Mon Allociné
Anne Fontaine et Lou de Laâge pour Les Innocentes : "Sans la Foi en quelque chose, la vie est impossible"
Par Vincent Formica — 10 févr. 2016 à 05:30
facebook Tweet G+Google

À l'occasion de la sortie le 10 février du film Les Innocentes, AlloCiné a rencontré la réalisatrice Anne Fontaine et son actrice principale Lou de Laâge.

Les Innocentes Bande-annonce VF

AlloCiné : Comment êtes-vous arrivé sur le projet des Innocentes ?

Anne Fontaine : La première phase a été la proposition d’Eric et Nicolas Altmayer. Ils possédaient un traitement de ce sujet écrit par deux jeunes scénaristes, Alice Vial et Sabrina Karine. C’était un traitement un peu générique, pas encore dans le détail. Ils m’ont expliqué en quelques mots la situation du sujet qui m’a tout de suite paru incroyable, hallucinante et exaltante mais à ce moment-là, je n’avais pas encore donné mon accord. J’ai voulu savoir d’où venait la véracité de cette histoire ; il y avait donc deux éléments fondateurs : le journal de bord de cette jeune médecin française de la Croix-Rouge interprétée par Lou de Laâge qui racontait cette situation totalement inouïe d’un couvent où des Sœurs avaient été violées par l’armée soviétique et étaient enceintes, sur le point d’accoucher. Il y avait déjà à ce moment-là l’idée de l’itinéraire personnel de chaque Sœur, comment chacune s’appropriait ou pas sa maternité, comment la Foi dans l’Homme et dans la science, la Foi dans une mission, donc la Foi laïque pouvait arriver à communiquer avec une Foi religieuse. Il y a des thématiques extrêmement universelles, profondes et totalement bouleversantes. Je me suis donc dit que je ne pouvais pas ne pas faire ce sujet. Ça m’a tout de suite parlé et personnellement intrigué : comment peut-on sortir de cette situation, comment inventer une voix qui amène lumière et espérance. Je sentais aussi que j’étais proche de ce sujet et je me le suis appropriée. J’ai fait des recherches historiques avec un historien polonais pour m’assurer de la véracité des faits. Effectivement, tout cela s’est déroulé en Pologne dans plusieurs endroits et a été complètement enseveli. On ne savait rien de tout ça en France non plus. Il y avait donc quelque chose de très ardent à l’idée de faire découvrir cette histoire. C’est une histoire incroyable sur la condition humaine et sur comment on peut ré-inventer, transcender une telle violence. De surcroit, il y avait un miroir contemporain très fort car cette histoire-là est encore d’actualité de nos jours dans les pays en guerre car le viol est une arme de guerre et celui de religieuses particulièrement.

Lou de Laâge, comment vous êtes-vous préparée à un rôle aussi complexe ?

Lou : Je m’y suis préparé de manière très pragmatique. Je suis donc parti du principe que cette jeune fille est jeune médecin et que dans le film il fallait que je sache faire une césarienne, que je sache comment toucher un ventre de femme enceinte. Du coup je suis allé voir une sage-femme et un chirurgien pour apprendre déjà les gestes. Ensuite, on a fait des répétitions en Pologne avec Anne Fontaine, dans le couvent, ce qui est quand même assez rare car souvent on débarque le premier jour sur un tournage et on découvre tout en même temps. Là, on avait le temps et le droit de faire une première esquisse, de commencer à ressentir les choses sans avoir à produire de résultats, juste s’imagine concrètement ce qu’on allait devoir faire. Ça aide beaucoup de pouvoir répéter, d’entrer dans l’histoire. Et puis tout a été très vite car je suis arrivée en dernier sur ce film et tout s’est enchaîné.

Je coupais vraiment un ventre en latex avec du sang qui sortait et un bébé que j’allais récupérer.

Comment avez-vous appréhendé la scène marquante de la césarienne ?

