Notez des films
Mon AlloCiné
    Harcèlement, cinéma de genre... Steven Soderbergh se confie sur le thriller Paranoïa
    Par Propos recueillis par Corentin Palanchini le 5 juillet — 11 juil. 2018 à 05:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Le réalisateur Steven Soderbergh revient sur son nouveau film, "Paranoïa", et sur sa carrière de son premier long métrage à son statut de producteur.

    AlloCiné : Vous tourniez "Paranoïa" en juin 2017, et le film traitait notamment de harcèlement, un sujet devenu beaucoup plus d'actualité avec les mouvements #MeToo et Time's Up. Comment avez vécu cette période ?

    Steven Soderbergh : C'était intéressant car le mouvement MeToo est apparu en octobre et il est devenu évident que le film prenait un autre sens pour le spectateur mais je dois dire que la situation [de "Paranoïa"] dans laquelle une femme a plus de mal qu'un homme dans la même situation existe depuis toujours. Nous sommes juste devenus un peu plus "actuels". De façon plus générale, je crois que ce qui s'est passé depuis neuf mois est on ne peut plus positif. Et pour en parler avec les femmes avec qui j'ai travaillé, il fallait que ça arrive.

    Cela fait très longtemps que vous imaginez des films centrés sur des femmes comme "Erin Brockovich" ou "The Girlfriend Experience".

    Les personnages féminins étaient un peu moins minces chez moi que chez d'autres réalisateurs masculins car j'ai grandi dans une maison avec trois sœurs aînées et ma mère. Beaucoup d'hommes sont parfois déroutés et confus face aux femmes mais je m'entendais très bien avec mes sœurs. Je n'avais donc pas le sentiment de "séparation" avec lequel certains hommes grandissent. Elles n'étaient pas "l'autre" mais juste des gens. J'avais aussi un frère et un père. Je crois que c'est parce que le monde dans lequel j'ai grandi était équilibré que mon premier film a deux personnages masculins et deux féminins. (...)

    Vous savez, au début du cinéma, les femmes étaient centrales. Beaucoup des films de studios avec lesquels j'ai grandi et que j'ai aimé... (Il s'interrompt). Ce qui est intéressant c'est qu'on pourrait penser qu'à présent nous sommes plus progressistes mais à l'époque des studios dans les années 30 et 40, beaucoup plus de films mettaient des femmes en tête d'affiche. Certaines stars féminines étaient plus célèbres que les stars masculines, les studios veillaient à capter le public féminin. (...) Mais je crois que les choses sont en train de rentrer dans le bon ordre. La télé va beaucoup dans ce sens.

    En réalité, je hais la production, je ne sais pas bien pourquoi je continue à en faire !

    Vous mentionnez votre premier film, "Sexe, mensonges et vidéo", je voulais vous demander ce qu'à l'époque sa bonne réception a changé pour vous ?

    Tout. Cela a commencé à Sundance, puis à Cannes [le film a remporté la Palme d'or en 1989] c'est devenu une supernova. Ce fut une surprise. On s'est beaucoup amusé à faire le film et [ces récompenses] ne furent que du bonus. Un dessert après un excellent dîner. Et elles m'ont ouvert beaucoup d'opportunités. Après Cannes, je savais que je pouvais aller demander de l'argent pour faire un film en Europe, ce qui n'aurait pas été possible deux semaines avant. C'est comme ça que je le vois. Je n'ai jamais pensé que cela signifiait quelque chose pour le film [au-delà de ça]. Ça va faire 30 ans l'an prochain... C'était surréaliste, nous n'étions même pas censés être en compétition, mais un film s'est retiré au dernier moment, nous avons été pris de la Quinzaine des réalisateurs et placé en compétition, Francis Ford Coppola devait être Président du Jury et il annula. Wim Wenders a pris sa place et a aimé le film. Cela aurait très bien pu ne pas arriver du tout. Ça n'aurait pas dû se passer.

    Vous produisez vos films mais aussi ceux des autres, quels sont vos critères pour choisir les projets que vous allez financer ?

    En réalité, je hais la production, je ne sais pas bien pourquoi je continue à en faire. C'est tout ce qu'il y a de pire dans le métier. Dès que vous avez un appel ou un mail c'est parce qu'il y a un problème. Et en même temps, je dois prendre mes distances et ne pas interférer avec la vision du réalisateur. Mais parfois vous voyez quelqu'un partir dans une direction que par expérience vous identifiez comme un problème. Je dois alors décider comment gérer cela : leur signaler le problème ou les laisser apprendre par eux-mêmes. Généralement, il vaut mieux la deuxième version, car cela viendra d'eux. Mais ce n'est pas une partie du travail que j'aime faire, sauf lorsque je peux permettre qu'un projet qui n'allait pas se concrétiser se fasse grâce à mon aide. (...)

    Je ne sais pas pourquoi je continue. Et en même temps, juste avant mes interviews j'ai reçu des scènes d'une série que je produis réalisée par Gregg Araki [Now Apocalypse, NdlR] et elles sont fantastiques. Ça me rend vraiment heureux d'avoir pu aider Gregg à faire une série qui lui tenait vraiment à coeur.

    Pour une raison que je ne m'explique pas, "The Good German" a juste mis le public en colère !

    Quel film de votre filmographie voudriez-vous que le public redécouvre après presque 30 ans de carrière ?

