Mon compte
    Festival d'Annecy 2021 : sélection, protocole sanitaire... tout savoir sur l'édition du 60ème anniversaire !
    12 juin 2021 à 18:00
    Clément Cusseau
    Clément Cusseau
    -Rédacteur
    Après des études en école de cinéma, Clément Cusseau intègre la rédaction d’AlloCiné en 2011. Il est actuellement spécialisé dans les contenus streaming et l’actualité des plateformes SVOD.

    Alors que sera lancée lundi 15 janvier l'édition 2021 du Festival international d'animation d'Annecy, nous sommes allés à la rencontre de son directeur Michaël Marin. Temps forts, protocole sanitaire, sélection... voici tout ce qu'il faut savoir !

    D.R.

    Quel sera le protocole sanitaire mis en place par le festival d’Annecy cette année ?

    Mickaël Marin (directeur de la Cité de l'image en mouvement d'Annecy) : De la manière la plus simple qui soit, même si certains de mes collègues ont passé des journées entières à parfaire ce protocole. Aucun pass sanitaire ne sera requis car aucun endroit ne réunira 1000 personnes en même temps. En revanche, l’attention sera portée sur le port du masque, le respect des distances…

    Un grand nombre d’invités ont reçu à minima une dose du vaccin, voire pour certains deux doses. Nous avons limité le nombre d’accréditations à 5000 personnes afin de pouvoir respecter la jauge à 65 % des capacités, mais également pour éviter de générer de la frustration. Nous voulons que cette édition se déroule sous le signe du plaisir, pour que le retour dans les salles se déroule dans les meilleures conditions..

    Quels seront les principaux temps forts de cette édition 2021 ?

    Le premier temps fort c’est que l’édition 2021 aura bel et bien lieu à Annecy. On y croit pas encore tout à fait, même si la campagne d’affichage a commencé dans la ville, que les infrastructures commencent à être assemblées etc. C’est une vraie récompense, car nous avons tout fait pour que les choses puissent se dérouler ainsi, cela a vraiment été notre but depuis un an.

    Jamais encore nous n’avions eu une compétition avec autant de longs métrages en sélection officielle. Et ce n’est évidemment pas une question de remplissage, mais tout simplement parce que la qualité des films a été exceptionnelle cette année. Nous avons hâte que le public puisse les découvrir !

    Nous aurons évidemment des avants-premières : LucaMême les souris vont au paradis (tourné en partie ici à Annecy), Spirit : l'indomptable. Il y aura des séances spéciales et des événements autour du soixantième anniversaire du festival, avec un parcours dont nous sommes très fiers d’images d’archives à travers toute la ville. Il y aura une soirée spéciale le mardi 16 juin pour saluer les gens de l’ombre qui œuvrent sur le festival qui ne se limite pas qu’à un directeur général et à un délégué artistique.

    Festival d'Annecy 2021 : le cinéma d'animation africain à l'honneur pour les 60e anniversaire

    Cette année, nous avons également voulu développer des axes autour du grand public, dans la lignée de ce qui a déjà été entrepris au cours des quelques années précédentes. Nous n’avons pas voulu faire l’économie de cela, malgré les difficultés que cela implique : il y a aura donc un village tout spécialement créé dans l’enceinte du Haras, qui accueillera en 2025 la future cité du cinéma d’animation.

    Un écran plein jour, puisque le couvre-feu ne nous permet pas de faire des projections nocturnes, permettra d’organiser deux séances : à 18h30 des courts métrages, séries ou épisodes spéciaux, et à 20h30 un long métrage, notamment pour permettre de remettre en avant des films sortis l’automne dernier qui n’ont pas eu le parcours qu’ils méritent du fait de la fermeture des cinémas.

    Autre moment fort, l’exposition consacrée à Michel Ocelot, j’incite vraiment le public à aller la découvrir parce qu’elle est vraiment superbe, et je pèse mes mots. Je pense que les visiteurs auront l’occasion de comprendre à quel point ce monsieur est quelqu’un d’immensément talentueux, et pas assez célébré selon moi. L’exposition sera d’ailleurs organisée jusqu’au mois d’octobre.

    Et bien sûr la rétrospective consacrée cette année au cinéma d’animation africain ?

    Oui c’est un hommage qui nous tient à coeur depuis plusieurs années déjà. Cette rétrospective rentre dans le cadre de la saison africaine organisée par l’Institut Française, mais cela a presque été une heureuse coïncidence puisque depuis dix ans déjà nous accompagnons des talents et société qui se traduisent par une présence continue du cinéma africain au festival d’Annecy.

    Quel bilan tirer du festival d’Annecy au moment de célébrer son soixantième anniversaire ?

    La chance que nous avons c’est d’hériter d’un festival d’Annecy, né du travail d’hommes et de femmes qui ont cru jusqu’au bout à ce projet ; cela n’a pas été un long fleuve tranquille, il y a eu de nombreuses péripéties, des premières éditions au début des années 60, une interruption après mai 68, la création du marché du film en 1985, l’annualisation du festival en 1997… Ce sont des moments charnières dans l’Histoire du festival.

    Un cap immense a été franchi en 2010 à l’occasion du cinquantième anniversaire qui a préfiguré toute la décennie écoulée, voyant le festival connaître une croissance inouïe en cohérence avec l’évolution de l’industrie de l’animation française, et de la production internationale.

    Cela nous a aussi permis d’établir tout un écosystème autour de la ville d’Annecy, avec notamment le développement d’un programme d’éducation à l’image pour les primaires et collégiens, des formations, le lancement des Papeteries – Image Factory pour accompagner le lancement de projets créatifs, un fond de soutien pour accompagner séries, courts et longs métrages, la mise en place d’une demeure d’artistes...

    Que nous réserve l’avenir ? Tout d’abord le lancement d’une cité de l’animation en 2025, cela pour accueillir sur toute l’année le public mais aussi des artistes pour envisager de nouveaux rendez-vous, comme l’a été fin 2019 l’Hivernal Festival, sorte de mi-parcours entre deux éditions du festival du mois de juin.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Awshit
      on dirait la prof du bus magique
    • Anthony DAVID
      Je ne sais pas si c'est fait exprès mais on dirait un clown.
    • tueurnain
      Chaque année on croit qu'on a touché le fond en matière d'affiche, et chaque années ils font pire...
    Voir les commentaires
    Back to Top