Mon AlloCiné
    10 films culte de l'âge d'or du X américain
    Par G.M. — 25 août 2019 à 19:00
    facebook Tweet

    Harry Reems, acteur emblématique du porno américain des années 1970-1980, est décédé ce mardi 19 mars. A cette occasion, retour sur quelques classiques du genre... Du vrai cinéma avec un grand X !

    Alpha France - Blue One

    "Gorge profonde" (1972) de Gerard Damiano

    De quoi ça parle ?

    Linda, une jeune femme, découvre que son clitoris est anormalement situé dans sa gorge. De ce postulat découle toute une série de tribulations très "polissonnes".

    Pourquoi c'est cul...te ?

    - Parce qu'il a la réputation d'être le film le plus rentable de tous les temps. Doté d'un budget de 25 000 dollars, Gorge profonde généra près de 600 millions de dollars de recettes en 33 ans d'exploitation. Pour l’anecdote, ce long métrage a été écrit en un week-end et tourné en six jours en Floride pour échapper aux rigueurs de l'hiver new-yorkais.

    - Parce qu’il s’agit d’un film construit autour de son actrice, Linda Lovelace, et de son don pour la fellation. En commençant à tourner Gorge profonde, le réalisateur Gerard Damiano a découvert ce talent particulier et s'est dit qu'il pouvait en faire le thème principal de son film. Il s'est donc mis à réfléchir à une histoire qui pourrait valoriser sa découverte.

    - Parce que la sortie en salles de Gorge profonde le 11 juin 1972 au World Theater de New York provoqua une véritable polémique, le film étant qualifié d'obscène par l'Etat de New York et faisant l'objet d'une interdiction dans 23 Etats. Certains propriétaires de salles qui le projetaient ont été poursuivis pour divers motifs. Dix copies furent classées X, tandis que cinq copies furent édulcorées pour être vues par des adolescents de moins de 17 ans accompagnés d'un adulte. Le New York Times porta quant à lui le long métrage aux nues et en fit un phénomène de société.

    - Parce qu’une part de mystère concerne les 600 millions de dollars qu'a rapporté le film au fil des ans. Financé par des personnes ayant des liens établis avec le crime organisé, Gorge profonde n'a pas été distribué par les canaux des studios habituels ni par un système de distribution reconnu. Les bobines étaient apportées par des coursiers aux cinémas, et les recettes étaient récupérées directement. Résultat : aucune comptabilité officielle des recettes en espèce n'existe. Où que soit allé l'argent, il n'a jamais atterri dans les poches de Gerard Damiano, de son équipe ni de ses interprètes.

    - Parce que le titre Gorge profonde a été utilisé par les deux journalistes du Washington Post, Bob Woodward et Carl Bernstein, pour désigner leur source mystérieuse dans le scandale du Watergate qui conduisit à la démission du Président américain Richard Nixon. Ce n'est qu'en 2005 que le fameux indic' révélera sa véritable identité : il s'agissait de Mark Felt, directeur adjoint du FBI à l'époque des faits.

    Stars X...
    Harry Reems

    Emporté par un cancer du pancréas le 19 mars 2013, Harry Reems, de son vrai nom Herbert Streicher, débuta sur les planches en jouant Shakespeare. Engagé comme assistant de production sur le tournage de Gorge profonde, il en deviendra finalement la star masculine, remplaçant au pied levé le comédien qui était censé jouer face à Linda Lovelace et qui ne s’était jamais présenté sur le set. Sa prestation lui vaudra en 1976 d’être jugé coupable pour association de malfaiteurs et transport d'obscénités à travers les frontières des Etats.

    Une liste impressionnante de groupes de libertés civiles et un grand nombre de figures majeures de Hollywood, dont Frank Sinatra, Sammy Davis Jr., Jack Nicholson et Warren Beatty, se rallieront à sa cause, et sa condamnation finira par être annulée. Malheureusement, la suite de sa carrière ne sera qu’une succession de déconvenues, la plus marquante émanant des studios Paramount qui désapprouvèrent le choix du scénariste et producteur Allan Carr de lui confier le rôle de Coach Calhoun dans la comédie musicale Grease. Tombé dans l'enfer de la drogue, il ne devra son salut qu'à sa reconversion dans l'immobilier et à son mariage avec une femme très croyante. En 2005, la jeune génération le découvrira à travers l'excellent documentaire Inside Deep Throat.

