Notez des films
Mon AlloCiné
    Que signifie l'expression "Inclusion Rider" dont parlait Frances McDormand aux Oscars ?
    Par OP — 6 mars 2018 à 11:11
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Dans son vibrant discours de remerciements aux Oscars, Frances McDormand a terminé son intervention en évoquant une "Inclusion Rider" sans que personne ne sache vraiment de quoi il s'agissait. Explication.

    En conclusion de son discours de remerciements pour avoir été récompensée par l'Oscar de la Meilleure actrice pour sa performance dans 3 Billboards, les panneaux de la vengeanceFrances McDormand lâchait : "regardez autour de vous, mesdames et messieurs, parce que nous avons tous des histoires à raconter et des projets qui ont besoin d'être financés"; et de poursuivre : "je vous laisserai avec deux mots ce soir, mesdames et messieurs : Inclusion Rider".

    Une heure plus tard côté coulisses, l'actrice a expliqué que cette expression se référait à une clause contractuelle : "pour quiconque qui négocie un contrat pour un film, une "inclusion rider" signifie que vous pouvez demander / exiger une représentativité d'au moins 50%, et pas seulement au niveau du casting, mais aussi au sein de l'équipe technique".

    Créée par une femme du nom de Stacy Smith, professeure à l’Université de Californie du Sud spécialisée dans l’étude de genre au cinéma et à la télévision, l'Inclusion Rider est une clause contractuelle qui permet aux acteurs / actrices d'avoir un pouvoir sur la représentation des minorités dans le film pour lequel ils sont engagés. Par exemple, cette clause peut permettre de composer l'équipe d'un film (casting + production), en demandant une équipe composée pour moitié de femmes, d'un pourcentage de minorités ethniques, d'un autre de personnes handicapés ou même de personnes L.G.B.T. L'idée étant de permettre une vraie représentativité de la société dans laquelle on vit.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Chocasse
      Oui de la discrimination à l'envers donc.
    • The Last Action Zero
      Tout à fait. C'est ce qu'on appelle de la discrimination positive :)
    • Cuderoy
      En gros, c'est du lobbying de gauche...
    • sptz
      ça coute rien :)
    • sptz
      Il y a des emplois où les gens demarchés par les boites viennent avec leur équipe, où n'acceptent de bosser que s'ils peuvent travailler avec tel ou tel sous-traitant...ça fait partie des négociations de l'environnement de travail qu'on veutj'entend bien, à la différence que pour tes exemples, si la personne souhaite bosser avec son équipe, c'est parce qu'elle la sait compétente, si elle veut bosser avec tel sous traitant, c'est parce qu'elle reconnais la qualité de ce sous traitant... elle ne veut pas spécifiquement une équipe composé de x blanc, x noir, x femme et x homme... elle veut tout simplement une équipe compétente, quel que soit son origine ou son sexe :) vouloir tel représentation de tel origine ethnique ou tel sexe avec qui bosser n'a rien a voir avec les compétence des personnes... on veut une catégorie, pas un bon travailleur...De plus, au ciné il y a des sujets qui requièrent une expertise particulière ou des gens concernés de 1er chef par le thème dont parle film je n'ai pas compris ce que tu essaye de dire... mais pour tout ce qui est expertise particulière, ils embauchent des consultants... j'avoue ne pas trop voir le rapport avec le inclusion riderenfin ça ouvre la porte aux gens discriminés même lorsqu'ils ont des competences égales. je veux bien, mais est ce qu'il n'y a pas aussi un risque de donner du travail a un personnel moins compétent uniquement car il correspond à l'ethnie ou au sexe qu'on recherche, au détriment de personne compétente qui ne seront pas embaucher parce qu'ils ont déjà embaucher 50% d'homme, ou 50% de blanc?bref, les quotas... je pense vraiment que ce n'est pas la bonne solution...
    • Acidule P.
      En fin de compte cela reste de la discrimination.
    • LunchBoxx
      Ben ça dépend du projet, du domaine, de la force et de l'importance de la personne recrutée. Il y a des emplois où les gens demarchés par les boites viennent avec leur équipe, où n'acceptent de bosser que s'ils peuvent travailler avec tel ou tel sous-traitant...ça fait partie des négociations de l'environnement de travail qu'on veut. De plus, au ciné il y a des sujets qui requièrent une expertise particulière ou des gens concernés de 1er chef par le thème dont parle film. Enfin, ça ouvre la porte aux gens discriminés même lorsqu'ils ont des competences égales.
    • Julien B.
      J'exige qu'en plus les femmes soient topless. Faut toujours en demander plus...
    • sptz
      m'est avis que, a moins de vraiment vouloir l'actrice en question, les producteurs ne s'embêtent pas et engage simplement une actrice qui ne leur parle pas de ce inclusion riderc'est quand même un monde du travail bizarre le monde du cinéma... j'essaye de transposé ça a un autre métier, et jamais de la vie j'irais voir mon patron en lui disant bon boss, j'exige de travailler avec 50% de femme, et d'avoir tel et tel minorité représenté, sinon je bosse pas pour toi :) je pense que je resterais au chômage très, très longtemps...
    • Tommy Shelby
      Commencent à nous les briser avec leurs histoires de parité.Si pour postuler à un poste ( quel qu'il soit et dans n'importe quel domaine ) on doit favoriser tel ou tel candidat en fonction de son sexe , âge ou nationalité d'origine, au détriment de ses compétences réelles, on va droit dans le mur. Et c'est ni rendre service à la boîte, ni au candidat lui même.
    Voir les commentaires
    Back to Top