Mon AlloCiné
Rencontre avec l'équipe d'"Henri 4"
10 mars 2010 à 00:43
facebook Tweet

Rencontre avec Julien Boisselier, Armelle Deutsch, Chloé Stefani et le producteur Christian Charret à l'occasion de la diffusion de la mini-série en deux parties "Henri 4", qui démarre ce jeudi sur France 2.

Comment se prépare-t-on à incarner des personnages historiques
Julien Boisselier : Moi, j’ai beaucoup lu au départ puis je me suis très rapidement arrêté parce que je me suis rendu compte que c’était impossible de jouer tout ce qui s’était passé. Je me suis donc beaucoup appuyé sur le scénario, qui était assez efficace et bien construit. Je me suis plongé dans le travail, chaque jour, j’ai essayé de défendre au plus juste les situations qui avaient été écrites, ce que le réalisateur avait envie de raconter, sa vision assez personnelle de l’histoire de France.
Armelle Deutsch : Je suis un peu dans le même cas. Il y a eu tellement de fantasmes sur la Reine Margot, beaucoup de gens ont écrit sur elle, l’ont fantasmée et romancée, même chez Alexandre Dumas. A un moment, il faut s’appuyer sur ce que le metteur en scène a envie de faire de ce personnage et l’incarner au mieux.

Adjani dans le film de Chéreau, n'était-ce pas une référence un peu lourde ?
Armelle Deutsch : Oui, c’est une référence énorme et très impressionnante… Je me suis mis la pression au départ et puis je m'en suis dégagée. On ne raconte pas la Reine Margot, on raconte Henri IV, il y a donc un monde entre les deux. C’est une telle actrice et le film est tellement beau qu’on ne peut pas vraiment l'occulter. Mais en tout cas, je ne m’en suis pas inspirée. Je ne pouvais pas parce que les personnages étaient complètement différents.

Vous avez tourné avec des comédiens et un réalisateur allemands. Comment s’est passé ce tournage insolite ?
Julien Boisselier : C’est toujours un peu compliqué. Si vous n’avez jamais pratiqué l’allemand, il est impossible de comprendre un seul mot. C’est du japonais! Il y a eu quelques moments de solitude sur le plateau. En général, j’aime bien communiquer avec les gens, savoir ce qui se passe, entendre les techniciens parler entre eux. Là, par moment, je me sentais un peu isolé mais finalement j’ai eu une chance incroyable, c’est que dans le travail, pur et dur, quand la caméra commençait à tourner, j'étais face à des acteurs - que je ne connaissais pas mais qui sont des grosses pointures en Allemagne - des gens très connus et très respectés là-bas. Je m’en suis rendu compte au festival de Berlin [où le film a été présenté]. Finalement au-delà de la barrière de la langue, quand vous avez en face de vous des acteurs de ce niveau-là, il se passe quelque chose dans le regard, dans l’énergie… comment on se ressent, comment on se renifle presque. Au final, passés les deux premiers jours d’adaptation, je me suis rendu compte que ça marchait très bien et qu’on n’avait pas forcément besoin de se comprendre mot-à-mot pour jouer ensemble. Ça été une expérience très enrichissante pour moi.

Vous montiez à cheval ?
Chloé Stefani : Parle-nous de ton expérience à cheval. (rires)
Julien Boisselier : Oui oui, je suis un grand cavalier. J’ai été élevé dans un haras. (rires) Non je ne savais pas du tout monter à cheval donc j’ai appris comme tout le monde et j’en garde un très bon souvenir. (rires) Ça m’a appris que déjà, je ne referais plus de cheval de ma vie. C’est terminé. Mais il y avait une équipe autour de nous, des professionnels qui ont géré nos angoisses et nos impossibilités. Moi, j’ai découvert l’équitation en Allemagne. C’était intéressant et marrant parce que le cinéma c’est de la triche et au final, ça marche… On a vraiment l’impression que je suis à l’aise. (rires)

Après cette expérience que retenez-vous d’Henri IV ? Qu’est-ce que représente le personnage pour vous ?
Julien Boisselier : Il reste un grand mystère pour moi. Je ne me rends pas très bien compte. J’ai réalisé ce qui s’était passé, ce que ça racontait vraiment en voyant le film la première fois. A mon sens, ce n’est pas plus mal. Si j’avais dû prendre conscience de tout ce que j’avais à faire en commençant le tournage, je n’y serais pas arrivé. Jour après jour, je défendais chaque situation au plus proche en essayant d’être le plus honnête possible, le plus vrai pour que finalement les gens essaient de s’identifier un peu à cette époque et à cet homme. Après, cela reste une fiction et personnage de "roman" parce que cette période est extrêmement cinématographique et assez folle. Au final, c’est presque comme si ce n’était pas moi, c’est encore un peu virtuel.

