Notez des films
Mon AlloCiné
    Tout l'argent du monde : comment Ridley Scott a pu remplacer Kevin Spacey et terminer son film
    Par Olivier Pallaruelo (@Olivepal) — 27 déc. 2017 à 19:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    A six semaines de la sortie du film "Tout l'argent du monde", Ridley Scott et le producteur Dan Friedkin ont pris la décision radicale de remplacer Kevin Spacey, accusé de harcèlement sexuel, par Christopher Plummer, pour retourner toutes ses scènes.

    Fabio Lovino

    Le 30 octobre dernier, accusé de harcèlement sexuel par un comédien du nom d'Anthony Rapp, Kevin Spacey choisissait -très maladroitement- de se défendre de ces accusations en faisant publiquement son Coming Out sur son compte Instagram. "J'ai beaucoup de respect et d'admiration pour Anthony Rapp en tant qu'acteur. J'ai été horrifié par son histoire. Je ne me souviens honnêtement pas de notre rencontre, il y a plus de trente ans. Mais si je me suis effectivement comporté comme il le décrit, je lui présente mes excuses les plus sincères pour ce qui s'apparente aux agissements inacceptables d'un ivrogne, et je suis désolé qu'il ait eu à subir les conséquences de cela pendant toutes ces années" écrivait celui qui fut récompensé par l'Oscar du Meilleur second rôle pour sa fantastique performance dans Usual Suspects. Depuis, la descente aux enfers de Spacey n'a pas cessée, bien au contraire, tant les témoignages à son encontre se sont multipliés.

    Dans le sillage du scandale de l'affaire Weinstein, les révélations entourant l'acteur sont une catastrophe absolue pour Ridley Scott et le producteur Dan Friedkin, à la tête de la société Imperative Entertainment, qui a en grande partiefinancé le nouveau film du cinéaste : Tout l'argent du monde. Kevin Spacey, tête d'affiche du film, prête ses traits -quand même bien dissimulés sous un épais maquillage et prothèses-  au patriarche insensible J. Paul Getty, dont le petit-fils a été kidnappé.

    C'est d'autant plus problématique que le film est présenté en avant-première à la soirée de clôture du festival organisé par l'AFI -l'American Film Institute-, qui doit avoir lieu le 16 novembre. Spacey, valeur sûre, est désormais considéré comme un empoisonneur potentiel au Box Office. Pour Ridley scott et l'ensemble de la production, casting inclu, pas question de fouler le Red carpet : les journalistes n'auront que l'affaire entourant Kevin Spacey en tête, ruinant la promotion d'un film censé sortir dans six semaines, le 22 décembre. Le 8 novembre au matin, la production est réunie : décision est prise d'annuler l'avant-première. Mais aussi de faire un reshooting de toutes les scènes mise en boîte par Kevin Spacey. Pour Sony et Ridley Scott, ne rien faire et tenter de laisser passer la polémique, c'est prendre l'option la plus risquée et la plus coûteuse.

    Ci-dessous, la bande-annonce du film avec Kevin Spacey, avant le reshooting...

    Tout l'argent du monde Bande-annonce (3) VO

     

    "Lorsque nous avons été informés de ces terribles allégations, six semaines seulement avant la date de sortie prévue pour le film, il nous a semblé impensable de faire comme si de rien n'était. Nous ne pouvions décemment pas faire fi de ces accusations" explique Dan Friedkin. "Lorsque Ridley et moi avons pris la décision de réattribuer le rôle à Christopher Plummer, nous avons pu compter sur le soutien total des acteurs et de l'équipe. Nous ne les rermercierons jamais assez pour leur engagement sans faille tout au long du processus".

    Le producteur a raison de louer la disponibilité du casting et de l'équipe du film. Sur une telle production, on ne parle pas de remobiliser seulement une poignée de personnes en formation commando assurant un reshooting, mais d'une énorme logistique derrière, rendue possible par une grande loyauté de cette même équipe envers Ridley Scott. Cela dit, il n'est pas rare que le contrat des talents prévoit justement des reshooting éventuels, la possibilité / nécessité de refaire des voix off, ect...