Lou : J’ai trouvé ça très amusant en réalité, on a l’impression de redevenir enfant presque, « on joue à ». Il faut être plein de convictions, je ne suis pas médecin, je ne sais pas faire une césarienne en vrai mais il faut y croire à 100% et en plus, on a plein de matériel qui nous y fait croire. Je coupais vraiment un ventre en latex avec du sang qui sortait et un bébé que j’allais récupérer. Je trouve ça très amusant et c’est aussi pour ça que je considérais très importante la formation que j’ai eu avant de partir pour que je n’ai plus  à penser aux mouvements, que ce soit intégré dans le corps et pouvoir se concentrer sur la situation et la tension de ce moment-là. Ce qui intéressait Anne, ce n’était pas de filmer une césarienne, c’était de filmer la tension que ces femmes créent dans cette petite pièce.

Le viol est une arme de guerre.

Anne Fontaine, aviez-vous aussi une volonté de dénoncer ces crimes en faisant ce film ?

Anne : On dénonce plus quand on fait ressentir les choses de l’intérieur. Etre didactique ne sert à rien, encore moins d’être moralisateur. C’est l’incarnation qui compte, c’est ça qui fait que les gens s’identifient et peuvent se projeter. Dans le film, j’essaie de montrer la complexité des relations humaines, la complexité d’être lié à un engagement vis-à-vis de Dieu, à Jésus et d’arriver à essayer d’être mère ou comment on peut y arriver, comment on peut garder l’espoir, comment on peut avoir la Foi alors qu’une chose aussi violente vous arrive. Comment on peut aussi se solidariser en étant dans des mondes très différents. Il y a un vrai message d’espoir. Les gens disent d’ailleurs qu’ils sortent de là revigorés. C’est tout à fait étonnant et je pense que je n’aurais pas fait ce sujet si je ne savais pas vers quelle sortie je pouvais aller. C’était très important pour moi qu’il y ait cette vitalité. Car les enfants, c’est la Vie aussi malgré le fait qu’ils soient nés dans ces conditions-là, ils restent des êtres vivants.

Lou, n’avez-vous pas eu peur, en tant que jeune actrice, de ne pas réussir à assumer ce rôle très poignant ?

Lou : Pour moi, ce n’est pas une femme très différente des autres, c’est juste une fille de 25 ans dans un autre contexte que notre 2016. C’est sûr que ces époques n’ont rien à voir et ça m’a permis de me plonger dans une autre situation et le décor, les scènes, nous amènent ailleurs. Je pars également du principe que chaque rôle est un défi, on se dit toujours « est-ce que je vais y arriver ? ». Je me suis donc posé la question pour ce film mais aussi pour Respire de Mélanie Laurent. C’est le petit défi qui rend le rôle intéressant avec la part d’inconnue qui est grisante.

Je ne me projette jamais dans un rôle avant de passer un casting. Je me dis toujours que si ça ne marche pas, je ne veux pas faire une dépression après.

Qu’avez-vous ressenti après la lecture du scénario ?

J’ai lu le scénario avant d’aller passer le casting et je ne me projette jamais dans un rôle avant de passer un casting. Je me dis toujours que si ça ne marche pas, je ne veux pas faire une dépression après (rires). Je me suis juste dit que le scénario était bien ficelé et je l’ai lu du début à la fin avec envie comme on lit un bon roman qui nous plaît. Car il faut être honnête, on lit parfois des scénarios et on arrête toutes les deux secondes vu qu’on s’ennuie. Ce n’était pas le cas des Innocentes et c’est aussi pour ça que ce projet m’intéressait. Quand on lit un scénario qui est bien écrit avec un beau personnage à défendre, avec des seconds rôles aussi très intéressants car aucun n’est manichéen, c’est qu’on est devant quelque chose de qualité.

La scène de l’agression sexuelle de Mathilde par un soldat russe est aussi très saisissante, comment se prépare-t-on à tourner ce genre de scène ?

