrée.- Le cinéma français, qui fait constamment la promotion de l'immigration, du métissage et de l'ouverture des frontières est un milieu très blanc, où l'on ne se métisse guère et qui a des frontières solides (la fameuse exception culturelle qui lui permet de bénéficier d'un protectionnisme dont quasiment aucun autre domaine ne bénéficie...).- Tous ces gens vivent aujourd'hui vivent dans des quartiers non-mixtes (tout en se scandalisant du manque de mixité dans les autres quartiers), gueulent contre l'homogénéité ethnique des écoles de banlieue (tout en scolarisant leurs gosses dans des lycées catholiques privées ou à l'école alsacienne du centre-ville de Paris) et appellent à ouvrir les frontières pour les migrants (mais prière de mettre des camps de migrants à Calais chez les pouilleux, pas chez nous !).Bref, ces gens de la gueule du monde (c'est à dire nous..).Il est toutefois possible que le film ait des qualités (d'interprétation, ou que certaines scènes soient comiques..) mais le message général est scandaleux au vu du milieu social dont ces gens sont issus (et où ils vivent encore).L'opinion française est à une majorité écrasante contre l'immigration et ce n'est pas ce genre de film qui y changera quoi que ce soit.Vous voulez être pris au sérieux, messieurs du cinéma français ?Mariez-vous avec une arabe ou une africaine, faites des gosses métissés, scolarisez-les en ZEP, allez vous installer en banlieue (pas à Versailles ou à Saulx) et alors, seulement, nous prêterons une oreille attentive à votre discours...
    • THE-CHECKER
      En bref, c'est la version 2017 du film le plus beau métier du monde avec Depardieu...
    Voir les commentaires
    Back to Top