    De la complexité du reshooting

    Kevin Spacey a travaillé entre 8 et 10 jours sur le film. Ce n'est finalement pas tant le temps de (re)tournage, tout de même particulièrement serré vu les délais avant la sortie du film, qui pose problème; il s'agit aussi de réorienter toute la communication et le matériel promotionnel du film en urgence. Par ailleurs, si Spacey portait plusieurs couches de prothèses, Christopher Plummer, 87 ans au compteur, n'en a pas besoin. "Ce n'est pas tant de remplacer Kevin Spacey que de tout recommencer depuis le début. (...) J'admire Ridley Scott et je suis ravi de faire un film pour lui. L'occasion s'est présentée. Il y a un moment déjà, j'étais en lice pour avoir ce rôle. Je le connaissais déjà, donc quand Ridley est venu me le proposer, j'ai accepté" déclarait Plummer au micro de Vanity Fair mi novembre.

    Bien que peu fréquents, des reshooting de cette ampleur existent au cinéma. Le plus fameux est celui de Salomon et la reine de Saba, réalisé par King Vidor et sorti en 1959. Le tournage, en Espagne, fut marqué par le décès prématuré de son rôle-titre, Tyrone Power, à l'âge de 44 ans, d'une crise cardiaque. Pour le remplacer, la production imposa Yul Brynner. Mais les rapports entre ce dernier et le metteur en scène furent tendus; Vidor reprochant à Brynner de n'avoir pas compris le personnage.

    Réputé méticuleux et storyboardant tous ses films, Ridley Scott est entre-autre connu pour savoir ce qu'il veut et tourner rapidement. Des qualités essentielles dans le cas du reshooting. Finalement, le principal souci pour le cinéaste concernait le volet Production Design, car Tout l'argent du monde est aussi, à sa manière, un film d'époque. La plupart des scènes du patriarche Getty furent heureusement tournées dans des décors préexistants, comme par exemple château Elveden Hall situé dans le Suffolk, censé être la demeure de Getty. De quoi faire gagner un temps précieux, là où la reconstruction de décors aurait fatalement pris un temps considérable; luxe que ne pouvait s'offrir la production étant donné la date de sortie du film, maintenue au 22 décembre aux Etats-Unis.

    Ci-dessous, la bande-annonce du film, intégrant Christopher Plummer...

     

    Selon le site IndieWire, qui a pu s'entretenir avec des responsables de post-production sur le film, un autre souci concerne les effets visuels à propos de la suppression de Kevin Spacey pour mettre Christopher Plummer. L'argument est le suivant : vu la bronca médiatique entourant le film et son reshooting, le public va se montrer particulièrement attentif sur l'incrustation numérique du personnage, comme si le buzz avait produit un effet de loupe sur cet aspect. A ce titre, pour la séquence du désert que l'on voit dans la bande-annonce, Scott a sans doute pu filmer Christopher Plummer et le reste du casting sur un fond vert, pour ensuite les incruster dans les décors. Du travail littéralement image par image, pour que les nouvelles images tournées s'insèrent parfaitement à la place des anciennes. Pour quel résultat ? A vous de voir et de juger dans votre salle de cinéma à compter d'aujourd'hui.

    Ci-dessous, notre interview de Ridley scott évoquant le film...

