Notez des films
Mon AlloCiné
    Pourquoi Triple Frontière nous fait penser à un jeu vidéo [SPOILERS]
    Par Hubert Kerjean — 17 mars 2019 à 10:15
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Dans le blockbuster qui réunit Ben Affleck, Oscar Isaac, Pedro Pascal, Charlie Hunnam et Garrett Hedlund, l'action cède peu à peu la place à une réflexion sur la nature humaine. Mais pour trois raisons, c'est quasiment un jeu vidéo !

    Attention, l'article qui suit dévoile des rebondissements importants de l'intrigue. Il est préférable d'avoir vu le film avant de poursuivre la lecture…

    1. Parce que les éléments de base sont là

    Après la courte introduction du contexte militaire, la première séquence d'action de Triple Frontière fonctionne comme un tutoriel de prise en main. Le spectateur découvre ainsi le personnage principal, Pope (Oscar Isaac), et ses aptitudes : il sait viser, tirer, courir, coordonner une action de groupe… Soient les commandes de base qui servent à un joueur pour s'approprier son personnage.

    Ensuite, avant que la mission ne démarre vraiment, les membres de cet escadron sont présentés dans leur milieu "naturel", lors de courtes séquences où le spectateur en apprend un peu sur chaque backstory, sans qu'on y revienne vraiment avant la conclusion du film. Cette caractérisation assez succincte fonctionne à la façon des vidéos d'introduction des personnages jouables dans les jeux de combat.

    Triple frontière EXTRAIT VO "Armement"

    Enfin, une fois l'équipe recrutée, Pope leur demande de choisir leur armement dans un conteneur hyper fourni en artillerie en tout genre : cette scène irréaliste évoque les boutiques et autres pages d'équipement de tout jeu de tir à la première personne, où l'action est suspendue pendant que le joueur choisit son stuff.

    2. Parce que JC Chandor a filmé comme s'il était le 6e homme

    Comme nous l'apprend Netflix dans ce tweet sur les coulisses du tournage, le réalisateur a placé sa caméra au cœur de l'escouade : de la séquence d'introduction à la fuite en canot, les scènes d'action sont filmées à hauteur d'homme. Et dans la mise à sac de la maison, J.C. Chandor s'amuse à faire surgir au premier plan une bouteille d'eau, un sac, de la même manière qu’apparaît le canon de fusil en bas de l'image dans un jeu de tir.

    La caméra du chef opérateur Roman Vasyanov offre par ailleurs aux spectateurs quelques plans très larges et magnifiques : ils introduisent à la façon d'une cinématique chaque nouveau chapitre du récit. La scène d'introduction ? La ville est filmée du ciel. La scène d'observation ? Filmée en champ / contrechamp, elle fait découvrir au spectateur ce que les personnages voient de leur point de vue, pas plus. L'intérieur de la maison sera révélé lorsque les protagonistes y seront.

    La séquence du survol des Andes ? Après une alternance de plans aériens, le spectateur est assis à la place de Catfish, le pilote joué par Pedro Pascal, en vue à la première personne, et parfois en vue à la troisième personne, lorsque l'aéronef est filmé de derrière mais au plus près des obstacles, comme dans un jeu de vol.

    3. Parce que les décors nous rappellent…

    Ghost Recon, Splinter Cell, Battelfield, Call of Duty… Autant de sagas vidéoludiques qui mettent en scène des soldats ou des paramilitaires dans des paysages sudaméricains.



    Evidemment, le parti pris du film de J.C. Chandor est plus réaliste que la plupart de ces jeux et la deuxième partie du long métrage insiste sur les difficultés des coéquipiers à exfiltrer leur magot. Le récit tourne alors à la survie mais peut également renvoyer au nouveau mode "Trésor de guerre" du jeu vedette Red Dead Redemption où il faut échapper aux adversaires qui veulent récupérer leurs possessions : c'est l'enjeu-même de ce deuxième acte, qui se termine victorieusement pour Pope et ses associés. La longue descente des Andes dans des paysages de plus en plus désolés renvoie aussi aux mondes vastes voire ouverts comme ceux des sagas Zelda et Minecraft, où le plaisir du jeu n'est pas forcément l'accomplissement d'une mission mais l'exploration du décor jusqu'à ses confins.

    Les cinéphiles répondront que Triple Frontière est avant tout un descendant des grands classiques du septième art que sont Le Trésor de la Sierra Madre et Un taxi pour Tobrouk, récits de survie en milieu hyper hostile dans lesquels se révèle le caractère moral (ou pas) des personnages. Ils auront raison, mais pas seulement : Triple Frontière est une démonstration supplémentaire de l'importance prise par l'écriture vidéoludique dans la structure des récits de divertissement. Certes, il manque toujours l'interactivité. Mais comme on l'a vu fin décembre 2018 avec Bandersnatch, l'épisode de Black Mirror "dont vous êtes le héros", la technologie est au point et d'autres productions de ce genre devraient arriver sur Netflix.

    Et vous, si vous aviez eu le choix, auriez-vous chargé tous les billets dans l'hélicoptère ?