On ne se prépare pas, on se jette à l’eau. Ces scènes-là, de l’extérieur, donnent quelque chose de très dur alors que dans le jeu, ce sont les scènes que l’on tourne avec le plus de douceur. Par exemple, le comédien qui me brutalise me demandait tout le temps pardon, il avait peur de me faire mal alors qu’il ne me faisait pas du tout mal, il était hyper doux. Je lui disais qu’au contraire, il pouvait plus me brusquer. On fait semblant de toute façon, mais avec plein de convictions pour que de l’extérieur, on y croit. Mais de l’intérieur, personne ne veut se faire mal, personne ne veut se torturer.

Il faut quand même avoir un fort engagement émotionnel…

Il faut s’engager oui mais par exemple, l’acteur n’avait pas besoin de me cogner la tête contre le sol et me faire physiquement mal, tout ça c’est la triche du cinéma, on n’a pas besoin d’aller dans la douleur physique, on raconte cette douleur par un engagement émotionnel qui traduit justement cette violence-là mais qu’en vrai on n’est pas en train de vivre. On se sert juste de nos émotions pour la faire passer.

Lou de Laâge incarne Mathilde Beaulieu

Anne, Les religieuses sont confrontées à leur féminité d’une manière très violente et elles réagissent toutes de manières différentes, certaines veulent quitter les Ordres, d’autres restent dans le déni. En ce sens, comment vous est venue l’idée de cette scène assez glaçante où l’on voit une Sœur qui a accouché seule ?

Anne : Chacune d’entre elles a un rapport différent au corps, un rapport différent à la féminité. Donner la vie est quelque chose d’extrêmement complexe, ça n’est pas quelque chose d’immédiatement heureux pour tout le monde. Une Sœur rit quand on lui touche le ventre et qui voit dans cette situation une manière de sortir de cet enclos. La religieuse dont vous me parlez a fait un déni de grossesse et dans sa situation, c’est extrêmement troublant et pour moi c’est une scène choc du film. Le corps refuse la maternité et pourtant l’enfant nait quand même. C’est incroyable ce que le corps peut faire sur l’esprit. Il est plus fort que l’esprit ici. D’ailleurs, dans le film, malgré la croyance, malgré la force mentale de la prière, de la religion, le corps parle par lui-même, il se commande tout seul. C’était une façon d’exprimer la complexité de la relation à la maternité surtout après un choc si violent. Ces femmes n’ont aucune sexualité, aucun rapport avec leur corps et la maternité est le renoncement le plus difficile pour une Sœur. J’ai fait une retraite pour travailler le sujet en amont et j’ai testé sur des Sœurs bénédictines cette problématique et le rapport à la maternité et elles m’ont toutes dit que c’était la chose la plus complexe dans leur Foi, dans leur amour pour Jésus. C’est une chose qui les traverse toujours à un moment donné de leur existence et qui peut créer une dépression. J’ai surtout vu que la Foi était d’une fragilité incroyable comme la vie, comme nous.

J’ai été en contact avec quelque chose de mystique mais je ne suis absolument pas pratiquante, je dirais que j’ai la Foi autrement.

Quel est votre rapport à la Foi justement ?

J’ai une Foi spéciale, j’ai été élevé catholique, mon père est organiste, ma mère a fait des vitraux donc je connais bien ce milieu. J’ai été en contact avec quelque chose de mystique mais je ne suis absolument pas pratiquante, je dirais que j’ai la Foi autrement. J’ai la Foi dans les rencontres, l’énergie, dans ce que j’entreprends, dans l’amour mais je n’ai pas de Foi chrétienne. D’ailleurs ce film s’adresse à tout le monde, qu’on ait la Foi ou pas, ça ne change rien sur la compréhension humaine. Mais je crois que sans la Foi en quelque chose, la vie est impossible. Qu’on soit laïque, musulman, protestant, juif, finalement, ça n’a pas d’importance. Ce qui est important, c’est d’avoir une énergie vitale qui vous pousse vers l’avant. Sans la Foi, les gens meurent, sans cette Foi en la vie. Et c’est ce que le film incarne je pense. C’est pour cette raison que j’ai vu à Sundance 1500 personnes se lever bouleversées. C’est ce cœur-là qui est touché, ils n’étaient pas 1500 chrétiens à se lever.