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • David Nasr
      J'ai vu le film et je reste impressionné par cette histoire de re-shoot ! Christopher Plummer étant présent dans presque 1/3 du film c'est assez fou d'avoir penser à ce changement d'acteur si peu de temps avant la sortie. Et le travail est de qualité !
    • Alicia Florrick
      Réaliser un film comme Covenant, loin d'être à la hauteur des précédents, mais tout de même visuellement impeccable, à près de 80 ans au moment du tournage, à part Clint Eastwood, peu de réalisateurs en sont capables !
    • behexen
      hahahahahaaa un maitre oui mais un metre sénile alors qui est plus capabnle que de nous pondre du Covenant ...
    • Harodes
      J'ai vu le film et non. C'est vraiment très bien fait. On ne voit rien du tout. Les décors intérieurs pour les reshoots sont incroyables. Sauf effectivement l'incrustation dans la scène dans le désert. Mais c'estparce qu'on le sait, autrement c'est très bien fait.
    • Harodes
      Le nom sur l'affiche suffit en général.
    • The Last Action Zero
      Ha ok... J'avais pas vu venir, désolé :)
    • Hunnam29
      Sans maquillage grand guignolesque, c'est bien mieux. Ils auraient du prendre un acteur plus vieux dès le départ, au lieu de toujours vouloir coller des prothèses & compagnie à un acteur trop jeune pour le rôle... Article intéressant en tout cas. J'espère que Scott proposera un bon film ce coup-ci, j'ai vraiment eu très très du mal avec ses quelques derniers longs métrages.
    • Laurent C.
      je pensais à maquillage vieillissant par performance capture (désolé, je pensais que ça serait clair ^^)
    • dantesnake
      Il y a quand même une change sur 2 que les décors soient moins prestigieux, moins travaillés ou que l'incrustation se voit.
    • Alicia Florrick
      Encore un épsiode incroyable de la fabuleuse Histoire du Cinéma !Ridley Scott est un maître, et nul autre n'aurait pu relever un tel défi !Très bon article, merci.
    • Julien B.
      En comparant le visage maquillé remodelé très crado de Spacey (on croirait limite les visages numériques de Beowulf ou Pole Express) et celui naturel de Plummer (ben oui il a son age), on ne perd pas au change visuellement.Mais c'est quand même incroyable le cinéma... On grimme des acteurs de 20 ans plus vieux (même si il y a peut-etre une raison logique dans ce film, quoi que, les sosies existent) et on prend des acteurs qui ont plus que l'age du personnage censé jouer dans le cas inverse..
    • The Last Action Zero
      Oula ! T'es loin du compte avec Benjamin Button, qui est très loin d'avoir ouvert la voie . Il y a beaucoup plus ancien dans le genre maquillage vieillissant impressionnant. Je ne peux que te conseiller Little Big Man de 1970, par exemple :D
    • Leonzat
      Article très intéressant dAllocine, bien écrit et très instructif.
    • Mr. Piggy
      Christopher Plummer est un immense acteur et c est tout ce qui compte pour moi .
    • Flamme-010
      Aussi bluffante soit la technique de Rogue One, ce n'est pas Peter Cushing que l'on voit à l'écran mais une imitation, une caricature physique et vocale.
    • seke
      Ridley Scott est comme Steven Spielberg, ils savent ce qu'ils veulent filmer et très vite. D'ailleurs dans ces cas de films à Oscars devant sortir à tout prix avant fin décembre, c'est monnaie courant de faire des reshoots quelques semaines avant la sortie du film.
    • The Prestige
      C'est clair
    • chips493
      En effet, les producteurs voulaient un acteur plus bankable, mais à quoi bon si on ne le reconnaît pas du tout.
    • L'irrationnel
      Choix difficile de la prod néanmoins sage et humain
    • spielbergismygod
      Je me suis retrouvé face à mes propres contradictions, en défendant mordicus la décision d'Eboué d'évincer Franck de La Personne de son film, et en trouvant stupide la décision de reshooter les scènes de Spacey à six semaines de la sortie. Non pas pour Kevin Spacey, je précise, mais plutôt pour l'intégrité artistique de l’œuvre. En y réfléchissant après coup, et pour soutenir ton propos, en effet, il y a une certaine pertinence à ne pas vouloir faire du tort à une œuvre collective, même si les raisons sont peut-être ici plus économiques qu'éthiques. Quoi qu'il en soit, avec Christopher Plummer, on ne doit pas perdre au change.
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    Police Bande-annonce VF
    Mignonnes Bande-annonce VF
    Les Trolls 2 - Tournée mondiale Bande-annonce VF
    Les Nouveaux mutants Bande-annonce VO
    Dans un jardin qu'on dirait éternel Bande-annonce VO
    After - Chapitre 2 Teaser VO
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus Culture ciné
    Dernières news Culture ciné
    Top films au box office
    Back to Top