Mon compte
    Hollywood : les Hispaniques et Latinos toujours sous-représentés selon une étude américaine
    16 sept. 2021 à 15:30
    Marine de Guilhermier
    Marine de Guilhermier
    -Journaliste
    Passionnée par le grand et le petit écran et fascinée par les acteurs, Marine a des goûts très éclectiques. Elle a néanmoins une préférence pour le cinéma américain et dévore tout ce qui lui passe devant les yeux, de l'immense blockbuster au plus petit film indépendant.

    Depuis quelques années, la diversité et l’inclusion sont des grands sujets à Hollywood. Mais si l’industrie du cinéma américaine essaie de faire mieux, des communautés restent encore sous-représentées dans les films, comme les Hispaniques et Latinos.

    Metropolitan FilmExport

    Le think tank USC Annenberg Inclusion Initiative, qui s’intéresse aux questions de diversité et d’inclusion dans le monde de l’entertainment, vient de livrer une enquête montrant que les Hispaniques (les descendants de pays dont la langue principale est l’espagnol) et les Latinos (les personnes originaires d’Amérique latine, notamment d’Amérique centrale et du Sud, ainsi que les Caraïbes) continuent à être sous-représentés devant et derrière la caméra.

    L’étude porte sur 1 300 des films les plus populaires sortis entre 2007 et 2019 et révèle que 5% des personnages y étaient hispaniques ou latinos. Et 3,5% seulement de ces longs-métrages avaient des personnages principaux issus de ces communautés dont 54% étaient des femmes, avec seulement 3 agées de plus de 45 ans (2 fois Jennifer Lopez, et 1 fois Cameron Diaz selon Deadline).

    De plus, en 13 ans, 2,2% des rôles principaux sont allés à des comédiens latinx (les Latinos nés aux États-Unis, qui ne sont pas d’origine espagnol) et seulement 6 acteurs afro-latinos ont obtenu des rôles principaux.

    Une communauté presque invisible

    Sur les 1 300 films étudiés, 567 ne contenaient pas de personnages hispaniques ou latinos. Et en 2019, sur les 100 films ayant rapporté le plus d'argent, 35 ne contenaient pas de personnages masculins de ces communautés, 59 de personnages féminins, 95 de personnages en situation de handicap et 98 de personnages LGBTQ.

    Dans un communiqué, l’une des auteures de l’étude a rappelé : "Que ce soit dans des rôles principaux ou dans des rôles moins importants, l’absence d’acteurs et de personnages hispaniques et latinos est visible. Cette communauté représente 20% de la population américaine et presque la moitié des résidents de Los Angeles et pourtant elle reste presque invisible à l’écran."

    L’enquête précise également que les Hispaniques et Latinos dépensent 1,7 million de dollars en tant que consommateurs et représentent 25% des achats de tickets de cinéma. Derrière la caméra, les chiffres sont également bas : 4,2% des 1 300 films pris en compte ont été réalisés par des membres de cette communauté, et seuls 3 par des femmes…

    En 2019, Jennifer Lopez était la star de Queens :

    Voir le diaporama
    Diaporama
    Affiches Queens : Jennifer Lopez, Cardi B et Lizzo reines du strip-tease
    10 photos

