Mon compte
    Zodiac : un polytechnicien français aurait enfin trouvé l'identité du tueur
    19 sept. 2021 à 20:00
    Olivier Pallaruelo
    Olivier Pallaruelo
    -Journaliste cinéma / Responsable éditorial Jeux vidéo
    Biberonné par la VHS et les films de genres, Olivier Pallaruelo délaisse volontiers la fiction pour se plonger dans le réel avec les documentaires et les sujets d'actualité. Amoureux transi du support physique, il passe aussi beaucoup de temps devant les jeux vidéo depuis sa plus tendre enfance.

    Un polytechnicien français aurait réussi à percer les deux derniers codes réputés indéchiffrables du tueur du Zodiac, trouvant ainsi son identité. Un suspect déjà connu par le FBI, et décédé en 2010...

    Brève séquence flashback. En décembre 2020, on apprenait que trois détectives amateurs étaient enfin parvenu à décrypter, 50 ans après, une lettre postée en 1969 par le mystérieux tueur du Zodiac, qui fit l'objet d'un brillant film mis en scène par David Fincher.

    Revoici d'ailleurs la bande-annonce de ce formidable film de Fincher...

    Zodiac Bande-annonce VO

     

    Le tueur, dont personne n'a jamais réussi à établir l'identité, et qui revendiquait 37 meurtres commis en Californie entre la fin des années 60 et le début des années 70, est notamment resté tristement célèbre pour ses messages indéchiffrables.

    Elaboré grâce à une technique particulièrement complexe et composée de 340 caractères différents (à déchiffrer en utilisant un sens de lecture très précis), le texte de cette lettre, baptisé Z 340, ne dévoilait toujours pas l'identité du tueur comme pouvaient l'espérer les enquêteurs, mais se contentait de provoquer ses lecteurs : "'J'espère que vous vous amusez beaucoup à essayer de m'attraper. Ce n'était pas moi dans l'émission de télé. (...) Je n'ai pas peur de la chambre à gaz parce qu'elle m'enverra plus vite au paradis, parce que j'ai maintenant assez d'esclaves pour travailler pour moi". Les esclaves étant en l'occurence les victimes de ce tueur en série... Le FBI, qui a rouvert l'enquête au début des années 2000, n'avait pas souhaité commenter cette découverte.

    Cryptogrammes Z 32 et Z 13

    C'est là qu'entrent en jeu les découvertes faites par un polytechnicien français du nom de Fayçal Ziraoui, objet d'un long et passionnant article paru sur le site du magazine Le Point le 17 février dernier. En déchiffrant les deux derniers cryptogrammes envoyés par le tueur, le détective amateur assure avoir démasqué le tueur en série.

    Fréquentant les sites spécialisés en cryptographie, il découvre que sur les quatre cryptogrammes expédiés par le tueur, deux attendent encore d'être déchiffrés : le Z 32 et le Z 13, que certains spécialistes considèrent comme "indéchiffrables" en raison de leur faible nombre de caractères.  "Il m'a fallu quinze jours pour décoder les deux derniers cryptogrammes du Zodiac. Je crois que c'est bon" précise l'intéressé au magazine.

    Après des calculs à base de trigonométrie, de probabilités, avec le renfort de la sémiologie et de champs géomagnétiques, il perce le premier cryptogramme, le Z 32. Il s'agit d'un code daté de juin 1970, joint à une lettre dans laquelle le tueur menaçait de faire sauter un bus scolaire à la rentrée suivante. Une carte routière renfermant plusieurs indices topographiques l'accompagnait. "J'ai vite compris que les quatre cryptogrammes se répondaient et que le décodage du Z 340, récemment accompli, me serait nécessaire pour aboutir sur le Z 32. En fait, les cryptogrammes sont impossibles à résoudre indépendamment les uns des autres" explique-t-il. "Pour venir à bout des deux derniers cryptogrammes, j'ai dû faire appel à des mécanismes de résolution non conventionnels et découper un code en 2, sachant que le Z 32 n'utilisait cette fois que 10 chiffres pour 20 lettres converties".

