Mon compte
    Akilla’s Escape sur UniversCiné: 5 choses à savoir sur le film coup de poing et primé avec Saul Williams
    11 oct. 2021 à 09:00
    Mathilde Fontaine
    Mathilde Fontaine
    -Rédactrice brand content ciné-séries
    Celle qui est fan de Friends et pourrait bosser chez Dunder Mifflin. Ne loupe jamais une séance ciné, rêve de vivre dans un film de Sautet, de faire une choré avec les fréros Vega (ceux de Tarantino) et d'aller à une Boum avec Vic ! ("Et là, normalement, il me faut une citation latine...")

    Disponible sur la plateforme UniversCiné, Akilla’s Escape décrit le destin d’un homme rattrapé par une violence dont il pensait s’être sauvé. Un thriller fort et inspiré de faits réels, porté par un Saul Williams impressionnant. 5 choses à savoir.

    Akilla's Escape
    Akilla's Escape
    1h 30min
    De Charles Officer
    Avec Saul Williams, Thamela Mpumlwana, Donisha Rita Claire Prendergast, Vic Mensa, Olunike Adeliyi
    Spectateurs
    2,9

    - Contenu partenaire - 

    CA PARLE DE QUOI ?

    Toronto, 2020. Sur le point d’abandonner la ferme de cannabis qu’il gérait, alors que le gouvernement canadien souhaite le légaliser, Akilla est victime d’un vol sanglant commis par une bande de jeunes ultra violents. 

    Au cours de l’assaut, il parvient à capturer l’un des leurs, Sheppard, 15 ans et découvre que le garçon est affilié à un gang jamaïcain auquel il a lui-même appartenu à New York, dans les années 90. Comprenant que le cycle de violence auquel il pensait avoir échappé se répète, Akilla décide de sauver Sheppard au cours d’une poignée d’heures qui le replonge dans son passé.

    LA TOURNÉE DES FESTIVALS

    Disponible dès maintenant en exclusivité sur UniversCiné, Akilla’s Escape est pourtant dans l’esprit de son réalisateur depuis plus de 10 ans. C’est en effet en 2010 que Charles Officer a commencé à écrire ce film, puisant alors son inspiration dans les évènements survenus à Toronto, lorsque la police a réprimé le gang jamaïcain Shower Posse. 

    Une décennie plus tard, le thriller voit enfin le jour et ne manque pas de conquérir la profession. Présenté lors de nombreux festivals internationaux comme celui de Toronto, de Vancouver, d’Atlanta et de Santa Barbara, il a raflé 5 prix au Canadian Screen Awards sur les 8 catégories dans lesquelles il était nommé. 

    Lauréat du prix ​​de la Guilde canadienne des réalisateurs, il a remporté le titre de Meilleur long-métrage canadien au Festival du film de Victoria. Un engouement partagé par la critique, puisqu’Akilla’s Escape atteint la note de 84% sur Rotten Tomatoes, et que The Film Stage l'a intégré dans sa liste des Meilleurs films de Venise, TIFF et NYFF 2020.

    LA CONFIRMATION WILLIAMS ET LA RÉVÉLATION MPUMLWANA

    Fermement ancré dans la performance doucement puissante et très précise de Saul Williams”, selon Los Angeles Times, Akilla’s Escape a donc pour héros l’icône du spoken word, reconnu pour son travail mêlant poésie et hip-hop alternatif, et acteur déjà vu dans Slam (Caméra d’or à Cannes et grand prix du jury à Sundance en 1998). 

    Plus vrai que nature sous les traits d’Akilla Brown, le New-Yorkais signe aussi la musique si immersive du film, en collaboration avec 3D, membre fondateur de Massive Attack.

    S’il braque donc ses projecteurs sur Saul Williams, le thriller offre son premier rôle d’envergure au jeune Thamela Mpumlwana, à la fois sous les traits de Sheppard et d’Akilla adolescent.  

    UN CLIN D’OEIL A LA HAINE

    Nous plongeant dans les affres d’une vie violente, entre souvenirs des quartiers de Brooklyn en 1995 et présent rythmé par la violence, Akilla’s Escape pourrait évoquer aux Français La Haine, et cela à plusieurs égards.

    Outre le thème et l’ambiance du film, le grand classique de Mathieu Kassovitz avec Vincent Cassel se retrouve dans l’ouverture du long-métrage de Charles Officer. Celle-ci est en effet bercée par la musique de Bob Marley et des images d’archives en noir et blanc, qui illustrent ainsi cette filiation et contextualisent une violence qui prend racine dans la Jamaïque des années 70. 

    C’EST QUOI UNIVERSCINÉ ?

    Née en 2007 de l’initiative d'une quarantaine de producteurs et distributeurs indépendants français de cinéma, cette plateforme VOD dispose d’un large choix de films, depuis les grands classiques du cinéma jusqu'aux succès contemporains.

    Elle propose un catalogue de plus de 8500 films accessibles en location et à l’achat ainsi que plus de 1300 films disponibles sur l’offre d’abonnement à 6,99 € par mois. Ces deux collections regroupent films d’animation, documentaires, courts-métrages, fictions… de 140 nationalités différentes.

    Classiques, cultes ou pépites indé : l’abonnement UniversCiné est destiné à tous les amoureux du cinéma avec des équipes qui partagent leurs meilleures découvertes, ainsi que des sélections thématiques et des focus auteurs chaque semaine, sans aucun algorithme. Akilla’s Escape est la 1ère exclu proposée par la plateforme, qui inaugure une longue série avec un film inédit chaque mois réservé aux abonnés d’UniversCiné

    Pour en bénéficier, plusieurs méthodes : soit un menu “à la carte” qui permet de louer, acheter ou offrir des films, soit en s’abonnant avec l’offre sans engagement, à 6.99 € par mois, soit un abonnement annuel à 69,99 euros. Ces deux souscriptions offrent, en plus d’un accès illimité au catalogue, 3 écrans en simultané, le streaming en mode déconnecté.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Streaming : UniversCiné lance sa plateforme avec des films de Coppola, Scorsese, Jarmusch...
    • 5 films gratuits à voir sur UniversCiné ce week-end : Petit Paysan, Croc-Blanc, Delicatessen...
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top