Mon compte
    Bande-annonce Je ne suis pas un homme facile : le macho Vincent Elbaz propulsé dans un monde dominé par les femmes
    Par CT — 3 avr. 2018 à 13:00

    Avec “Je ne suis pas un homme facile”, à découvrir dès le 13 avril sur Netflix, la réalisatrice Eléonore Pourriat nous invite à échanger les rôles entre hommes et femmes afin de pointer du doigt l’absurdité de notre société.

    En 2010, Eléonore Pourriat mettait en ligne un court-métrage intitulée Majorité opprimée où les femmes sont au pouvoir et les hommes subissent humiliation sur humiliation. Le but ? Faire comprendre que les deux sexes sont égaux et mettre un terme à notre société patriarcale. Quatre ans plus tard, ce court film rencontrait un fort succès à l’internationale. Assez pour taper dans l’oeil de Netflix ? Car la réalisatrice revient cette année avec Je ne suis pas un homme facile, que le géant américain distribuera exclusivement à l’échelle mondiale.

    Un beau coup de pub pour le cinéma français et pour cette anti rom-com qui se fait le prolongement dudit court-métrage : on y suit Damien, un Don Juan célibataire joué par Vincent Elbaz qui se retrouve propulsé dans une société matriarcale où il tombe amoureux d'Alexandra (Marie-Sophie Ferdane), femme puissante et croqueuse de jeunots.

    Netflix

    Comme nous le montre cette bande-annonce, Je ne suis pas un homme facile s’amuse des codes avec malice, pour taper là où ça fait mal (les hommes sifflés dans la rue, obligés de porter des tenues moulantes, de s’épiler pour plaire, voire même de s’essayer aux prothèses…). Un long-métrage qui souhaite sensibiliser et faire réagir en utilisant l’humour... Dans le reste de la distribution nous retrouvons aussi l’actrice-humoriste Blanche Gardin et Pierre Bénézit (qui tenait l’un des rôles principaux du court-métrage).