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Triple Frontière : un film de braquage pas comme les autres selon Ben Affleck et Oscar Isaac [INTERVIEW]
    • Netflix : Si vous avez aimé Narcos et Les Rois du désert, vous aimerez Triple Frontière
    • Bandersnatch : le succès mondial motive Netflix à investir davantage dans les récits interactifs
    Commentaires
    • Blasi B
      bah pour la psychologie du personnage d'affleck, ça ne m'a pas choqué... il est perd de famille , a des problèmes financier et est le vétéran de la bande, donc celui qui a galéré pendant le plus longtemps dans l'armée, donc le fait que tout cette argent lui ai fait tourner la tête ne m'a pas sembler incohérent avec son personnage (mais j'avoue n'avoir pas vue venir son pétage de câble...)pour l'hélico... je sais pas trop, j'y connais rien en hélico, mais que le poids soit dans le filets ou dans l'hélico, ça change rien, si? si tu met 2500 kilo de billet, en répartissant 2000 dans le filet, 500 dans l'hélico, il doit quand même soulever 2500 kg, non? encore une fois j'y connais rien.... Pour les perso qui manque de profondeur.... je sais pas trop non plus, peut être que je me contente de peu... mais le peu qu'on nous a montrer m'a bien fait cerner les personnages... affleck, le vétéran sage mais qui galère dans sa vie civil, et a des problème d'argent, mais qui a un énorme respect de ses hommes, Isaac le mec qui est encore dans le feu de l'action et en a marre de voir les méchant s'en sortir constamment, hunnam et edlund, deux frère, un tête brulé qui fait des combats de boxe, l'autre plus raisonné qui fait des discours aux jeune recrue.... y'a que pascal qui est effectivement un peu sous exploité...
    • Kupper2
      Attention Spoiler :En soit pourtant, c'est un film relativement classique de par ses composantes. C'est un mix entre Un Plan Simple et tous ces films ou le flic décide de devenir ripou parce qu'il l'a bien mérité.Le mix en soit, peut-être considéré comme original. Mais a mon sens, le film souffre du manque d'intelligence de ses protagonistes. A nombre de moments, je n'ai pas compris la décisions des personnages. Soit ça ne m'a pas semblé cohérent psychologiquement (le personnage d'Affleck, montré comme le mec précautionneux par excellence et qui d'un coup est le plus irresponsable en restant trop longtemps), soit dans la narration (toute la gestion de l'hélicoptère et après, pourquoi ne pas avoir embarqué plus d'argent dans l'hélico plutot que dans le filet pour gagner une marge en hauteur, quitte a faire une halte avant).PS : Pour le titre, je ne l'ai pas compris non plus mais il fait peut-être référence (entre autre) au fait qu'ils doivent franchir les frontières géographiques, morales et légales. Ou encore les frontières de 3 pays différents.J'ai beaucoup aimé l'idée et le principe, beaucoup moins le développement scénaristique. Les persos ne sont pas attachant, manquent de profondeur pour qu'on puisse adhérer a leur comportement (quand les deux se disputent après la mort d'Affleck...), les péripéties sont fades ou cliché (comme toute la fin qui ne se justifie pas trop, y compris dans le réalisme qui en prend un coup avec 10 mecs qui ne touchent jamais leur cible en cartonnant a 20m), des reations entre les personnages vraiment sommairesLe fait de mettre une intro ne présentant qu'un seul perso et obligeant de glisser des introductions supplémentaires pour chaque perso est contre productif. On y met des scenes trop longues pour le rythme mais trop courtes pour développer les personnages. Dans un film ou toute la tension va tourné autour du relationnel entre eux, c'est problématiques. Du coup, pleins de réaction logiques et compréhensible, humainement parlant, sonnent fausses parce qu'on a pas eu la lumière sur la personnalité des protagonistes et ça semble sortir de nul part (le pragmatisme de Pedro Pascal, l'humanisme d'Oscar Isaac etc).
    • MacArno
      Moi perso, j'aurais gardé tout le fric mais flingué tous les villageois .... la suite aurait été un peu plus simple :) mais bon c'était pas gagné lol
    • Blasi B
      un peu tirer par les cheveux comme comparaison, ça sort d'où? j'avoue ne pas avoir une seul fois penser a un jeu vidéo en le regardant, ça viens d'où? Propos du réalisateur ou thèorie de la personne qui a écrit l'article?en tout cas j'ai beaucoup aimé, le film a réussis a me surprendre et a la moitié du film, je ne savais plus ce qu'il allait ce passé.... et c'est tellement rare aujourd'hui de voir un film de ce genre sans savoir ou il va, ou on pense oui bon ok, la il va ce passer ça et ça va finir comme ça et finalement on nous prend à revers pour faire autre chose , que ça m'a suffit pour apprécier le film :) et les 5 personnages sont plutôt bien développé donc on finis par aimé l'équipe...bref ce n'est vraiment pas qu'un film de braquage, et c'est cool :)par contre si quelqu'un peut m'expliqué son titre c'est cool aussi, parce que je ne comprend pas a quoi correspond ce triple frontière...
    • rock4eternity
      C'est vrai que dans un sens, sans avoir même vu le film (et j'ai donc survolé très vaguement l'article), je m'étais fait la réflexion qu'ils auraient pu appeler ça Ghost Recon : Le film, ça aurait été pareil après avoir vu la bande-annonce...
    Voir les commentaires
    Back to Top