Mon compte
    Halloween Kills : l'histoire insolite à l'origine du masque de Michael Myers
    22 oct. 2021 à 12:00
    Vincent Formica
    Vincent Formica
    -Journaliste cinéma
    Bercé dès son plus jeune âge par le cinéma du Nouvel Hollywood, Vincent Formica découvre très tôt les œuvres de Martin Scorsese, Coppola, De Palma ou Steven Spielberg. Grâce à ces parrains du cinéma, il va apprendre à aimer profondément le 7ème art, se forgeant une cinéphilie éclectique.

    Michael Myers, un des boogeymen les plus terrifiants du cinéma, est de retour dans Halloween Kills. Pour l'occasion, on vous propose de retourner aux origines de la saga avec un focus sur la fabrication de son célèbre masque.

    Dans Scream, le tueur a son masque de Ghostface, Freddy a ses griffes et son visage brûlé, Jason Voorhees (Vendredi 13), son masque de hockey et l'assassin de Massacre à la tronçonneuse arbore sa fameuse "Leatherface".

    UN VISAGE SINISTRE ET INQUIÉTANT

    Si tous ces boogeymen sont absolument terrifiants, celui de la saga Halloween est sans doute le plus cauchemardesque. Michael Myers, machine à tuer implacable et indestructible, avance vers ses cibles affublé d'un masque des plus horrifiques et dérangeants.

    Halloween Kills
    Halloween Kills
    1h 46min
    De David Gordon Green
    Avec Jamie Lee Curtis, Judy Greer, Andi Matichak, James Jude Courtney, Nick Castle
    Presse
    2,2
    Spectateurs
    2,3
    Séances (10)

    Ce camouflage est une des raisons qui rend ce personnage aussi iconique et marquant par rapport aux autres boogeymen. Mais connaissez-vous l'origine insolite de la création de ce masque, qui continue de nous hanter plus de 40 ans après sa première apparition en 1978 ?

    "Je vois ce garçon de 6 ans avec ce visage pâle, sans vie... et ses yeux noirs profonds, les yeux du Diable. J'ai passé huit ans à essayer d'entrer en contact avec lui, et sept autres années à le maintenir enfermé, parce que j'ai réalisé que ce qui vivait derrière les yeux de ce garçon était purement et simplement le Mal absolu", explique fébrilement le Dr Loomis, psychiatre de Michael Myers.

    Un descriptif pour le moins inquiétant, que Tommy Lee Wallace, le directeur artistique, doit parvenir à retranscrire à l'écran. Le futur réalisateur de Ça, qui s'occupe aussi des costumes du long-métrage pour cause de budget serré (325.000 dollars), décide alors de faire le tour des magasins de déguisements pour trouver la perle rare.

    TROUVER LE BON MASQUE

    "Le script mentionnait une sorte de tête neutre. Je me suis donc rendu dans un magasin de costumes vendant toutes sortes d'articles, notamment pour Noël et Halloween", confie Wallace. Malheureusement, il ne trouve rien de probant, à part un masque d'Emmett Kelly, célèbre clown des années 50. Mais il n'est pas convaincu.

    "La plupart d'entre eux ne pouvait pas marcher. Il y avait des trucs comme Richard Nixon, Gerald Ford... Ça n'allait pas", poursuit le directeur artistique. En continuant à fouiller, il tombe alors sur un rayon consacré à Star Trek avec des masques glauques de Spock et du Capitaine Kirk.

    "Pour moi, ça ne ressemblait pas du tout à William Shatner [Kirk] de toute façon. Donc je l'achète pour 2 dollars. J'ai assombri les cheveux, peint le masque en blanc, agrandi les trous des yeux, arraché les rouflaquettes", précise Tommy Lee Wallace.

    Les masques de Kirk et Spock

    Satisfait, le réalisateur John Carpenter trouve le masque très oppressant et angoissant. "On a trouvé quelqu'un pour faire les essayages. La personne a d'abord enfilé le masque de clown. Elle a ensuite mis celui du Capitaine Kirk. D'un coup, on était tous terrassés. C'était tellement terrifiant à regarder", se souvient Wallace. Carpenter avouera plus tard s'être aussi inspiré du visage d'Edith Scob dans Les Yeux sans visage.

    L'INCARNATION DU MAL

    "Jusqu'à maintenant, je ne comprends pas toujours pleinement ce qui s'est passé. C'était profondément terrifiant dès le départ", conclut le directeur artistique. Par ailleurs, il est assez ironique qu'un des personnages les plus populaires de la fiction (Kirk) ait pu servir de modèle pour un boogeyman horrifique et angoissant à souhait.

    De plus, quand on connaît le prix qu'à coûté ce masque, on peut littéralement dire que c'est un masque à 2 balles. Et pourtant, il continue de semer la terreur chez les spectateurs en 2021 avec Halloween Kills, en salles depuis le 20 octobre.

    À noter que l'homme sous le masque de Michael Myers n'est autre que Nick Castle, interprète original du tueur dans le film de 1978. Le comédien, scénariste et réalisateur, est âgé de 74 ans.

    Il sera aussi de retour dans le dernier volet de la trilogie mise en scène par David Gordon Green, Halloween Ends, au cinéma le 19 octobre 2022. Cependant, pour les séquences physiques, Castle est remplacé par le cascadeur Airon Armstrong.

    NOTRE TOP 5 DES BOOGEYMEN

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top