C’est cette énergie-là que vous avez trouvé chez Lou de Laâge ?

Au départ, son personnage, Mathilde, est surtout hostile à la religion, c’est tout le contraire de son éducation, elle voit qu’il y a quand même de l’obscurantisme chez la Mère Supérieure et c’est effectivement le cas. Elle doit lutter contre Dieu, quand elle dit « ne peut-on pas mettre Dieu entre parenthèses le temps d’une auscultation », on lui répond qu’on ne met pas Dieu entre parenthèses. Elle est dans un monde antinomique à celui de la spiritualité de la religion. Il fallait donc un caractère déterminé, qui prend des risques, désobéit à sa hiérarchie et va se retrouver dans une situation hallucinante pour une jeune femme de 25 ans, médecin de surcroit, en 45. C’était extrêmement rare des femmes médecins à cette époque. Elle est encore assistante, elle vient de passer son diplôme et elle va se retrouver à pratiquer une césarienne, à lutter pour apporter son aide à des Sœurs qui refusent cette main tendue au départ. Elle va réussir à s’imposer. Il faut donc une personnalité forte et cacher sa peur. Lou de Laâge possède un mélange incroyable de cinégénie, de mystère sur le visage, comme une peinture, et de détermination. Elle a toutes ces capacités d’actrice. Elle a la grâce aussi et c’était très important que ce personnage ait ce mystère dans cette forme de jeunesse. Au départ elle est un peu sèche et petit à petit elle est contaminée par le questionnement, elle ne devient pas croyante mais elle est touchée par le questionnement et comprend qu’il y a des zones différentes et qu’on ne peut pas agir avec des sœurs comme on agit en ouvrant une plaie, en opérant un soldat, ça n’est pas la même façon de travailler.

Je ne peux pas me comparer à des femmes qui ont vécu en 1945 une situation de guerre. On ne sait pas comment on aurait été à ce moment-là, on a beaucoup trop de chance.

Lou, un attachement très fort se tisse entre les religieuses et Mathilde, elles arrivent à transcender le malheur qu’elles vivent grâce notamment à la Foi. Vous sentez-vous proche de ces personnages, de par notamment cette force qui les caractérise ?

Lou : Je ne peux pas me comparer à des femmes qui ont vécu en 1945 une situation de guerre. On ne sait pas comment on aurait été à ce moment-là, on a beaucoup trop de chance. Concernant la Foi, il s’agit d’un travail qu’on fait tous car il y a plein de façons de croire, d’avoir la Foi. La religion évidemment mais aussi un métier de passion, qui est pour moi une manière d’avoir la Foi. À chacun de trouver ce qui nous fait nous réveiller le matin et ce qui nous donne envie de continuer à croire et à avancer, à créer. C’est aussi pour ça que je trouve que ce film est très intéressant car c’est une question d’actualité et qui l’était aussi il y a des années et qui le sera encore sans doute dans le futur. Parler de la Foi, parler de la croyance, parler du mystère de la vie et du sens qu’on veut lui donner… On n’a pas fini de se poser la question les uns et les autres.

La relation de Mathilde avec Samuel, le personnage incarné par Vincent Macaigne, est aussi très touchante, c’est un acteur très "tragicomique"…

Ça s’est très bien passé sur le tournage avec Vincent, surtout après les scènes très dures avec les religieuses polonaises dans le couvent où Anne Fontaine me demandait d’être très droite, presque froide et qui se laisse peu à peu toucher. Elle me disait toujours qu’il fallait que je sois droite, informative, sérieuse ; du coup, quand j’ai commencé les scènes avec Vincent, à la fin du tournage, je me suis dit « ça y est, j’ai le droit de rigoler, j’ai le droit de partir un peu plus dans tous les sens, je peux enlever ce carcan-là pour un peu plus vivre ». Même en tant que spectateur, il suffit de le regarder, il est hyper touchant et très drôle en même temps ; comme partenaire, il est ça aussi. Il est très surprenant, c’est une vraie nature et c’est ça qui le rend si génial comme acteur. C’est un être atypique.