    Ci-dessous, la bande-annonce de "Inside Deep Throat"...

    Inside Deep Throat Bande-annonce VO

     

    facebook Tweet
    Commentaires
    • ToshiD
      Heu... Non.
    • Agent Doggett
      Sans oublier que c'était une véritable expédition de débusquer notre futur héritage en la matière que les Pères savaient parfaitement bien dissimuler à l'abri du regard des Mères ! Adolescent j'ai été très èfficase, j'ai dû subir une expédition punitive de la mére qu'une fois et evidemment le pére aussi pour sa négligence. Alors que maintenant l'accés au porn est aussi rapide que la transmutation de X-Or avec zéro sentence !!
    • Carlo645
      l'auteur de l'article tient très bien son sujet, à croire que ça vidéothèque ne contient que ça, mais je suis d'accord avec l'avis général, cela fait longtemps que les articles ici sont sans intérêts et ne donnent rien comme info...
    • megaclone
      Oui c'est lamentable :/
    • Hunnam29
      J'avoue que l'article est complet, ce qui devient rare ici... Pourquoi s'attarder autant sur les films X et pondre au contraire pleins d'articles inutiles avec zéro info dedans à côté de ça ? Mystère.
    • megaclone
      Un article qui traite de la sous culture de manière plus efficace que les dossiers sur les vrais films qui auraient besoin d'une qualité similaire... J'ai juste envie de dire : lol.
    • Romain D
      Nul.
    • ToshiD
      Ha! Les pornos des années 80 je me souviens de mon premier porno c’était des lesbiennes qui faisaient de l’aérobic J'avais quoi 6-7 ans je crois... Ha que de bon souvenir. C'est plus dur de cacher de grosse vhs que de couper une connexion internet ou de mettre un mot de passe sur son ordi... ou pas...
    • Big Mac S.
      Je conseillerais Blue Movie d'Andy Warhol avec Viva.Contre toutes attentes, dossier pas inintéressant et bien documenté. J'ai vu Deep Throat, ça n'en valait pas franchement la peine mais le reste de la carrière de Gérard Damiano a l'air de comporter des choses intéressantes, plus que celle de Just Jaeckin. Qu'on le veuille ou non ceux sont des classiques du cinéma qui ont une place pas négligeable dans l'histoire mais sont reniés par les cinéphiles comme l'on pu l'être ou peuvent encore l'être les séries B, Z... Ils sont rarement de grande qualité j'en conviens mais tout n'est sûrement pas à jeter dedans et leur statut de culte est indéniable (culte ne veut pas dire chef d'oeuvre pour rappel). Il y a aussi eu des bonnes choses dans la sexploitation, notamment les films de Paul Morrissey ou quelques Jess Franco (ceux avec Miranda Soledad).
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Dossiers recommandés
    10 films culte de l'âge d'or du X américain
    NEWS - Culture ciné
    dimanche 25 août 2019
    10 films culte de l'âge d'or du X américain
    10 théories de fans qui vous feront voir autrement les dessins animés de votre enfance
    NEWS - Culture ciné
    vendredi 23 août 2019
    10 théories de fans qui vous feront voir autrement les dessins animés de votre enfance
    Backdraft, 2001: l'Odyssée de l'espace... : ces films cultes ont eu une suite et vous l'ignoriez peut-être !
    NEWS - Culture ciné
    mercredi 24 juillet 2019
    Backdraft, 2001: l'Odyssée de l'espace... : ces films cultes ont eu une suite et vous l'ignoriez peut-être !
    Anna, Mathilda, Leeloo, Nikita.... : les héroïnes de Luc Besson
    NEWS - Stars
    vendredi 12 juillet 2019
    Anna, Mathilda, Leeloo, Nikita.... : les héroïnes de Luc Besson
    Tous les dossiers cinéma
    Top Bandes-annonces
    Angel Heart Bande-annonce VO
    Abominable Bande-annonce (2) VF
    Sponsorisé
    Alice et le maire Bande-annonce VF
    Et puis nous danserons Bande-annonce VO
    Au nom de la terre Bande-annonce VF
    Chambre 212 Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Back to Top