Mon compte
    Toutes les critiques de L'Humanité
    Nope
    Avec ce divertissement efficace, parabole sociale sur fond de rencontre du troisième type, l’auteur confirme qu’il est passé maître dans l’art de scanner son époque au travers du cinéma de genre.
    L'Humanité
    4,0
    Presse
    4,2
    Bullet Train
    Le manque d’épaisseur de personnages archétypaux maintient Bullet Train sur les rails d’un film d’action classique qui ne renouvelle pas les canons du genre. La dernière superproduction de Sony Pictures demeure toutefois un honnête divertissement estival.
    L'Humanité
    3,0
    Presse
    3,3
    Les Promesses d’Hasan
    Puissance du plan-séquence, intégration idéale des éléments au récit et aux humeurs des personnages (le vent omniprésent, le soleil écrasant). Kaplanoglu est un expressionniste de la nature, dont la beauté et le mystère relativisent la complexité tortueuse de la « comédie humaine ».
    L'Humanité
    4,0
    Presse
    3,5
    L'Année du requin
    Une œuvre enthousiasmante, mêlant habilement cinéma horrifique et humour dans une fiction qui assume des élans documentaires avec un naturalisme volontairement mal dégrossi.
    L'Humanité
    4,0
    Presse
    2,8
    Tempura
    Un délice visuel made in Japan.
    L'Humanité
    4,0
    Presse
    3,5
    Les Petites Marguerites
    Un film agréable qui, paradoxalement, ne laisse pas l'esprit en paix.
    L'Humanité
    4,0
    Presse
    3,8
    Ennio
    Sans faire les pieds au mur, ni s’étaler sur sa collaboration avec le maestro, Tornatore, cinéaste plan-plan, détaille parfaitement le processus qui a graduellement transformé un petit trompettiste fils de trompettiste (de jazz) en géant musical du XXe siècle.
    L'Humanité
    4,0
    Presse
    3,9
    Les Travaux et les Jours - Partie 3
    Anders Edström et C.W. Winter signent leur deuxième film en commun après The Anchorage en 2009. Leur intérêt commun pour la photographie, mais aussi pour la banalité et la lenteur, trouve dans ce véritable bijou visuel la matière d’une ode à une nature métaphysique qui laisse une forte impression.
    L'Humanité
    5,0
    Presse
    4,4
    Les Travaux et les Jours - Partie 2
    Anders Edström et C.W. Winter signent leur deuxième film en commun après The Anchorage en 2009. Leur intérêt commun pour la photographie, mais aussi pour la banalité et la lenteur, trouve dans ce véritable bijou visuel la matière d’une ode à une nature métaphysique qui laisse une forte impression.
    L'Humanité
    5,0
    Presse
    4,4
    Les Travaux et les Jours - Partie 1
    Anders Edström et C.W. Winter signent leur deuxième film en commun après The Anchorage en 2009. Leur intérêt commun pour la photographie, mais aussi pour la banalité et la lenteur, trouve dans ce véritable bijou visuel la matière d’une ode à une nature métaphysique qui laisse une forte impression.
    L'Humanité
    5,0
    Presse
    4,4
    I love Greece
    (...) le réalisateur prend parti pour un humour assombri par une triste réalité hellène.
    L'Humanité
    3,0
    Presse
    2,5
    Peter von Kant
    Plus démonstratif que l’original, Peter von Kant penche vers le vaudeville là où le film de Fassbinder, non dépourvu d’humour, était mystérieux, sec et dérangeant. Parfaitement orchestrée et interprétée, cette transposition infidèle et respectueuse est un bel exercice de style largement vidé de sa charge subversive. C’est un peu dommage.
    L'Humanité
    3,0
    Presse
    3,6
    Cahiers Noirs II – Ronit
    Le film devient une réflexion sur le corps, sa capacité à endurer, à se sublimer dans la souffrance. C’est aussi le récit éclaté, poétique et sentimental d’une relation fusionnelle entre un frère et sa sœur dont les traumas familiaux n’ont jamais complètement été résolus.
    L'Humanité
    3,0
    Presse
    4,3
    Cahiers Noirs I – Viviane
    Le film devient une réflexion sur le corps, sa capacité à endurer, à se sublimer dans la souffrance. C’est aussi le récit éclaté, poétique et sentimental d’une relation fusionnelle entre un frère et sa sœur dont les traumas familiaux n’ont jamais complètement été résolus.
    L'Humanité
    3,0
    Presse
    4,3
    En roue libre
    Il n'empêche, le film emprunte quelques chemins de traverse pour laisser une large place à la musique, évoquer la souffrance des soignants. En plus, le duo Foïs et Voisin est impeccable.
    L'Humanité
    4,0
    Presse
    3,4
    Decision To Leave
    Une brillante variation sur le film de détective.
    L'Humanité
    4,0
    Presse
    4,0
    Clèves
    C’est très joli, souvent juste, très bien filmé et la jeune Louisiane Gouverneur, lumineuse, est une vraie révélation.
    L'Humanité
    3,5
    Presse
    3,8
    Jungle rouge
    Le résultat découvre un portrait introspectif d’un combattant révolutionnaire et bureaucrate qui a perdu prise avec le réel. Intrigant, parfois confus, le film est aussi passionnant sur les rapports de force entre combattants, les relations hommes-femmes en contradiction avec les valeurs énoncées.
    L'Humanité
    3,0
    Presse
    3,3
    Elvis
    Ultragénéreux, Elvis déjoue ainsi les pièges classiques du biopic. Ni gentillet ni imbibé de gloriole (Elvis, tout génie qu’il est, n’est pas un enfant de chœur), il arrive à enjamber le programme attendu de la nécrologie du chanteur.
    L'Humanité
    5,0
    Presse
    3,8
    El buen patrón
    El Buen Patron est une comédie noire montée sur ressort qui parle sans faux-semblant de la violence du monde du travail. Leon de Aranoa brouille les pistes, parvient à nous rendre sympathique ce patron pervers au sourire de façade. Il a compris que l’humour peut être une arme d’insoumission massive.
    L'Humanité
    4,0
    Presse
    3,6
    Back to Top