Il apporte un vrai contrepoids léger…

En effet, il apporte vraiment de la légèreté dans ce drame.

Vincent Macaigne et Lou de Laâge

Anne Fontaine : Je trouve Vincent assez génial car c’est dur d’être le seul personnage masculin dans un univers de femmes et de ne pas être convenu. J’avais écrit le rôle comme ça avec Pascal Bonitzer, c’est un personnage qui cache derrière son cynisme, une émotion, une fragilité, dans une situation d’auto-ironie. C’est souvent comme ça chez les médecins, des espoirs sont tournés en ironie. C’est un comédien qui a une douceur et fantaisie qui fait que les gens rient. C’est important car même dans des moments comme ça, on a le droit de rire. Pourtant sa famille a été dans les camps et il arrive quand même à avoir de l’humour et de l’auto-dérision. Ce qui est intéressant aussi dans leur couple, c’est que ce n’est pas un couple romantique ; elle est amoureuse des Sœurs d’une certaine façon et lui tombe amoureux d’elle petit à petit, à son insu car au départ il fait comme s’il n’y avait pas de sentiments du tout. C’est un personnage important qui donne aussi un aspect de la grande Histoire autrement car il est juif, on sait que chez les polonais, il y a eu des courants antisémites très violents. Il parle aussi de sa famille qui a été exterminée dans les camps ;  c’était donc une façon un peu oblique de traiter de ce moment de l’Histoire qui reste très complexe.

Comment avez-vous trouvé ces 2 remarquables actrices polonaises, Agata Buzek et Agata Kulesza ?

Anne : Agata Buzek et Agata Kulesza sont les 2 plus grandes actrices polonaises. Surtout Kulesza qui est très connue en Pologne, elle a notamment joué le rôle de la tante de Ida. Je ne croyais vraiment pas qu’elle pourrait incarner cette Mère Supérieure car elle a 44 ans, elle est sexy et quand je l’ai rencontré, je me suis dit, ce n’est pas possible. Elle m’a demandé de la laisser faire un essai, de mettre un voile et d’adopter son point de vue sur ce qu’était la Mère Supérieure. Elle a été incroyable, elle a pris 15 ans de plus sans aucun maquillage, ça m’a bouleversé. Pour jouer un personnage aussi compliqué, il fallait une humanité, une intelligence de jeu très grande, et elle possède cela.

Agata Kulesza interprète la Mère Supérieure

Concernant Agata Buzek, je l’avais vu dans un film américain, Crazy Joe, où elle jouait en anglais. Philippe Carcassonne, un de mes co-producteurs, m’a dit de regarder cette actrice qui est incroyable et j’ai tout de suite eu un coup de foudre quand je l’ai vu. Je me suis dit qu’elle n’arriverait pas à parler français, elle parle anglais. J’ai donc été la voir à Varsovie et j’ai vu qu’elle pouvait parler français. J’ai donc fait des essais avec elle, je lui ai fait préparer une scène en français et littéralement, je me suis dit c’est le personnage. Je n’ai pas hésité une seconde, elle est géniale, elle est du niveau des grandes actrices américaines.

Agata Buzek joue Soeur Maria

Lou, le naturel que vous dégagez à l’écran est frappant, est-ce une chose que vous travaillez ou vous vous lancez sans vraiment réfléchir ?

Lou de Laâge : Je pars du principe qu’on essaie d’être naturel en jouant, c’est le but, on n’essaie pas de faire croire que c’est faux, on essaie de faire croire que c’est vrai alors que c’est faux (rires). C’est un peu notre quête donc c’est plutôt sympa ce que vous dites, merci (rires). Le métier d’acteur, c’est aussi se mettre à nu à travers un personnage qui nous protège et le but c’est d’essayer d’être sans artifices, en tout cas dans l’émotion.