    Dans le Z 32, Fayçal Ziraoui découve que le tueur du zodiac projetait de faire sauter une école proche du lac Tahoe, situé entre la Californie et le Nevada, le jour férié du Labour Day en 1970. "Il se trouve que le suspect, dont je vais découvrir le nom dans l'autre code (Z 13), habitait tout près de l'établissement visé" dit-il. Il parvient ainsi à identifier un nom : un certain Lawrence Kayr. Si le "r" du nom de famille semble être une erreur, ou bien une ultime manoeuvre du tueur pour brouiller les pistes, ce nom correspond bien à un suspect identifié par le FBI, et décédé en 2010.

    Fayçal Ziraoui s'est empressé d'envoyer ses découvertes à la Police de San Francisco, qui en a accusé réception, ainsi qu'au FBI. "J'aimerais bien que le FBI suive cette trace, car elle est prometteuse" dit-il au journaliste. Mais il y a fort à parier que, tout comme le décryptage du code Z 340, le FBI ne commente pas publiquement cette fantastique découverte.

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • chips493
      Hmmm... Pour moi, out implique de sortir de sa zone de confort, de rechercher pas forcément loin mais dans une zone difficile.
    • Dmitrram
      The truth is out there porte plutôt le sens de la vérité est là, quelque part. La vérité est ailleurs, c'est plus marquant, plus efficace comme phrase d'accroche, mais développe presque le sens inverse.
    • chips493
      En quoi un contre-sens?
    • meiyo
      J'allais oublier : c'est du réchauffé !
    • meiyo
      L'arrogance, que veux-tu ...
    • Blasi B
      oui oui c'était d'ailleur la particularité du zodiac, les messages caché...mais de la a donner carrément son nom et prénom...
    • meiyo
      Le fameux second tireur ...
    • meiyo
      Je ne suis pas criminologue mais certains tueurs en série laissent des messages aux autorités, soit pour les défier, c'est alors une affaire d'ego, ou bien pour laisser des indices qui permettront de les arrêter, parce que c'est ce qu'ils veulent, voire inconsciemment.
    • meiyo
      Je ne connais pas ce livre, mais il y a cinq ans maximum, quelqu'un avait assuré avoir découvert l'identité du tueur avec un échantillon d'ADN. Sauf que ledit échantillon n'a pas vraiment été conservé dans les règles de l'art.
    • meiyo
      Non effectivement, ça fait plus de trente ans que la police compte sur une providentielle analyse ADN.
    • bassmann
      C'est pas un mage le gars. Y'a pas de cryptogrammes pour cette affaire
    • Dmitrram
      Oui.
    • Awshit
      qu'il s'attelle au petit gregory maintenant, la police n'y arrivera jamais
    • Môsieur Cinéphage
      Tout comme Sophie Herfort aurait découvert la véritable identité de Jack l'Eventreur. Je vous conseille son livre sur son enquête : Jack L'Éventreur démasqué.
    • chips493
      En référence à The truth is out there de X-files ?
    • Exar Kun
      Ah bon, son identité n'est désormais plus un mystère ?
    • Blasi B
      j'ai un peu du mal a comprendre cette news... le zodiac a signer un de ses messages? j'ai du mal à croire qu'il ai laisser son nom et prénom dans une lettres adresser aux autorités... ou alors en kiffe malsain, le plaisir du serial killer de crier son nom a la face du monde sans que ce dernier ne le saisisse? Puis même l'attentat à la bombe... je suis pas expert en zodiac, mais ça ne m'a pas l'air d'être son modus operandi... mais mes connaissances sur le sujet ce borne au film de fincher...bref, j'aimerais beaucoup lire ce qu'il dis dans cette lettres...autre excellent film dans le même genre, memories of murder , sur un vrai serial killer coréen. (je le préfère d'ailleurs au film de fincher, mais ça c'est mes gouts perso, je dis pas qu'il est forcément meilleur)
    • Good guy
      Memories of murders de bong Joon Ho ce concentrait sur un tueur en série. On a découvert son identité 30 ans plus tard alors...
    • spielbergismygod
      Le plus beau film de Fincher, m'est d'avis. L'étrange histoire de Benjamin Button et The Social Network le suivent de près.
    • Hareng rouge
      ah
    Voir les commentaires
    Back to Top