Notez des films
Mon AlloCiné
    ADN de Maïwenn : "J'ai vécu un tournage très douloureux"
    Par Thomas Desroches (@ThomDsrs) — 28 oct. 2020 à 09:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Le cinquième long métrage de l'actrice et réalisatrice Maïwenn, intitulé "ADN", au cinéma dès ce 28 octobre 2020, soulève la question des origines et suit une quête d'identité dans un contexte familial chaotique. Rencontre.

    Avec ADN, Maïwenn, qui met en scène son cinquième film, poursuit son voyage dans l'intime et dans les rélations familiales, ô combien complexes. L'histoire raconte comment Neige - interprétée par la cinéaste -, une mère divorcée, décide de surmonter la mort de son grand-père, véritable pilier dans sa vie, en se plongeant dans la quête de ses origines. À travers cette exploration existentielle, l'héroïne se confronte aux siens, mais trouve également la force de se reconstruire en démontrant que la perte d'un être cher peut marquer le début d'un nouveau départ. ADN est une œuvre sur la mort, mais la réalisatrice tenait absolument à "éviter l'écueil du morbide". "C'était essentiel de parsemer le film d'aérations, de respiration, de savoir rire de la mort", explique-t-elle.

    Pour constituer cette famille, plus vénéneuse que chaleureuse, elle fait appel à Fanny Ardant, Louis Garrel, Marine Vacth, Dylan Robert, Caroline Chaniolleau, Alain Françon, Florent LacgerHenri-Noël Tabary et Omar Marwan dans la peau du grand-père. Ce dernier raconte comment, sur le tournage, ce rôle de fiction empiétait sur la réalité : "J'avais beaucoup de mal car mon vécu faisait remonter de nombreux souvenirs. C'était dur de ne pas me laisser submerger. Il fallait que je reste le comédien, mais l'émotion étant naturelle, c'était délicat." 

    Libres comme l'air

    Sur le plateau, Maïwenn est bien connue pour laisser une grande liberté à ses acteurs avec, pour seul guide, une "bible" sur leur personnage respectif. "Ils peuvent lire ce qu'ils écoutent comme musique, en savoir plus sur leur scolarité, leur vie sexuelle et intime, précise-t-elle. Ce n'est pas forcément quelque chose qui apparaît dans le film, mais ça peut rassurer l'interprète et au moment des impros, il peut aller sur tous les terrains."

    Du côté des premiers concernés, c'est "la force extraordinaire" qu'insuffle la réalisatrice à toute l'équipe qui fabrique la magie de ses films. "Le naturel, l'instantané, l'intime, elle partage ça avec les spectateurs, mais aussi les comédiens, confie Henri-Noël Tabary, qui joue l'un des frères de la famille. Ce qui était nouveau, c'était de créer, sur le moment, une ambiance, un vécu. Chacun apportait sa pierre à l'édifice." Pour Omar Marwan, la présence de Maïwenn "irradie tout le monde". "Elle est lionne et biche à la fois. Et ce double animal fonctionnait", poursuit-il.

    C'est difficile de dire "Je t'aime" à quelqu'un de sa famille

    Lorsqu'elle revient sur sa propre expérience de tournage, la cinéaste admet avoir rencontré beaucoup d'incertitudes : "Je n'aimais pas ce que j'avais tourné. J'ai vécu un tournage très douleureux, où je n'avais pas confiance en moi, où je trouvais tout nul, où on ne se comprenait pas avec les techniciens etc." C'est dans la salle de montage, entre les mains de Laure Gardette (la monteuse du film, NDLR), que ADN a trouvé sa colonne vertébrale.

    Après une tournée des cinémas, qui s'est étendue dans plusieurs villes en France, dans l'optique de présenter le film, la cinéaste a ressenti une énergie différente de la part du public : "D'habitude, à chaque débat, il y a beaucoup de spontanéité, et là, c'était des questions beaucoup plus spirituelles. Ils étaient rentrés dans un processus de questionnement." ADN amène les spectateurs à reconsidérer de nombreux thèmes, comme celui de la pudeur aux côtés des siens. "C'est difficile de dire "Je t'aime" à quelqu'un de sa famille", admet Henri-Noël Tabary. "Ce film soulève le problème de la solitude, de l'immigration, du deuil, de la mort, conclut Omar Marwan. C'est lourd et immense à la fois."

    Propos recueillis par Thomas Desroches, à Paris, le 21 octobre 2020.

    Montage : Constance Mathews

    ADN
    ADN
    De Maïwenn
    Avec Maïwenn, Omar Marwan, Fanny Ardant, Louis Garrel, Dylan Robert
    Sortie le 28 octobre 2020

    Découvrez la bande-annonce de "ADN"... :

     

    et la bande originale composée par Stephen Warbeck :

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Hunnam29
      Je lui reconnais des qualités de réalisation, mais alors j'arrive vraiment pas à accrocher à ses films, et surtout pas à son jeu d'actrice. Mon Roi m'a bien plu, mais genre Polisse ou autre, vraiment j'arrive pas. Et avec la BA d'ADN, je sens que ce sera pareil.
    Voir les commentaires
    Back to Top