Mon compte
    James Bond : Daniel Craig revient sur la production houleuse de Quantum of Solace
    15 sept. 2021 à 12:08
    Thomas Imbert
    Thomas Imbert
    -Chef de rubrique - Infotainment
    De la Terre du Milieu aux confins de la galaxie Star Wars en passant par les jungles de Jurassic Park, il ne refuse jamais un petit voyage vers les plus grandes sagas du cinéma. Enfant des années 90, créateur des émissions Give Me Five et Big Fan Theory, il écrit pour AlloCiné depuis 2010.

    Alors que "Mourir peut attendre" sortira en salles le 6 octobre, retour sur l'expérience compliquée de "Quantum of Solace", évoquée par Daniel Craig dans le documentaire "Being James Bond".

    Alors que Mourir peut attendre, la cinquième et ultime aventure de Daniel Craig en tant que James Bond au cinéma, sortira sur nos écrans le 6 octobre prochain, celui qui prête ses traits à l'agent 007 depuis 2006 est récemment revenu sur son expérience dans le documentaire Being James Bond, disponible sur AppleTV+.

    Quantum Of Solace
    Quantum Of Solace
    Sortie le 31 octobre 2008 | 1h 47min
    De Marc Forster
    Avec Daniel Craig, Olga Kurylenko, Mathieu Amalric, Judi Dench, Giancarlo Giannini
    Presse
    3,0
    Spectateurs
    3,1
    louer ou acheter

    Si Casino Royale - son premier long métrage en tant que 007 - avait été très bien reçu et lui avait permis de s'imposer auprès des fans de la saga, sa deuxième expérience dans le costume de James Bond ne lui a pas laissé un souvenir aussi agréable. Globalement considéré comme décevant par le public, Quantum of Solace avait effectivement pâti d'une production assez houleuse :

    "Les scénaristes étaient en grève", raconte ainsi Daniel Craig. "On avait un script. Il était inachevé. Mais presque fini au moment de la grève des scénaristes. Le film tient la route. Ce n'est pas Casino Royale, et il y avait forcément le syndrome troublant du deuxième album. En fait, on ne pouvait pas dépasser Casino Royale. (...) On voulait faire mieux, bien sûr."

    Sony Pictures Releasing France

    Barbara Broccoli, la productrice du film, est elle aussi revenue sur cette grève des scénaristes - principale difficulté rencontrée par l'équipe de Quantum of Solace :

    "En gros, on a commencé à tourner sans script", explique-t-elle dans Being James Bond. "Ce n'est jamais une bonne idée. Mais on a eu le script. Je me souviens que le scénariste me l'a remis, a récupéré son chèque, puis sa pancarte et s'est placé devant le studio pour faire grève. Bref, on était mal barrés. Mais il fallait se débrouiller et essayer de faire une histoire qui tienne la route."

    Malgré tous les obstacles rencontrés par la production, Quantum of Solace a tout de même laissé quelques bons souvenirs à Daniel Craig :

    "Il y a des moments très spéciaux dans ce film. Vraiment. Je ne sais pas si l'ensemble du film colle bien. Mais c'est juste parce que l'histoire n'était pas solide", conclut-il.

    (Re)découvrez la bande-annonce de "Mourir peut attendre" (en salles le 6 octobre)...

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Seke
      De toute façon, les James Bond Girls sont sont doute le plus gros défaut de l'Ère Daniel Craig. Celles de Pierce Brosnan étaient plus intéressantes et modernes.Quand à Eva Green, j'ai toujours trouvé qu'on en faisait trop avec elle.
    • LeMeilleurPseudoDuMonde
      Meilleure James Bond Girl de l'ère Daniel Craig, toi mon pote tu vas te faire un paquet d'ennemis, je dirais même une majorité vu que Olga Kurylenko est connue comme l'une (si ce n'est LA) des pires de toutes les James Bond Girls de l'ère Craig ^^Personne n'est arrivé à la cheville d'Eva Green de Casino Royale en termes de background ou d'acting !
    • Seke
      Comme beaucoup j'avais été déçu par Quantum of Solace essentiellement à cause de sa Caméra Parkinson et ses idées mal mises en place...... Cependant c'est loin d'être La Bouse que tout le monde prétend. Je lui vois beaucoup de qualités comme :_ Suite directe. C'est du jamais vu dans la saga._ Meilleure James Bond Girl de l'Ère Daniel Craig._ Thème de la Vengeance et 007 qui cherche à se construire._ Méchant différent. Même si c'était raté, on changeait de registre._ Belles Scènes comme celle de l'Opéra.Perso j'ai bien aimé Skyfall (en tant que film) mais le fait de revenir à du Classique (retour de Moneypenny, Q, Gadgets) et de renier les opus précédants fut une erreur.Puis cette histoire de faire Mourrir et renaitre 007 était arrivé trop tôt (007 venait à peine de naitre après 2 films).
    • Bacta142.
      Bourne... James Bourne. ;P
    • Might Guy
      J'y ai pensé aussi.
    • Might Guy
      Chaipas mais en effet, le jour où je le ferai ce sera l'un ou l'autre.
    • Bacta142.
      Avec Craig c'était un bon film sur deux. Donc logiquement le dernier devrait être le bon... Espérons.
    • Bacta142.
      Regarde les une deuxième fois pour voir si c'est aussi un plaisir... ou un calvaire! ^^
    • Might Guy
      J'y ai pensé aussi.
    • Solid S
      Une mauvaise imitation de Bourne
    • Hunnam29
      Quantum j'ai vraiment été super déçu en salle. Surtout par le scénario et l'histoire justement, que j'avais vraiment trouvé sans intérêt. Puis l'histoire tournait un peu Almaric en ridicule alors que c'est un super acteur et qu'il aurait pu être un excellent méchant.Mais passé cette déception, je l'avais revu en vidéo et je trouve l'action quand même bien fichue et il n'y a pas tellement de temps mort. En même temps, 1h47 avec générique de début et de fin inclus, il n'y avait quasi pas de place pour développer un vrai scénario. Et puis depuis on a eu Spectre... Qui a fait un gros plouf à tout ce qui avait été mis en place depuis Casino Royale et qui pour moi est malheureusement pire du coup.
    • Might Guy
      Quantum et Spectre, je ne les ai regardés qu'une fois alors que les 2 autres c'était un plaisir à chaque revoyure.
    • Lccf
      Et pourtant, sans être aussi bon que Casino royale ou Skyfall, je ne le trouvais pas si mal, moi ... D'une certaine manière je le trouvais encore plus radical que Casino dans sa déconstruction de Bond ( pas de gadgets, il ne tente - presque - rien avec le personnage d'Olga Kurylenko ) et intéressant dans sa manière de traiter le cynisme de la politique étrangère des Américains ( la CIA qui s'allie à Amalric parce qu'elle y trouve son compte ). Je me rappelle que ma plus grosse déception à l'époque, c'est que Quantum ne soit pas le Spectre, parce que franchement ils en ont tout sauf le nom ( j'ai cru comprendre par la suite que c'était une affaire de droits ).
    Voir les commentaires
    Back to Top