Notez des films
Mon AlloCiné
    Walkyrie, 13 Hours, Dunkerque... 5 films de guerre à voir sur Netflix
    Par Olivier Pallaruelo (@Olivepal) — 19 nov. 2020 à 19:30
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Vous avez peut-être vu la mini-série "The Liberator" sur Netflix, et avez envie de découvrir d'autres oeuvres sur la thématique des films de guerre, pas forcément sur la même période d'ailleurs ? Ca tombe bien, on a une petite sélection pour vous !

    Paramount Pictures. All Rights Reserved.

    La sortie récente sur la plateforme Netflix, le 11 novembre dernier en fait, de la mini série The Liberator, qui relate en quatre épisodes l'histoire authentique du 157ème régiment d'infanterie d'Oklahoma lors de la Seconde Guerre mondiale; régiment composé à majorité de cow-boys texans, d'amérindiens et de mexicano-américains, nous a incité à creuser un peu le catalogue du côté des films de guerre justement. La moisson, sur cette thématique là, n'est pas gigantesque... Mais on a quand même pu en extraire cinq.

    Le catalogue de la plateforme peut évoluer, aussi certains contenus proposés dans cet article sont susceptibles de ne plus être disponibles au moment de votre lecture. Merci pour votre compréhension.

    Cinq hommes et une guerre (2017)

    Extraordinaire mini-série documentaire montrant comment Hollywood a changé la Seconde Guerre mondiale et comment la Seconde Guerre mondiale a changé Hollywood, à travers les expériences entrecroisées de cinq cinéastes qui ont interrompu leurs carrières florissantes pour servir leur pays : John Ford, William Wyler, John Huston, Frank Capra et George Stevens. Le propos, déjà passionnant, est d'autant plus amplifié qu'il est porté par d'illustres cinéastes et talents hollywoodiens : Francis Ford Coppola, Steven Spielberg, Guillermo del Toro, Lawrence Kasdan et Paul Greengrass. Un travail colossal mené par le spécialiste français Laurent Bouzereau, bien connu des amateurs de making-of de films culte, qui a épluché plus d'une centaine d'heures d'archives et d'images d'actualité, visionné plus de 40 documentaires et films d’entraînement dirigés et produits par les cinq réalisateurs pendant la guerre, et étudié 50 films de studio et plus de 30 heures de prises de vue et d’images non montées de leurs films de guerre. Tout ça pour livrer un documentaire somme en trois parties de 59, 67 et 69 min. Incontournable.

    Dunkerque (2017)

    Le film de guerre est-il un passage obligé pour tout bon / grand cinéaste qui se respecte ? Sans doute. En tout cas, Nolan avait cette envie en lui depuis sa lointaine adolescence; une période encore bien éloignée des tumultes du Chevalier noir. Tout a commencé par une traversée, en bateau à voile et avec deux amis, de la Manche. Pourquoi ? "Pour s'imprégner de cette époque" expliquait-t-il; "C’est l’une des choses les plus difficiles, les plus effrayantes que j’aies vécues. J’ai été extrêmement soulagé d’arriver en un seul morceau, alors même que personne ne nous bombardait. Il n’y avait que nous trois sur ce petit bateau, la mer et les éléments. [...] La simple idée de refaire le même trajet en pleine zone de guerre est totalement impensable. Et c’est là que le sens de Dunkerque en tant que mythologie, ou mythologie moderne, ou quel que soit le nom que vous voulez lui donner, ne peut pas être exagéré. Si on monte à bord d’un tel bateau et qu’on effectue cette traversée, le courage de ceux qui ont vécu ça ne peut pas nous échapper. Il fallait être brave".