Mais que représente, pour vous, Henri IV ?
Julien Boisselier : Henri IV c’est un humaniste. En faisant des recherches, je me suis rendu compte qu’il y avait, aujourd’hui, des hommes politiques qui se réclamaient de cet homme-là parce qu’il avait une vision assez moderne. C’est un des premiers à avoir essayé de réconcilier les peuples au-delà des guerres de religions. Il était en avance sur son époque. Aujourd’hui, il est encore une référence.
Christian Charret : Un auteur vient de publier un livre sur Henri IV et dit de lui qu'il est sans doute le seul Roi de France qui aurait pu être élu Président de la République.

C’est un gros budget, quelles sont pour vous les différences entre un tournage télé et un tournage de cinéma ?
Julien Boisselier : Il n’y a pas de différence. Cela dépend peut-être des moyens mais finalement… Non, la différence, en tant que comédien, se fait sur le réalisateur. On peut faire un tout petit film avec un metteur en scène qui a de grandes idées, de grandes ambitions et qui vous apprend des tas de choses, et puis vous pouvez vous retrouver sur un gros film avec quelqu’un qui ne sait pas quoi faire de son argent.

"Henri 4" sera diffusé à la télévision en France, tandis qu’en Allemand, le film sortira en salle…
Christian Charret : C’est une mini-série de 2x90 minutes, qui a été financée comme un grand film de cinéma. Il y a des centaines de chevaux et des milliers de figurants, on est dans une économie très spectaculaire. Nous avons Gernot Roll, un des plus grands chefs opérateurs au monde, Hans Zimmer, qui a écrit les musiques de quelques uns des plus gros films hollywoodiens de ces dernières années. Et un budget de 20 millions d’euros. Ensuite, depuis quelques années maintenant, en France – ce n’est peut-être pas le cas en Allemagne - les films historiques sont véritablement l’apanage de la télévision. Je suis sur ce projet depuis cinq ans, l’auteur Jo Baier, lui, y travaille depuis dix ans. Au départ, ce devait être un film en trois parties de 90 minutes, que nous avons resserré - peut-être en sacrifiant un peu la jeunesse de Henri IV. Mais, cette histoire devait s’installer dans la durée et pour moi, ce n’est pas le format du cinéma. J'aime beaucoup la deuxième partie, qui est complètement d’actualité. On se retrouve quatre siècles plus tard confronté à des problèmes comme la relation entre la religion et le pouvoir, la tolérance, la guerre... On a donné le Prix Nobel de la Paix à un monsieur qui fait la guerre. D’une certaine façon, Henri IV fait la guerre parce qu’il n’a pas le choix, pour rétablir la paix entre les différentes factions qui se partagent le royaume.

Comment s'est passée la collaboration artistique avec l’Allemagne ?
Christian Charret : Nous avons un réalisateur qui sait ce qu’il veut, qui est habité par son sujet. Il y a une grande cohérence dans sa démarche. Il y a eu des discussions au moment du montage. Je lui ai dit que le film ne devait pas être interdit aux moins de 16 ans, ni aux moins de 12 ans. On a donc eu des débats sur le degré de violence et de sensualité.

Vous passez beaucoup de temps nue…
Armelle Deutsch : Moi, je ne fais que ça dans ce film ! (rires) Mais en clair, c’était l’essence-même de mon personnage. Nous avons beaucoup ri sur le tournage avec Julien.