    (Il réfléchit). Probablement The Good German. Parce qu'il a vraiment été détesté à sa sortie. C'est pourtant l'une des seules fois où j'ai réussi à mettre sur l'écran ce que j'avais en tête. La seule fois, même ! Et les gens l'ont vraiment détesté. (...) Je ne sais pas s'ils avaient des attentes, s'ils ont été agacés par le sujet... Ce serait génial que les gens le voient de la façon dont je l'avais conçu.

    Je me disais qu'il y avait eu des précédents pour comprendre le film. C'était un revival des films de studios, comme New York, New York faisait référence aux comédies musicales des années 40 ou Loin du paradis aux films de Douglas Sirk, donc je me disais que ces précédents aideraient les gens à comprendre ce que j'essayais de faire mais pour une raison que je ne m'explique pas, mon film a juste mis le public en colère. Peut-être à cause de la fin... l'idée qu'une victime puisse aussi être un monstre a mis les gens en rogne. (...) Donc si vous pouviez voir ce film un samedi après-midi pluvieux, et voir cette chose sortie tout droit d'une machine à remonter le temps... Vous pourriez peut-être [l'aimer comme je l'aime].

    "Paranoïa" sort ce mercredi dans les salles :

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • Chocasse
      Oui voilà, en mode Sur un malentendu ça peut marché
    • sptz
      pareil... mais soderbergh toute façon moi... c'est un réalisateur que j'arrive pas a cerner, mais pas du tout quoi :) un coup j'adore son film, un coup je le déteste, un coup je trouve ça génial, un coup je trouve ça franchement naz, des fois j'ai l'impression de comprendre quel est son style, et d'un coup il me fait un truc qui n'a rien a voir....tu me dira c'est bien , il expérimente :) mais du coup c'est pas un réal que j'attend, au contraire je suis souvent en mode j'attend de voir la ou pour d'autre, j'ai juste hâte :)
    • Chocasse
      Et la scène centré sur la mère dans son hôtel te sort complètement du film, déjà tu sort de l'asile, du coup tu perds le côté paranoïa, et en plus ils te révèlent le twist dès la moitié du film ... Nawak ...
    • sptz
      exactement, et j'aurais vraiment enlever le personnage de la mére, parce que c'est cet élément qui me faisait me tirer les cheveux pendant le film.... tout aurait pu être régler avec sa fille qui lui parle d'un homme qui l'a harcelais et qui maintenant c'est fait engager dans l'hôpital, en allant voir directement les flic et en leur demandant juste d'enquéter 30seconde sur le mec, qui aurait vue que ce n'est pas sa vrai identité etc... bref... y'avais un coté forcé et pas crédible qui m'a franchement gonflé :)
    • Chocasse
      Je suis d'accord, le film enchaîne trop les scènes surréalistes ... Et j'aurais aimé un autre partie pris que celui du dernier tiers du film. Plus centré sur la paranoïa justement. Et pas que ça devienne un thriller très classique ...
    • sptz
      entre le coté téléphoné et le coté imprévisible parce que complètement WTF et pas crédible, j'ai franchement pas aimé ce film... y'a de bonne idée, je dis pas, et qu'il soit entièrement tourné avec un téléphone portable est très cool... mais c'est le seul point intéressant du film... En fait, l'histoire me parait tellement improbable que j'ai décroché très rapidement...
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    Adoration Bande-annonce VF
    Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part Bande-annonce VF
    Dernier amour Bande-annonce VO
    Sortilège (Tlamess) Bande-annonce VO
    Pinocchio Bande-annonce VO
    La Bonne épouse Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Interviews
    Cuban Network : Penélope Cruz a sauvé le film !
    NEWS - Interviews
    mercredi 22 janvier 2020
    Harley Quinn : rencontre avec la réalisatrice de Birds of Prey
    NEWS - Interviews
    mardi 21 janvier 2020
    Harley Quinn : rencontre avec la réalisatrice de Birds of Prey
    Bad Boys For Life : rencontre avec les deux jeunes Belges à la tête du blockbuster
    NEWS - Interviews
    mardi 21 janvier 2020
    Bad Boys For Life : rencontre avec les deux jeunes Belges à la tête du blockbuster
    Dernières actus ciné Interviews
    Films de la semaine
    du 22 janv. 2020
    Bad Boys For Life
    Bad Boys For Life
    De Adil El Arbi, Bilall Fallah
    Avec Will Smith, Martin Lawrence, Vanessa Hudgens
    Bande-annonce
    Scandale
    Scandale
    De Jay Roach
    Avec Charlize Theron, Nicole Kidman, Margot Robbie
    Bande-annonce
    Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part
    Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part
    De Arnaud Viard
    Avec Jean-Paul Rouve, Alice Taglioni, Benjamin Lavernhe
    Bande-annonce
    Le Photographe
    Le Photographe
    De Ritesh Batra
    Avec Nawazuddin Siddiqui, Sanya Malhotra, Farrukh Jaffar
    Bande-annonce
    Se nourrir - Conférence France Inter
    Se nourrir - Conférence France Inter
    Giselle (Bolchoï)
    Giselle (Bolchoï)
    De Alexeï Ratmansky
    Bande-annonce
    Sorties cinéma de la semaine
    Films Prochainement au Cinéma
    • Jojo Rabbit
      Jojo Rabbit

      de Taika Waititi

      avec Roman Griffin Davis, Thomasin McKenzie

      Film - Guerre

      Bande-annonce
    • La Bonne épouse
    • Le Lion
    • Le Prince Oublié
    • Divorce Club
    • Ducobu 3
    • Les Traducteurs
    • The Gentlemen
    • Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
    • #Jesuislà
    Les films à venir les plus consultés
    Back to Top