Mon compte
    Summer of Soul et le Woodstock noir : “Ce n’est pas la dernière fois que je raconte notre histoire”
    31 juil. 2021 à 11:00
    Solène Boutillier
    Solène Boutillier
    -Rédactrice brand content ciné-séries
    Bercée aux rediffs de Walker Texas Ranger, Docteur Quinn et tant d'autres, elle raffole des séries en tout genre, sans jamais oublier son amour pour les comédies musicales et les œuvres fantastiques.

    Disponible sur la plateforme Disney+, le documentaire Summer of Soul braque les projecteurs sur le Harlem Cultural Festival, événement de l’été 1969. En conférence de presse, l’artiste et réalisateur Ahmir “Questlove” Thompson se confie.

    Searchlight Pictures

    Eté 1969, des milliers de spectateurs sont réunis dans les allées du Mount Morris Park à New-York pour applaudir des performances exceptionnelles de Stevie WonderNina Simone ou encore Sly and the Family Stone. Pourtant, malgré l’ampleur de l’événement, le Harlem Cultural Festival sombre rapidement dans l’oubli.

    Plus de cinquante ans plus tard, cette manifestation reçoit enfin toute l’attention méritée dans le passionnant documentaire Summer of Soul, plébiscité au Festival de Sundance 2021. Derrière ce film, à découvrir dès maintenant sur Disney+, se cache le musicien, journaliste et désormais réalisateur Ahmir Thompson, connu sous le nom de scène Questlove. En conférence de presse, il se confie sur cette première réalisation.

    Summer of Soul
    Summer of Soul
    1h 57min
    De Questlove
    Avec Stevie Wonder, B.B. King, Nina Simone, Abbey Lincoln, Mahalia Jackson
    Voir sur Disney+
    “J’ai d’abord vu les images sans le savoir en 1997.”

    Pour la première fois en tournée à Tokyo avec son groupe The Roots en 1997, Questlove découvre les images d’une performance de Sly and the Family Stone lors d’une visite au Soul Train Cafe. Il ne sait pas encore qu’il vient de visionner un extrait du Harlem Cultural Festival.

    “J’ai juste supposé que tous les festivals dans les années 60 se tenaient en Europe parce que les Américains n’avaient pas encore cette culture. Exactement vingt ans plus tard, David Dinersteini et Robert Fyvolent m’ont annoncé qu’ils avaient l’enregistrement [du Harlem Cultural Festival] et souhaitaient que je réalise ce film. Donc j’ai d’abord vu les images sans le savoir en 1997, avant qu’elles ne me soient présentées en 2017, et même à ce moment-là, j’avais du mal à croire que c’était bien réel,” raconte Questlove.

    Searchlight Pictures
    Une oeuvre impactante

    Si l’artiste a de nombreuses cordes à son arc (auteur, compositeur, journaliste, DJ, producteur), il signe ici sa toute première réalisation. Son travail minutieux sur ce projet ambitieux l’a bien évidemment marqué personnellement.

    “Ce projet m’a aidé à grandir en tant qu’être humain [...]. Je n’hésiterais pas à admettre que, de toutes les choses que j’ai pu faire sur le plan créatif, c’était celui pour lequel j’étais le plus nerveux, et par nerveux je veux dire effrayé, certainement parce que je suis un perfectionniste,” explique-t-il. “Je dirais que ce film m’a permis d’acquérir une sensibilité et une confiance en moi dont je n’avais pas conscience.”

    D’un point de vue professionnel, Summer of Soul a également été très enrichissant pour le réalisateur. “J’ai aussi appris le pouvoir du montage [...]. Notre première version durait 3 heures et 35 minutes, et c’est comme ça que j’ai vraiment appris que plus c’était court, mieux c’était. Un film moins long est plus impactant,” souligne Questlove.

    Summer of Soul ouvre la voie

    Grâce à son documentaire, Questlove offre enfin une deuxième vie à cet événement majeur de la musique et de la culture afro-américaine. Un accomplissement qui lui tient très à cœur, mais qui n’est que le début selon lui. “Ce n’est pas le seul enregistrement qui prend la poussière,” déclare-t-il.

    Searchlight Pictures

    “Peut-être que ce film peut être un point de départ pour que ces histoires voient enfin le jour. Même quelque chose d’aussi infime qu’un contenu sur les réseaux sociaux ou l’un des premiers festivals noirs est important pour notre histoire [...]. Ce n’est pas la dernière fois que je raconte notre histoire !”

    Découvrez dès maintenant le documentaire Summer of Soul sur la plateforme Disney+.

    Propos recueillis par Solène Boutillier lors de la conférence de presse du 22 juin 2021.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Le putain d'énergumène
      Bonsoir, je ne comprends pas votre question.
    • Alber Braz
      Coucou,je suis bresiliene,vous conaitre films français de drama?
    • Le putain d'énergumène
      Ce doc est une pépite !
    Voir les commentaires
    Back to Top