Mon compte
    Ils étaient dix sur M6 : que vaut la série adaptée d'Agatha Christie avec Samuel Le Bihan et Romane Bohringer ?
    16 août 2021 à 20:00
    Jérémie Dunand
    Jérémie Dunand
    -Chef de rubrique télé / Journaliste
    Biberonné dès l’adolescence à Halloween, Vendredi 13, Massacre à la tronçonneuse, Evil Dead, ou encore aux slashers des années 90, il aime se faire peur à grands renforts de tueurs masqués ou de fantômes revanchards. Et hurle souvent tout seul dans le noir. Où personne ne peut l’entendre crier.

    "Ils étaient dix", adaptation en série des "Dix Petits Nègres" d'Agatha Christie par Pascal Laugier ("Ghostland"), arrive enfin demain sur M6. Ce thriller teinté de slasher avec Samuel Le Bihan, Manon Azem, et Guillaume de Tonquédec est-il réussi ?

    De quoi ça parle ?

    Dix personnes, cinq femmes, cinq hommes, sont invitées sur une île tropicale déserte qui abrite un hôtel de luxe. Les dix invités vont très vite réaliser qu’ils sont seuls sur l’île et coupés du monde, sans portable et sans aucun moyen de quitter ce qui va vite se révéler être leur pire cauchemar. Pourquoi ont-ils été attirés dans ce piège ? La réponse est cachée dans leur passé qu’ils avaient pourtant tous soigneusement enfoui. Mais aujourd’hui, sous le soleil brûlant de l’île, ils vont devoir payer. A la fin, il n’en restera aucun. Alors qui est l’assassin ?

    Ils étaient dix, réalisée par Pascal Laugier et écrite par Bruno Dega et Jeanne Le Guillou d'après le roman d'Agatha Christie.

    Chaque mardi à 21h05 sur M6 à partir du 17 août et d'ores et déjà disponible sur Salto. 6 épisodes vus sur 6.

    Ils étaient 10
    Ils étaient 10
    Sortie le 17 août 2021 | 52min
    Série : Ils étaient 10
    Avec Samuel Le Bihan, Guillaume De Tonquédec, Marianne Denicourt, Romane Bohringer, Patrick Mille
    Presse
    2,8
    Spectateurs
    2,5
    Voir sur Salto
    C'est avec qui ?

    Pour incarner les héros d'Ils étaient dix, qui se retrouvent coupés du monde sur une île (quasi) déserte et sont un par un tués par un mystérieux meurtrier qui souhaite leur faire payer leurs crimes passés, Pascal Laugier et les producteurs Sophie Révil et Denis Carot ont fait appel à un casting cinq étoiles, composé de visages bien connus du grand public et de jeunes stars montantes du petit et du grand écran.

    À savoir Guillaume de Tonquédec, Samuel Le Bihan, Romane Bohringer, Marianne Denicourt, Patrick MilleMatilda Lutz (Revenge), Manon Azem (Section de recherches, Un homme d'honneur), Nassim Si Ahmed (En passant pécho, Marseille), Samy Seghir (Neuilly sa mère, La Terre et le sang), et Isabelle Candelier. Excusez du peu !

    Une distribution que viennent compléter Mathieu Demy et Wendy Nieto dans la peau des deux flics en charge de l'enquête. Sans oublier Virginie Ledoyen, Richard Bohringer, Samuel Jouy, et Samir Boitard dans des rôles secondaires qui ont tous leur importance dans cette histoire (mais, chut, nous n'en dirons pas plus).

    Caroline DUBOIS/Escazal Films/M6
    Ça vaut le coup d'oeil ?

    Publié en 1939 au Royame-Uni, Dix Petits Nègres (And Then There Were None en VO), officiellement renommé Ils étaient dix en France depuis 2020, est sans aucun doute l'ouvrage le plus célèbre d'Agatha Christie. Et aussi le plus vendu à travers le monde. Un roman policier à la recette imparable qui a eu droit à plusieurs adaptations au cinéma et à la télévision au fil des décennies, dont la plus récente n'est autre que la mini-série de la BBC diffusée en 2015.

    Mais avec cette nouvelle version produite par Escazal (Les Petits meurtres d'Agatha Christie), le best-seller de la reine du crime a pour la première fois droit à une adaptation contemporaine qui, pour tisser son cauchemar, puise ses références dans le cinéma d'horreur et revisite l'intrigue de base à la sauce slasher. Pascal Laugier oblige, puisque c'est au cinéaste français, à qui l'on doit Martyrs et Ghostland, que la réalisation de cette mini-série en six épisodes a été confiée. Mais le résultat est-il à la hauteur des attentes ?

    Sur le papier, la vraie bonne idée de cette adaptation écrite par Jeanne Le Guillou et Bruno Dega (Le Tueur du lac, Gloria) était d'avoir voulu transformer l'intrigue du roman d'Agatha Christie en un véritable slasher à la Scream ou à la Urban Legend, avec son psychopathe masqué qui élimine méthodiquement les membres d'un groupe. Un genre qui a fait les beaux jours du cinéma d'horreur mais qui restait jusqu'à présent peu représenté à la télévision, à l'exception de la médiocre série Scream vue sur MTV, de la méconnue Harper's Island, et de la risible Le Châlet, diffusée en 2018 sur France 2.

