Notez des films
Mon AlloCiné
    Attaque sur le Capitole : le documentaire Netflix qui annonçait le climat de guerre civile
    Par Olivier Pallaruelo (@Olivepal) — 11 janv. 2021 à 14:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Les images de l'attaque sur le Capitole à Washington le 6 janvier ont fait le tour du monde. Le documentaire "The Social Dilemma", sur Netflix, théorisait déjà ces tragiques événements. Au cœur du problème : la toute puissance des réseaux sociaux.

    PacificPressAgency / Bestimage

    Les images glaçantes de l’assaut, mercredi 6 janvier, sur le Capitole, à Washington, par des milliers de partisans du président sortant Donald Trump, convaincus que ce dernier n’a pas perdu l’élection de novembre 2020, ont fait le tour du monde. Ce haut lieu de la démocratie, si symbolique, qui fait battre le coeur du pays, fut ainsi envahi par les militants de "l'Alt-Right", cette frange extrémiste et suprémaciste de l'électorat de Donald Trump, à laquelle se sont volontiers mêlés des activistes du mouvement conspirationniste QAnon. Pour ce dernier, les États-Unis sont dirigés depuis des décennies par une organisation criminelle impliquant les Bush, les Clinton, les Obama, les Rothschild mais aussi des vedettes d'Hollywood, le tout avec des relents antisémites. Le but du mouvement : préparer les Américains patriotes à "la tempête à venir" et au "Grand Réveil" qui, grâce à Donald Trump, fera tomber cette machination et rendra le pouvoir au peuple.

    Cette tentative de bloquer la certification des résultats du vote du collège électoral de l'élection présidentielle de 2020 et la victoire du président élu Joe Biden, alors que le Congrès est réuni au Capitole pour effectuer cette étape finale du processus électoral, débouche sur un bilan tragique : 5 morts, dont un officier de police qui a succombé à ses blessures à l'hôpital. Trois hauts responsables de la sécurité du Capitole ont été obligés de démissionner pour n'avoir pas réussi à empêcher le saccage.

    Donald Trump a eu beau changer de ton dès le lendemain, en se disant "scandalisé par la violence, l'anarchie et la pagaille", promettant que "les fauteurs de troubles seront punis", appelant "à l'apaisement et à la réconciliation", il reste que nombreux sont ceux qui le tiennent responsable de ces tragiques événements en ayant chauffé à blanc ses partisans dans ses discours; le dernier en date datant précisément du 6 janvier.

    Suspension de compte Twitter

    Dans le sillage de cette journée de chaos qui a ébranlé l'Amérique, les réseaux sociaux Twitter et Facebook ont pris une décision jamais vue à ce niveau. Facebook a suspendu le compte de Donald Trump pour une durée indéterminée, d’au moins deux semaines. Twitter, l'outil préféré de l'actuel locataire de la Maison Blanche, va plus loin : la firme de la Silicon Valley a décidé de suspendre le compte du président sortant "de façon permanente", vendredi 8 janvier. Une décision justifiée par les risques "de nouvelles incitations à la violence" de la part du président américain sortant, qui avait plus de 88 millions d’abonnés.

    L'intéressé a vivement réagi en utilisant cette fois-ci le compte Twitter officiel de la Maison Blanche, fort de 33 millions d'abonnés :"Twitter est allé encore plus loin dans le muselage de la liberté d’expression, et ce soir, les employés de Twitter ont coordonné avec les démocrates et la gauche radicale le retrait de mon compte de leur plate-forme, pour me faire taire, moi – et VOUS, les 75 000 000 de grands patriotes qui ont voté pour moi"; évoquant aussi des représailles contre le réseau et le possible lancement de sa propre plate-forme dans un futur proche, dans une série de messages immédiatement retirés par Twitter. "Utiliser un autre compte pour éviter la suspension est contre nos règles " a expliqué un porte-parole de la société, qui va aussi prendre des mesures "pour l’imiter l’utilisation" des comptes gouvernementaux comme @POTUS et @WhiteHouse.

    PacificPressAgency / Bestimage

    Un bannissement est une mesure radicale qui interpelle, et fait craindre un abus de pouvoir de ces plateformes. Car qui peut prétendre les contrôler quand celles-ci se comportent comme un état dans l'état ? "Nous comprenons le désir de suspendre [le président], mais tout le monde devrait s’inquiéter quand ces entreprises ont le pouvoir de retirer des personnes de leurs plates-formes, qui sont devenues indispensables à l’expression de milliards d’individus" explique Kate Ruane, membre de la puissante association de défense des droits civiques ACLU, interviewée par Le Monde.

    Une société qui se délite dans le chaos

    Si l'on prend le temps de longuement exposer et revenir sur ces événements, c'est parce qu'ils constituent la toile de fond et une très inquiétante illustration d'un puissant argumentaire développé dans le formidable documentaire The Social Dilemma ("Derrière nos écrans de fumée" en France), disponible sur Netflix. Celui-ci revient sur la face cachée des réseaux sociaux créés par les géants de la Silicon Valley et sur la manière dont les algorithmes sapent les fondements même de la Démocratie, de manière insidieuse.

