Mon compte
    Blue Bayou par son réalisateur Justin Chon : "Partout dans le monde, l'immigration est un sujet immense et difficile"
    15 sept. 2021 à 08:00
    Maximilien Pierrette
    Maximilien Pierrette
    -Journaliste cinéma
    Un feel-good movie avec une BO aux petits oignons, un drame situé dans l’Amérique rurale, une pépite qui prend le pouls des États-Unis, il aime se pencher sur la dernière sensation venue de l’autre côté de l’Atlantique.

    Récompensé par le Prix du Public au Festival du Cinéma Américain de Deauville, après un passage remarqué par Cannes, "Blue Bayou" est un beau drame sur fond d'immigration, que l'acteur et réalisateur Justin Chon a évoqué à notre micro.

    Pour le grand public, Justin Chon est l'interprète d'Eric Yorkie dans la saga Twilight. Mais c'est aussi un réalisateur dont les précédents longs métrages n'avaient pas traversé l'Atlantique pour parvenir jusqu'à nos salles. Ce qui n'est heureusement pas le cas de Blue Bayou.

    Passé par Cannes, dans la catégorie Un Certain Regard, le film vient de remporter le Prix du Public au 47ème Festival du Cinéma Américain de Deauville. La France réussit donc à ce drame poignant sur fond d'immigration, qui s'appuie notamment sur des statistiques effrayantes : celles du nombre d'enfants étrangers adoptés par des Américains qui sont aujourd'hui menacés d'expulsion des États-Unis.

    Producteur, scénariste, réalisateur et interprète principal de son film, face à Alicia Vikander, Justin Chon a évoqué Blue Bayou à notre micro lors de son passage par la Croisette.

    Blue Bayou
    Blue Bayou
    Sortie le 15 septembre 2021 | 1h 58min
    De Justin Chon
    Avec Justin Chon, Alicia Vikander, Mark O'Brien, Linh-Dan Pham, Sydney Kowalske
    Presse
    2,8
    Spectateurs
    3,8
    Séances

    AlloCiné : Même s'il peut paraître étonnant de commencer en évoquant la fin, les images et statistiques que nous y voyons sont particulièrement frappantes et effrayantes. Une histoire personnelle est-elle à l'origine du film ? Ou s'agit-il de récits que vous auriez entendus à ce sujet ?
    Justin Chon : L'adoption internationale dans le monde a commencé en Corée après la Guerre de Corée [1950 - 1953, ndlr]. Des couples chrétiens sont venus et ont trouvé des orphelins, des enfants qui avaient besoin d'un foyer, et ils les ont placés dans de gentilles familles chrétiennes dans le Sud des États-Unis.

    Il y a pas mal d'adoptés coréens, mais c'est devenu un gros business au fil des décennies. Des agences ont été créées pour faciliter les adoptions à l'étranger, que ce soit en Chine, en Inde ou en Amérique du Sud. Et j'ai commencé à entendre des choses folles, comme quoi des adoptés qui ont maintenant 30, 40 ou 50 ans, étaient expulsés du pays.

    J'ai trouvé incroyablement inhumain et fou que vous puissiez être adopté par des citoyens américains quand vous êtes enfant, sans avoir votre mot à dire sur le fait de partir vers un autre pays, et que quelques décennies plus tard, il puisse être décidé que vous n'êtes plus un citoyen américain, à cause d'une faille dans la loi.

    A-t-il été compliqué de monter un film qui critique ainsi les États-Unis ?
    Ce n'est pas tant une critique qu'une observation : il n'y a rien à critiquer, car c'est quelque chose qui se produit. J'avais le sentiment que personne n'en parlait alors que c'était une chose très importante. En règle générale, l'immigration tourne davantage autour de la question de frontière.

    Qu'elle soit mexicaine, sud-américaine ou autre, on en entend beaucoup parler. Mais il est rarement question de l'idée d'expulsion pour les étrangers qui ont été adoptés dans le pays. Il m'a donc semblé important d'exposer le problème que représente cette politique d'immigration.