    Voir Pascal Laugier s'amuser avec les codes du slasher et du thriller a donc forcément quelque chose de jouissif et on se prendrait presque à applaudir à la première apparition à l'écran du tueur d'Ils étaient dix, qui cache son visage sous une capuche et porte un ciré qui rappelle évidemment le costume du pêcheur de la saga Souviens-toi... l'été dernier.

    Malheureusement, à l'écran, le constat est sans appel : Ils étaient dix ne va pas assez loin. À tel point qu'on a du mal à percevoir la patte de Pascal Laugier dans ce thriller qui, au-delà de sa figure de meurtrier à l'américaine, reste somme toute assez classique. Les meurtres sont trop souvent commis hors champ, voire expédiés, et le manque d'hémoglobine et de tension, voire d'angoisse, se révèle vite frustrant. On attendait plus de tranchant, plus de gore, et plus d'audace de la part du réalisateur de Martyrs, qui ne parvient pas à nous offrir la série horrifique radicale que l'on était en droit d'espérer.

    A-t-il fait les frais d'un formatage inhérent à la fiction de prime sur une chaîne généraliste ? M6 lui a-t-elle demandé de limiter les effets horrifiques et sanglants ? Difficile à dire, mais si c'est le cas c'est fort dommage car on ne fait pas appel à un réalisateur aussi audacieux et talentueux que Laugier pour le limiter dans sa démarche créative.

    Caroline DUBOIS/Escazal Films/M6

    Trop sage, cette version française et moderne du best-seller d'Agatha Christie est donc une petite déception, qui pèche également par des dialogues pas toujours très inspirés, par quelques séquences ridicules (à l'image d'une scène à base de serpents dans la forêt), et par sa construction parfois un peu répétitive et lourde, qui alterne entre présent et flash-backs, et évoque évidemment Lost. Le brio en moins. Car le passé qu'on nous raconte pour chacun des personnages n'échappe pas toujours aux clichés et peine ainsi à apporter un vrai plus à l'intrigue insulaire de la série.

    Ce scénario un peu inégal est heureusement rehaussé par un mystère tenu de bout en bout grâce à une caractérisation nouvelle des protagonistes par rapport au roman, qui empêche de deviner avec certitude l'identité du tueur, qu'on ait lu ou non le chef-d'oeuvre de la reine du crime.

    Et également par les prestations des comédiens, qui méritent à eux seuls qu'on s'intéresse à ce slasher gentillet. Tous semblent en effet beaucoup s'amuser dans cet exercice qui leur permet d'explorer tension dramatique et comédie (les répliques qui tuent étant légion), et les jeunes acteurs de la série, Manon Azem, Matilda Lutz, Nassim Si Ahmed, et Samy Seghir, s'imposent plus que jamais comme des talents à suivre de près.

    Bref, si elle n'est pas la grande série horrifique qu'on attendait, Ils étaient dix n'en demeure pas moins un divertissement honnête qui se binge-watch facilement et qui pourrait plaire aux amateurs de thrillers et de polars pas trop exigeants. Tant elle reste supérieure à ce que la plupart des chaînes françaises produisent à longueur d'années. Mais ceux qui recherchent de vrais frissons devront, eux, indéniablement aller voir ailleurs.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • lordkaos
      on dirait Koh-Lanta mélangé à Secret Story en mode slasher softon a perdu toute l'atmosphère britannique et étouffante de l'œuvre originale et de la précédente version avec cette ile aux eaux claires et au ciel digne d'un mois d'été !!Romane Bohringer est loin de ses rôles torturés et ca ne lui va pasSamuel Le Bihan fait du Alex HugoGuillaume de Tonquédec, tente de faire ce qu'il peut...le reste du casting inconnu au bataillon
    • Mad Man In The Blue Box
      J'ai volontairement passé l'article pour éviter le moindre spoil, mais je vais me laisser tenter. Le livre est un chef-d’œuvre (même si je lui préfère le meurtre de Roger Ackroyd qui pour le coup, lui, est totalement inadaptable). On dit qu'Agatha Christie a donné ses lettres de noblesse à la littérature policière mais avec Les dix petits nègres, elle a aussi inventé le slasher. Parmi les différentes adaptations, il y a de tout. La version de 1974 avec Charles Aznavour n'est, à mon sens, pas géniale, très molle du genou, guindé. Les dix petits indiens de René Clair par contre est sympa, même si c'est assez joué comme dans une pièce de théâtre. Le film est d'ailleurs tiré de la pièce et non du livre, d'où le mot indien et une fin différente. A mes yeux, la meilleure adaptation à ce jour reste la mini-série de la BBC diffusée en 2015, qui respecte le matériel de base tout en captant assez bien la noirceur du bouquin. On pourrait aussi évoquer quelques repompes non officiels comme le Profession Profiler de Renny Harlin qui n'est pas mémorable mais à le mérite de tenter d'essayer de réinventer la mécanique dans un contexte plus moderne. Mais bref, le produit original est très bon, donc on part déjà sur de bonnes bases.
    • manolo
      Mouais en gros j'ai l'impression qu'il reste plus grand chose de l'oeuvre originale d'Agatha Christie... cela ressemble juste à de l'opportunisme de pouvoir coller au nouveau titre français du roman !
    Voir les commentaires
    Back to Top