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Les femmes et les personnes racisées toujours sous-représentées dans les séries selon une étude américaine
    • Oscars et diversité : des changements pour favoriser l'inclusion à partir de 2024
    Commentaires
    • tueurnain
      Bon courage avec la censure omniprésente sur ce site!
    • Mr. Cinéphage
      Il n'y a qu'en Occident que l'on se soucie de cette inclusivité (parfois intrusive il faut l'admettre). Le cinéma d'Europe du Nord / Est, asiatique ou africain ne s’embarrasse pas de ça. Commentaire supprimé trois fois, repost.
    • Mad Man In The Blue Box
      Je ne vais pas répondre de manière si détaillé que la dernière fois, je dirais juste que par bien réelles, j'entendais dans notre monde à nous et pas juste au cinéma. Des tensions qui vont donc toucher des tas de gens (qu'ils soient latinos, noirs, blancs, etc...). Voilà, c'était juste pour éviter que vous me fassiez passer pour quelqu'un que je ne suis pas.
    • Mad Man In The Blue Box
      Merci également. J'avais tenté de répondre mais encore une fois, la censure est passée. Finalement, hormis un éclaircissement de ma part, votre réponse suffit amplement,
    • Le commandant Sean Ramius
      Tout à fait d'accord. Récemment, dans le English Touring Opera, on vire 14 musiciens car ils n'ont pas la bonne couleur de peau. Selon le communiqué, c'est pour accroître la diversité...Des gens qui y travaillent depuis 20 ans...C'est du grand n'importe quoi.
    • L'indien zarbi
      Malheureusement, j'en ai l'impression.
    • Cuderoy
      Derrière la caméra, les chiffres sont également bas : 4,2% des 1 300 films pris en compte ont été réalisés par des membres de cette communautéC'est par là qu'il faut commencer. Il est naïf de croire qu'une représentativité honnête est possible si les gens à l'origine du projet ou qui en sont responsables sont extérieurs à la culture supposément représentée. Il y a toujours une forme de nombrilisme dans l'écriture et dans l'auteurisme en général, il faut en tenir compte.
    • Hareng rouge
      il sont si nuls que ca?
    • Pierre-Henri L.
      Ce genre d'article me gave. C'est débile, c'est faux, c'est contre productif, c'est ridicule, ça n'a aucun intérêt. Uniquement fait pour faire le buzz. Plus notre société est ouverte, plus on l'accuse d'être fermée. Qui sème le vent récolte la tempête, et à force de jouer l'opposition des communautés sur des critères dont tout le monde se contre fiche, on va finir par détruire les fondements même de notre société. Mais peut être est ce là le but de tout ça ?
    • Urb 7
      ouin ouin ouin et les nains noir trans? On en parle pas ! scandaleux !
    • tueurnain
      La censure est passée, on remet:les noirs c'est 13.4% de la population aux USA et pourtant on en voit dans tous les films, y compris ceux ou il n'y a que quelques personnes.Donc surreprésentés par rapport à leur poids réel, c'est certains!Dans les sous représentés, en plus des asiatiques, on pourrait parler également des natifs américains, ça fait un moment qu'on a pas vu un navajo ou un sioux dans un film américain...C'est sur qu'une fois qu'on à mis le noir de service pour éviter les critiques de BLM, le personnage homo/trans pour faire plaisir aux LGBT+, y'a plus la place pour intégrer le quota d'asiatiques ou de natifs...
    • tueurnain
      Merci pour les chiffres qui remettent les pendules à l'heure...
    • Le commandant Sean Ramius
      En termes de chiffres, la population afro-américaine est de 12% mais selon les chiffres communiqués de représentation au cinéma et dans les séries, on est proche des 50% aujourd'hui.
    • Scaar Alexander Trox
      Ce qu'on a tendance à ignorer, à l'étranger, et à feindre d'oublier, chez la gauche locale, c'est qu'ils ne constituent même pas 14% de la population américaine ; qu'un rigolo vienne me dire qu'ils constituent ce pourcentage des acteurs mis en avant par les médias mainstream, ciné, networks, plateformes...
    • meiyo
      La censure d'Allociné ? Ce n'est pas comme si je n'avais pas l'habitude.
    • Lulu V
      Si, il y en a, mais beaucoup moins que les libéraux américains ne veulent laisser paraitre, et ce ne sera jamais contré par le fait de montrer de la diversité dans les films et autres. Les asiatiques sont bien présents dans la culture occidentale depuis une plombe, ça n'a pas empêché une montée de la haine anti-asiat' après l'apparition du covid (haine non méritée bien sûr).Au contraire, ça ne va faire qu'énerver encore plus les racistes et autres. Il y a un nombre hallucinant de gens autour de moi qui disent ils commencent à me faire chier les gays/les Blacks/les femmes alors qu'ils étaient très tolérants à la base... Oui, c'est débile, mais c'est de la stupidité générée par le forcing actuel sur la diversité.Mais le plus gros problème, c'est bien l'hypocrisie totale de ce mouvement de pensée. Il ne faut pas juger les gens sur leur couleur de peau, voilà pourquoi il faut qu'il y ait de toutes les couleurs de peau partout tout le temps. Ceux qui prônent la diversité sont ceux qui sont le plus racistes. Ils tiennent des propos complètement crétins du type tous les Blancs sont racistes ou la nourriture française est raciste, ou encore, mon préféré : les trous noirs participent au racisme contre les noirs.Sans parler de l'aspect littéralement idéologique de la chose. La diversité, c'est littéralement devenu une religion : t'es un hérétique si tu ne pries pas en son sacro-saint.L'Amérique part totalement en c*uilles (au point qu'ils essaient d'intégrer des notions d'anti-racisme dans des COURS DE MATHS), et bien sûr, l'Europe la suit dans sa décadence. Bref, la prochaine décennie s'annonce bien marrante...
    • L'indien zarbi
      C'est clair ?Tu vas avoir un problème, toi...
    • Lulu V
      Les Latinos, sous-représentés? Ils l'ont faite comment leur étude? En choisissant judicieusement les échantillons j'imagine, il faut bien justifier pour gueuler... Je dis ça parce que je ne me souviens pas d'un seul film ou série américaine sans latinos ou hispaniques.Mais évidemment, toute cette affaire est superficielle à souhait. Non, un hispanique n'a pas besoin qu'un personnage soit hispanique pour s'y identifier. Ce racialisme à outrance ne fait que renforcer les stigmatisations et les amalgames, c'est dingue que tant de dégénérés ne s'en rendent pas compte.
    • Awshit
      et que devraient dire les natifs américains
    • Balibou
      bien réelles celles-ci .... yep parce qu'il n'y a aucun problème de discriminations ou de violences sociales liées aux origines, comme quoi à part dire des lieux communs la politique c'est un sujet sérieux ! (mais cool que t'aies vu des films de Jackie Chan , ça fait vraiment avancer le sujet ) .
    Voir les commentaires
    Back to Top