    Derrière nos écrans de fumée
    Derrière nos écrans de fumée
    Sortie le 9 septembre 2020 | 1h 29min
    De Jeff Orlowski
    Avec Skyler Gisondo, Kara Hayward, Vincent Kartheiser, Tristan Harris, Sophia Hammons
    Spectateurs
    3,9

    Ces réseaux sociaux font de nous des zombies, des dépressifs, des hystériques. Les Gafam nous ont fait entrer dans ce que Shoshana Zuboff, professeure émérite d'Harvard qui témoigne dans le documentaire, appelle le "capitalisme de surveillance", titre de son ouvrage paru en octobre dernier chez nous. Un capitalisme de surveillance qui nous enferme dans notre vision du monde, où gravitent et prospèrent la désinformation et le complotisme. Facebook, Google ou Twitter prétendent désormais lutter contre l'épidémie de fake news. Mais n'est-ce pas aussi aller à l'encontre de leurs objectifs financiers ? "Dans une logique commerciale, cela n’a pas d’importance qu’un contenu soit vrai ou faux, il faut simplement qu’il suscite de l’engagement : du like, du partage, des commentaires, des réactions… Il existe plusieurs raisons pour lesquelles nous partageons des contenus sur les réseaux sociaux en ligne, et celles-ci ne sont pas toujours en lien avec la véracité de ces contenus, au contraire !" écrit Julien Lecomte, professeur agrégé en information et communication, plus spécifiquement en sociologie des médias.

    Roger McNamee, business angel et un des premiers investisseurs sur Facebook, témoigne : "les réseaux sociaux, c'est un modèle de gestion par désinformation. On gagne plus d'argent quand on laisse des messages non modérés atteindre n'importe qui au meilleur prix. Facebook a des milliards de publications d'actualité. Ils ne savent pas où est la réalité, la vérité. Ce qu'on voit avec le Covid n'est qu'une version extrême de ce que traverse notre écosystème d'informations. Les réseaux sociaux amplifient les échos et les on-dit exponentiellement au point qu'on ne sait plus ce qui est vrai, quel que soit le sujet qui nous touche".

    PacificPressAgency / Bestimage

    L'un des intervenants du documentaire The Social Dilemma est Tristan Harris. Ex éthicien du Design chez Google désormais "repenti", il connait évidemment sur le bout des doigts les entrailles de la machine. "Nous, les entreprises Tech, avons créé les outils pour déstabiliser et éroder le tissu social, dans tous les pays en même temps, partout". Evoquant les élections US de 2016, qui portèrent Donald Trump à la présidence du pays, il lâche : "la question n'était pas pour qui on votait. il s'agissait de semer le chaos général et la zizanie. Il s'agit de faire deux camps qui ne pouvaient plus s'écouter, qui ne voulaient plus s'écouter, ni se faire confiance. Veut-on de ce système à vendre au plus offrant ? D'une démocratie à vendre, où aucun esprit n'est hors de portée ? Où l'on ment à un groupe précis pour susciter une guerre culturelle ? Cette technologie, c'est aussi sa capacité à faire ressortir le pire de la société, le pire étant cette menace existentielle. La technologie suscite un chaos général, le scandale, l'incivilité, le manque de confiance dans l'autre, la solitude, l'aliénation, aggrave la polarisation, le détournement d'élections, le populisme... [...] Cette société est à présent incapable de se régénérer, et se délite dans le chaos." Un constat absolument glaçant, d'autant que, selon lui, "les fausses informations se répandent sur Twitter six fois plus vite que les vraies. Que devient le monde lorsqu'elles sont six fois plus fortes que les autres ?"

    Tim Kendall, ancien PDG de Pinterest et ex-directeur de la monétisation sur Facebook témoignant dans le documentaire, livre ainsi sans détour son sentiment face à ce travail de sape de le démocratie mené par les algorithmes des réseaux sociaux : "ma plus grande crainte ?" -il réfléchit un instant- "je crois que c'est une guerre civile". A l'aune de la tragique journée du 6 janvier, où le pays est plus que jamais apparu comme "les Etats désunis" d'Amérique sous les cris des "Civil War !" hurlés par les assaillants, ces paroles ont une résonnance douloureuse et, souhaitons le contraire, prophétique...

    In fine, pour l'ensemble des intervenants, un constat clinique s'impose : il faut absolument réguler et encadrer ces géants du Net, envers lesquels les gouvernements sont finalement bien trop accomodants. Il existe bien sûr des lois encadrant le monde du numérique. Mais trop peu. Paré de vertues pédagogiques, liant intelligemment la forme et le fond, très dense parfois, The Social Dilemma pose des questions essentielles sur notre devenir collectif. Plus que jamais.