C’est hyper beau d’avoir pu redonner corps et voix à cette femme. C’est donc plus émouvant que stressant de lui redonner existence.

C’est la première fois que vous incarnez un personnage ayant réellement existé, avez-vous ressenti une responsabilité supplémentaire ?

Si ce personnage existant avait laissé plein de traces visuelles ou écrites, j’aurais pu ressentir une responsabilité supplémentaire ; mais là, on n’avait pas vraiment d’informations sur cette femme ou très peu. Du coup je ne pouvais pas faire une sorte de mimétisme de quelqu’un vu qu’on ne sait pas vraiment comment était cette femme. J’ai trouvé ça très touchant d’ailleurs car j’ai lu une lettre d’un abbé avec qui elle a travaillé et qui parlait d’elle. À la fin de sa lettre il dit qu’il espère qu’un jour on pourra mettre cette femme en lumière et reparler d’elle car des gens comme ça, on en rencontre très rarement donc c’est important de parler d’eux et de parler d’elle. Du coup c’est hyper beau d’avoir pu redonner corps et voix à cette femme. C’est donc plus émouvant que stressant de lui redonner existence.

Aviez-vous connaissance de ces crimes commis contre des religieuses pendant la guerre ?

Non, je ne savais pas. Après on est tous au courant qu’il y a des viols, surtout en temps de guerre vu que c’est aussi une arme de guerre. En tout cas ce fait-là, personne ne le connaissait car c’était le neveu de cette femme qui gardait son journal de bord et ne l’avait encore jamais montré à personne et qui l’a sorti pour le présenter au producteur pour en faire un film. Que ce soit en Pologne ou en France, c’est une histoire complètement intime qu’on ne connaissait pas.

Anne, concernant la mise en scène, les cadres sont très minutieux, très posés, avec une belle image en clair-obscur qui restitue vraiment très bien l’ambiance austère qui pouvait régner  à l’époque. Comment avez-vous travaillé avec votre chef-opératrice, Caroline Champetier ?

Anne : On a surtout travaillé en amont, notamment avec des références picturales, des références de La Vierge et l’Enfant, des images de l’époque. On a aussi regardé Thérèse d’Alain Cavalier, les films de Robert Bresson, les peintures de Georges Delatour. C’est vraiment une recherche iconographique profonde pour savoir comment on allait éclairer, comment on allait mettre en lumière ces visages. Evidemment, ça nous a obligé, vu le sujet traité, d’être très serré près des visages puis d’être large dans les paysages, par contraste. Il y avait donc ces deux façons de raconter. Puis on s’est toujours dit que c’était un sujet romanesque et qu’il fallait qu’il y ait quelque chose qui emporte. Ça n’est pas un documentaire ni un film militant, c’est un film romanesque avec une aventure humaine incroyable. On voulait vraiment restituer cette énergie-là.

Le décor du couvent est assez exceptionnel, comment avez-vous trouvé un tel lieu ?

Ce couvent était abandonné, il restait la structure et on a construit dedans toutes les pièces. C’était un gros investissement artistique et financier de faire le réfectoire, l’infirmerie, les cellules. Il y avait l’infrastructure, les voûtes, le petit cimetière. On a investi les lieux avec mon équipe polonaise, le couvent bien sûr mais aussi la forêt à côté.

La reconstitution d’époque a demandé un travail colossal…

Il ne fallait jamais être dans l’anecdote. Il ne faut jamais faire un film de « reconstitution historique ». Il faut être dans la stylisation pour que chaque décor, chaque accessoire, ait un sens. Il ne faut rien qui fasse « décoration ». Ça demande un travail très stylisé. De plus, en temps de guerre, les religieuses n’avaient presque plus rien et je ne voulais pas qu’il y ait de folklore, donc on a poussé les polonais à rester extrêmement hiératiques, sobres, pour que l’histoire soit le cœur et que rien ne soit une « distraction » pour l’œil.

