Notez des films
Mon AlloCiné
    WandaVision sur Disney+ : pourquoi la série est une réussite
    Par Mégane Choquet — 6 mars 2021 à 11:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Première série des studios Marvel sur Disney+, WandaVision a créé la surprise auprès du public et a gagné en popularité chaque semaine. Retour sur le succès de la série WandaVision, un pari artistique et divertissant réussi pour Marvel et Disney.

    Attention, spoilers. Il est conseillé d'avoir vu la série WandaVision avant de poursuivre la lecture de cet article.

    Première pierre à l’édifice de la Phase IV du Marvel Cinematic UniverseWandaVision a surpris les fans de la franchise cinématographique de super-héros issus des comics Marvel qui passionne les foules depuis Iron Man. Alors que la première série à être proposée sur Disney+ devait être Falcon et le Soldat de l’Hiver, c’est finalement WandaVision qui mène la barque de cette nouvelle ère pour le MCU en raison de la pandémie qui a repoussé la sortie du show réunissant Falcon et Bucky. Un mal pour un bien puisque cette première mouture des séries des studios Marvel sur Disney+ brille par son ambition, sa créativité et sa puissance émotionnelle. Alors les studios Marvel ont-ils réussi leur pari ?

    WandaVision
    WandaVision
    Sortie le 15 janvier 2021 | 35min
    Série : WandaVision
    Avec Elizabeth Olsen, Paul Bettany, Kathryn Hahn, Teyonah Parris, Baylen Bielitz
    Presse
    3,7
    Spectateurs
    3,9
    Voir sur Disney+

    Précédemment dans…

    Introduits dans Avengers : l’ère d’Ultron, Wanda Maximoff (Elizabeth Olsen) et Vision (Paul Bettany) sont deux personnages plutôt secondaires dans l'entièreté du MCU. Moins exposés que leurs comparses des Avengers, ces deux super-héros n’en sont pas moins aimés des fans de la franchise pour leurs personnalités, leurs histoires, leurs pouvoirs mais aussi la relation unique qui les unit. Dans la série WandaVision, située peu de temps après Avengers: Endgame, Wanda a modifié la réalité dans la ville de Westview dans le New Jersey et a créé une vie de couple parfaite pour elle et une version éphémère de Vision afin de combler le manque de son âme soeur tuée par Thanos.

    Animée par son chagrin et sa passion pour les sitcoms américaines depuis son enfance meurtrie, Wanda tente de vivre une existence normale avec Vision en traversant les décennies et les différents genres de sitcoms via ses pouvoirs décuplés. Grâce à WandaVision, qui fait le relais avec Captain Marvel 2 et Doctor Strange in the Multiverse of Madness, les studios Marvel peuvent creuser et approfondir le personnage de Wanda et lui offrir l’exposition qu’elle mérite en racontant son "origin story" qui l’amène à devenir Scarlet Witch, nom que la puissante héroïne porte dans les comics et que le MCU peut enfin utiliser depuis le rachat de la Fox par Disney.

    Capture d'écran / Disney+

    L’épisode final de WandaVision introduit donc l’histoire de Scarlet Witch, l’étendue de ses pouvoirs provenant de la Magie du Chaos et de la Pierre de l’Esprit mais aussi la légende qui l’entoure, décrite dans le Darkhold, le sombre livre des damnés tout droit venu des enfers. On se pose également la question d’une nouvelle origin story de Vision puisqu’avant de disparaître, le Vision du "Hex" a transmis sa mémoire et ses données au White Vision, créé par Taylor Hayward et le S.W.O.R.D. Il est possible que ce nouveau Vision, désormais plus "humain" et évaporé dans la nature, retrouve Wanda plus tard. De son côté, Scarlet Witch en apprend plus sur ses pouvoirs dans une montagne et se projette en tant que Sorcière Suprême, comme un certain Doctor Strange.

