Mon AlloCiné
    César 2019 : le réalisateur japonais Kore-eda "triste et contrarié" que personne n’ait récupéré son prix
    Par Clément Cusseau (@ClayMancuso) — 25 févr. 2019 à 12:30

    Incompréhension totale vendredi soir lors de la cérémonie des César, quand personne ne s'est présenté sur scène pour récupérer le prix du Meilleur film étranger remis à "Une affaire de famille" de Kore-eda.

    D.R.

    Absent vendredi soir de la cérémonie des César où son film Une affaire de famille, Palme d’or 2018, s’est vu décerner le prix du Meilleur film étranger, le réalisateur japonais Hirokazu Kore-eda s’est déclaré "triste et contrarié" à nos confrères du JDD que personne ne soit monté sur scène pour récupérer son prix.

    J'avais rédigé et confié un message à mon équipe française au cas où le film serait primé. Mais il semblerait qu'un petit couac ait empêché le message de vous parvenir et que personne n'ait été présent dans la salle pour recevoir le prix à ma place. Au nom de toute l'équipe du film, je présente mes plus sincères excuses à l'Académie des César pour cette impolitesse.

    Actuellement en plein montage de son nouveau film La Vérité (titre provisoire) avec Catherine Deneuve et Juliette Binoche, Kore-eda n’avait pu assister à la cérémonie des César vendredi car il était à Los Angeles en vue des Oscars où son film était également nommé dans la catégorie Meilleur film étranger (la statuette a finalement été remportée par le Roma d’Alfonso Cuaron).

    Son texte n’ayant pu être lu sur la scène de la salle Pleyel, le réalisateur japonais l’a donc fait publier dans les colonnes du JDD. En voici un extrait :

    Chers amis français, bonjour. Si ce message vous parvient, c'est que mon film Une affaire de famille a reçu le César du meilleur film ­étranger. Merci infiniment. (...) Une affaire de famille a reçu un excellent accueil en France et je remercie les spectateurs français d'être allés si nombreux en salle pour le découvrir. Le parcours du film a brillamment démarré par une Palme d'or et je suis heureux de voir qu'il se conclut également de la plus heureuse des manières grâce à ce César. (…)

    La vérité (titre provisoire), le nouveau film de Kore-eda, ne dispose pour l’heure d’aucune date de sortie en France.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Alfred N.
      Un tien vaut mieux que deux tu l'auras.L’un est sûr, l’autre ne l’est pas.(Le Petit Poisson et le Pêcheur).
    • seke
      Heureusement que j'ai ouvert l'article car je croyais qu'on parlait des Oscars ^^
    • seke
      Tellement vrai.On critique tous le manque de films populaires et/ou comiques lors des grands festivals. Mais on oublie qu'ils ont permis de mettre en avant un paquet de grands films qui auraient été passé inapercues.
    • chris b
      Normal de préférer l'original à la pâle copie !
    • Viriathus
      Avec Manitas en main propre c'est vite dit ! xD
    • MickDenfer
      Il a mangé de la baleine peut-être ?
    • log1c
      N'importe quel festival ou évènement un peu médiatisé attire toujours les gros beaufs qui veulent se faire voir. Idem pour les rois de la masturbation intellectuelle, les prétentieux et j'en passe. Mais ça reste ultra minoritaire quoi qu'en pensent certains.D'ailleurs tant qu'a tomber dans le cliché on pourrait dire la même chose sur le public des blockbusters.En parlant de blockbusters je pense au contraire qu'ils sont en train de complètement tuer le cinéma a une période on l'on pense d'abord et avant tout avec une calculette a la main. Les films d'auteurs aux USA et a petit / moyen budget (10-20M$) ont quasiment disparus. Les actionnaires faut les rassurer, faut leur mettre sous le nez un calendrier des sorties qui envoi du lourd (lourd dans quel sens, là est la question OMEGALUL) et ce genre de production n'a aucun intérêt pour eux. On voit ce qui se passe avec Disney ces dernières années...Le succès de Une affaire de famille n'est absolument pas une surprise vu que la France a toujours été une place très forte de la culture Japonaise. Jeux vidéo, livres, musique, etc... tout se vend bien mieux que dans n'importe quel autre pays du monde et c'est pour ça que sur beaucoup d'oeuvres on a des traductions Françaises et que les autres n'ont absolument rien (même pas d'Anglais certaines fois). Et c'est valable pour d'autres cultures. La France en fait grâce a son très bon système de financement (quoi qu'en disent certains, ça ne sert pas qu'a financer les 2-3 navets surmédiatisés, ce n'est que la partie visible de l'iceberg) permet d'avoir une très belle diversité culturelle, chose, encore une fois, que quasiment aucun autre pays n'a.Après 700k entrées mais de mémoire le film était diffusé dans de très très nombreuses salles.Ce que je trouve ultra dommage maintenant c'est le manque de curiosité des gens, a chaque fois il faut les matraquer de pub pour qu'ils se déplacent en salle. Si difficile que ça d'ouvrir son programme de ciné ? Il faut absolument rentabiliser son billet, c'est ça ? 700k entrées pour un film de cette qualité c'est triste lorsque l'on compare aux énièmes suites / blockbusters et autres.En ce sens le festival de Cannes et d'autres sont extrêmement importants pour la survie de ce type de cinéma.
    • chips493
      Dans ces cas-là, en, général, c'est le distributeur France qui prend la relève.
    • TheTHX
      Trop élitiste je ne sais pas mais, à mon avis, il est quand même indéniable que les festivals sont gangrenés par les m'as-tu-vu et autres prétentieux, rois ou reines des pâmoisons, que l'on peut retrouver dans certaines galeries d'arts... Cela n’empêche pas, pour le moment, la découverte de certaines perles. Quand aux blockbusters (rentables eux) que tu critiques tant, participent au financement du cinéma artistique que personne ne va voir. Le film de Kore-eda est la preuve que la qualité à un public, que qualité n'est pas synonyme de chiant ou vaniteux. D'une certaine façon, est ce que la subvention ne tue pas la création à partir du moment où elle est prisonnière de son microcosme décideur ?
    • MGM-ranger
      On a tendance à oublié que Cannes permet à beaucoup de films à petit budget d'obtenir la reconnaissance et de recevoir une distribution digne. Il est de bon ton de critiquer les festivals chez certains, soit-disant trop élitistes, mais ils sont nécessaires pour faire survivre le cinéma artistique au financement fragile et l'empêché de se faire dévorer par les blockbusters sans neurones.La lettre de Kore-eda prouve bien son remerciement aux critiques et au public français de le récompenser et de le faire triompher en salle (plus de 728 000 entrées pour un drame familial, il n'y a que la France qui a des chiffres aussi élevés en Europe pour ce genre de production).
    • The Last Action Zero
      La vache, je l'avais complétement oublié celui-là :D
    • Might Guy
      Manitas de la bitas aurait pu se dévouer pour la remise en main propre, quoi...
    • Nicolas C
      Tu as des meilleurs lots de consolation quand tu repars sans oscar donc pas sure qu'il soit perdant ^^
    • October70
      il était à Los Angeles en vue des Oscars où son film était également nommé dans la catégorie Meilleur film étranger donc, il aurait préféré remporter un Oscar plutôt que le César. Bon, ça peu se comprendre mais c'est mal joué.
    Voir les commentaires
    Back to Top