Mon compte
    Ça veut dire quoi : scream queen, slasher, boogeyman... ? Toutes les définitions dans notre lexique du fantastique !
    Par La Rédaction — 25 oct. 2021 à 17:00

    Slasher, boogeyman, scream queen... S'il est un cinéma qui possède son propre langage, c'est bien le cinéma fantastico-horrifique. Petit lexique pour y voir plus clair.

    New Line Cinema

    Qu'est-ce qu'un sequel ? Un prequel ? Un spin-off ? Un slasher ? Pour les plus avertis et autres aficionados, la réponse semble relever de l'évidence. Voire, la question ne se pose finalement même pas. Mais pour les non initiés, il n'est pas inutile de faire un petit inventaire façon lexique !

    Le "sequel", késako ?

    Sequel est un mot anglais signifiant "suite". Logique, donc, qu'il soit utilisé pour désigner la suite d'un long-métrage. Le cinéma fantastique ayant de la suite dans les idées, le sequel est donc l'un des termes les plus employés du genre. A noter que le mot sequel a surtout été utilisé dans le langage du cinéma fantastique dès lors que le terme prequel (voir par ailleurs) a, lui, été employé pour évoquer un film mettant en scène une action chronologique antérieure. Bien entendu, un sequel n'est pas uniquement le second volet d'une saga, mais peut être un numéro 3 ou un numéro 4, et donc la suite du film précédent...

    Exemples concrets

    Les exemples de sequels dans le cinéma fantastique sont particulièrement nombreux. Nous citerons, parmi tant d'autres, X-Men 2, Superman III, Batman, le défiSaw 5 ou encore Gremlins 2, la nouvelle génération. A noter un cas particulièrement étrange : The Descent 2, qu'on peut qualifier d'une suite... de la version américaine de The Descent, dans laquelle l'héroïne parvenait à survivre. Le public européen verra cette suite, et le retour de l'actrice, avec un regard amusé, puisque l'héroïne trépassait dans la version du Vieux Continent.

    En images...

    Terminator 2, fabuleuse suite d'un premier volet signé James Cameron...

    T2: Judgment Day 3D Bande-annonce VO

     

    Un prequel, késako ?

    Un prequel est un film réalisé après un film donné, mais dont l'action se déroule chronologiquement avant celle de celui-ci. Le prequel, dans le cinéma fantastique, a souvent la vocation de revenir sur les origines d'un personnage, d'un mythe. Ce terme est utilisé en opposition au mot sequel, qui a d'ailleurs été de plus en plus employé dès lors que les prequels ont fait surface dans le cinéma fantastique.

    Exemples concrets

    Underworld 3 : le soulèvement des Lycans, prequel d'Underworld ; Massacre à la tronçonneuse : le commencement, prequel de Massacre à la tronçonneuse ; ou Dragon Rouge, prequel du Silence des agneaux... A noter également l'existence (attention, c'est déjà plus technique !) de ce que nous pourrons qualifier de prélogie, soit une trilogie dont l'action est chronologiquement antérieure à celle d'une trilogie initiale. Un bon exemple est la trilogie Star Wars : Episode I - La Menace fantômeStar Wars : Episode II - L'Attaque des clones /Star Wars : Episode III - La Revanche des Sith, première trilogie de la saga Star Wars (sur trois trilogies, donc neuf films au total), réalisée après la trilogie initiale composée des épisodes 4,5 et 6, mais dont l'action est donc chronologiquement antérieure. C'est clair ? ;-) Enfin, dernière subtilité avec le direct-to-video Le Roi Scorpion - Guerrier de légende, prequel du Roi Scorpion qui était déjà un spin-off/prequel. (Oui, ça devient compliqué, là !)

    En images

    La bande-annonce d'Underworld 3 : le soulèvement des Lycans, prequel d'Underworld...

     

    Un remake, késako ?

    Terme particulièrement employé dans le cinéma fantastique, mais qui ne se cantonne absolument pas à ce genre, un remake désigne, c'est sa définition générale, un film adapté à partir d'un film donné déjà existant (et qui pourra être plus ou moins fidèle à son modèle) "qu'on a envie de faire découvrir à la nouvelle génération de spectateurs". Dans sa définition plus officieuse, c'est un film réalisé... quand un studio n'a plus d'idées !

    Exemples concrets

    Dans le cinéma fantastique, on ne compte plus les remakes. Citons notamment La Planète des singes, remake de La Planète des singesThe Eye, remake de The Eye ; Terreur sur la ligne, remake de Terreur sur la ligne ; King Kong, remake de King Kong ; L'Armée des morts, remake de Zombie ; ou encore La Colline a des yeux, remake de La Colline a des yeux.

    Ah oui, pour que tout le monde s'y retrouve, un remake reprend souvent le titre exact du film d'origine ! Enfin, on notera l'existence d'un cas plus pointu, "la suite du remake", tel le Halloween 2 de Rob Zombie, qui n'a rien à voir avec le Halloween 2 d'origine.

    En images...

    La bande-annonce de La Colline a des yeux, remake de... ben, de La Colline a des yeux !

     

    Un reboot, késako ?

    Rien à voir avec les chaussures utilisées pour marcher dans la neige, reboot est un terme assez jeune qu'on pourrait traduire, pour son emploi cinématographique, par "dépoussiérage", "renouveau" ou "nouveau départ"... Il est employé pour définir un film indépendant des longs-métrages d'une saga, mais dont la vocation est de donner une nouvelle vie au héros de ladite saga.

    Exemples concrets

    Batman Begins est un reboot de la saga Batman des années 80/90. Le Vendredi 13 de Marcus Nispel peut être considéré comme un reboot de la saga Vendredi 13.