    The Social Dilemma Bande-annonce VO
    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Trump banni de Twitter : Sacha Baron Cohen, Mark Hamill et Stephen King réagissent
    • "Notre démocratie est comme l’acier de cette épée" : Arnold Schwarzenegger convoque Conan dans un discours puissant après l'attaque sur le Capitole
    • The Social Dilemma sur Netflix : la face cachée des réseaux sociaux dans un documentaire glaçant
    Commentaires
    • Bacta142.
      C'est vrai que c'est gênant que ce soit des plateformes privées qui modèrent les contenus, mais c'est inévitable et fallait y penser bien avant. Trump était bien content de bénéficier des réseaux sociaux pour se faire élire (aux dépens des médias traditionnels).
    • tueurnain
      Aujourd'hui Trump, demain absolument tout le monde...Vous verrez quand vous serez tous censurez pour un rien, ça vous fera bizarre et vous ne vous réjouirez pas ce jour-là...
    • tueurnain
      Les grands médias sont les premiers divulgateurs de fake news, bien plus que Trump, quand à l'appel à la haine, ahhh cette fameuse haine qui veut tout et surtout rien dire...Et au nom de laquelle on censure à tout vas...On est très loin de l'égalité de traitement, surtout quand on sait que les patrons des GAFAS sont tous dans le camp démocrates, ce qui est très mauvais pour l'équilibre démocratique...
    • Major Alan Dutch Schaefer
      L’extrême gauche et l’extrême-droite sont tout deux des virus.
    • andiran23
      Mais du coup c'est pas affaiblir, c'est empêcher son ascension, techniquement :P L'affaiblir serait de le quitter quand on y était !
    • Auvoren
      Ils auraient aussi pu ne pas attendre qu'il ait perdu les élections pour se sentir pousser une conscience... même si craindre la capacité de nuisance du locataire de la Maison Blanche n'était pas non plus complètement incompréhensible !
    • Auvoren
      Ou font mine de la découvrir quand ça leur permet d'argumenter dans le sens de leurs idées préconçues...
    • Auvoren
      Le problème n'est pas de savoir si c'est bien ou pas de stopper le compte twitter de Trump, mais de savoir pourquoi ça n'a pas été fait avant. Il y a des règles concernant les infractions sur les réseaux sociaux et elles avaient déjà été franchies auparavant. C'est comme lorsque certains poussent des cris d'orfraies au nom du droit à la liberté d'expression alors qu'ils sont sanctionnés pour avoir contrevenu à la loi en tenant des propos racistes... Malgré ce que certains disent, on est encore dans une démocratie avec des lois et voir des complots partout n'est nullement la preuve d'une intelligence supérieure...
    • Bacta142.
      Oui ben il va réapprendre à communiquer à l'ancienne, ça lui fera pas de mal...
    • tueurnain
      Ce n'est plus de la modération, fermer définitivement la page de celui qui est encore pour quelques jours le président des USA c'est de la censure pure et simple!
    • Bacta142.
      Franchement on l'impression que certains découvrent la modération sur les réseaux sociaux...
    • Might Guy
      Le meilleur moyen d'affaiblir l'influence d'un réseau social, c'est de ne pas y mettre les pieds.
    • tueurnain
      Bravo, contrairement au Ixxxs de dessous, tu a tout compris au problème...Qu'on aime pas Trump et qu'on veuille le faire taire peut se comprendre, mais si des boites privée se permettent de censurer le président des USA, plus personne n'est à l'abris...
    • Bacta142.
      C'est clair qu'on a jamais eu besoin des réseaux sociaux avant, et pourtant certains en sont devenus dépendants pour exister...
    • Bacta142.
      Ca vaut pour tout le monde, et je ne parlais pas de cancel culture.
    • nikos182
      Même Merkel et au sein de la commission européenne (c'est dire) (Thierry breton) on juge problématique qu'un GAFA aient e pouvoir de supprimer le canal de communication du président de la première puissance mondiale. Ceux qui soutiennent twitter se fourvoient totalement, et le temps le montrera bien assez vite
    • nikos182
      Tu parles de la gauche la ? Parce que ce sont eux qui sont a la pointe de la cancel culture
    • Cyber Xander
      C'est surtout que le nouveau gouvernement est anti gafa et va voter des lois en ce sens, twitter et FB leur font de la lèche c'est tout sinon ils n'auraient pas attendu les 10 derniers jours de trump pour bloquer définitivement son compte...
    • NegMarron
      Franchement bravo a Twitter pour ce geste, en 2021 pour se positionner ainsi de manière si radical, il faut une sacrée paire de couilles mais il est important que certains comprennent que sous couvert anonymat, ils ne peuvent pas dire tout haut ce qu'ils pense tout bas en face du groupe de personnes qu'ils attaquent.
    • Chez Matuschek et Cie
      La fameuse toute puissance des réseaux sociaux... Se souviens-t-on encore des sans-culottes inondant instagram de selfie devant les tuileries en 1792, les ouvriers en live youtube devant les barricades du faubourg Saint-Antoine en 1848, les bolcheviks twittant avant de subjuguer le palais d'hiver en 1917...
    Voir les commentaires
    Back to Top