Pas de doublage pour la scène de la fessée ?
Armelle Deutsch : Non... Si... que le gros plan ! Parce qu’il voulait une vraie morsure et que je ne voulais pas me faire mordre.
Christian Charret : Mais c’est une dimension de Henri IV que nous ne pouvions pas gommer. Il était un homme à femmes.
Armelle Deutsch : Dans les scènes d’amour, il y avait une vraie évolution dans leur relation sentimentale. On a un peu les trois côtés de leurs sentiments: passionnel, nymphomane et violent. Au fur et à mesure de la dégradation de leur relation, il y a une évolution dans leur sexualité, que je trouvais, personnellement, intéressante à montrer.
Julien Boisselier : Ce sont des scènes très chorégraphiées. A partir du moment où le réalisateur vous explique ce qu’il veut dire à travers ces scènes… Armelle et moi, nous nous sommes mis d’accord comme deux danseurs, pour être à l’aise et nous sentir libres là-dedans. Et puis, une fois passées toutes ces gênes, il y a presque un plaisir intellectuel à faire ça parce qu’on voit le résultat, comment on est filmé, comment on est éclairé, ce que ça raconte au final et on ne se sent pas trahi.

Comment avez-vous choisi les comédiens ?
Christian Charret : La condition sine qua non était d’avoir un acteur français pour incarner Henri IV. Jo Baier est resté assez longuement à Paris et nous avons choisi ensemble les acteurs.
Julien Boisselier : Je suis parti à Berlin pendant une journée. J’ai fait des essais costume et maquillage. J’ai travaillé pendant une journée avec Jo, j’ai donc eu un aperçu de ce que se serait de travailler avec quelqu’un d'aussi exigeant. Par exemple, il ne me dit jamais "C’est bien", parce que là-bas, c’est normal...

Tourner dans un film historique en costume, est-ce excitant pour un acteur ?
Armelle Deutsch : Un rêve de petite fille. On est "déguisé". Il y a peut-être un peu plus de facilité à entrer dans le personnage. Avec les décors, c’est tout un imaginaire que l’on nous offre déjà.
Julien Boisselier : Je suis d’accord. Au final, c’est plus simple parce que tout est offert, tout est là et on avait beaucoup de moyens. Il n’y a rien de pire pour un acteur que d’être dans un film historique sans moyen parce qu’on ne voit que les décors qui ne marchent pas, les costumes qui ne sont pas bien. Si tout est au niveau, on est porté naturellement. Dès le premier jour de tournage, j’ai pris conscience de la chance que j’avais d’être là. Parce que costumes, lumière, parti pris de mise en scène, tout était là… et ça se voit à l’image.

Dans quelles langues avez-vous tourné ?
Armelle Deutsch : Tout le monde communiquait en anglais. Avec le réalisateur quand ça devenait un petit peu compliqué, une assistante qui parlait français venait nous aider. Et à l’écran, chacun s’exprimait dans sa langue. Au final, on se rend compte que l’essence du jeu n’est pas forcément dans les mots. En France, on y attache énormément d’importance. Dans le jeu d’acteur français, on est beaucoup sur le "mot" avant d’être sur l’"état". Pour cette mini-série, le fait d’avoir deux langues différentes nous replonge dans l’état instinctif du jeu. On s'exprime davantage avec notre corps, nos expressions, afin de transmettre à l'autre. C’est intéressant et enrichissant, comme le soulignait Julien tout à l’heure. En revanche, c’était extrêmement fatigant parce qu’il y avait quatorze langues sur le plateau et au moins deux dans chaque scène! Et puis il est vrai qu’il y a une différence avec les allemands, surtout dans un jeu d’époque. Dans un jeu contemporain, ils ont des labiales quasiment identiques aux nôtres lorsqu’ils parlent. Mais, dans des jeux théâtraux, ils crient plus. Il y a quelque chose qui bouge plus au niveau de la bouche et de la mâchoire. Pour nous, c’est un peu étrange, parce que même lorsque l’on crie, ça ne se déforme pas autant. Ils ont également des toniques différentes, ils ne mettent pas le sentiment au même endroit que nous... Des subtilités qu’il fallait comprendre.
Chloé Stefani : Les différences de langues ont engendré la nécessité d'une une grande concentration. On était un peu dans des bulles.
Julien Boisselier : Quand on travaille en Allemagne, on se rend compte dès le pick-up le matin que ce n'est pas pareil. Si vous arrivez à 6h02 en bas, vous avez déjà trois messages sur votre portable. Ils ont une culture du travail. Le mot ""équipe"" prend tout son sens. Et on finit quand on doit finir.
Chloé Stefani : On s’en fout de l’heure qu’il est. Tout le monde est fatigué mais personne ne râle.
Julien Boisselier : Ce n’est pas forcément bien de ne pas pouvoir dire, par moment, c’est trop long. Mais, ça nous a permis de faire le film dans les temps. Et pour ce film-là, en l’occurrence, c’était bien. J’ai une de mes costumières qui a oublié une de mes chaussures sur le plateau, le lendemain elle était virée! Voilà. Et c’était normal. Ça nous paraît un peu dur mais ça permet de faire fonctionner cent-cinquante personnes ensemble avec une fluidité et une rigueur… C’est assez impressionnant. Mine de rien, je suis retourné en France pour faire un film avec un réalisateur qui est venu me voir en me disant ""C’était vachement bien cette prise"", j’avais envie de l’embrasser sur la bouche ! Là, je retrouvais une attention... Ce n’est pas la même culture.
Chloé Stefani : Il ne perdait pas de temps à nous rassurer, à nous brosser dans le sens du poil. On en a parlé à Berlin, il a passé son temps à dire qu’il y avait une pression sur le plateau qui lui convenait. L’urgence des plannings surchargés était selon lui une pression très positive pour le travail.
Julien Boisselier : Mais ce qui compte c’est le résultat. Pour moi, c’est un cadeau, je lui en suis très reconnaissant mais c’est vrai que ça n’a pas forcément été une partie de plaisir.

