Mon AlloCiné
Joséphine s'arrondit : "La dernière vraie comédie sur le sujet de la grossesse, c'est Neuf mois"
Par Brigitte Baronnet — 9 févr. 2016 à 16:15
facebook Tweet G+Google

Marilou Berry passe à la réalisation et retrouve le personnage de Joséphine, trois ans après la première adaptation au cinéma. Au coeur de cette nouvelle aventure, la grossesse et l’accouchement, un "sujet universel" selon Marilou Berry. Rencontre.

AlloCiné : Il y a un côté très cartoon dans Joséphine s'arrondit, encore plus que dans le précédent volet...

Marilou Berry, actrice et réalisatrice : C’est mon univers, c’est la direction artistique que je voulais prendre.

Mes références pour ce film, c’étaient des Pixar, Tex Avery, Jim Carrey… Ces films qui me plaisent énormément et que je trouve en même temps très sincères, très réalistes et fous.

Pour moi, c’est un peu comme de la danse classique par rapport à du moderne jazz : c’est la perfection du mouvement, le mouvement poussé à son extrême, ce qui n’empêche pas au mouvement d’être moins vrai, moins réaliste. C’est ça qui me plait.

Agnès Obadia avait réalisé le premier volet. Comment cela s’est-il décidé que vous réaliseriez cette suite ?

On en a parlé avec Romain Rojtman, le producteur, sur le tournage de Joséphine - il n'était pas encore question d'une suite. Je lui faisais part de mon envie de réaliser des films, et lui, son envie de produire mon premier film. Et naturellement, quand il s’est dit qu'il ferait bien une suite à Joséphine, il me l’a proposée. On a parlé du sujet de la grossesse, du couple.

C’est un sujet qui me parle beaucoup, qui parle à 98% de la population. C’est quelque chose d’assez universel. Je trouve que c’est un sujet sur lequel il y a beaucoup de choses à dire, qui n’a pas été usé au cinéma, en France au moins.

C'est un sujet qui n'a pas été usé au cinéma. Pour moi, la dernière vraie comédie sur le sujet, c’est Neuf mois

Pour moi, la dernière vraie comédie sur le sujet, c’est Neuf mois. Il n’y a pas eu d’autres grosses comédies. Il y a eu des films sur la grossesse mais qui ne sont pas des comédies, des films plus sociaux. Donc c’est un sujet sur lequel il y avait plein de choses à faire. 

Comme vous le disiez un peu plus tôt, le film a un style cartoon mais avec toujours un fond réaliste. Quels sont les retours que vous avez justement sur ce sujet ? Est-ce que le public s’identifie ?

Je fais une grande tournée en ce moment dans toute la France pour présenter le film. C’est un truc que j’adore d’ailleurs, présenter mon film. Surtout quand ça marche ! Quand c’est un bide, c’est plus compliqué. Quand les gens rient, c’est vraiment un bonheur.

Sur ma page Facebook, comme je ne peux pas toujours assister à la fin des projections, car on fait plusieurs salles à chaque fois, je prends le public en photo et je leur demande de venir ensuite sur ma page pour me donner leurs impressions, savoir ce qu’ils ont préféré, dans quoi ils se retrouvent... Et il y a quelque chose qui revient très souvent : qu’est-ce que c’est réaliste !

Avant dernier mega-selfi.... C'était genial... Merci... Une salle de ouf....

C’est un film qui représente bien notre génération, de trentenaires, sur notre manière d’aborder -à travers notre entourage, la famille-la grossesse, l’accouchement, comment on vit de l’extérieur la grossesse de ses amis ou de sa fille. 

Les gens se retrouvent énormément et tant mieux !

J’espère que ça ne va pas s’arrêter aux avant-premières car c’est ça que je voulais faire : je voulais faire un film dans lequel les gens se retrouvent, malgré le fait que ce soit poussé dans la comédie. C’était important pour moi que ce soit ancré dans une réalité, même si les décors sont pop, qu’il y a beaucoup de couleurs, que les personnages sont dans des situations parfois incroyables. C’est très important qu’il y ait une vraie sincérité dans le jeu, c’est ça qui fait que c’est drôle. 

La sincérité passe aussi par l’écriture des personnages. Dans Joséphine s’arrondit, les femmes ne sont pas -comme souvent dans les comédies- de simples faire-valoir pour les hommes… J’imagine que c’est quelque chose auquel vous avez été sensible…

C’est d’ailleurs un des seuls trucs que je peux reprocher parfois à certaines comédies américaines que je trouve très forte, très bien. Les films de Jim Carrey par exemple sont des films dans lesquels il est formidable et où à côté on sert beaucoup la soupe.

Je voulais que tous les acteurs aient une vraie partition, un vrai parcours, avec des personnages touchants aussi. Pas juste servir la soupe à un personnage principal. 

Arnaud Borrel - Les Films du 24 - TF1 Films Production

Pour votre première réalisation, diriez-vous qu'il était plus simple de vous atteler à une suite, ou au contraire, il y a peut être plus de pression ? 

Non, je pense que c’est plus rassurant pour moi, parce que c’est un personnage que je connais bien, que j’aime beaucoup, qui est proche de moi.

