Notez des films
Mon AlloCiné
    Palmer sur Apple TV+ : "Je n’ai pas du tout pensé à Justin Timberlake au début" confesse le réalisateur du film
    Par Propos recueillis par Emmanuel Itier à Los Angeles — 22 févr. 2021 à 12:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Nous sommes allés à la rencontre du réalisateur Fisher Steven qui signe avec "Palmer" (disponible sur Apple TV) un film poignant sur la rencontre entre un enfant pas comme les autres et un ancien détenu incarné par Justin Timberlanke.

    AlloCiné : Comment est venue l'idée du film ?

    Fisher Stevens (réalisateur) : A l'origine je pensais réaliser un nouveau documentaire. Mais comme j’en ai fait pas mal récemment, je voulais passer à autre chose. J'avais envie de trouver un sujet de fiction ancré dans le réel, presque comme un drame documentaire. J’avais lu ce script il y a 3 ou 4 ans, Palmer. Il m’a d’autant plus touché que j’ai un neveu qui, à l’âge de sept ans, était comme Sam, à porter des robes et à jouer avec des poupées. Il se mettait même du maquillage de temps en temps. Je n’ai jamais vu un petit garçon décrit de cette manière au cinéma. J’adore mon neveu Max, à qui je voulais rendre hommage en réalisant ce très beau film plein d’amour et d’humanité.

    Au moment où j’ai lu le script de Palmer, Donald Trump venait juste de gagner l’élection américaine. J’étais sous le choc car je ne reconnaissais plus mon pays qui avait élu ce type qui n’était qu’une star de la télé-réalité et un escroc. L’histoire de Palmer se déroule dans le sud de l'Amérique qui a voté massivement pour Trump. J’avais un ami qui venait de sortir de prison et qui me rappelait le personnage de Palmer. Ce sont toutes ces coïncidences qui ont aiguisé ma curiosité et ma fascination pour réaliser ce film. Ce ne fut pas facile de trouver le financement pour ce film hors du commun. J’ai dû me battre pendant plus de trois ans pour arriver à trouver le budget..

    Palmer
    Palmer
    Sortie le 29 janvier 2021 | 1h 50min
    De Fisher Stevens
    Avec Justin Timberlake, Juno Temple, June Squibb, Dean Winters, Alisha Wainwright
    Streaming


    Pourquoi le choix de Justin Timberlake et comment avez-vous trouvé le petit Sam, joué par Ryder Allen ?

    Fisher Stevens : Ce qui est marrant c’est que je n’ai pas du tout pensé à Justin Timberlake au début. En fait, nous étions même sur le point de faire le film avec un acteur différent quand le financement est tombé à l’eau ! Je suis même reparti faire un autre documentaire avec Leonardo DiCaprio comme producteur. C’est son manager, qui représente aussi Justin, qui m’a conseillé de le rencontrer et de lui offrir le rôle. Elle était convaincu que Justin aimerait le script, d'autant qu'il est lui-même originaire du sud des Etats-Unis.

    Je l’avais adoré dans The Social Network et j’étais donc partant pour le rencontrer. Au final, j’ai dû attendre huit mois pour qu’il se libère car il était en pleine tournée musicale. Mais cela a valu le coup car il est formidable dans Palmer. Quant à Ryder nous l’avons sélectionné avec Justin en faisant faire un casting à plusieurs centaines de petits garçons. Quand Ryder a passé l’audition avec Justin ce fut tout de suite clair qu’il était le Sam parfait et qu’il avait une complicité parfaite avec lui. Malgré ses sept ans, il a fait preuve d’une grande maturité, ce qui est incroyable car il s'agissait de son premier film !

    Quels sont selon vous les principaux thèmes du film ?

    Fisher Stevens : Pour moi c’est un film sur le concept de la seconde chance et c’est aussi un film sur l’acceptance des différences. Pour Palmer c’est de reconnaitre et d’accepter que ce petit garçon est différent et que cette différence va le changer, le transformer en un individu plein de compassion et d’amour. C’est vraiment un film sur les connections, les relations humaines. C’est un film qui montre que des personnes venant d’horizons totalement différents, voir opposés, peuvent finir par se comprendre, s’accepter, s’aimer. Quelque part Palmer et Sam se sauvent l’un et l’autre : Palmer sauve ce petit garçon de l’orphelinat ou de l’adoption et Sam donne à Palmer un sens à sa vie.

    Je crois qu’en ces temps de divisions, que ce soit aux Etats-Unis ou ailleurs, un film qui montre que l’on peut vivre ensemble malgré nos différences est le bienvenu. C’est un beau message d’espoir en ces temps compliqués. J’aime les gens et la nature humaine.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top