    En images...

    La bande-annonce de Vendredi 13, reboot de la saga Vendredi 13 :

     

    Un crossover, késako ?

    Un film crossover, dans le cinéma fantastique, est un film qui fait se rencontrer deux univers différents, le plus souvent deux héros issus de deux sagas bien distinctes.

    Exemples concrets

    Le meilleur exemple d'un film crossover est Alien vs. Predator, fusion des sagas Alien et Predator. Mais comment ne pas retenir également Freddy contre Jason, rencontre au sommet de deux poids lourds de l'horreur, Freddy Krueger et Jason Voohrees. Un exemple de crossover ultime ? La Ligue des Gentlemen Extraordinaires, qui réunit Allan Quatermain, Tom Sawyer, le Docteur Jekyll et Mister Hyde, le Capitaine Némo et l'Homme invisible ! Le crossover ultime manqué ? Le projet Batman vs. Superman.

    En images...

    La bande-annonce d'Alien vs. Predator, crossover des sagas Alien et Predator :

     

    Un spin-Off, késako ?

    Un spin-off est un film créé à partir d'un film déjà existant, qui reprend une ou plusieurs de ses figures clés.

    Exemples concrets

    Elektra est un spin-off de Daredevil, basé sur le personnage joué par Jennifer Garner dans ce dernier film. Le Roi Scorpion est un spin-off / prequel du Retour de la momie, centré sur les origines du personnage campé par The Rock. X-Men Origins: Wolverine, spin-off de la saga X-Men, s'intéresse quant à lui au passé d'un des personnages centraux de la franchise, celui joué par Hugh Jackman.

    En images...

    La bande-annonce de X-Men Origins: Wolverine, spin-off de la saga X-Men..

    Les screaming queens, késako ?

    Si vous vous retrouvez devant un tueur en série démoniaque, vous... criez ! Les screaming queens sont les actrices qui ont tellement hurlé leur terreur à l'écran que leur nom est à jamais lié au genre horrifique et affublé de cette drôle d'appellation. Bizarrement, on évoque peu de screaming kings !

    Exemples concrets

    Jennifer Love Hewitt dans Souviens-toi... l'été dernierDrew Barrymore dans Scream, ou Janet Leigh dans Psychose sont de célèbres screaming queens. Sans oublier bien entendu LA scream queen : Fay Wray dans King Kong, en 1933.

    En images...

    La bande-annonce de Souviens-toi... l'été dernier, avec Jennifer Love Hewitt qui crie très fort :

     

    Un slasher, késako ?

    Un slasher est un film qui met en scène les meurtres d'un tueur psychopathe zigouillant un à un tous les personnages de l'histoire. Avec une prédilection particulière pour l'arme blanche, en raison du nom même de slasher, dérivé du verbe "to slash", qui signifie "taillader, lacérer".

    Exemples concrets

    Les sagas Vendredi 13 et Freddy, Souviens-toi... l'été dernierUrban Legend : des slashers où les héros sont beaucoup au départ et puis... plus beaucoup à la fin !

    En images...

    La bande-annonce des Griffes de la nuit, où le terrible Freddy Krueger tue un à un de pauvres adolescents...

     

    Le boogeyman, késako ?

    Le boogeyman est le personnage de légende, increvable, qui fait peur aux petits enfants. Le personnage caché sous votre lit ou dans le placard, qui vous empêchera tout le temps de dormir et qui reviendra, encore et encore... dans les salles obscures !

    Exemples concrets

    Jigsaw dans la saga Saw, Freddy Krueger dans la saga Freddy, Jason Voorhes dans la saga Vendredi 13, la poupée Chucky, le Creepers dans la saga Jeepers Creepers, Michael Myers dans la saga des Halloween... Ils reviennent toujours, et, étrangement, on ne s'en lasse pas !

    En images...

    La bande-annonce de Jeepers Creepers, le chant du diable, avec son effrayant tueur..

     

    Un survival, késako ?

    Un personnage, durant une heure et demi, court (tout le temps), crie (tout le temps), se blesse (bon, vous savez...), manque de mourir dix fois contre de terrifiants ennemis dont l'objectif ultime est de le tuer sauvagement... Bref, il tente de survivre. Pas de doute, vous êtes devant un survival !

    Exemples concrets

    The Descent (en mode monstres souterrains), Détour mortel (en mode rednecks dégénérés), Massacre à la tronçonneuse (en mode famille cinglée), 28 jours plus tard ou Evil Dead (en mode zombies), ils sont nombreux les survival movies à avoir fait cavaler de pauvres innocents !

    En images...

    La bande-annonce de Détour mortel...

    Le torture porn, késako ?

    Dans les années 70-80, il y a bien entendu eu des films mettant en scène une violence extrême, voire sadique, de la nudité, le tout doublé de séquences de tortures particulièrement gratinées. Aux Etats-Unis, on a longtemps davantage parlé du sous-genre splatter film ; soit ces oeuvres qui se concentrent avant tout sur la violence graphique. En 2005, un journaliste critique américain du nom de David Edelstein parla de torture porn pour qualifier le spectale du film Hostel qu'il venait de voir. 

    Exemples concrets

    On pense évidemment à Cannibal Holocaust, qui a également été la matrice du found footage, mais surtout au traumatisant La Dernière maison sur la gauche de Wes Craven, réalisé en 1972. Même si, pour ce dernier, on le range plus volontiers dans le sous-genre du rape & revenge. La saga des Hostel bien entendu, les films de la franchise Saw...

    En images...

    La bande-annonce de Hostel...

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top