    On passe à la couleur

    Véritable ovni, WandaVision détone avec les films du MCU aussi bien sur le fond que sur la forme. Si la série reste fidèle à l’esprit Marvel en connectant certains points avec les événements déjà passés dans la franchise cinématographique, les équipes de WandaVision,- de la production représentée par Kevin Feige à la réalisation de Matt Shakman en passant par l’écriture avec la showrunneuse Jac Schaeffer -, ont réussi à offrir une expérience méta sur un sujet universel qu’est le deuil tout en respectant les codes de la télévision. Avec neuf épisodes parfaitement orchestrés et pensés avec finesse et précision, WandaVision offre une expérience télévisuelle inédite avec un ton singulier et une mise en scène ambitieuse.

    Capture d'écran / Disney+

    Des décors et costumes aux musiques, inspirés des plus grandes sitcoms américaines, en passant par le jeu exceptionnel des acteurs, WandaVision souffle un vent de fraîcheur et de créativité bienvenu dans une franchise très populaire qui avait bien besoin de ce renouveau. Si la forme, très soignée, en met plein la vue aux spectateurs, tant dans l'esprit sitcom que dans les séquences d'action à la Marvel, c’est le fond qui finit totalement de capter le public comme Matt Shakman nous l’a rappelé en interview en table ronde : "C'était un travail compliqué, il fallait avoir le souci du détail pour que toutes les pièces du puzzle s'assemblent parfaitement. Mais en soi, l'histoire est simple, belle et puissante, c’est une personne qui a perdu beaucoup d'êtres chers, ses parents, son frère, l'amour de sa vie. La série vient recoller tous les morceaux".

    WandaVision sur Disney+ : la série "a une vraie résonance avec ce qu'on vit en ce moment" selon le réalisateur

    La force de WandaVision réside dans son intrigue puissante émotionnellement à laquelle les spectateurs ont pu s’identifier, surtout en cette période compliquée : "Je pense qu'une série sur une femme qui a créé une réalité pour échapper à un traumatisme et au deuil a une vraie résonance avec ce que le monde vit en ce moment. Évidemment, on ne pouvait pas l'anticiper lorsque nous étions en train de travailler sur la série mais je pense que ça explique aussi son succès. On trouve refuge dans ce divertissement de la même manière que Wanda trouve refuge dans sa réalité fictive". La série nous a offert des séquences fortes, comme la discussion entre Wanda et Vision au quartier général des Avengers avec cette phrase déchirante du synthézoide : "Qu'est-ce que le deuil sinon de l'amour refusant de s'éteindre ?" (What is grief, if not love persevering ?, en VO).

    Ne zappez pas

    Alors que le monde subit une pandémie globale et des restrictions de liberté, WandaVision s'est apparentée à un sanctuaire cathartique pour un public large, des fans de Marvel aux néophytes. La série est rapidement devenue le programme le plus populaire du moment en rassemblant le monde entier alors que nous sommes tous séparés. En trending topic chaque semaine sur Twitter, WandaVision a permis de susciter une large conversation sur les réseaux sociaux que ce soit pour débattre de la série ou pour faire part de ses sentiments face à ce show si particulier, démarrant avec une phase d'exposition très intrigante et déroutante et terminant avec un final spectaculaire et épique. On se réjouit de savoir que les studios Marvel ont pris à coeur leurs oeuvres sérielles prévues sur Disney+ en ne les considérant pas comme de banals projets en attendant les prochains films au cinéma.

    Capture d'écran / Disney+

    WandaVision doit également une partie de sa popularité à sa diffusion hebdomadaire sur Disney+, un modèle que Kevin Feige a expliqué être inspiré par The Mandalorian lors de la conférence de presse de la série : "Nous voulons faire comprendre aux gens que ces projets sur Disney+ sont aussi importants que ceux qui sortiront en salles […]. Et l’équipe marketing de Disney a montré de façon spectaculaire avec The Mandalorian qu’on peut susciter la discussion chaque semaine avec un divertissement". Contrairement aux autres plateformes, qui mettent en ligne toute une saison d’un coup, Disney a fait le choix avec ses originals de revenir à une diffusion télévisuelle plus classique et c’est un pari gagnant pour la firme puisque les épisodes de WandaVision, comme The Mandalorian, étaient attendus chaque semaine avec impatience.