    Pour autant, Nolan n'a pas tout à fait cherché à faire de Dunkerque un pur film de guerre, au sens où on l'entend / accepte généralement. "En réalité, ce qui nous a attirés dans cette histoire, c’est qu’il ne s’agit pas d’une victoire, ni même d’une bataille. C’est une évacuation. Une histoire de survie.Je ne le vois donc pas comme un film de guerre. Je le vois comme un survival. Voilà pourquoi on ne rencontre pas les Allemands dans le film et pourquoi les ressorts narratifs sont ceux de la survie plutôt que de la politique". Si Nolan ne raconte effectivement pas par le menu les détails de l'Opération "Dynamo", nom de code donnée à la plus grande opération d'évacuation militaire jamais organisée de toute l'Histoire militaire, qui a permis de sauver plus de 330.000 hommes dans des conditions dramatiques, Dunkerque n'en offre pas moins une expérience sensorielle et viscérale proprement sidérante, haletante, hypnotique, à laquelle la partition de Hans Zimmer et Benjamin Wallfisch apporte même une dimension élégiaque. Il faut ainsi voir la séquence où Tom Hardy, aux commandes de son spitfire, laisse planer son avion, à court de carburant, avec en fond sonore l'extraordinaire morceau "Variation 15" de la bande originale... Sublime.

    Dunkerque
    Dunkerque
    Sortie le 19 juillet 2017 | 1h 47min
    De Christopher Nolan
    Avec Fionn Whitehead, Mark Rylance, Tom Hardy, Harry Styles, Barry Keoghan
    Presse
    4,1
    Spectateurs
    3,9

    Dunkerque Bande-Annonce Officielle VOST
    Walkyrie (2009)

    S’il a toujours été un fidèle serviteur de son pays, le colonel Claus von Stauffenberg s’inquiète de voir Hitler précipiter l’Allemagne et l’Europe dans le chaos. Comprenant que le temps presse, il décide de passer à l’offensive : en 1942, il tente de convaincre plusieurs officiers supérieurs de la nécessité de renverser Hitler. Un an plus tard, il met au point l’Opération Valkyrie destinée à éliminer le Führer. Alors qu’il n’était au départ qu’un des nombreux conspirateurs, Stauffenberg se retrouve bientôt en première ligne : c’est lui qui devra assassiner Hitler…

    Sur un solide scénario goupillé par Christopher McQuarrie, qui était déjà l'auteur du script de son Usual SuspectsBryan Singer livre un film passionnant, haletant et documenté, dont l'issue tragique est évidemment connue, mais pas forcément les détails, en tout cas par le grand public. C'est tout le mérite de ce film assez remarquable, porté en outre par un Tom Cruise absolument impeccable dans le rôle-titre, et épaulé par des seconds rôles de haut niveau, à commencer par Kenneth Branagh. Quand Hollywood refait l'Histoire, mais le fait bien, et intelligemment. C'est possible, et Walkyrie en est une belle démonstration.

    Walkyrie
    Walkyrie
    Sortie le 28 janvier 2009 | 1h 50min
    De Bryan Singer
    Avec Tom Cruise, Carice van Houten, Bill Nighy, Kenneth Branagh, Tom Wilkinson
    Presse
    3,3
    Spectateurs
    3,7

    Master & Commander : de l'autre côté du monde (2003)

    Master & Commander, un film de guerre ? Absolument; on parle ici de la période des guerres napoléoniennes. En l'occurence le récit des (més)aventures du capitaine Jack Aubrey, commandant du navire H.M.S. Surprise, soudainement attaqué au large des côtes du Brésil par une frégate française insaisissable et presque indestructible. Voyant son navire gravement endommagé, et ayant perdu une bonne partie de son équipage, Aubrey est tiraillé entre sa soif de vengeance et fuir un ennemi dont la puissance de feu le surclasse. Il décide alors de se lancer dans une poursuite infernale traversant les océans, afin de capturer son adversaire. Cette mission peut lui apporter la gloire et le succès ou le détruire, lui et son équipage…