C’est aussi parce que le couple que je forme avec Mehdi Nebbou est évident. Il y a une aisance qui fait que ça nous enlève déjà un travail. On n’a pas besoin d’apprendre à se connaitre, on a déjà cette proximité, cette complicité. C’est très con, mais on s’est déjà embrassés ! Le simple fait de ne pas avoir cette gêne là et d’avoir déjà cette complicité fait que notre couple existe ! 

Ce n’est pas plus facile car ça reste une énorme aventure et une grosse entreprise de faire un film, mais ça ne m’a pas fait peur.

En 2016, outre Joséphine s'arrondit, de nombreuses suites de comédies françaises sont attendues. Comment expliquez-vous cet engoument ?

Quand on aime des personnages, on a envie de les voir dans d’autres aventures. Dans le cas de Joséphine, c’est un personnage qui peut traverser énormément de choses. C’est comme Martine à la plage. En plus de ça, c’est un personnage dans lequel les gens se retrouvent énormément. Elle est déclinable dans plein de choses.

Joséphine est un personnage qui peut traverser énormément de choses. C’est comme Martine à la plage...

Je pense par exemple aux films de Pierre Richard qui n’étaient pas des suites en soi, mais il traversait plein de films. Ou les films de De Funès... Tous ces films des années 70-80 qui ont fait la gloire aussi du cinéma français. Ce n’est pas un mal, ce n’est un signe de manque de renouveau. Par exemple, je trouve ça beaucoup plus décevant du côté américain, où aujourd’hui il n’y a quasiment plus de création. On ne fait que reprendre pour faires des avants, des après… J’ai vu qu’ils allaient refaire Les Goonies, Gremlins, Ghostbusters… C’est beaucoup plus triste de refaire un film qui a déjà existé que de faire poursuivre les aventures d’un personnage qu’on a déjà aimé.

On fait le point sur les suites des comédies françaises en 2016 : 8 annoncées et 10 en tournage

Voir le diaporama
Diaporama
Les comédies françaises en 2016 : pourquoi tant de suites ?
19 photos

Propos recueillis au Festival de la comédie de l'Alpe d'Huez 2016

facebook Tweet G+Google
Sur le même sujet
Commentaires
Voir les commentaires
Suivez-nous avec Passion
Top Bandes-annonces
<strong>C'est beau la vie quand on y pense</strong> Bande-annonce VF
C'est beau la vie quand on y pense Bande-annonce VF
66 991 vues
<strong>Baby Boss</strong> Bande-annonce VF
Baby Boss Bande-annonce VF
101 920 vues
Sponsorisé
<strong>Une vie ailleurs</strong> Bande-annonce VF
Une vie ailleurs Bande-annonce VF
165 350 vues
London House Bande-annonce VO
London House Bande-annonce VO
209 624 vues
<strong>Boule & Bill 2</strong> Bande-annonce VF
Boule & Bill 2 Bande-annonce VF
21 287 vues
<strong>Gangsterdam</strong> Bande-annonce VF
Gangsterdam Bande-annonce VF
988 932 vues
Bandes-annonces à ne pas manquer
Actus ciné Interviews
Clémence Poésy à propos de London House : "Il y a quelque chose de jouissif dans le thriller..."
NEWS - Interviews
mercredi 22 mars 2017
Clémence Poésy à propos de London House : "Il y a quelque chose de jouissif dans le thriller..."
Werewolf : "La condition de loup-garou est triste, mais aussi très humaine"
NEWS - Interviews
mercredi 22 mars 2017
Werewolf : "La condition de loup-garou est triste, mais aussi très humaine"
Dernières actus ciné Interviews
Films de la semaine
du 22 mars 2017
La Belle et la Bête
La Belle et la Bête
De Bill Condon
Avec Emma Watson, Dan Stevens, Luke Evans
Bande-annonce
Sage Femme
Sage Femme
De Martin Provost
Avec Catherine Frot, Catherine Deneuve, Olivier Gourmet
Bande-annonce
Going To Brazil
Going To Brazil
De Patrick Mille
Avec Vanessa Guide, Alison Wheeler, Margot Bancilhon
Bande-annonce
La Fontaine fait son cinéma
La Fontaine fait son cinéma
De Arnaud Demuynck, Pascal Adant, Frits Standaert
Bande-annonce
Une vie ailleurs
Une vie ailleurs
De Olivier Peyon
Avec Isabelle Carré, Ramzy Bedia, Maria Dupláa
Bande-annonce
Idomeneo (Met-Pathé Live)
Idomeneo (Met-Pathé Live)
De Jean-Pierre Ponnelle
Avec Matthew Polenzani, Alice Coote
Bande-annonce
Sorties cinéma de la semaine
Films Prochainement au Cinéma
  • Gangsterdam
    Gangsterdam

    de Romain Levy

    avec Kev Adams, Manon Azem

    Film - Comédie

    Bande-annonce
  • Ghost In The Shell
  • Telle mère, telle fille
  • Baby Boss
  • Cro Man
  • À bras ouverts
  • Fast & Furious 8
  • Power Rangers
  • Sous le même toit
  • Django
Les films à venir les plus consultés
Baby Boss
Ça sort la semaine prochaine !
Baby Boss
X
Back to Top