Mon compte
    Raya et le dernier dragon sur Disney+ : "Eviter l'appropriation culturelle était important pour nous"
    9 juin 2021 à 19:00
    Maximilien Pierrette
    Maximilien Pierrette
    -Journaliste cinéma
    Les images de synthèse de Pixar, les marionnettes de Laïka, la pâte à modeler d’Aardman, les dessins faits à la main des classiques de Disney, les envolées de la saga Dragons… Depuis son enfance, les rendez-vous avec l’animation sont des moments sacrés qu’il ne rate que rarement.

    La co-scénariste Adele Lim et la productrice Osnat Shurer reviennent sur "Raya et le dernier dragon", qui explore la culture de l'Asie du Sud-Est, et la manière dont Disney a voulu éviter l'appropriation culturelle.

    Dans la lignée de VaianaRaya et le dernier dragon permet à Disney d'explorer une autre culture, avec cette histoire qui se déroule en Asie du Sud-Est. Mais comment le studio, géant américain, a-t-il fait pour ne pas tomber dans l'appropriation culturelle ? Réponse avec la co-scénariste Adele Lim et la productrice Osnat Shurer, qui nous ont expliqué à quel point ce sujet était important vis-à-vis de ce projet.

    Propos recueillis par Maximilien Pierrette à Paris le 24 février 2021 - Montage : Constance Mathews

    "Raya et le dernier dragon" est visible sur Disney+ depuis le 4 juin :

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Raya et le dernier dragon sur Disney+ : "La culture de l'Asie du Sud-Est est sous-représentée au cinéma et dans l'animation"
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top