    J'aimerais vraiment que le film aide à amplifier la voix de certaines organisations, et changer la législation.

    Au-delà des statistiques que révèle le générique de fin, avez-vous été aidé par des organisations pour faire ce film ?
    J'ai travaillé très étroitement avec quelques enfants adoptés, pour m'assurer que les choses étaient authentiques, réelles, et que je n'en faisais pas trop. J'ai aussi travaillé sur les aspects juridiques avec un avocat spécialisé sur les questions d'immigration. Il n'est pas vraiment question de politique, car nous y parlons plutôt d'un homme et de son voyage personnel. Mais j'aimerais vraiment que le film aide à amplifier la voix de certaines organisations, et changer la législation.

    Aviez-vous prévu dès le début de jouer dedans, ou l'avez-vous fait par nécessité ?
    Quand je l'ai écrit, je ne pensais pas être dans le film. Mais plus le temps passait, et plus je sentais que si l'un des objectifs du film était de permettre de changer quelque chose, il allait falloir un acteur capable de parler de ces questions. J'ai réalisé que c'était beaucoup demander à quelqu'un. D'habitude, une fois le film terminé et une fois la première passée, les acteurs ont envie de passer à autre chose. Comme moi j'étais très impliqué, je me suis senti à l'aise avec l'idée de jouer dedans.

    Le fait d'avoir une actrice oscarisée comme Alicia Vikander au casting était-il vital pour le financement du film ?
    Bien sûr ! (rires) Alicia est une star mondiale et une actrice incroyable. Et au-delà du financement, je pense qu'elle ajoute une plus-value à n'importe quel film, car elle est très talentueuse. Et je peux d'autant plus dire, pour avoir joué face à elle, qu'elle rend tout meilleur (rires) A 1000%. Beaucoup de gens me parlent des scènes émotionnelles de Blue Bayou, mais lorsque votre partenaire de jeu est aussi talentueux et généreux, et qu'il vous donne tellement, ce n'est pas très difficile. Car vous avez juste à écouter et répondre.

    Universal Pictures
    Alicia Vikander et Justin Chon dans "Blue Bayou"

    "Blue Bayou" vous a-t-il changé en tant que réalisateur, acteur et personne ?
    Absolument ! J'ai toujours voulu faire des films qui aillent au-delà du divertissement ou de l'art. Celui-ci a été incroyablement difficile à faire, mais le fait de devoir me battre pour certaines choses que je pensais être importantes m'a fait comprendre à quel point il est nécessaire d'être vigilant sur ce qui compte et de garder votre voix intacte pour pouvoir dire ce que vous voulez dire.

    Mais j'ai toujours les mêmes buts lorsque je fais un film. Et notamment apporter de l'empathie à ma communauté. Mais également montrer que nous ne sommes pas aussi différents les uns des autres que nous semblons parfois le croire. Nous sommes aujourd'hui en France avec le film, et je sais que le pays traite de l'immigration : c'est un sujet qui ne concerne pas seulement l'Amérique ou le Royaume-Uni. Partout dans le monde, l'immigration est un sujet immense et difficile.

    Vous dites que nous ne sommes pas si différents les uns des autres, et cela rejoint le côté universel de votre film, lorsque vous questionnez la notion de famille et ce qu'elle représente.
    Toute personne qui est née dans dans ce monde a une mère et un père. Et je ne vois pas de notion plus universelle que la famille. Celle que vous choisissez, celle dans laquelle vous êtes né. L'une est-elle plus réelle que l'autre ?

    N'importe qui a un ami peut comprendre que les personnes que vous choisissez peuvent parfois être beaucoup plus importantes. Surtout pour les personnes qui ont été adoptées et qui ne connaissent pas leur famille. De cette manière, la spécificité du personnage et de la narration peuvent rendre le film très universel.

    Propos recueillis par Maximilien Pierrette à Cannes le 13 juillet 2021

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top