Notez des films
Mon AlloCiné
    Quantum of Solace sur France 2 : que signifie le titre de ce James Bond ?
    Par Vincent Formica — 22 nov. 2020 à 18:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Quantum of Solace est diffusé ce soir sur France 2, l'occasion de se pencher sur la signification de titre étrangement sybillin.

    Après le triomphe de Casino Royale et ses 616 millions de dollars de recettes mondiales, Daniel Craig enfile à nouveau le costume de 007 dans Quantum of Solace, sorti en octobre 2008. Pour rappel, notre super espion est en lutte pour ne pas faire de sa dernière mission une affaire personnelle. Il est décidé à traquer ceux qui ont forcé Vesper à le trahir. En interrogeant Mr White, 007 et M apprennent que l'organisation à laquelle il appartient est bien plus complexe et dangereuse que tout ce qu'ils avaient imaginé.

    Quantum Of Solace
    Quantum Of Solace
    Sortie le 31 octobre 2008 | 1h 47min
    De Marc Forster
    Avec Daniel Craig, Olga Kurylenko, Mathieu Amalric, Judi Dench, Giancarlo Giannini
    Presse
    3,0
    Spectateurs
    3,2
    louer ou acheter

    Quand le nouveau titre de ce 22ème volet de la saga James Bond a été dévoilé, il a suscité de nombreuses interrogations. Mais qu'est-ce que peut bien vouloir dire Quantum of Solace ? Selon le producteur Michael G. Wilson, le titre vient d'une nouvelle de Ian Fleming, Rien que pour vos yeux, publiée en 1959. Il signifie, dans le contexte de cette histoire, qu'une relation ne peut être sauvée que si la confiance est restaurée entre les deux parties.

    "Quantum" signifie quantité et "Solace" consolation, réconfort. Le titre exprime donc l'idée qu'il faut partager ses souffrances pour trouver une issue heureuse et se réconcilier avec les gens. Dans le film, Quantum of Solace fait référence à deux choses : tout d'abord au fait que Bond cherche à se consoler de la perte de Vesper, et ensuite à Quantum, l'organisation criminelle qu'il va devoir combattre.

    D.R.
    Daniel Craig est 007

    Pour le réalisateur Marc Forster, le thème central du film, symbolisé à travers ce titre, est la confiance. "Celle-ci peut revêtir plusieurs formes", explique-t-il. "À qui faites-vous réellement confiance ? Avez-vous confiance en vous-même ? Est-ce que nous faisons confiance aux autres ? La confiance est une chose qui nous préoccupe tous parce que nous avons tous été trahis à un moment ou un autre de notre vie."

    Coincé entre les deux meilleurs opus de l'ère Daniel Craig, Casino Royale et Skyfall, Quantum of Solace fait figure de vilain petit canard. Il a pourtant rapporté presque autant que le volet précédent avec 589 millions de billets verts. Ce score sera toutefois pulvérisé par Skyfall et ses 1,1 milliard ! En France le long-métrage fera mieux que Casino Royale (3,1 millions d'entrées) avec 3,7 millions de tickets vendus.

    Quant aux prochaines aventures du célèbre espion de sa Majesté, elles sont attendues pour le 31 mars 2021 avec Mourir peut attendre. Ce sera le dernier long-métrage avec Daniel Craig dans le rôle de 007.

    LES PETITS DETAILS DE QUANTUM OF SOLACE

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Casino Royale sur France 2 : comment un enterrement a permis à Daniel Craig de devenir James Bond
    • James Bond contre Dr. No sur France 2 : pourquoi certains ne voulaient pas de Sean Connery en 007
    • James Bond : une nouvelle bande-annonce bourrée d'action pour Mourir peut attendre
    Commentaires
    • LeMeilleurPseudoDuMonde
      On est tous d'accord sur le fait que ce James Bond est torpillé par trois défauts majeurs : son montage absolument illisible pour commencer. C'est quand même incroyable de faire des plans aussi courts dans toutes les scènes d'actions, on ne comprend jamais vraiment ce qu'il se passe à l'écran, on ne peut même pas apprécier ce que l'on voit.Le deuxième défaut c'est le scénario : il fourmille de bonnes idées qui ne sont jamais amenés avec subtilité et bon goût. La James Bond Girl du film incarnée par Olga Kurylenko est présentée avec un background intéressant en surface mais le film ne prend jamais le temps de lui donner plus de substance. Passer après Eva Green était difficile mais là c'est quand même un naufrage. Je passe sur les incohérences du film ou les trous scénaristiques.Ce qui nous amène au troisième défaut majeur : le méchant. Mathieu Almaric est un acteur charismatique qui était un très bon choix comme méchant. Il dégage quelque chose de mystique, mystérieux et insaisissable. Ça aurait dû être mémorable. Pourtant, la faiblesse des dialogues, le manque de scènes vraiment marquantes et le climax du film l'éclipsent complètement. Un film 007 sans méchant à la hauteur ne peut pas fonctionner.On se consolera sur le fait que Skyfall qui est venu après nous proposera (jusqu'à maintenant) le meilleur méchant de l'ère Craig. Comme quoi on peut faire quelque chose d'incroyable après un raté :)
    • andiran23
      Le film a énormément souffert de la grève des scénaristes, et Marc Forster reste profondément attristé, encore aujourd'hui, de ne pas avoir pu faire le James Bond qu'il voulait, et il est d'accord avec les critiques
    • Leonzat
      Le film pompe carrément sur Jason Bourne, surtout dans sa mise en scène : le réalisateur a voulu copier Paul Greengrass, sauf que chez Greengrass, ça le fait : il le fait mais pas trop (La vengeance dans la peau est parfait sur ce point). Perso, la scène d'action d'ouverture de Quantum of solace, tellement c'était découpé, j'ai rien compris.
    • Guillaume B.
      Un James Bond qui contient quelques bonnes idées de chorégraphies d'action, de beaux plans, le cadre bolivien qui sort des sentiers glamours de l'exotisme usuel (sans malheureusement creuser sur la pauvreté à peine mentionnée), l'évocation intéressante (pour nuancer le manichéisme) du rôle trouble de la CIA dans la politique étrangère pour ses propres intérêts, ainsi qu'une relation moins classique entre Bond et la bond girlMalheureusement, outre une chanson titre oubliée, la société Quantum ne paraît pas assez terrifiante (on est loin du spectre), Amalric est un méchant décevant (c'est pas dans un 007 qu'on attend un méchant à visage et mesure plus humaine) et, principal problème du film, la mise en scène/montage charcute la lisibilité et l'ampleur de pas mal de scènes d'action (ce qui fait d'autant plus mal que le film se repose surtout sur ça, l'intrigue restant un simple fil rouge pas approfondi). Enfin, les enjeux dramatiques sur la vengeance de Vesper restent bien peu travaillés et le film se la joue trop sur un rythme à la Jason Bourne, qui ne semble pas si pertinent. Après, c'est le moins bon Craig pour moi mais c'est pas le plus mauvais des Bond non plus.
    Voir les commentaires
    Back to Top