Notez des films
Mon AlloCiné
    Mort d'Edouard Molinaro, réalisateur de "La Cage aux folles" et "L'Emmerdeur"
    7 déc. 2013 à 17:36
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Il a dirigé Louis de Funès, Michel Serrault, Jacques Brel, Lino Ventura ou encore Fabrice Luchini : le réalisateur français Edouard Molinaro s'est éteint ce samedi 7 décembre, à l'âge de 85 ans.

    © Etienne George/Sygma/Corbis

    La "Cage aux folles" une nouvelle fois en deuil. Deux semaines après la disparition de George Lautner, réalisateur de La Cage aux folles III, un autre artisan du cinéma populaire français s'éteint avec Edouard Molinaro, à l'oeuvre, entre autres, sur La Cage aux folles (1978) et La Cage aux folles III (1980). Grande figure de la comédie française avec 16 réalisations au-dessus du million d'entrées (dont son plus grand succès, Oscar, qui attira 6 122 041 spectateurs en 1967), le réalisateur-scénariste s'est éteint ce samedi à Paris. Il avait 85 ans.

    Cinéaste à... 16 ans

    Né en 1928 à Bordeaux, Edouard Molinaro se passionne très tôt pour le 7e art. Il s'impose, dès ses 16 ans, dans différents concours de courts métrages amateurs organisés dans sa région et intègre le monde du cinéma en tant qu'assistant d'André Berthomieu puis de Maurice de Canonge. Il perfectionnera sa technique au contact de ces réalisateurs chevronnés pendant près de 10 ans avant de réaliser son premier long-métrage, Le Dos au mur, avec Gérard Oury et Jeanne Moreau.

    Salué par la critique pour sa maîtrise et son innovation, le jeune réalisateur enchaîne dès l'année suivante avec Des femmes disparaissent et réalise dans la foulée plusieurs films policiers (Un témoin dans la ville en 1959, La Mort de Belle en 1960) qui connaissent un relatif succès. Contemporain de la Nouvelle Vague, Edouard Molinaro n'a néanmoins jamais fait partie de ce mouvement.

    De Funès, Serrault, Brel...

    A partir du début des années 60, il s'oriente vers la comédie grand-public et tourne avec les acteurs les plus populaires du moment. Avec des "monstres sacrés" comme Louis De Funès (Oscar, Hibernatus), Lino Ventura ou Jacques Brel (L'Emmerdeur) ses films rencontrent un immense succès populaire, qui atteint son paroxysme, en 1978, avec l'inoubliable prestation de Michel Serrault et d'Ugo Tognazzi dans La Cage aux folles. L'engouement est tel qu'il touche même les Etats-Unis, où Edouard Molinaro sera nommé aux Oscars de cette même année dans les catégories meilleur réalisateur et meilleur scénariste.

    Fort de ce succès, Edouard Molinaro réalise quelques films plus personnels comme
    La Liberté en croupe, Mon Oncle Benjamin ou L'Ironie du sort. Mais malgré ses indéniables compétences cinématographiques, Edouard Molinaro, renvoie irrémédiablement l'image d'un hônnete artisan du cinéma, que des films comme Le Téléphone rose ou Pour cent briques t'as plus rien... ont contribuée à creuser davantage.

    Artisan télévisuel

    Au-delà des multiples adaptations de pièces de théatre (Oscar, A gauche en sortant de l'ascenseur, Le Souper), la carrière d'Edouard Molinaro est marquée par les nombreux films qu'il a réalisés pour le petit écran qu'il s'agisse de téléfilms (Au bon beurre, La Femme abandonnée) ou d'épisodes de séries télévisés (H, Navarro, Le Tuteur).

    Si dans les années 90, Edouard Molinaro met très régulièrement son talent au service de la télévision. Il continue toutefois son travail au cinéma et adapte sur grand écran
    Le Souper, la pièce de théâtre éponyme de Jean-Claude Brisville et réalise Beaumarchais, l'insolent, à partir d'un scénario inachevé de Sacha Guitry, avec un Fabrice Luchini plus grandiloquent que jamais. La même année, Edouard Molinaro reçoit, sur le tard, le prix René Clair pour l'ensemble d'une carrière ininterrompue de plus de quarante ans.

    En janvier dernier, il recevait le Prix Henri-Langlois d'Honneur dans le cadre des 7e Rencontres Internationales du Cinéma de Patrimoine.

    Décès : ils nous ont quittés en 2013... Décès : ils nous ont quittés en 2013...

    Sa dernière réalisation (novembre 2013) : Axelle Laffont évoque "Siamoises", un roman de Michel Canesi et Jamil Rahmani publié aux éditions Naive.

    Suivez-nous sur Twitter pour connaître l'actu ciné & séries d’AlloCiné

    La rédaction d'AlloCiné avec Le Point

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • MACBOOK_PRO
      R.I.P :-(
    • Elmojito
      RIP :S
    • Didier Noisy
      En hommage à ce grand metteur en scène pas toujours considéré à sa juste valeur, voici sa filmographie complète (films et téléfilms), ainsi que TOUT son box-office. C'est ici : http://boxofficestar2.eklablog...
    • kalua
      R.I.P avec en souvenir "mon oncle benjamin" un film unique!!!
    • Nono Bamy
      R.I.P :(
    • Badaask
      R.I.P :( J'avais trouvé Oscar vraiment excellent.
    • Cornetot
      RIP Edouard Molinaro triste epoque de te voir partir avec Lautner et les autres....
    • Elisariel
      Il nous a donné généreusement beaucoup d'éclats de rire, il a donné à des comédiens des rôles que nous n'oublierons jamais et que les générations qui arrivent connaissent aussi. C'est dans ces cas-là que je suis contente de voir et revoir des films comme "Oscar", "La cage aux folles" ou "Hibernatus".P... d'année 2013 !Adieu Monsieur Molinaro...
    • Chunk84
      de vraies comédies comme on en fait plus...RIP
    • MichaelDouglas
      RIP Edouard Molinaro.
    • Cosmicm
      certains dirons, les gens meurent ça arrive tous le jours mais ... autant de personnes connus en si peu de temps ça fait vraiment peur ...
    • Speedy73
      Décidément cette fin d'année est bien triste pour le monde du cinéma.
    • Chris46
      Et Ben décidément cette fin d'année est triste . Un très bon réalisateur qui avait réaliser des comédies cultes françaises ( oscar , la cage aux folles , hibernatus , l'emmerdeur ...) avec les plus grands comme Louis de funes , Claude rich , Michel serraut , jaques Brel , Lino ventura . Un grand monsieur . Rip
    • unicron
      On est pas dans une grande semaine...
    Voir les commentaires
    Back to Top