C’est une oeuvre qui parle de croyance au sens large. Qu’on soit religieux ou pas, qu’on s’y intéresse ou pas, il faut être ouvert.

Lou, que diriez-vous à un jeune qui verrait l’affiche dans la rue et qui dirait : « un film avec des religieuses polonaises, pourquoi j’irai le voir ? »

Lou : Je lui dirai que ce n’est pas un film qui ne parle que des religieuses et surtout, ça ne s’adresse pas spécialement à des religieux, au contraire. C’est un film qui s’adresse à tout le monde. C’est une oeuvre qui parle de croyance et de croyance au sens large. Qu’on soit religieux ou pas, qu’on s’y intéresse ou pas, il faut être ouvert.

Anne, J’ai entendu dire que votre prochain projet serait Eddy Bellegueule avec Finnegan Oldfield, vous nous confirmez ?

Anne Fontaine : Oui, c’est vrai. Ca va s’appeler Bellegueule et Finnegan Oldfield va jouer ce personnage. C’est tout ce que je peux dire.

Propos recueillis par Vincent Formica à Paris le 2 février 2016.

facebook Tweet G+Google
Sur le même sujet
Commentaires
Voir les commentaires
Suivez-nous avec Passion
Top Bandes-annonces
Dogs Bande-annonce VO
Dogs Bande-annonce VO
295 075 vues
MAFIA III Bande-annonce VF
MAFIA III Bande-annonce VF
208 467 vues
Sponso
<strong>La Fille Inconnue</strong> Bande-annonce VF
La Fille Inconnue Bande-annonce VF
24 774 vues
Dead Slow Ahead Bande-annonce VO
Dead Slow Ahead Bande-annonce VO
514 vues
<strong>Le Pape François</strong> Bande-annonce VO
Le Pape François Bande-annonce VO
107 225 vues
<strong>Radin !</strong> Bande-annonce VF
Radin ! Bande-annonce VF
499 675 vues
Bandes-annonces à ne pas manquer
Actus ciné Interviews
Xavier Dolan : "Kit Harington est un être chaleureux, intelligent et raffiné..."
jeudi 22 septembre 2016
Xavier Dolan : "Kit Harington est un être chaleureux, intelligent et raffiné..."
Guillaume Canet : "J'avais très envie de filmer Marion Cotillard dans un rôle plus léger et assez déjanté"
jeudi 22 septembre 2016
Guillaume Canet : "J'avais très envie de filmer Marion Cotillard dans un rôle plus léger et assez déjanté"
Dernières actus ciné Interviews
Films de la semaine
du 21 sept. 2016
Cézanne et moi
De Danièle Thompson
Avec Guillaume Gallienne, Guillaume Canet, Alice Pol
Bande-annonce
Juste La Fin Du Monde
De Xavier Dolan
Avec Gaspard Ulliel, Nathalie Baye, Léa Seydoux
Bande-annonce
Blair Witch
De Adam Wingard
Avec Brandon Scott, Callie Hernandez, Valorie Curry
Bande-annonce
Louane - Le concert au cinéma
De François Goetghebeur
Avec Louane Emera
The Rolling Stones in Cuba - Havana Moon
De Paul Dugdale
Avec The Rolling Stones, Mick Jagger, Keith Richards
Bande-annonce
Sorties cinéma de la semaine
Films Prochainement au Cinéma
  • Radin !
    Radin !

    de Fred Cavayé

    avec Dany Boon, Laurence Arné

    Film - Comédie

    Bande-annonce
  • Iris
  • Les 7 Mercenaires
  • Miss Peregrine et les enfants particuliers
  • La Danseuse
  • Bridget Jones Baby
  • Deepwater
  • Morgane
  • Le Ciel Attendra
  • Brice 3
Les films à venir les plus consultés