    Un film à découvrir le 13 avril sur Netflix.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • Kristina I.
      Non car de toute façon la France changera énormément avec le temps.Ces conneries cesseront, question de temps, puis il y a pire a supporter que le misérable cinéma français hein.
    • Kristina I.
      Mdrrr !
    • sptz
      les viols (17.000 déclarés/an), les tentatives (estimés à 200.000/an)la vache , ça fait froid dans le dos... surtout que ce ne sont que les personnes qui ce sont exprimé, il doit y avoir un nombre de personne qui reste dans le silence encore plus important...le plus flippant étant (je suis du coup allez voir ces chiffres et d'autre) que ce sont des personnes que nous connaissons qui perpétue ces violes... sur ces chiffres , je vois qu'il y a 9% perpétué par des inconnues, les 91 % restant sont des gens que les femmes connaisse... finalement les relou dans la rue sont peut être pas les plus dangereux (46% par des personnes qu'il connaisse mais qui n'est pas le conjoint ou l'ex, 45% par le conjoint ou l'ex.... ça fait froid dans le dos)
    • GTB
      Difficile de définir souvent précisément et qui pourrait être représentatif d'une globalité. De plus il faudrait définir les comportements chiants et leur degré de désagrément, le ressenti va varier d'une femme à l'autre. Mais bon tu peux partir sur les chiffres de délits graves comme les viols (17.000 déclarés/an), les tentatives (estimés à 200.000/an) et imaginer ce que ça peut donner avec juste des petits comportements agaçants comme apostrophes/regards vicieux/remarques/sexisme/insulte/tripotage etc...Et s'il y a sans aucun doute des variations dûes au lieu et au milieu, il y en a partout quand même.Bref tout ce que je peux te dire c'est que pour les femmes que je connais/ai connu, c'est de l'ordre de plusieurs fois par semaine. Voire du quotidien. Pour certaines c'était juste chiant, pour d'autres c'était véritablement pénible à vivre.Tout cela est à nuancer évidemment. Dans un premier temps, il me semble qu'il faudrait commencer par prêter une oreille attentive à ce problème sans forcément le voir comme un caprice d'emmerdeuses et une exagération des faits.Et il est bien évident que ça reste juste UN problème de société parmi d'autres.
    • sptz
      personne ne dit que seules les femmes sont emmerdées cela va de soi ;). parfois j'ai quand même un peu l'impression que c'est le cas :)qu'entend tu par cela arrive souvent? :s désolé je chippote... mais encore une fois, j'ai franchement pas l'impression que le harcèlement de rue soit un tel fléau.... surement dans les quartiers un peu difficile, mais est ce si fréquent que ça dans le reste de la France, composé de ville, des campagne etc? dans les grandes villes c'est vraiment fréquent... peut être, j'avoue n'avoir aucun chiffre, et le peu de chiffre que je trouve n'arrive pas a me convaincre (par exemple, 82% des française ont été victimes de harcèlement de rue... c'est extrêmement vague et peu précis, qu'est ce que le harcélement de rue? un mec qui t'accoste pour avoir ton numéro? un mec qui t'insulte? un mec qui t'agresse carrément? un mec qui te suis jusqu'à chez toi? tout ça a la fois.... cette appellation est beaucoup trop four tout.... et certaine femme parle de harcèlement dès qu'un mec leur demande leur numéro...)
    • GTB
      Oui cela arrive souvent. Dans les grandes villes c'est vraiment fréquent. Même si, encore une fois, ça n'est pas la majorité comportementale. Heureusement.Après, personne ne dit que seules les femmes sont emmerdées cela va de soi ;).
    • sptz
      on est d'accord .par contre pour l'apostrophage, la drague bien lourde, le tripotage ou l'insulte, effectivement ça arrive, mais est ce que ça arrive vraiment tant que ça? il existe des gros trou duc et de mauvaise personne, mais les femmes ne sont pas les seuls a les endurer, j'ai moi même déjà été accosté par des relou (pas pour essayer de me draguer, mais me taxer mon portable, une clope ou autre, et me faire insulter quand j'ose répondre que je ne fume pas, ou que je ne veux pas leur prêter mon portable) , j'ai même déjà été racketter... donc les relou de la rue ne sont pas juste un fléau pour les femmes...je ne dis pas que ça a lieu une fois l'an, mais ça arrive tant que ça? vrai question hein, je t'avoue n'avoir vue aucun chiffre ni rien, je peux juste dire que je n'en ai jamais été témoin en 30 ans d'existence (mis a part mon cas personnel bien sur...) et en plus, les rares histoires que j'entend sont autant subit par des mecs que par des femmes... déjà eu des potes racketter, un pote c'est fait tabasser par une bande pour son portable, une amie c'est fais gifler et cracher dessus parce qu'elle 'n'avait pas de clope a donner.... ce sont hélas des choses qui arrive.attention je suis pas en train de dire que ça n'existe pas, ou que ce n'est pas grave, juste que l'agression de rue n'est pas exclusivement féminine...
    • David D.
      J'ai un peu honte, mais j'ai bien ri pendant cette bande annonce :p
    • Blackchab
      Tu veux me dire qu'une même femme dans sa vie à droit à des regard vicieux, des apostrophes, de la drague bien lourde et grasse, du tripotage et 'insulte.On doit être dans un monde rempli de défiant dans ce film c'est montré comme étant la norme.D'autre part donner au femme un comportement masculin n'a aucun sens , je serai aller voir ce film si ce n'était pas un simple échange des rôles.A moins de dire que c'est notre société qui rend les hommes macho, vicieux, dragueur lourd, tripoteur.
    • GTB
      Non effectivement c'est plus le sifflement dans la rue, c'est le regard vicieux, l'aprostrophe, la drague bien lourde et grasse, le tripotage et quand c'est bonheur c'est l'insulte. Et on ne parle pas là de petit cas perdus de-ci de-là hein. C'est pas parce que c'est pas la majorité comportemental que ça a lieu une fois l'an.Pour ce qui est du comportement des femmes, personne ne leur met un flingue sur la tempe...Mais si c'était le cas il y aurait pas besoin de films sur le sujet, c'est la justice qui s'en occuperait. Par contre quand on parle d'éducation et d'image sociale, on parle de pression insidieuses voire inconscientes. Donc il a largement matière à créer le débat et prendre un certain recul pour analyser un système et des valeurs.Le truc c'est que ce film ne rend pas service au débat. Avec son ton plutôt léger et en s'appuyant sur du bons clichés soft je doute qu'il ouvre sur la moindre prise de conscience. Ça va être marrant quoi. D'autres films ont traité la chose avec plus de subtilité et de jusqu’au-boutisme.
    • andiran23
      Eh ben barre-toi alors, si t'es pas contente !
    • MickDenfer
      c'est du lourd !
    • Bacta142
      Non, c'est toi qui as un soucis. Et ce pays te vomit.
    • MacArno
      inversé les codes avec Elbaz subissant les griefs .. Ca devrait être pas mal.Sympa de voir Netflix prendre du film français.
    • Docteur_Kino
      très sympa ...me fait penser a certain film comme '' Dans la peau d'une blonde '' le macho meurt et il est renvoyé sur terre en femme ...
    • sptz
      déjà fait le tour du sujet avec la web série martin sexe faiblepar contre... ce passage : pour taper là où ça fait mal (les hommes sifflés dans la rue, obligés de porter des tenues moulantes, de s’épiler pour plaire, voire même de s’essayer aux prothèses…). me fait avoir plusieur récation.déjà l'homme est différents de la femme, et je connais pas un mec qui ce sentirais offusqué/traumatisé/persécuté de ce faire sifflé dans la rue (sérieux, y'a encore des mecs qui sifflent les filles? j'ai jamais assisté a ça de ma vie... faut vraiment être un gros beauf), obligé de porté des tenue moulante? par qui exactement? personne oblige personne, c'est une mode qu'on aime ou pas... personne oblige les mecs a porté des jean slim ou autre.... s'épiler pour plaire pareil, personne oblige personne, et j'ai jamais dit a ma femme épile toi stp j'aime pas les poil par contre, par contre elle m'a souvent demandé de me tondre ;) .... la barbe ou autre ;)et enfin, s'essayer au prothèse, la encore, je connais personne de sensé ou d'intelligent qui irait dire a sa femme stp, met toi des faux seins, ou met toi du bottox, ou rehausse tes paupière, je préfère.... par contre, des femmes qui ne supporte pas de vieillir et ce font elle même toute ces horreurs, ça oui, j'ai pas mal d'exemple...donc bon, il a bon dos l'homme, coupable de tout les mots et toute les horreurs que subit la femme moderne.et ils appelent ça taper la ou ça fait mal... Florence foresti faisait plus mal avec son sketch sur le mec secrétaire qui ce fait harceler par sa boss.... c'est dire...c'est vous les macho finalement, a poser, encore, la femme comme victime incapable d'assumer ses mauvais choix, en justifiant que c'est la faute des mecs si certaines sont superficielle...
    • Julien B.
      Mouais. Bon y'a Elbaz, mais la BA donne pas franchement envie.
    • Kristina I.
      Ce que je craignais est visiblement réalité.La France est incapable de traiter un sujet sans le politiser a l'extrême. Bref je vomis ce pays et ce sera sans moi, les français ont vraiment un soucis c'est fou.
    Voir les commentaires
    Back to Top