    Entre les épisodes, les fans se retrouvaient sur les forums, Twitter, Youtube, Facebook mais également TikTok, pour discuter de l’intrigue, lancer des théories aussi pertinentes que folles mais aussi user de leurs propres imaginations pour créer des memes, des cosplays, des montages et des fan arts. Car WandaVision a su créer l’attente et l’envie en distillant des indices et des références aux comics et à la pop culture pour semer le doute sur leurs intentions et détourner l’attention des fans qui ont alimenté de nombreuses hypothèses sur la série. Grâce à cette stratégie, maline et efficace, les spectateurs étaient au rendez-vous chaque semaine pour être surpris ou pour vérifier que leurs théories allaient se réaliser, même si elles tombaient souvent à l’eau.

    Le grand final

    Après une montée en puissance d’épisode en épisode, WandaVision se termine avec un final grandiose qui clôt l’intense et mélancolique illusion de Wanda, qui s’affranchit enfin de sa peine et comprend qu’elle doit quitter son cocon, son mari et ses enfants, créés de toutes pièces pour affronter ses traumatismes du passé et son deuil. Devenue Scarlet Witch, la puissante sorcière se débarrasse d’Agatha Harkness (Kathryn Hahn) et part se ressourcer seule afin de maîtriser ses nouveaux pouvoirs et peut-être tenter le diable dans ses expériences. En basculant dans une ambiance plus héroïque, WandaVision quitte définitivement son côté méta et sa mise en scène sitcomesque pour renour avec un style plus conventionnel, ce qui n'empêche pas cette série de genre d'être une véritable lettre d’amour à la télévision.

    Capture d'écran / Disney+

    WandaVision était un pari risqué pour les fans habitués aux blockbusters bien huilés et nourris à l’action mais la carte blanche accordée aux équipes a payé. Le réalisateur Matt Shakman s’est réjoui de cette liberté créative jusqu’à la durée des épisodes qui ont mené à l’avènement de Scarlet Witch : "La durée de chaque épisode dépend vraiment de ce qu'on avait besoin d'y raconter. Les premiers épisodes dans un style purement sitcom ont une durée semblable à celle des sitcoms qu'on honore, comme le Dick Van Dyke show ou Ma sorcière bien-aimée. Ce n'est qu'à partir du moment où on arrive à des épisodes plus hybrides entre l'univers de la sitcom et l'univers Marvel qu'ils durent un peu plus longtemps. C'est vraiment l'histoire qui a pris le pas sur la durée des épisodes".

    Si WandaVision n’a pas totalement révolutionné le MCU alors qu’on attendait par exemple beaucoup de l'émergence du Multivers ou de l’apparition d’Evan Peters (Quicksilver dans la franchise X-Men), qui s’est révélée n’être qu’un leurre, elle a offert une expérience télévisuelle sans pareille qui annonce un futur prometteur et radieux pour la suite du MCU. Il y aura forcément des déçus car la série ne répond pas à toutes nos envies, toutes nos théories et toutes nos interrogations mais elle nous aura fait vibrer et nous aura rassembler pendant plusieurs semaines. Avec une ambition créative forte, un respect nécessaire de l’univers Marvel, une intrigue poétique et universelle et une écriture brillante et cohérente avec la personnalité du personnage, WandaVision est une totale réussite pour les studios Marvel. En espérant que les prochaines séries des studios Marvel pour Disney+, comme Falcon et le Soldat de l’Hiver et Loki, soient à la hauteur de la belle route qu'a tracé WandaVision.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top