Notez des films
Mon AlloCiné
    A la dérive sur C8 : l'histoire vraie qui a inspiré ce film avec Shailene Woodley
    Par Laëtitia Forhan — 2 mars 2021 à 18:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Le drame de Baltasar Kormákur, A la dérive est diffusé ce soir sur C8. Retour sur l'incroyable histoire vraie qui a inspiré le film porté par Shailene Woodley et Sam Claflin.

    Trois ans après Everest, le réalisateur islandais Baltasar Kormákur revient avec A la dérive, un autre drame inspiré d'une histoire vraie. Le long-métrage porté par Shailene Woodley et Sam Claflin suit Tami Oldham et Richard Sharp, un jeune couple chargé de convoyer un bateau à travers le Pacifique. Très vite, ils se retrouvent pris au piège dans un terrible ouragan. Après le passage dévastateur de la tempête, Tami se réveille et découvre leur bateau complètement détruit et Richard gravement blessé. À la dérive, sans espoir d’être secouru, Tami ne pourra compter que sur elle-même pour survivre et sauver celui qu’elle aime.

    À la dérive
    À la dérive
    Sortie le 4 juillet 2018 | 1h 38min
    De Baltasar Kormákur
    Avec Shailene Woodley, Sam Claflin, Jeffrey Thomas, Elizabeth Hawthorne, Grace Palmer
    Presse
    2,8
    Spectateurs
    3,7
    louer ou acheter

     

    Sorti en 2018, ce film d'aventure dramatique est inspiré de l'histoire vraie de Tami Oldham Ashcraft et de son roman (co-écrit avec l'autrice Susea McGearhart) Red Sky in Mourning: A True Story of Love, Loss and Survival at Sea, un titre qui fait référence au dicton bien connu des marins : "Ciel rouge le soir laisse bon espoir. Ciel rouge le matin, pluie en chemin". (Sorti en France sous le titre "A la dérive, Seule dans le Pacifique").

    Un voyage qui tourne au cauchemar

    Tout commence en octobre 1983 à Tahiti. Tami Oldham, alors âgée de 23 ans, et son petit ami Richard Sharp, 34 ans, décident de convoyer un voilier de 13 mètres de Tahiti vers San Diego en Californie. Habitué à naviguer, le couple de skippers passe 3 semaines idylliques. Mais le voyage tourne au cauchemar quand il est confronté à l'ouragan Raymond. Le voilier se retrouve dans l'oeil du cyclone et doit affronter une mer déchaînée. Richard envoie alors Tami dans la cabine tandis qu'il tente de tenir la barre attachée par un harnais de sécurité.

    Metropolitan FilmExport

    Tombée dans les pommes, la jeune femme se réveille plus de 24 heures après et découvre la cabine inondée, des débris flottant tout autour d'elle. Blessée et souffrant d'un traumatisme crânien, elle parvient à s'extirper de l'intérieur du bateau et découvre que Richard a disparu. Les mâts sont cassés, les voiles déchirées, le moteur et le système de navigation détruits. Après avoir pompé l'eau de la cabine et reconstruit un mât et une voile de fortune, la survivante se dirige à l'aide d'un simple sextant. Après 41 jours de navigation, Tami parvient à retrouver la terre ferme.

    ATTENTION LE RESTE DE CET ARTICLE CONTIENT DES SPOILERS SI VOUS N'AVEZ PAS ENCORE VU LE FILM

    Metropolitan FilmExport


    Si dans le film, la jeune femme parvient à retrouver Richard et s'occupe de lui durant le reste de son périple, trouvant ainsi une raison de continuer et de s'accrocher, dans la réalité il en est tout autrement. On découvre en effet, à la fin du long-métrage, que Tami n'a malheureusement pas retrouvé son fiancé et qu'elle a vécu cette traversée seule. Interrogée par Closer pour un article consacré à son histoire, Tami Oldham explique : "La survie a pris le pas sur le chagrin. Bien que cela paraisse totalement irrationnel, j'entendais la voix de Richard m'encourager et me donner des conseils. Dans les moments les plus sombres, je ne me suis jamais sentie seule. J'espérais suivre les bons courants marins pour rejoindre l'île de Hilo à 1 500 km." Elle ajoute "C'est une fois à terre que la peine m'a terrassée." L'instinct de survie a pris le pas sur la douleur et lui a permis de continuer.

    Durant les six années suivantes, Tami subit les séquelles de son traumatisme crânien. En 1993, dix ans après les événements, elle commence l'écriture de son roman aux côtés de l'autrice Susea McGearhart, qui sera publié en 2002.

    Chris Delmas / Bestimage
    Shailene Woodley & Tami Oldham Ashcraft à la première de A la dérive en mai 2018 à Los Angeles.


    Les scénaristes Aaron et Jordan Kandell - tous deux passionnés par l'Océan - découvrent le livre de Tami Oldham Ashcraft alors qu'ils étaient en train d'écrire une histoire fictive de survie en mer. Ces derniers décident alors de l'adapter. Jordan Kandell explique : "L’histoire était tellement intense et émouvante que nous avons immédiatement su que nous devions la raconter. Ce qu’elle a vécu surpasse de loin tout ce qui pourrait sortir de notre imagination. Nous l’avons donc contactée dès le lendemain afin d’en apprendre davantage sur elle et de lui proposer de collaborer avec nous."

    Les deux frères se rendent donc chez Tami dans les îles San Juan. Cette dernière partage avec eux ses souvenirs, ses journaux et ses photos d’époque, leur permettant ainsi de mieux comprendre son histoire d’amour avec Richard et l’expérience traumatisante qu’elle a vécue.

    Notre rencontre avec l'équipe d'A la dérive

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • The Impossible sur W9 : l'histoire vraie de ce film sur le tsunami de 2004
    • Bande-annonce Désigné coupable : Tahar Rahim enfermé à Guantanamo dans ce drame tiré d'une histoire vraie
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top