Notez des films
Mon AlloCiné
    Pose sur CANAL+ : "Sans cette série, je n’aurais jamais pu me faire entendre comme aujourd'hui"
    Par Thomas Desroches (@ThomDsrs) — 3 mai 2021 à 09:00

    Diffusée dès le 3 mai sur CANAL+ et disponible sur myCANAL, la saison 3 de "Pose" met un terme à l'une des séries les plus importantes de ces dernières années. Le créateur, Steven Canals, et les stars de la série parlent de ce chapitre final.

    Les portes des ballrooms se ferment. Trois ans après son premier épisode, Pose touche à sa fin. La fiction créée par Ryan MurphyBrad Falchuk et Steven Canals entame sa troisième - et donc dernière - saison, composée de 7 épisodes. Toujours aussi engagée, sensible et plus inspirante que jamais, la série fait ses adieux, sans tomber dans le piège de la saison de trop. Ce nouveau chapitre fait un bond dans le temps, en 1994, alors que le sida est la première cause de mortalité chez les Américains âgés de 25 à 44 ans.

    Pose
    Pose
    Sortie le 3 juin 2018 | 52min
    Série : Pose
    Avec MJ Rodriguez, Billy Porter, Dominique Jackson, Dominique Jackson, Billy Porter
    Spectateurs
    4,3
    Voir via MyCanal

    "Depuis le début, Ryan Murphy et moi-même avions une fin bien spécifique en tête, indique le showrunner Steven Canals. L'histoire que nous allons raconter, surtout dans l'épisode final, est exactement celle qui était prévue." La saison 3 est la plus lumineuse de toutes. Elle laisse ses personnages accomplir leurs rêves les plus fous et s’imposer dans une société qui ne cesse de les rejeter.

    Finis les sous-sols fiévreux de New York, il est l’heure pour Blanca et sa bande de poursuivre leur destin au grand jour, à la vue de tous. L’intrigue continue d’aborder des sujets difficiles, comme les addictions et le combat pour soigner les personnes séropositives, mais il y a, au fil des épisodes, une utopie purement assumée. Au milieu des années quatre-vingt dix, la vie des hommes et femmes transgenres n’avait rien d’un conte de fées, mais avec Pose, les scénaristes se donnent le droit de fantasmer. C’est le pouvoir de la fiction : bâtir une autre alternative pour compenser la dure réalité.

    Il ne s'agit pas seulement de l'évolution de mon personnage, mais aussi de la mienne, en tant que femme.

    "Nous permettons enfin à nos héroïnes d’accomplir tout ce qu’elles souhaitaient depuis la première saison. Mais une fois que votre rêve devient réalité, est-ce réellement comme vous l’auriez espéré ?", questionne Steven Canals. Sur Zoom, l'auteur est virtuellement entouré de toutes les stars du programme, réunies à l'occasion d'une conférence de presse à laquelle AlloCiné a eu la chance de participer.

    La distance n'empêche pas l'émotion. Celle-ci se fait sentir et les gorges se nouent lors de certaines prises de parole. La fin de la série ouvre une nouvelle page dans la carrière de celles et ceux qui ont été révélés grâce à leur personnage. C'est le cas de Mj Rodriguez, qui prête ses traits à Blanca, héroïne centrale de l'intrigue :

    "Sans cette série, je n’aurais jamais pu me faire entendre comme aujourd'hui. J'ai beaucoup appris entre la première et la dernière saison. Il ne s'agit pas seulement de l'évolution de mon personnage, mais aussi de la mienne, en tant que femme.

    "Live. Werk. Pose."

    En plus d’entrer dans l’histoire en devenant la première série qui réunit le plus grand nombre de talents transgenres à l’écran, le programme est connu pour son inclusivité à tous les niveaux, notamment du côté des scénaristes et des réalisatrices. Janet Mock et Our Lady J, deux auteures phares de la production, sont elles-mêmes des femmes transgenres.

    "Nous nous reconnaissons dans ces personnages grâce à leur travail, souligne Indya Moore, qui joue Angel dans la série. Elles, et Steven Canals, s'inspirent de leurs vies et de leurs expériences, tellement similaires aux nôtres. Elles reflètent parfaitement le quotidien d'une personne queer ou trans. À aucun moment j'ai eu à douter d'une idée qui me semblait inappropriée."

    CANAL+/FX
    Billy Porter livre une nouvelle performance impressionnante dans la saison 3 de "Pose".

    Spéciale parce qu'elle signe la fin d'une ère, cette saison l'est aussi pour sa production compliquée. Après trois semaines de tournage, la pandémie de Covid-19 oblige toute l'équipe à rester chez soi, comme le reste du monde entier. Pour Billy Porter, le flamboyant Pray Tell, cette époque compliquée le renvoie aux années sida :

    "En tant qu'homme noir et gay qui a vécu cette période, je fais face à un stress post-traumatique avec le Covid. Cette pandémie me replonge dans ces années-là. Mais la bonne nouvelle, c'est que j'ai survécu. Et il existe une vie après ça et nous pouvons y accéder. La saison 3 de Pose rappelle que c’est en étant unis et guidés par l’amour que nous pouvons atteindre cet autre côté."

    Après 6 épisodes, la série offre un final épique d’une durée de 90 minutes qui conclut avec brio – et beaucoup de larmes – les intrigues de tous les personnages. Celle qui incarne la diva Elektra à l'écran, Dominique Jackson, espère que cette saison inspirera une leçon : "Ne jamais regarder un obstacle comme quelque chose qui peut vous arrêter ou vous diminuer. Considérez cela comme un défi qu'il vous faut surmonter."

    Propos recueillis par Thomas Desroches le lundi 26 avril 2021.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top