    Sorti dans une indifférence polie et totale -c'est un euphémisme- le 31 décembre 2003 chez nous, torpillant de facto sa carrière en salle, lourd échec au Box Office mondial avec à peine plus de 211 millions $ au compteur sur un budget de 150 millions $, c'est peu dire que Master & Commander mérite plus que largement une sérieuse réévaluation. Adapté d'un roman de la brillante série fleuve écrite par le regretté Patrick O'BrianPeter Weir a signé avec ce film un chef-d'oeuvre absolu. Un extraordinaire film d'aventure maritime, à la fois spectaculaire et intimiste, à la mise en scène exemplaire et visuellement sublime (Oscar à la clé), porté par deux fabuleux comédiens dans les rôles principaux : Russell Crowe, qui trouve sans doute ici son meilleur rôle, et un magnifique Paul Bettany, sous les traits de son ami d'enfance et chirurgien du navire, humaniste et naturaliste, le docteur Stephen Maturin. De mémoire, nous n'avions pas / plus vu de combats navals aussi fous depuis la grande époque des films de corsaires et pirates. Un film à savourer sans modération donc, d'autant que l'échec en salle a quasi hypothéqué toute chance de voir une suite. Et ca fait franchement de la peine...

    Master & Commander : de l'autre côté du monde
    Master & Commander : de l'autre côté du monde
    Sortie le 31 décembre 2003 | 2h 14min
    De Peter Weir
    Avec Russell Crowe, Paul Bettany, Billy Boyd, James D'Arcy, Lee Ingleby
    Presse
    4,2
    Spectateurs
    3,5

    13 Hours (2016)

    Benghazi, Libye, 11 septembre 2012. Face à des assaillants sur-armés et bien supérieurs en nombre, six hommes ont eu le courage de tenter l’impossible. Leur combat a duré 13 heures. Il est évidemment toujours facile de réduire Michael Bay, alias le roi des effets pyrotechniques à Hollywood, à une filmographie qui se résumerait peu ou proue à un essorage en règle de la franchise des Transformers et de Bad Boys, entre-coupés de productions patriotiques et testostéronnées de type 6 Underground (pour Netflix d'ailleurs). Mais l'intéressé est aussi capable de se fendre d'oeuvres solides et parfois surprenantes, comme l'excellent et très noir No Pain no Gain, ou, plus récemment, ce 13 Hours. Dans la veine de La Chute du faucon noir, qui reste quand même sur ce point le mètre-étalon absolu, Bay livre ici justement un film à rebours de cette étiquette "film patriotique" qui lui colle à la peau. En l'occurence l'abandon à leur sort tragique par les Etats-Unis de 35 personnes piégées dans l'enceinte de l'ambassade des USA en Libye, alors prise d'assaut. Documenté et plutôt critique sur la bureaucratie US, tendu à craquer, saisissant par son réalisme, ce fort Alamo moderne est un film de guerre / action ultra efficace. A défaut d'être subtil; mais ce n'est de toute façon pas ce qu'on lui demande.

    13 Hours
    13 Hours
    Sortie le 30 mars 2016 | 2h 24min
    De Michael Bay
    Avec John Krasinski, James Badge Dale, Max Martini, Pablo Schreiber, David Denman
    Presse
    3,0
    Spectateurs
    3,9

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Netflix : 10 comédies à voir en famille
    Commentaires
    • Leonzat
      Je trouve pas vraiment que Master and commander soit un film de guerre, même si il y des séquences de guerre en fait, c'est plus une chronique le temps de quelques mois sur un navire : c'est d'une extrême précision (comme souvent chez Peter Weir), c'est presque un documentaire.
    • Might Guy
      Je spoilerai pas mais le film vaut la peine d'être vu. Jusqu'au bout.
    • Melnibonéen
      Perso, j'ai boycotté ce film à cause de ce remplacement des américains par des français.Mais bon, je me rends bien compte que ce n'est pas mon boycotte ou celui de quelques français qui est la cause de ce flop. Et le pire, c'est que je suis persuadé que c'est un très bon film même si je refuse de le voir. On n'est pas toujours rationnel.
    • Might Guy
      Concernant le flop (injuste) du (pourtant superbe) Master & Commander, c'était pas faute d'avoir scénarisé un navire de corsaires français et non américain comme dans le bouquin d'origine.
    Voir les commentaires
    Back to Top