Propos recueillis par Claire Varin, le 15 février 2010
facebook Tweet
Commentaires
  • cine34
    Armelle Deutsch nue... ça va faire de l'audimat sérieux 8 à 10 millions de pervers... Heu de spectateur pardon^^
  • Chantou13
    Je suis dans l'impatience, étant une accro de l'histoire en général, et là en l'occurence une fresque magistrale de l' Histoire de France, de visionner " Henry IV, (et son beau Panache Blanc) ce soir sur M6.§Et Merci cher Team, d' Allociné pour cette interview.! Que j'aimerai bien transférer sur mes favoris.! Please, aidez-moi.!
  • lou40
    en même temps, Chantou13, si tu regardes m6 ce soir, il ne faudra pas te plaindre de ne pas avoir vu henri IV qui passe sur f2 !!!
Voir les commentaires
Suivez-nous sur Facebook
Dossiers recommandés
Elite, Beverly Hills, Hélène et les garçons... Pour de vrai, ils avaient quel âge ?
NEWS - Séries à la TV
jeudi 25 octobre 2018
Elite, Beverly Hills, Hélène et les garçons... Pour de vrai, ils avaient quel âge ?
Quelles nouvelles séries sont faites pour vous ? Notre guide critique de la rentrée 2018
NEWS - Séries à la TV
jeudi 20 septembre 2018
Quelles nouvelles séries sont faites pour vous ? Notre guide critique de la rentrée 2018
L'Arme Fatale, Esprits Criminels, Grey's Anatomy... Ces séries qui ont viré leurs acteurs pour mauvais comportement
NEWS - Stars
mercredi 16 mai 2018
L'Arme Fatale, Esprits Criminels, Grey's Anatomy... Ces séries qui ont viré leurs acteurs pour mauvais comportement
"Breaking Bad": les scènes les plus WTF, Bitch !
NEWS - Séries à la TV
vendredi 26 janvier 2018
"Breaking Bad": les scènes les plus WTF, Bitch !
Tous les dossiers séries
Nouvelles séries les + attendues
Hanna
1
Hanna
Drame, Thriller
1 ère diffusion
29 mars 2019 sur Amazon
Toutes les vidéos
Pretty Little Liars: The Perfectionists
2
Pretty Little Liars: The Perfectionists
Drame, Thriller
1 ère diffusion
20 mars 2019 sur Freeform
Toutes les vidéos
The Fix
3
The Fix
Drame, Judiciaire
1 ère diffusion
18 mars 2019 sur ABC
Toutes les vidéos
Kepler(s)
4
Kepler(s)
Drame, Policier
1 ère diffusion
4 mars 2019 sur France 2
Toutes les vidéos
Nouvelles séries TV bientôt diffusées
Back to Top